Le roman italien contemporain
3 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Le roman italien contemporain

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
3 pages
Français

Description

Une rapide introduction au roman italien contemporain des années 1930 aux années 1980. Un document qui trace une évolution particulière du roman et offre une liste d'auteurs à découvrir.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 13 juillet 2011
Nombre de lectures 708
Langue Français

Exrait

LE ROMAN ITALIEN CONTEMPORAINLe rapport entre politique et culture fut un des débats essentiels qui ont traversé la littérature italienne depuis la dernière guerre mondiale. Toutefois l’existence d’un lien entre les préoccupations d’une époque et les événements qui l’ont caractérisée n’est pas systématique. La création littéraire n’est pas en effet subordonnée de manière mécaniste à l’Histoire. Les années de la deuxième guerre mondiale (19381945) En 1938, l’Italie s’allie avec l’Allemagne, promulgue des lois racistes et s’engage dans des conflits européens et africains désastreux. En 1940, l’Italie fasciste entre dans la guerre mondiale. La République est instaurée en 1946. La mutation sociopolitique que connaît le pays a peu de répercussions sur l’évolution de la littérature en raison de la présence de la censure et des problèmes matériels de l’édition. La production littéraire est le fruit de théorisations critiques antérieures et n’illustre pas, sauf exceptions, les déchirements consécutifs au fascisme et à la guerre :Cesare Pavese, dansLa Plageetl’Aventure, évoque une Italie rurale ou intellectuelle d’avant guerre, Alberto Moraviaécrit avecAgostinoun de ses meilleurs récits sur la sexualité juvénile et le monde des enfants de la rue,Dino Buzzatipublie leDésert des Tartaresetles Sept messagers, etc. SeulCurzio Malaparte, avec laPeauetKaputt, traite à chaud de la guerre.Elio Vittorini,dansConversations en Sicile, illustre également la prise de conscience du malaise devant la guerre d’Abyssinie mais il le fait dans un style allégorique au travers de symboles ou de personnagesmythes. L’époque du néoréalisme (19451955) Les débuts de l’Etat démocratique sont fondés sur deux puissants partis rivaux : le Parti Communiste Italien et la Démocratie Chrétienne. Une nouvelle éthique se profile où les valeurs de liberté, de justice, de générosité sont exaltées par les intellectuels dans un élan de confiance dans le progrès social. Le besoin de scruter le pays réel s’impose après les stéréotypes de la propagande fasciste. L’étude des marginaux, des déserteurs, des trafiquants, des réfugiés, le besoin d’un regard libre sur le monde « offensé » s’exprime d’abord dans le cinéma (films de De Sica, Rossellini, Visconti). Cette montée du réalisme doit être également placée dans le contexte de la renaissance du marxisme et de la politisation de la culture. Le néoréalisme n’a pas été une école mais il critique « l’hermétisme »(la littérature éclose à Florence des années 1925 à 1935) qui s’est enfermé dans une tour d’ivoire et qui n’a pas critiqué le fascisme. Pour les néoréalistes, qui découvrent également les auteurs américains, l’écrivain doit servir la réalité de son temps ; le choix des thèmes traités dans cette littérature découle de ce principe : la guerre, l’écroulement du fascisme, la Résistance, la misère paysanne du Sud. Les maîtres du néoréalisme Paradoxalement, les écrivains qui ont contribué à la naissance du néoréalisme annoncent, par leur écriture chargée de valeurs mythiques, la crise de ce courant littéraire. Ainsi,Elio Vittorinifonde la revue qui « Politecnico »,alors émanation éditoriale du P.C.I., veut combattre les résurgences du fascisme, le provincialisme culturel, l’académisme et l’éloignement de la vie. Mais refusant de faire de la littérature de propagande et défendant l’autonomie de l’art, il quitte le P.C.I. et arrête sa publication. Plus profondément, Vittorini n’est pas un écrivain réaliste et reste proche du symbolisme.Corrado Alvarodansl’Homme est fortet la Brève enfancedéplore la persistance de l’ignorance, de la tyrannie, de la misère et des préjugés et exprime ses inquiétudes profondes qui tranchent sur l’optimisme affiché des néoréalistes.Cesare Paveseune développe oeuvre placée sous le signe de l’échec autour des thèmes de la terre, du sexe, de l’incommunicabilité des êtres. Cet intellectuel lucide, qui s’est suicidé, n’a jamais reconnu à l’écriture le pouvoir de lui apporter le salut. Alberto Moraviadécrit le monde avec un réalisme glacé et dépourvu de passion car un monde qui a donné le jour au fascisme a perdu de son innocence. Les narrateurs de la guerre et de la Résistance Dansle Christ s’est arrêté à Eboli,Carlo Leviraconte son séjour forcé d’exilé politique dans un bourg de la Lucanie, un îlot d’archaïsme.Primo Levipublie des récits sur les camps de concentration (J’étais un hommeet la Trêve).Mario Rigoni Sternécrit un récit de guerre sur la retraite de Russie du corps expéditionnaire italien : le Sergent dans la neige. Sur le thème de la Résistance intérieure contre le fascisme, de nombreux ouvrages sont publiés :Agnès va mourirdeRemata Vigano,les Lunettes d’ordeGiorgio Bassani,le Sentier des nidsd’araignéesetle Corbeau vient en dernierd’Italo Calvino,Fausto et Annaetla RagazzadeCarlo Cassola, Partisan Johnny,un Jour de feu,la Guerre sur les collinesdeBeppe Fenoglio,la Maison sur les collines,le BelétédeCesare Pavese,le Monde est une prisondeGuglielmo Petroni, etc. Les narrateurs du Sud Le roman méridional se caractérise par une dénonciation polémique de microsociétés restées attachées à leurs anciennes cultures, à leurs valeurs archaïques et à leurs hiérarchies sociales :les Terres du sacrementde Francesco Jovine,Fontamara,le pain et le vin,le grain sous la neiged’Ignazio Silone,les Paroisses deRegalpetra,le Jour de la chouette,les Oncles de SiciledeLeonardo Sciascia,le Poids du tempsdeGiuseppe Bonaviri.  Page1 Leroman italien contemporain
La crise du néoréalisme et la néoavantgarde (19551966) Staline meurt en 1953 mais à la suite de la répression de l’insurrection de Budapest en 1956, de nombreux intellectuels italiens rendent leurs cartes du P.C.I. En 19581959, l’Italie connaît un « miracle économique » avec l’installation du « néo capitalisme » dans le nord du pays et la formation de holdings internationaux. Le néoréalisme est en crise : ni la politisation de la culture ni le rôle dévolu dans ce contexte à l’écrivain ne conviennent plus à une société que l’industrialisation rapide a transformée. La mystique de l’engagement cède le pas à une réflexion plus complexe sur l’écriture et la réalité. Deux revues prennent le relais de la problématique marxiste en mettant l’accent sur la nécessité de renouveler les contenus et les formes littéraires. « Officina » fondée par Leonetti, Roversi et Pasolini lutte contre l’hermétisme et le néoréalisme. « Il menabo » fondée par Vittorini et Calvino est sensible aux débats autour du « nouveau roman » et favorable au sociologisme américain et français. Quelques oeuvres significatives Dino Buzzatiest l’un des rares auteurs qui écrit du fantastique en Italie (l’Ecroulement de la Baliverne,l’Imagede pierre,le K). Cet italien, le plus traduit en France, est capable de l’invention la plus efficace comme du récit le plus mécaniquement mené.Mensonges et sortilèges,La Storiaetl’île d’Arturole livre le plus réussi d’ElsaMorante;l’Amour conjugal,le Mépris,la Belle romained’Alberto Moravia; avec leJardin des Finzi Contini,Giorgio Bassaniévoque, grâce à une pénétrante étude psychologique, la vie d’une famille juive de Ferrare aux temps sombres des discriminations raciales. Les écrivains de « La Ronda » Cette revue romaine publiée de 1919 à 1923 repose sur le culte de la parole et conduit à la littérature hermétique des années 1930. Cultivant la « prose d’art », travaillée et sobre à la fois, riche en correspondances musicales cette tendance littéraire trouve ses prolongement aprèsguerre dans les oeuvres deRiccardo Bacchelli(l’Aphrodite,Rapport secret,les Trois histoires de Jules César) etd’Emilio Cecchi(Poissons rouges,l’Auberge du mauvais temps). Les narrateurs de « Solaria » Cette revue florentine publiée de 1926 à 1934 recherche également la dignité de l’écriture, l’engagement stylistique et s’ouvre aux écrivains européens (Malraux, Proust). Ses prolongements sont illustrés par AlessandroBonsanti(la Nouvelle gare de Florence),Gianna Manzini(L’épervière,Portrait debout), Bonaventura Tecchi(les Egoïstes,la Terre abandonnée). La néoavant garde De lecture difficile,On répare les poupéesd’Antonio Pizzutobouleverse la syntaxe (ex. les verbes d’action sont à l’infinitif) et débouche sur une sorte de cubisme écrit, tandis que les oeuvres deCarlo Emilio Gaddatraduisent un expressionnisme avide qui utilise des déformations thématiques et formelles. Les années de la contestation (19671970) L’Italie connaît la montée de la civilisation des médias, les facilités de communication, le début de la mondialisation (importation des modes américaines). Le mouvement de Mai 68 en France a des répercussions en Italie sous la forme de révoltes ouvrières en 1969. La crise culturelle se traduit par la contestation des éditeurs et des prix littéraires, l’instauration de jurys populaires, la consécration de la bande dessinée. Une place prépondérante est accordée aux essais, à la littérature «underground »(au détriment du roman) qui conduit à l’expression d’une confiance idéologisée sinon naïve dans la spontanéité. Restauration culturelle et néoexpérimentalisme (19701980) Avec le début de la récession économique mondiale (1973), l’assassinat d’Aldo Moro (1978), le « compromis historique »entre la Démocratie Chrétienne et le Parti Communiste (19771979), on assiste à un reflux idéologique. La production éditoriale a progressé avec le développement des bestsellers (Padre Padrone de Gavino Ledda,un Hommed’Oriana Fallaci). La publication dela Storiad’Elsa Morantemarque le retour au roman traditionnel et même néoréaliste. Réhabilité et plébiscité, le roman est plus sensible aux modes médiatiques (le terrorisme, le féminisme, l’homosexualité, l’écologie, la psychanalyse, la sciencefiction, le roman policier). Il reste des auteurs marquants:Léonardo Sciascia avecses romans historiques et policiers, Umberto Eco(le Nom de la rose),Mario Soldati(l’Emeraude),Fruttero et Lucentini,Giuseppe Bonaviri. La littérature fantastique Italo Calvino écritdes oeuvres allégoriques et fabuleuses, son fantastique se présentant comme une sorte de géométrie de la fantaisie.Dino Buzzatiécrit avecle Désert des Tartaresune méditation poignante sur le temps et publie des nouvelles qui évoquent ses thèmes de prédilection : la fuite du temps, le poids écrasant du destin, l’absurde dans la vie quotidienne, l’attente de la mort. Il faut ajouterTommaso LandolfietAlberto Savinio. Pour tout renseinement : BIBLIOTHÈQUE DÉPARTEMENTALE DE PRÊT Z.I. Croix Cadeau 5 ruePaul Lanevin 49240 AVRILLÉ  Page2 Leroman italien contemporain
: 02 41 33 03 20
 Page3 Leroman italien contemporain