Extrait "Le Cirque Angélique" tome I - Un Ange tombé du Ciel
11 pages
Français

Extrait "Le Cirque Angélique" tome I - Un Ange tombé du Ciel

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Punie par ses parents, Angéline, dix-sept ans, est contrainte de passer l’été à travailler dans un cirque. Pour cette citadine plus encline aux soirées branchées de la capitale qu’à la vie en caravane, cette condamnation sonne comme le pire des châtiments. Sur place, elle tente tant bien que mal de s’accommoder à ce nouvel environnement. Elle est loin de se douter que la magie du cirque lui réserve encore quelques surprises.
Car dans une roulotte tenue à l’écart du camp, une étrange créature est gardée prisonnière. Lorsqu’Angéline le découvre, tout bascule. Elle se retrouve malgré elle investie d’une mission qui la dépasse. Aux côtés de Mathéo, le jeune trapéziste, elle fera tout son possible pour délivrer le cirque de la menace qui pèse sur lui depuis plusieurs générations, à ses risques et périls...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 30 septembre 2020
Nombre de lectures 59
EAN13 9782491938048
Langue Français
AMÉLIE DION
LE CIRQUE ANGÉLIQUE
I
Un Ange tombé du Ciel
BEETLEBOOKS PUBLISHING
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayant cause, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
© BeetleBooks Publishing, 2020 pour la présente édition Tous droits réservés ISBN : 978-2-491938-04-8 Dépôt légal : Septembre 2020
À ma moitié
PROLOGUE
Tous les enfants ont peur du noir. Tous sont terrifiés à l’idée de regarder sous le lit, d’aller voir ce qui a fait ce bruit dans le placard. Tous sont rassurés par la lumière, persuadés qu’elle suffira à garder les monstres à distance. Tous, sauf lui. Lui n’avait jamais éprouvé cette peur de l’obscurité, même enfant. Car il savait que le seul monstre qu’il craignait se trouvait dans la lumière. Ce qui le terrifiait, lui, c’était cette lueur dans le noir à laquelle il ne pouvait échapper. — Tu es en retard. Il pivota sur lui-même pour faire face à la silhouette éblouissante qui se dressait à quelques mètres. — Que me voulez-vous encore ? s’écria-t-il. — L’heure approche. Tiens-toi prêt, l’acte final va bientôt commencer. — Qu’est-ce que ça signifie ? Il n’obtint pas de réponse. La silhouette lumineuse perdit peu à peu de son éclat. — Attendez ! Vous ne pouvez pas partir comme ça !
Expliquez-vous ! — Rendors-toi. Tu sais déjà tout ce que tu dois savoir. Le moment venu, il ne te restera plus qu’à comprendre ce que tu dois comprendre. Que devait-il comprendre ? Il s’apprêtait à réclamer des précisions, mais déjà la silhouette s’évanouissait dans le noir. Lui-même ressentit soudain une profonde fatigue. Il ferma les yeux et les rouvrit sur le plafond de sa chambre. Une main fraîche lui caressait le front. — C’était lui ? murmura sa mère. Il acquiesça d’un hochement de tête. — Pourquoi ne te laisse-t-il pas tranquille ? Oublie tout ça, je t’en conjure. Il n’a qu’à trouver quelqu’un d’autre, l’implora-t-elle. — Tu sais bien que ça n’est pas si simple. — Je le sais, mais je refuse de te perdre toi aussi pour ce combat qui n’est pas le nôtre. — Tu ne me perdras pas, je te le promets, essaya-t-il de la rassurer. Ils s’étreignirent brièvement avant qu’elle ne retourne se coucher. Lui resta allongé sur le dos, ressassant son rêve. Il détestait ces visites nocturnes, mais il tirait néanmoins de celle-ci un certain soulagement. Et pour cause : si l’acte final débutait bientôt, cela signifiait que la fin était proche.
CHAPITRE I
Angéline se réveilla en sursaut de son mauvais rêve. Elle se passa une main sur le visage. Plusieurs secondes lui furent nécessaires pour reprendre ses esprits. Depuis combien de temps n’avait-elle pas bénéficié de quelques heures de sommeil sans cauchemar ? Un coup d’œil par la vitre du véhicule la ramena à la réalité. Elle poussa le deuxième d’une interminable série de soupirs désespérés. Adieu plages de Saint-Tropez, cocktails à Paris et flirts de minuit. C’était aujourd’hui que commencerait sa longue punition. Une punition qu’elle jugeait démesurée au vu du délit commis. Deux mois dans la poussière, songea-t-elle. Deux mois à vivre dans une roulotte entourée de saltimbanques. Deux mois loin de son royaume. Et tout ça pour quoi ? Quelques mauvaises notes et un conseil de discipline dû à ses insolences répétées ? Comment ses parents pouvaient-ils lui faire ça ? Se rendaient-ils au moins compte des conséquences que cela pouvait engendrer ? Après tous les efforts qu’elle avait faits pour en arriver là… Si acquérir le statut tant convoité d’influenceuse ne s’était
pas avéré aussi difficile qu’on aurait pu l’imaginer, le conserver, en revanche, était une autre histoire. Angéline avait bâti sa notoriété à partir de rien. Il avait suffi de quelques clichés bien pensés postés au bon moment. Un décor original, la bonne pose, la bonne lumière, et sa beauté avait fait le reste du travail. En moins d’un an, elle était passée d’adolescente timide et réservée, à jeune femme sexy et adulée. Cette ascension fulgurante lui avait rapidement ouvert les portes d’un monde de paillettes dans lequel elle s’épanouissait. Elle y avait entraîné ses deux plus fidèles amies, Louise et Caroline. Avec leur aide, elle œuvrait d’arrache-pied pour perdurer sur le devant de la scène. Elle sacrifiait plusieurs heures par jour à travailler son image, sa communication, à nouer des liens avec sa communauté. Elle se donnait corps et âme. Angéline rêvait désormais de devenir mannequin, mais quel que soit son interlocuteur, elle prenait toujours soin de laisser entendre qu’elle n’était pas fermée à d’autres projets, qu’elle aviserait selon les opportunités qui se présenteraient. Cette stratégie s’était avérée payante. Dans quelques mois, elle serait majeure et on lui avait déjà proposé de participer à une émission de téléréalité. Être rémunérée pour passer du bon temps dans une villa de luxe sous le soleil de Miami, qui serait assez bête pour refuser ? Mais encore fallait-il pour cela que sa notoriété tienne le coup jusque là. Et au vu de la situation, ce n’était pas gagné d’avance. Car c’était précisément ce moment que ses parents avaient choisi pour décréter qu’elle avait besoin de remettre les pieds sur terre et de goûter à « la vraie vie ». Raison pour laquelle ils l’avaient condamnée à passer tout l’été à travailler dans le cirque qui avait vu grandir son père, à plusieurs heures de Paris et de ses rêves de gloire. — Je suis sûr que tu finiras par t’y plaire, ma chérie, lança son père en l’observant dans le rétroviseur. Elle le foudroya du regard. Elle ne répondit rien, mais n’en pensait pas moins. La croyait-il naïve à ce point ? Lui-même
avait grandi dans ce cirque et l’avait quitté dès sa majorité pour ne jamais y retourner. À la maison, on n’en parlait jamais, à croire que c’était un sujet tabou. Même lorsqu’elle était petite, il ne l’y avait jamais emmenée. De leur vivant, c’était toujours ses grands-parents qui se déplaçaient pour leur rendre visite à Paris et jamais l’inverse. Et voilà qu’il essayait de lui faire avaler que l’endroit était le paradis sur terre et qu’elle allait adorer y séjourner ! Quel culot ! — Ton père a raison, dit sa mère. Et l’air de la campagne te fera le plus grand bien. Le cirque ne voyage jamais très loin, Louise et Caroline pourraient venir te voir, qu’en penses-tu ? Elle s’était tournée et la regardait avec un sourire pétri de culpabilité. Angéline ne le lui rendit pas. Jusqu’au bout, elle avait cru que sa mère se raviserait et qu’elle convaincrait son père de revenir sur sa décision, comme elle le faisait toujours. Mais elle ne l’avait pas fait. Elle n’avait même pas essayé de le dissuader de mettre ses menaces à exécution. Angéline se sentait trahie. — Non merci, grinça-t-elle. Elles n’ont pas été punies, elles. Pas de raisons qu’elles subissent ma peine avec moi. Avec un peu de chance, elles pourront peut-être sauver les apparences et faire en sorte que mon image s’en relève… — J’espère sincèrement que ce séjour t’aidera à reconsidérer tes priorités, répondit calmement son père. Il est temps que tu mûrisses, et que tu deviennes l’adulte que tu prétends être. — Je suis très mature, rétorqua Angéline. — Non, tu ne l’es pas. Mais tous ces gens qui gravitent autour de toi te le font croire et c’est cela le plus dangereux. C’est un monde de requins et toi, tu… Ah, nous arrivons ! La voiture s’engagea sur un long chemin de terre encadré par deux champs de maïs. Un immense chapiteau décoré de rayures rouges et jaunes apparut face à eux, à l’orée d’un bois. Un second, plus petit, mais d’une hauteur significative tout de même, y était accolé. Au fur et à mesure qu’elle approchait du lieu de son châtiment, Angéline sentit une
boule se former au creux de son estomac. Une angoisse. La même qui accompagnait chacun de ses cauchemars.
Vous venez de lire un extrait de :
1 LE CIRQUE ANGÉLIQUE Un Ange tombé du ciel D’Amélie Dion
Sortienationale: 15 octobre 2020