Les morts commandent

Les morts commandent

-

Documents
207 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Extrait : Febrer, en passant devant ces richesses, héritées des ancêtres, leur jeta un ironique regard. Aujourd'hui, plus rien de tout cela ne lui appartenait. Il y avait déjà plus d'un an que toutes les tapisseries étaient devenues la propriété de certains usuriers de Palma, qui toutefois avaient consenti à les laisser pour quelque temps encore, accrochées à leur place. Elles y attendaient la venue de quelque riche amateur, qui les paierait plus largement en croyant les acheter à leur propriétaire. Jaime n'en était plus que le dépositaire, menacé de la prison, s'il s'en montrait infidèle gardien.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 39
EAN13 9782824712666
Langue Français
Signaler un problème

V ICEN T E BLASCO-I BAN EZ
LES MORTS
COMMAN DEN T
BI BEBO O KV ICEN T E BLASCO-I BAN EZ
LES MORTS
COMMAN DEN T
Un te xte du domaine public.
Une é dition libr e .
ISBN—978-2-8247-1266-6
BI BEBO OK
w w w .bib eb o ok.comA pr op os de Bib eb o ok :
V ous av ez la certitude , en télé char g e ant un liv r e sur Bib eb o ok.com de
lir e un liv r e de qualité :
Nous app ortons un soin p articulier à la qualité des te xtes, à la mise
en p ag e , à la ty p ographie , à la navig ation à l’intérieur du liv r e , et à la
cohér ence à trav er s toute la colle ction.
Les eb o oks distribués p ar Bib eb o ok sont ré alisés p ar des béné v oles
de l’ Asso ciation de Pr omotion de l’Ecritur e et de la Le ctur e , qui a comme
obje ctif : la promotion de l’écriture et de la lecture, la diffusion, la protection,
la conservation et la restauration de l’écrit.
Aidez nous :
V os p ouv ez nous r ejoindr e et nous aider , sur le site de Bib eb o ok.
hp ://w w w .bib eb o ok.com/joinus
V otr e aide est la bienv enue .
Er r eur s :
Si v ous tr ouv ez des er r eur s dans cee é dition, mer ci de les signaler à :
er r or@bib eb o ok.com
T élé char g er cet eb o ok :
hp ://w w w .bib eb o ok.com/se ar ch/978-2-8247-1266-6Cr e dits
Sour ces :
– Bibliothè que Éle ctr onique du éb e c
Ont contribué à cee é dition :
– Gabriel Cab os
Fontes :
– P hilipp H. Poll
– Christian Spr emb er g
– Manfr e d KleinLicence
Le te xte suivant est une œuv r e du domaine public é dité
sous la licence Cr e ativ es Commons BY -SA
Except where otherwise noted, this work is licensed under
h tt p : / / c r e a ti v e c o m m on s . or g / l i c e n s e s / b y - s a / 3 . 0 /
Lir e la licence
Cee œuv r e est publié e sous la licence CC-BY -SA, ce qui
signifie que v ous p ouv ez lég alement la copier , la r e
distribuer , l’ env o y er à v os amis. V ous êtes d’ailleur s
encourag é à le fair e .
V ous de v ez aribuer l’ o euv r e aux différ ents auteur s, y
compris à Bib eb o ok.Pr emièr e p artie
1CHAP I T RE I
 F  le va à neuf heur es du matin. Mado Antonia[ ¹ ], qui
l’avait v u naîtr e , ser vante pleine de r esp e ct p our son illustr e fa-J mille , se contentait d’aller et de v enir depuis une heur e dans la
chambr e , p our tâcher de l’é v eiller . Jug e ant insuffisante la lumièr e qui p
énétrait p ar l’imp oste d’une lar g e fenêtr e , elle ouv rit les vantaux de b ois
v er moulu où les vitr es manquaient. Puis elle tira les ride aux de damas
r oug e , g alonné d’ or , qui, en for me de tente , env elopp aient le vaste lit,
antique et majestueux, où avaient v u le jour , s’étaient r epr o duites et éteintes,
plusieur s g énérations de Febr er .
La v eille , en r entrant du cer cle , Jaime avait instamment r e commandé à
Mado Antonia de le ré v eiller de b onne heur e , car il était invité à déjeuner
à V alldemosa. Allons, deb out !
C’était une splendide matiné e de printemps. D ans le jardin, les
oise aux p épiaient en chœur , sur les branches fleuries, balancé es p ar brise ,
qui v enait de la mer v oisine , p ar-dessus le mur .
2Les morts commandent Chapitr e I
La domestique , v o yant que monsieur s’était enfin dé cidé à quier le
lit, se dirig e a v er s la cuisine . Jaime Febr er se mit à cir culer dans la piè ce ,
de vant la fenêtr e ouv erte , que p artag e ait en deux p arties une mince
colonnee .
Il s’était endor mi tard, inquiet et ner v eux, en song e ant à l’imp ortance
de la démar che qu’il allait entr epr endr e le lendemain matin. Pour se couer
la tor p eur que laisse un sommeil tr op court, il r e cher cha avidement la
ré confortante car esse de l’ e au fr oide . En se lavant dans sa p auv r e p etite
cuv ee d’étudiant, Febr er jeta sur elle un r eg ard plein de tristesse . elle
misèr e ! Il manquait des commo dités les plus r udimentair es, dans cee
demeur e seigneuriale . La p auv r eté se manifestait à chaque p as dans ces
salons, dont l’asp e ct rapp elait à Jaime les splendides dé cor s qu’il avait v us
dans certains théâtr es, au cour s de ses v o yag es à trav er s l’Eur op e .
Comme s’il était un étrang er , entrant p our la pr emièr e fois dans sa
chambr e à coucher , Febr er admira cee piè ce monumentale au plafond
éle vé . Ses puissants aïeux avaient constr uit p our des g é ants. Chacune des
salles était aussi vaste qu’une maison mo der ne . T outes les baies de l’é
difice manquaient de vitr es, et l’ on était contraint, cet hiv er , de tenir tous les
vantaux fer més, ce qui ne p er meait à la lumièr e de p énétr er que p ar les
imp ostes, dont les car r e aux fendus étaient obscur cis p ar le temps.
L’absence de tapis laissait à dé couv ert le car r elag e en pier r e siliceuse et tendr e
de Major que , dé coup é e en fins r e ctangles, comme des lames de p ar quet.
Les plafonds laissaient encor e ap er ce v oir l’antique splendeur des
caissons, les uns de b ois sombr e , ing énieusement assemblés, les autr es de vieil
or mat, où se détachaient les ar moiries de la famille . Les mur s, très hauts,
simplement blanchis à la chaux, disp araissaient dans certaines piè ces,
sous des files de table aux anciens, ou sous les plis de somptueuses
tentur es aux viv es couleur s, que le temps ne p ouvait effacer .
La chambr e à coucher de Jaime était or né e de huit grandes tapisseries,
r eprésentant des jardins, de longues allé es b ordé es d’arbr es au feuillag e
automnal, ab outissant à des r onds-p oints, où g ambadaient des biches, où
l’ e au tombait g oue à g oue dans de triples vasques. A u-dessus des p ortes
étaient accr o chés de vieux table aux italiens d’une miè v r erie fade , où des
enfants aux chair s ambré es, jouaient av e c des agne aux.
L’ar cade qui sép arait l’alcô v e de la chambr e avait grand air , av e c
3Les morts commandent Chapitr e I
ses colonnes cannelé es, soutenant un plein cintr e de feuillag e sculpté ,
d’un or pâle et discr et, comme les or nements d’un autel. Sur u ne table
du X V I I I ᵉ siè cle , on v o yait une statuee p oly chr ome de saint Ge or g es à
che val, piétinant les Maur es. P lus loin, le lit, vénérable monument de
famille . elques fauteuils anciens aux bras incur vés, dont le v elour s r oug e ,
éraillé et p elé , laissait v oir la blancheur de la trame , v oisinaient av e c des
chaises de p aille et un lavab o de p auv r e . « Ah ! la misèr e ! » p ensa der
echef l’héritier des Febr er , p ossesseur du majorat. La demeur e ancestrale ,
av e c ses b elles fenêtr es sans vitr es, ses salons, tendus de haute lice et
dép our v us de tapis, ses pré cieuses antiquités mêlé es aux meubles les plus
misérables, lui faisait l’ effet d’un prince r uiné , se p arant encor e d’un
mante au somptueux et d’une cour onne glorieuse , mais n’ayant plus ni ling e
ni chaussur es.
Lui-même n’était-il p as semblable à ce p alais, env elopp e imp osante et
vide , sous laquelle brillaient jadis la gloir e et la richesse de ses aïeux ? Les
Febr er , mar chands ou soldats, avaient tous été navig ateur s. Leur s ar mes
avaient ondulé sous la brise , br o dé es sur les flammes ou les p avillons
de plus de cinquante v oilier s, les plus rapides de la marine major quine ,
qui allaient v endr e l’huile des Balé ar es à Ale x andrie , embar quaient des
épices, des soies et des p arfums d’Orient aux Échelles du Le vant,
trafiquaient av e c V enise , Pise et Gênes, ou, franchissant les Colonnes
d’Hercule , s’ enfonçaient dans les br umeuses mer s du Nord, p our p orter dans
les F landr es et les Républiques hansé atiques, les faïences des Morisques
valenciens, nommé es Maïoliques p ar les étrang er s, p ar ce qu’ elles pr o v
enaient de Major que . Ces p er p étuelles randonné es à trav er s des mer s
infesté es de pirates, avaient fait de cee famille de riches mar chands, une
tribu de vaillants soldats.
Les Febr er avaient p arfois liv ré bataille aux cor sair es tur cs, gr e cs et
alg ériens, ou, contractant av e c eux des alliances, avaient escorté leur s
floes jusque dans les mer s du Nord, p our affr onter les pirates anglais.
Une fois même , ils avaient aaqué , à l’ entré e du Bosphor e , les g alèr es
g énoises qui monop olisaient le commer ce de By zance .
P lus tard, cee dy nastie de marins batailleur s, r enonçant à la
navig ation commer ciale , avait donné son sang p our défendr e des r o yaumes
chrétiens, et fait entr er quelques-uns de ses fils dans la sainte milice des
4Les morts commandent Chapitr e I
Che valier s de Malte .
Du jour où ils r e ce vaient l’ e au du baptême , les cadets p ortaient,
cousue à leur s lang es, la cr oix blanche à huit p ointes, qui sy mb olise les huit
Bé atitudes. and ils avaient l’âg e d’homme , ils commandaient les g
alèr es de cet ordr e b elliqueux et finissaient leur s jour s dans de riches
Commanderies, où ils contaient leur s pr ouesses à leur s p etits-ne v eux et
faisaient soigner leur s infir mités et p anser leur s blessur es p ar des esclav es
musulmanes av e c lesquelles ils vivaient, en dépit de leur v œu de
chasteté . D es monar ques fameux, p assant p ar Major que , avaient quié l’
Alcazar d’ Almudaina, p our visiter les Febr er dans leur p alais. elques-uns
avaient été amiraux des floes r o yales, d’autr es g ouv er neur s de p
ossessions lointaines ; certains d’ entr e eux dor maient leur éter nel sommeil sous
les dalles de la cathé drale de La V alee , près d’autr es Major quins illustr es,
et Jaime avait pu contempler leur s tomb es, quand il avait visité Malte .
La Bour se de Palma, élég ant é difice g othique , pr o che de la mer , avait
été , durant plusieur s siè cles, un fief de ses aïeux. T outes les mar chandises
dé char g é es sur le môle v oisin étaient p our les Febr er ; et, dans l’immense
salle hy p ostyle de la Bour se , près des colonnes tor ses qui se p erdaient
dans la p énombr e des v oûtes, les ancêtr es de Jaime r e ce vaient av e c un
faste r o yal, les navig ateur s d’Orient, vêtus de l’ample culoe plissé e , les
p atr ons g énois et pr o v ençaux au p etit mante au sur monté d’un capuce ,
et les vaillants capitaines de l’île , p ortant le r oug e b onnet catalan. Les
mar chands vénitiens env o yaient des meubles d’ébène , or nés de menues
incr ustations d’iv oir e et de lapis-lazuli, ou, dans leur cadr e de cristal, de
grandes glaces aux r eflets azurés. Les navig ateur s, qui r e v enaient d’ A -
frique , app ortaient des p oigné es de plumes d’autr uche , des défenses
d’éléphant, et ces trésor s, av e c b e aucoup d’autr es, allaient enrichir les salles
du p alais, p arfumé es de my stérieuses essences, présents des cor r esp
ondants asiatiques.
Durant des siè cles, les Febr er avaient été les inter mé diair es entr e
l’Orient et l’O ccident, et avaient fait de Major que un dépôt de pr o duits e x
otiques, que leur s vaisse aux allaient ensuite p orter çà et là en Esp agne ,
en France , en Hollande . Les richesses affluaient chez eux av e c une ab
ondance fabuleuse . Il leur ar riva même de prêter à des r ois. Et p ourtant,
Jaime , le der nier de leur race , la nuit pré cé dente , après av oir p erdu au
5