La véritable des indiens

La véritable des indiens

-

Documents
19 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

D'après "Les souvenirs d'un chef Sioux", je résume l'histoire des Indiens, vu par un Indien, Ours Debout.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 21 septembre 2011
Nombre de visites sur la page 258
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
 
 
 
Résumé de la véritable histoire indienne  
écrit par Laura-Isabelle  
à partir de  
 
SOUVENIRS D'UN CHEF SIOUX  
Ecrit par Ours Debout
 
 
  
 
 
Les véritables Indiens se nourrissaient de leur chasse.
Ils ne tuaient le bison, l'oiseau ou le daim, que dans un
seul but, manger, se vêtir et se loger.
Oui, ils ne perdaient rien de l'animal tué. Ils en
fabriquaient des couvertures, des tipis. Ces derniers
étaient constitués de peau de bison travaillée par les
femmes, de branches d'arbres solides et droites. Les peaux
étaient solidement ficelées aux perches grâce à de la corne
de bison; Ils confectionnaient aussi ce que nous
appellerions des bols. Lorsque les peaux de tipis étaient
usées, ils les fumaient, ce qui les rendait imperméables, en
fabriquaient des jambières etc...Tout cela demandait un
long travail.
Jamais, ils n'auraient massacrés ses animaux par
plaisir.
En 1868, au Nebraska, les Indiens retrouvèrent les bisons
morts, massacrés. Ils n'eurent plus de quoi se nourrir. Ce
qui aurait pu être leur viande, gisait et pourrissait à terre.
Des troupeaux entiers furent abattus. Les anglais
s'installaient sur leur territoire, ils construisaient des
forts, sans l'autorisation des Indiens. Alors, un chef Sioux,
nommé Cheval Debout, alla voir, le Grand-père (comme il
l'appelait) à Washington et leur expliqua ce qu'il se passait
chez eux. Ils furent bien reçus. On lui fît des promesses.
On leur distribua des denrées alimentaires, des vaches. Je
vais être claire: les Indiens n'étaient pas en guerre, ils ne
faisaient qu'un avec la Nature. Pourtant, on leur retirait le
pain de la bouche. C'est comme si, à l'heure actuelle, un
étranger ferait construire sa maison chez un riche fermier,
sans rien lui demander évidemment, abattait ses bestiaux,
détruisait ses cultures. Ce fermier élevant et se
nourrissant de ses propres moutons, ses poules, ses
cultures se trouvait dédommager avec du porc, des boîtes
de conserves, qu'il devrait aller chercher en train. Tout
cela, paraît ridicule. C'était cependant la situation des
Indiens, à cette époque. Cependant, ils s'y adaptèrent très
vite.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
La mort du Général Custer et de son
armée de soldat  
 En hiver 1868, au Nebraska, un Indien avait été tué. Les Sioux envoyèrent des éclaireurs, ils virent des soldats anglais armés jusqu'aux dents, prêts à leur voler leur territoire. Cheval Fou, le plus valeureux des chefs Sioux, voulu aller leur parler, il monta sur son poney, mais n'eut pas le temps de discuter, que les soldats anglais tirèrent sur lui. Manque de chance, pour eux, Cheval Fou ne fût pas touché. Il revînt au camp et décida d'attaquer. Les Indiens chevauchant leur poney, se ruèrent sur l'ennemi, armés de simples massues. Les anglais ne s'attendant pas à un tel assaut, sous-estimant le courage et la valeur des Indiens furent tués comme des idiots attendant la mort. Seul, le général Custer réussi à s'enfuir, sortit son révolver et se tira une balle dans la tête.  Les Indiens ne sont pas fiers de cet épisode car ils eurent l'impression de s'être battus avec des "faibles". Mais s'ils n'avaient pas été aussi vigilants et braves, on peut se demander ce qu'il serait advenu d'eux, des femmes et des
enfants. Car les anglais, eux, n'auraient pas fait de détails, considérant les Indiens comme des sauvages, des imbéciles, des fainéants... Les Anglais, comprenant que l'ennemi pouvait être redoutable, adoptèrent une autre stratégie. Il faut savoir que les Indiens ne connaissaient pas l'alcool. Ils avaient une vie saine. Ils avaient la notion du respect, ignoraient les insultes; et surtout, contrairement aux "Blancs" n'avaient qu'une Parole, Une Parole d'Honneur. Les Gradés anglais utilisaient l' "eau de feu" ou whisky pour faire signer des traités aux Chefs Indiens, ne sachant ni lire, ni écrire, qui saouls de surcroit, donnaient leur terre et souvent celle du "voisin". De ce fait, les Indiens devinrent très méfiants envers les papiers des "Blancs". Mais aussi, chez les Blancs comme chez les Indiens, la jalousie, la convoitise et les traîtres existent. Certains Chefs Indiens trahissaient leur peuple, vendaient les terres de leurs frères afin d'obtenir ce qu'ils voulaient du gouvernement (une maison, des chevaux etc...) C'est ainsi, que le peuple Indien se trouva lentement étouffé, dépouillé de ses terres, de leur culture religieuse, de leur liberté, de leur façon de vivre (je dirai aujourd'hui écologique). Moi, qui suis une femme européenne du XXIe siècle, mais d'origine Indienne et fière de l'être, tout cela me fait sourire. Lorsque l'on connaît le désastre planétaire fait par
les Blancs. On se demande quelle méthode de vie est la
meilleure. Peut-être, est-ce nous les blancs qui devraient
adopter la culture Indienne? Je pense que nous aurions
beaucoup plus de mal qu'eux, à nous adapter.
Car les Indiens, l'ont fait intelligemment et avec
tellement de sagesse!
Quant à leur religion, elle était Chrétienne. A la
différence près, qu'ils exprimaient leur croyance avec
beaucoup plus de gaieté et de bravoure.