lettre à Mme Hanska

lettre à Mme Hanska

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Ma chère Eve, Passy, le 19 février 1840 Je vous écris pour vous parler de cet épuisant fardeau qui me sert de gagne-pain.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 13 avril 2015
Nombre de visites sur la page 9
Langue Français
Signaler un problème
Ma chère Eve,
 Passy, le 19 février 1840
Je vous écris pour vous parler de cet épuisant fardeau qui me sert de gagne-pain. Ma Comédie Humaine avance de nuit en nuit. Mon souci de la perfection me contraint, le roman pourtant achevé, de modifier des éléments ici et là. J'ai inventé une technique pour créer des liens entre les nombreux romans de La Comédie Humaine. Ce procédé est simple: mes personnages voyagent de roman en roman. Ses aventures débutent dans La peau de chagrin et se poursuivent dans de nombreux romans de cette Comédie Humaine. Selon moi, mon épuisante profession est bien mal payée pour tout ce temps passé à écrire. J'ai souvent du retard sur mes œuvres, et des amendes s'en suivent. Amendes que je ne payent pas et donc la somme est retirée sur les revenus de mon prochain livre! Je me doute qu'une question demeure dans votre esprit: pourquoi travailler la nuit? La réponse est d'une étonnante simplicité: la famille logeant en dessous de moi a des enfants bruyants qui m'empêchent de travailler à la lumière du jour. Certes, travailler la nuit est fatiguant. Cependant, ma cafetière me permet de tenir lors de cette activité nocturne. Cependant, rassurez vous, cette vie agitée me permet toujours de penser à vous. Si toutefois l'envie de me répondre vous traversait l'esprit, adressez votre lettre à M. de Brugnol. Ceci est un nom d'emprunt me permettant d'échapper aux créanciers. J'espère vous revoir bientôt, ma chère Eve, si mes moyens me le permettent. Bien amoureusement. Votre Honoré.
Soline HESSE et Alexandre VIDAL 4E
source: Wikipédia . Auteurs des tableaux:Louis Auguste Bisson;Ferdinand Goerg Waldmuller
source:Wikimédia commons