Sur les guerres civiles
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Sur les guerres civiles

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français

Description

Voyagez en lisant le poème "Sur les guerres civiles" écrit par Guillaume BOUCHET. Ce poète de France est né en 1513, mort en 1594. "Sur les guerres civiles" de BOUCHET est un poème classique. Vous avez besoin de ce poème pour vos cours ou alors pour votre propre plaisir ? Alors découvrez-le sur cette page. Le téléchargement de ce poème est gratuit et vous pourrez aussi l’imprimer.
En téléchargeant le PDF du poème de BOUCHET, vous pourrez faire une fiche ou bien comprendre la signification des paroles du poète qui a écrit "Sur les guerres civiles".

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 34
Langue Français

Exrait

Sur les guerres civiles

Quelle tempête hélas ! quel orage assez fort
Pourrait bien égaler le furieux effort
Qui, tout au long d'un an, pour la française terre,
A fait courir l'effroi de cette horrible guerre ?
Qui traînait après soi mille et mille malheurs,
Pour faire à l'avenir couler cent mille pleurs ?
Si la postérité veut croire en notre histoire
Ce que ceux qui l'ont vue à peine peuvent croire ;
Quant à moi, je ressemble à ceux qui en dormant
Songent un cas étrange, et pleins d'étonnement,
Ils débattent en eux, même durant leur songe ;
S'il est vrai ce qui s'offre, ou bien si c'est mensonge, Avoir vu les Français, jadis si bien unis,
Eux mêmes désunis, d'eux mêmes ennemis,
Forcenés, insensés et d'une rage extrême
Combattant leur prochain, se combattre soi même ;
Avoir vu les sujets dessous un même roi,
Ne sachant la plupart ni comment, ni pourquoi,
Se piller, se tuer, et pour s'entredéfaire,
Implorer le secours d'une gent étrangère.
Je ne me pouvais bien persuader en moi
Que je dusse à mes yeux ajouter tant de foi,
Et ne fût que du mal les trop vives atteintes
Ont trop bien fait sentir les choses n'être feintes, J'aurais pensé rêver, et serais incertain
Que ce fût chose vraie, ou bien un songe vain.