Mille Excuses

Mille Excuses

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Cela aurait été inconcevable, irrespectueux de ne pas vous en faire.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 10 mars 2014
Nombre de visites sur la page 18
Langue Français
Signaler un problème
MILLE EXCUSES Mes Amis, Tout d’abord Bonjour.J’espère que je ne vous ai pas trop manqué.Je viens d’avoir une année sabbatiquedont je me serais bien passée. Non pas quelle a été désastreuse. Au contraire, elle a été très enrichissante, mouvementée et finalement géniale, puisque j’ai appris beaucoup de choses.Mais revenons au début de cette saga. Il y a fort longtemps, j’ai pris rendez-vous avec quelqu’un. A vrai dire ce fait m’étaitcomplètement sorti de l’esprit.Au début des vacances scolaires d’hiver de l’année dernière, vers le 16 févrierj’ai ressenti intérieurement sa venue.Avec certaines personnes de mon entourage, spécialistes pour résoudre les énigmes de cet acabit,j’ai tout fait pour connaître son identité. Nous avons essayé de reconstituer le puzzle avec les différentes pièces que nous avions en notre possession. Certes nous avons fait des découvertes qui auraient pu nous faire croire que nous étions sur la voie. Mais plus nous cherchions plus nous nous enfoncions dans l’obscurité la plus noire.En plus un autre que j’avais connu deux ans auparavant a déboulé dans ma vie sans crier gare comme un chien dans un jeu de quille. Et au lieu de faciliter les choses, il n’a fait que jeter le trouble et de retarder les présentations.Certes c’était unde ses comparses, complice, qui aurait pu nous faire connaitre notre célèbre inconnu. Personnellement il s’était présenté que sur un certain angle qui lui était spécifique. Le plus terrible c’est que mes amis sont tombés eux même dans le panneau. Malheureusement pour moi. Plus le temps passait, plus mon atmosphère s’alourdissait de la présence envahissante de mon hôte. Il me vampirisait. J’en étais arrivée à le prendre pour mon ennemi tellement que son jeu de piste m’horripilait. Au début c’était un simpledivertissementd’enfant naïf, amusant et innofenssif. A la fin c’était devenu un cache-cache risqué, dangereux et presque mortel. Un vrai calvaire. J’en profite pour vous parler de ma famille. Ma mère et mon époux étaient tout aussi dans le vague que nous. Ils savaient qu’il y avait du nouveau mais sans plus. Mon caractère qui d’habitude était calme, tranquille et serein c’était changé en soupe au lait. J’avais beau leur dire que ce n’était pas moi, que j’étais sous l’emprise de mon visiteur ils n’yque croyaient que fifre.
Tous deux sont très cartésiens. Ils ne croient que ce qu’ils voient. Ce qui peut être démontré avec des preuves en béton armé. Donc mes dires leurs semblaient déraisonnables et irrecevables Mais tous deux ont été d’un soutien irréprochable.Puis un jour le 11 mai, je me suis retrouvée confronté au gardien du temple qui détenait lepasse me permettant d’enfin connaitre cette abomination. Mon mari m’accompagnait.C’était mon deuxième essai.Je n’avais pas droit à l’erreur.J’ouvre la parenthèse: Le premier, en date du 13 avril,c’était soldé par un échec cuisant puisque mes spécialistes des casse-têtes chinois n’y ont vu que du feu, pensant que le comparse était mon visiteur. Ilsm’ont renvoyé dans ma tour d’ivoire.Je ferme la parenthèse. Nous étions sûrs à 2000 pour cent de notre victoire. J’avais passétous les tests hauts la main.Après des heures et des heures d’examens le résultat tombe. Un échec cuisant, un couperet qui nous glaça le sang. A cet instant nous fûmes transportés en écosse sous leur fameuse douche. Bi !!! A gla-gla !!! Je devais retourner chez moi avec mes cliques et mes claques. Si je me suis satisfaite avec résignation de sa décision en prenant mes cliques, monconjoint n’apas accepté les claques. Furieux, il a vu rouge. Un vrai taureaudans l’arène. Et le matador a failli passer de vie à trépas.Il m’afallu déployer mon art de la persuasion pour protéger l’appendice nasal du maître des clés, du bourre-pif que mon homme voulait lui offrir gratuitement en demandant à ma moitiéd’aller voir ailleurs si je n’y étais pas. In extrémis, il m’écouta et s’enfut faire un tour dehors Pendant ce temps, je l’ai excusé auprès de mon interlocuteur, usant de mes dernières cartouches pour qu’il revienne sur son verdict, lui faisant comprendre son erreur flagrante.J’ai compris d’après sa réaction qu’il n’était qu’unaide. Il est allé voir son supérieur. Et tout est rentré dans l’ordre.J’allais enfin savoir.Break. La suite au prochain numéro. Castelnau-le-Lez le 5 février 2014