L’homme qui rit
690 pages
Français

L’homme qui rit

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
690 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Victor Hugo commence la rédaction de son ouvrage le 21 juillet 1866, à Bruxelles et le termine deux ans plus tard, le 23 août 1868 toujours à Bruxelles3. Mais c'est en exil à Guernesey qu'il en rédige la plus grande partie. L'œuvre se présente sous la forme de quatre volumes vendus chacun 7 francs 50 de l'époque mais un contrat passé avec l'éditeur Lacroix et un certain Panis en modifie la distribution. Au lieu de distribuer les 4 volumes simultanément — ce qui est le souhait de Victor Hugo, celui-ci échelonne la distribution sur trois jours. Le livre est un échec, le public n'est pas au rendez-vous. Victor Hugo lui-même reconnaît son échec qu'il impute d'une part aux spéculations de son éditeur mais aussi à la trop grande ambition de ses objectifs : « J'ai voulu abuser du roman. J'ai voulu en faire une épopée. J'ai voulu forcer le lecteur à penser à chaque ligne. De là une sorte de colère du public contre moi » L'Angleterre a connu, cent quarante ans avant la France, une révolution, un parlement régicide, une république et une restauration fertile en règlements de comptes. Victor Hugo a choisi ce dernier épisode pour brosser un tableau épique de l'aristocratie anglaise à travers la destinée extraordinaire de Gwynplaine, l'Homme qui Rit. A la fois roman d'aventures, exposé historique et social, drame injouable et poème visionnaire, ce roman est le plus fou de tous les romans de Hugo. C'est aussi le plus riche de toutes les obsessions de son auteur.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 2 439
EAN13 9782824710815
Langue Français

Exrait

V ICT OR H UGO
L’HOMME QU I RI T
BI BEBO O KV ICT OR H UGO
L’HOMME QU I RI T
Un te xte du domaine public.
Une é dition libr e .
ISBN—978-2-8247-1081-5
BI BEBO OK
w w w .bib eb o ok.comLicence
Le te xte suivant est une œuv r e du domaine public é dité
sous la licence Cr e ativ es Commons BY -SA
Except where otherwise noted, this work is licensed under
h tt p : / / c r e a ti v e c o m m on s . or g / l i c e n s e s / b y - s a / 3 . 0 /
Lir e la licence
Cee œuv r e est publié e sous la licence CC-BY -SA, ce qui
signifie que v ous p ouv ez lég alement la copier , la r e
distribuer , l’ env o y er à v os amis. V ous êtes d’ailleur s
encourag é à le fair e .
V ous de v ez aribuer l’ o euv r e aux différ ents auteur s, y
compris à Bib eb o ok. ’ A   est grand, même ce qui n’ est p as b on,
même l’ olig ar chie . Le p atriciat anglais, c’ est le p atriciat, dansD le sens absolu du mot. Pas de fé o dalité plus illustr e , plus ter rible
et plus vivace . Disons-le , cee fé o dalité a été utile à ses heur es. C’ est en
Angleter r e que ce phénomène , la Seigneurie , v eut êtr e étudié , de même
que c’ est en France qu’il faut étudier ce phénomène , la Ro yauté .
Le v rai titr e de ce liv r e serait l’Aristocratie . Un autr e liv r e , qui suiv ra,
p our ra êtr e intitulé la Monarchie . Et ces deux liv r es, s’il est donné à
l’auteur d’ache v er ce travail, en pré cé der ont et en amèner ont un autr e qui
sera intitulé  : atrevingt-treize .
Haute ville-House , 1869.
n
1I
P REMI ÈRE P ART I E
LA MER ET LA N U I T
2DEUX CHAP I T RES
P RÉLIMI NAI RES
3CHAP I T RE I
U RSUS
I
  H étaient liés d’une amitié étr oite . Ur sus était un
homme , Homo était un loup . Leur s humeur s s’étaient conv e-U nues. C’était l’homme qui avait baptisé le loup . Pr obablement
il s’était aussi choisi lui-même son nom  ; ayant tr ouvé Ursus b on p our
lui, il avait tr ouvé Homo b on p our la bête . L’asso ciation de cet homme
et de ce loup pr ofitait aux foir es, aux fêtes de p ar oisse , aux coins de r ues
où les p assants s’ar oup ent, et au b esoin qu’épr ouv e p artout le p euple
d’é couter des sor nees et d’acheter de l’ or viétan. Ce loup , do cile et
gracieusement subalter ne , était agré able à la foule . V oir des appriv oisements
est une chose qui plaît. Notr e suprême contentement est de r eg arder
défiler toutes les variétés de la domestication. C’ est ce qui fait qu’il y a tant
de g ens sur le p assag e des cortèg es r o yaux.
4L’homme qui rit Chapitr e I
Ur sus et Homo allaient de car r efour en car r efour , des places publiques
d’ Ab er y stwith aux places publiques de Y e ddbur g, de p ay s en p ay s, de
comté en comté , de ville en ville . Un mar ché épuisé , ils p assaient à l’autr e .
Ur sus habitait une cahute r oulante qu’Homo , suffisamment civilisé ,
traînait le jour et g ardait la nuit. D ans les r outes difficiles, dans les monté es,
quand il y avait tr op d’ or nièr e et tr op de b oue , l’homme se b ouclait la
bricole au cou et tirait frater nellement, côte à côte av e c le loup . Ils avaient
ainsi vieilli ensemble . Ils camp aient à l’av entur e dans une friche , dans
une clairièr e , dans la p ae d’ oie d’un entr e-cr oisement de r outes, à l’
entré e des hame aux, aux p ortes des b our gs, dans les halles, dans les mails
publics, sur la lisièr e des p ar cs, sur les p ar vis d’églises. and la car riole
s’ar rêtait dans quelque champ de foir e , quand les commèr es accouraient
bé antes, quand les curieux faisaient cer cle , Ur sus p ér orait, Homo appr
ouvait. Homo , une sébile dans sa gueule , faisait p oliment la quête dans
l’assistance . Ils g agnaient leur vie . Le loup était leré , l’homme aussi. Le loup
avait été dr essé p ar l’homme , ou s’était dr essé tout seul, à div er ses g
entillesses de loup qui contribuaient à la r e cee . — Surtout ne dég énèr e p as
en homme , lui disait son ami.
Le loup ne mordait jamais, l’homme quelquefois. Du moins, mordr e
était la prétention d’Ur sus. Ur sus était un misanthr op e , et, p our souligner
sa misanthr opie , il s’était fait bateleur . Pour viv r e aussi, car l’ estomac
imp ose ses conditions. D e plus ce misanthr op e , soit p our se
compliquer , soit p our se compléter , était mé de cin. Mé de cin c’ est p eu, Ur sus était
v entrilo q ue . On le v o yait p arler sans que sa b ouche r emuât. Il copiait, à
s’y mépr endr e , l’accent et la pr ononciation du pr emier v enu  ; il imitait les
v oix à cr oir e entendr e les p er sonnes. A lui tout seul, il faisait le mur mur e
d’une foule , ce qui lui donnait dr oit au titr e d’engastrimythe. Il le pr enait. Il
r epr o duisait toutes sortes de cris d’ oise aux, la griv e , le grasset, l’alouee
p épi, qu’ on nomme aussi la béguinee , le merle à plastr on blanc, tous
v o yag eur s comme lui  ; de façon que , p ar instants, il v ous faisait entendr e ,
à son gré , ou une place publique couv erte de r umeur s humaines, ou une
prairie pleine de v oix b estiales  ; tantôt orag eux comme une multitude ,
tantôt puéril et ser ein comme l’aub e . — Du r este , ces talents-là , quoique
rar es, e xistent. A u siè cle der nier , un nommé T ouzel, qui imitait les cohues
mêlé es d’hommes et d’animaux et qui copiait tous les cris de bêtes, était
5L’homme qui rit Chapitr e I
aaché à la p er sonne de Buffon en qualité de ménag erie . — Ur sus était
sag ace , inv raisemblable , et curieux, et enclin aux e xplications singulièr es,
que nous app elons fables. Il avait l’air d’y cr oir e . Cee effr onterie faisait
p artie de sa malice . Il r eg ardait dans la main des quidams, ouv rait des
liv r es au hasard et concluait, pré disait les sorts, enseignait qu’il est
dang er eux de r encontr er une jument noir e et plus dang er eux encor e de s’
entendr e , au moment où l’ on p art p our un v o yag e , app eler p ar quelqu’un
qui ne sait p as où v ous allez, et il s’intitulait « mar chand de sup er stition ».
Il disait  : « Il y a entr e l’ar che vê que de Cantorbér y et moi une différ ence  ;
moi, j’av oue . » Si bien que l’ar che vê que , justement indigné , le fit un jour
v enir  ; mais Ur sus, adr oit, désar ma sa grâce en lui ré citant un ser mon de
lui Ur sus sur le saint jour de Christmas que l’ar che vê que , char mé , apprit
p ar cœur , débita en chair e et publia, comme de lui ar che vê que . Mo y
ennant quoi, il p ardonna.
Ur sus, mé de cin, guérissait, p ar ce que ou quoique . Il pratiquait les ar
omates. Il était v er sé dans les simples. Il tirait p arti de la pr ofonde puissance
qui est dans un tas de plantes dé daigné es, la coudr e moissine , la b ourdaine
blanche , le harde au, la mancienne , la b our g-épine , la vior ne , le ner pr un.
Il traitait la phthisie p ar la r os solis  ; il usait à pr op os des feuilles du
tithymale qui, ar raché es p ar le bas, sont un pur g atif, et, ar raché es p ar le haut,
sont un v omitif  ; il v ous ôtait un mal de g or g e au mo y en de l’ e x cr oissance
vég étale dite oreille de juif  ; il savait quel est le jonc qui guérit le b œuf,
et quelle est la menthe qui guérit le che val  ; il était au fait des b e autés et
des b ontés de l’herb e mandrag or e qui, p er sonne ne l’ignor e , est homme
et femme . Il avait des r e cees. Il guérissait les brûlur es av e c de la laine de
salamandr e , de laquelle Nér on, au dir e de P line , avait une ser viee . Ur sus
p ossé dait une cor nue et un matras  ; il faisait de la transmutation  ; il v
endait des p anacé es. On contait de lui qu’il avait été jadis un p eu enfer mé à
Be dlam  ; on lui avait fait l’honneur de le pr endr e p our un insensé , mais on
l’avait r elâché , s’ap er ce vant qu’il n’était qu’un p oëte . Cee histoir e
n’était pr obablement p as v raie  ; nous av ons tous de ces lég endes que nous
subissons.
La ré alité est qu’Ur sus était savantasse , homme de g oût, et vieux p oëte
latin. Il était do cte sous les deux espè ces, il hipp o cratisait et il pindarisait.
Il eût concour u en phébus av e c Rapin et Vida. Il eût comp osé d’une
fa6L’homme qui rit Chapitr e I
çon non moins triomphante que le Pèr e Bouhour s des trag é dies jésuites.
Il résultait de sa familiarité av e c les vénérables rhythmes et mètr es des
anciens qu’il avait des imag es à lui, et toute une famille de métaphor es
classiques. Il disait d’une mèr e pré cé dé e de ses deux filles  : c’est un
dactyle , d’un pèr e suivi de ses deux fils  : c’est un anapeste , et d’un p etit
enfant mar chant entr e son grand-pèr e et sa grand’mèr e  : c’est un
amphimacre . T ant de science ne p ouvait ab outir qu’à la famine . L’é cole de
Saler ne dit  : « Mang ez p eu et souv ent ». Ur sus mang e ait p eu et rar ement  ;
obéissant ainsi à une moitié du pré cepte et désobéissant à l’autr e  ; mais
c’était la faute du public, qui n’affluait p as toujour s et n’achetait p as
fréquemment. Ur sus disait  : « — L’ e xp e ctoration d’une sentence soulag e . Le
loup est consolé p ar le hurlement, le mouton p ar la laine , la forêt p ar la
fauv ee , la femme p ar l’amour , et le philosophe p ar l’épiphonème . »
Ursus, au b esoin, fabriquait des comé dies qu’il jouait à p eu près  ; cela aide à
v endr e les dr ogues. Il avait, entr e autr es œuv r es, comp osé une b er g erade
hér oïque en l’honneur du che valier Hugh Middleton qui, en 1608, app orta
à Londr es une rivièr e . Cee rivièr e était tranquille dans le comté de
Hartford, à soix ante milles de Londr es  ; le che valier Middleton vint et la prit  ;
il amena une brig ade de six cents hommes ar més de p elles et de pio ches,
se mit à r emuer la ter r e , la cr eusant ici, l’éle vant là , p arfois vingt pie ds
haut, p arfois tr ente pie ds pr ofond, fit des aque ducs de b ois en l’air , et çà
et là huit cents p onts, de pier r e , de brique , de madrier s, et un b e au
matin, la rivièr e entra dans Londr es, qui manquait d’ e au. Ur sus transfor ma
tous ces détails v ulg air es en une b elle bucolique entr e le fleuv e T amis et
la rivièr e Ser p entine  ; le fleuv e invitait la rivièr e à v enir chez lui, et lui
offrait son lit, et lui disait  : « — Je suis tr op vieux p our plair e aux femmes,
mais je suis assez riche p our les p ay er . » — T our ing énieux et g alant p our
e xprimer que sir Hugh Middleton avait fait tous les travaux à ses frais.
Ur sus était r emar quable dans le solilo que . D’une comple xion far ouche
et bavarde , ayant le désir de ne v oir p er sonne et le b esoin de p arler à
quelqu’un, il se tirait d’affair e en se p arlant à lui-même . iconque a vé cu
solitair e sait à quel p oint le monologue est dans la natur e . La p ar ole
intérieur e démang e . Haranguer l’ esp ace est un e xutoir e . Parler tout haut et
tout seul, cela fait l’ effet d’un dialogue av e c le dieu qu’ on a en soi. C’était,
on ne l’ignor e p oint, l’habitude de So crate . Il se p ér orait. Luther aussi.
7

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents