Lettre de Saint-Évremond à la duchesse de Nevers, pour la duchesse Mazarin

Lettre de Saint-Évremond à la duchesse de Nevers, pour la duchesse Mazarin

-

Documents
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Charles de Saint-Évremond
Œuvres mêlées
LII. Lettre à la duchesse de Nevers, sous le nom de la duchesse Mazarin, 1692 ?
LETTRE A ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 105
Langue Français
Signaler un problème
Charles de Saint-Évremond Œuvres mêlées LII. Lettre à la duchesse de Nevers, sous le nom de la duchesse Mazarin, 1692 ?
LETTRE A MADAME LA DUCHESSE DE NEVERS, AU NOM DE MADAME LA DUCHESSE MAZARIN.
Je n’ai jamais douté, Madame, que vous ne prissiez toute la part qu’on peut prendre à mes intérêts. J’ai attendu de votre amitié ce que vous pouviez attendre de la mienne. Il n’est pas besoin de nous en donner de nouvelles assurances, dans nos lettres, étant aussi sûres que nous sommes, l’une de l’autre, sur tout ce qui nous regarde. Je croyois que rien ne me devoit surprendre, touchant le procédé de M. Mazarin ; je ne laisse pas de m’étonner qu’après m’avoir ôté ma pension, il y a dix ou douze ans, m’avoir réduite à mendier, comme je fais, ma subsistance ; avoir entrepris de me faire déchoir de mes droits, peu content de me voir dans la nécessité où je suis durant sa vie, s’il ne s’assuroit que je serois misérable après sa mort ; après un procédé si honnête, une conduite si obligeante, des actions si généreuses, je m’étonne, dis-je, qu’il ait la bonté de vouloir bien que je demeure avec lui. Il faut commencer par payer toutes mes dettes, m’assurer de ma subsistance et me mettre en liberté de sortir d’Angleterre. J’attends cela de la justice de Messieurs du grand conseil ; et de la vôtre, Madame, que vous me croyiez aussi véritablement que je suis, etc.