Prix Goncourt 2013 : Extrait de "Au revoir là-haut", par Pierre Lemaître (Albin Michel)

Prix Goncourt 2013 : Extrait de "Au revoir là-haut", par Pierre Lemaître (Albin Michel)

Documents
15 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Extrait de "Au revoir là-haut", par Pierre Lemaître (Albin Michel)

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 04 novembre 2013
Nombre de lectures 56 127
Langue Français
Signaler un problème
Paru aux éditions Albin Michel le 21 août 2013
 
 
 
 
 
Prix Goncourt 2013
Novembre 1918
étaient tous morts depuis longtemps. De la guerre,
les uniformes, faisant hurler de rire les régiments
balle allemande.
Il s'en rendait bien compte, son refus de croire à
magie: plus on espère la paix, moins on donne de
tarauder les plus pessimistes. En conséquence de
déroute autrichienne et la capitulation des Turcs,
officiers. La réussite de l'offensive italienne, les
voyait qu'on tenait le bon bout. Le gros de l'unité
là tranquillement avec le barda, à fumer et à écrire
Boches.
la veille.
d'Aulnay-Pradelle. Tout le monde, en parlant de
on savait que ça le foutait en pétard. On jouait sur
des lèvres fines admirablement dessinées. Et des
de vitesse de croisière: il accélérait ou il freinait;
même
curieux,
ce
mélange:
avec
son
allure
cette guerre. C'est peut-être pour cela qu'il s'y
l'aviron, sans doute, le tennis.
phalanges, avec des touffes qui sortaient du col
le blairer, le lieutenant Pradelle. Et surtout, il s'en
l'assaut, attaquer, vraiment.
conquérir
lui
plaisaient
zéro, le coupait dans son élan patriotique. L'idée
tuait.
la crainte de mourir, c'était l'idée de mourir
c'est comme mourir le premier, rien de plus con.
Or c'est exactement ce qui allait se passer.
vivait des jours assez tranquilles, brusquement tout
qu'ils
faisaient
comme
les
Français,
qu'ils
événements.
lieutenant
Pradelle
choisit
Louis
Thérieux 
et
vu qu'on était certain qu'il n'y avait rien à voir. Les
comme des lapins. Il y eut le bruit des balles, trois,
réglée. On essaya aussitôt de les voir, mais comme
l'endroit où ils étaient tombés.
Des barbares, etc. En plus, un jeune et un vieux!
emblèmes. Bref, une vraie fureur.
demander comment ils avaient été informés.
Après, l'engrenage.
monde. On allait leur régler leur compte, à ces
la fin de la guerre.
ne pas trop s'attacher aux symboles...
qu'on appelait les échelles utilisées pour sortir de la tranchée, vous parlez d'une perspective) et à
troisième position, derrière Berry et le jeune
de sourire à son tour mais il n'y parvint pas.
soldats français, scandalisés par la conduite des
fureur. Au-dessus d'eux, les obus striaient le ciel
dans les boyaux.
Albert regarda par-dessus l'épaule de Berry. Le
vous concentrer, dans ces conditions-là.
mauvaise pour observer Albert.
Avant la guerre, il était caissier dans une filiale de
banque, vous parlez, elle avait été immédiatement
sommet. Ce goût exacerbé pour l'autorité lui venait
ministère des Postes, qui concevait la hiérarchie de
escouade de surveillants en uniforme au musée du
il est vrai. En tout cas, quitter son emploi de
suite, les yeux de Cécile, la bouche de Cécile, le
vous penser à autre chose.
droite pendant la Somme. Il avait eu très peur,
lourdes qui lui donnaient un air de Pierrot triste.
donner de la viande rouge, persuadée qu'il était
beau lui expliquer mille fois que ça n'avait rien à
ses
cris,
lettres
mais
elle
revenait
c'était
sur
une
des
femme
choses
qui
tellement
Elle avait hurlé, s'était arraché les cheveux, et
conception assez classique de la guerre, elle avait
dire en préparant sa valise.
patriotique" (Albert fut surpris, il ne l'avait jamais
avait pas vraiment de raison d'avoir peur, c'était quasiment une formalité. Tout le monde le disait.