Pourquoi les mouches tournent-elles en carré sous les lustres?

Pourquoi les mouches tournent-elles en carré sous les lustres?

-

Documents
24 pages

Description

La nouvelle :
"(...) les mouches, comme tu le sais, vivent entre bouses et nuages… Mais pendant les canicules estivales, elles supportent mal la chaleur. Alors elles rentrent par la fenêtre. Bon… Celle qui est toujours ouverte, en été, c’est la fenêtre de la cuisine. Pourquoi ? Tout simplement parce que la chaleur des casseroles et de la popote est telle, qu’il faut bien aérer un peu... Et puis, dehors, il y a la lessive encore fraîche et odorante qui prend le soleil. Et les mouches n’aiment pas les odeurs de propre. Donc, notre mouche se retrouve chez toi, dans ta baraque, pendant que ta femme cuisine (...)"
Et, l'explication alambiquée ne s'arrête pas là!
Découvrez quatre textes dont deux nouvelles, orientés avec humour sur les grandes questions du sens de la vie et sur les petits tracas du quotidien. Accompagnez ces personnages hauts en couleur dans de courtes aventures étonnantes et sensibles.
L'auteur :
Après quelques pas de jeunesse dans l'univers de la nouvelle, Alexandre Jarry s'est tourné en 2009 vers ce qui deviendra son premier roman, "Au Coeur du Rouge". Une fiction troublante et fiévreuse mêlant psychose et mythologie fantastique. Un voyage unique aux fondements des émotions.
A l'aube de l'année 2012, réputée pour sa fameuse fin du monde, l'auteur choisit de changer de cap et de présenter un deuxième roman résolument différent, dans un registre ou personne ne l'attend. Remisant au placard le sérieux inquiétant de son prédécesseur et surfant sur le phénomène des prophéties apocalyptiques, il signe une aventure bourrée d'humour et au style grinçant. "La Symétrie des Souffles" s'annonce avec fracas comme une réponse française et sans budget à la démesure hollywoodienne. Le bouquin anti-crise par excellence, ou comment envisager l'Armageddon dans le rire et la bonne humeur. Et surtout, sans Bruce Willis!
En 2013, un nouveau virage s'amorce pour l'auteur qui, bien décidé à toucher à tout, revient cette fois avec un thriller d'anticipation nerveux et sous haute tension: "[R.U.N]".
https://twitter.com/AlexandreJarry

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 07 mai 2014
Nombre de visites sur la page 1 123
Langue Français
Signaler un problème
Pourquoi les mouches tournent-elles en carré sous les lustres ? Une nouvelle d’Alexandre Jarry accompagnée d’autres absurdités © 2014 – Tous droits réservés
Une production MysteranduM Editions
Mentions Légales Cet ouvrage est protégé par copyright. Tous les droits sont exclusivementréservés à son auteur et aucune partie de cet ouvrage ne peut être republiée, sous quelques formes que ce soit, sans le consentement écrit de l’auteur. Vous n’avez aucun des droits de revente, ni de diffusion, ni d’utilisation de cet ouvrage sansaccord préalable de l’auteur. Toute violation de ces termes entraînerait des poursuites à votre égard. Crédits Couverture : photographie sous licence Creative Commons par U.S. Department of Agriculture, modifiée par Alexandre Jarry. Photographie originale : https://www.flickr.com/photos/usdagov/8674435033/
Tout ça, pour ça… L’excitation monte ! Jamais je n’aurais cru cela possible. Je suis enfin parvenu à faire quelque chose de mes dix doigts ! Mon père me traitait d’incapable. Ma mère se lamentait sans cesse de ma lenteur et même le psychiatre de l’école avait clairement laissé entendre que je n’étais pas fini. Bref, tout ça pour dire, qu’aujourd’hui, je suis assis à mon bureau de l’étage 97, les deux mains posées sur la vitre de ma magnifique table en verre, et que j’ai une irrésistible envie de faire un pied de nez à tous ces imbéciles qui n’ont pas su croire en moi. La vie m’a finalement souri, et même plutôt bien, je dois dire ! Notons, pour commencer, que ma réussite professionnelle et financière crèverait les yeux de n’importe qui ; c’est une évidence. Et n’y voyez là aucune vanité – ce n’est pas mon genre, voyons ! – je n’avance que des faits. Aujourd’hui, toutefois, ce n’est pas cet aspect de ma vie qui me donne le plus de satisfaction. C’est plutôt ce que je viens de réaliser qui m’impressionne et me rend fier. Et si vous êtes un homme, vous serez bien à même de reconnaître qu’il n’y a pas de prix pour offrir un rêve à la fille que vous aimez. Si vous êtes une femme… Contentez-vous d’admirer la prouesse que je m’apprête à conter. En guise d’introduction, s’il devait y avoir une leçon et une seule à enseigner en matière de séduction, ce serait la suivante : « Tout le pognon du monde ne vous servirait de rien ! »
Une phrase à enregistrer sur son dictaphone ou à écrire dans son calepin et à ne jamais perdre de vue ! Le pognon, le fric, l’argent, le luxe… Tout ça pour quoi ? Foutaises ! Que comptez-vous obtenir avec les clefs des plus grandes banques du monde ? Rien du tout ! Et quand bien même, où serait la magie ? Et qu’en serait-il de l’ardeur de la flamme qui nous pousse à faire de folles choses ?
Je me suis donc démené, toute la nuit précédente puis toute la matinée suivante. J’ai passé de nombreux coups de fils, envoyé quelques e-mails, et j’ai dû me faire passer pour de nombreuses personnes différentes, maquillant ma voix, devant parfois endosser le rôle d’une femme, ironie ultime de ce jeu de l’amour et du hasard qui inspirait tant Marivaux. Mais, après tout, pour les beaux yeux de Katia, qui travaille trois étages plus bas, les épreuves ne me faisaient pas vraiment peur ! Vous ne pouvez pas imaginer toute l’énergie qu’il faut dépenser pour obtenir juste une chose : une place de cinéma… Mais, attention ! Pas n’importe quelle place de cinéma, non ! J’ai fait les choses en grand. Ma première tentative fut naïve, je l’avoue. J’ai expliqué au gérant que je ne savais plus que faire de tout mon argent et que je voulais réserver la salle entière pour deux personnes. Le programme du soir proposait un excellent film d’amour : une passion dévorante, deux êtres fous l’un de l’autres séparés par la vie et bravant les événements pour vivre leur romance. Une histoire acclamée par la critique, encensée par le public avec, qui plus est, une fin heureuse ! Que de délicieux ingrédients pour instiller en une soirée, de vifs émois dans le cœur d’une jeune fille en fleur… Le gérant m’a cependant gentiment fait comprendre que malgré toute ma bonne volonté et un chéquier des plus alléchants, ce que je demandais était formellement interdit. Il ne m’a toutefois fallu que quelques heures et, comme je l’ai déjà dit, énormément d’énergie pour contourner ce menu détail. Je suis finalement parvenu à mes fins : J’ai dégoté les adresses et noms de gens et ai obtenu le rachat intégral des places de cinéma pour cette séance… Mon sourire de béatitude, que je viens d’entrevoir dans le miroir en claquant de l’aftershave sur mes joues glabres, est tout à fait légitime et je ne serais pas surpris d’apprendre que votre mâchoire vient de se décrocher. Aussi, avant de vous ébahir de mes hauts faits chevaleresques, sachez simplement que je n’ai pas arrêté ma folie à cela. J’ai fait de même pour le restaurant – le plus chic du quartier, naturellement. Grâce auxersonnes décommandant leurs reas et