Les Fausses Confidences
64 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Les Fausses Confidences

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
64 pages
Français

Description

Les Fausses Confidences
Marivaux
Comédie en trois actes, en prose, représentée pour la
première fois par les Comédiens-Italiens le 16 mars 1737
Sommaire
1 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/124
2 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/125
3 SCENE PREMIÈRE
4 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/126
5 SCENE II
6 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/127
7 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/128
8 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/129
9 SCENE III
10 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/130
11 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/131
12 SCENE IV
13 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/132
14 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/133
15 SCENE V
16 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/134
17 SCENE VI
18 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/135
19 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/136
20 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/137
21 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/138
22 SCENE VIII
23 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/139
24 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/140
25 SCENE IX
26 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/141
27 SCENE X
28 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/142
29 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/143
30 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/144
31 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/145
32 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/146
33 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/147
34 SCENE XII
35 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/148
36 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/149
37 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/150
38 SCENE ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 135
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

Les Fausses ConfidencesMarivauxComédie en trois actes, en prose, représentée pour lapremière fois par les Comédiens-Italiens le 16 mars 1737Sommaire1 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/1242 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/1253 SCENE PREMIÈRE4 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/1265 SCENE II6 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/1277 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/1288 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/1299 SCENE III10 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/13011 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/13112 SCENE IV13 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/13214 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/13315 SCENE V16 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/13417 SCENE VI18 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/13519 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/13620 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/13721 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/13822 SCENE VIII23 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/13924 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/14025 SCENE IX26 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/14127 SCENE X28 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/14229 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/14330 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/14431 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/14532 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/14633 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/14734 SCENE XII35 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/148 36 Page:Marivaux- Théâtre, vol. II.djvu/14937 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/15038 SCENE XIV39 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/15140 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/15241 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/15342 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/15443 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/15544 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/15645 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/15746 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/15847 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/15948 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/16049 SCENE XVI50 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/16151 SCENE XVII52 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/16253 ACTE II53.1 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/163
53.2 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/16453.3 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/16553.4 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/16653.5 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/16753.6 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/16853.7 SCENE III53.8 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/16953.9 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/17053.10 SCENE IV53.11 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/17153.12 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/17253.13 SCENE V53.14 SCENE VI53.15 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/17353.16 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/17453.17 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/17553.18 SCENE VIII53.19 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/17653.20 SCENE IX53.21 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/17753.22 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/17853.23 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/17953.24 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/18053.25 SCENE X53.26 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/18153.27 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/18253.28 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/18353.29 SCENE XI53.30 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/18453.31 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/18553.32 SCENE XII53.33 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/18653.34 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/18753.35 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/18853.36 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/18953.37 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/19053.38 SCENE XIII53.39 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/19153.40 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/19253.41 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/19353.42 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/19453.43 SCENE XIV53.44 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/19553.45 SCENE XV53.46 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/19653.47 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/19753.48 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/19853.49 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/19953.50 SCENE XVI53.51 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/20053.52 SCENE XVII-53.53 Page:Marivaux Théâtre, vol. II.djvu/20154 ACTE III54.1 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/20254.2 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/20354.3 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/20454.4 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/20554.5 SCENE II54.6 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/20654.7 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/20754.8 SCENE III54.9 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/20854.10 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/20954.11 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/21054.12 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/21154.13 SCENE V54.14 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/21254.15 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/21354.16 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/21454.17 SCENE VI54.18 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/215
54.19 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/21654.20 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/21754.21 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/21854.22 SCENE VII54.23 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/21954.24 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/22054.25 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/22154.26 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/22254.27 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/22354.28 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/22454.29 SCENE IX54.30 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/22554.31 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/22654.32 SCENE X54.33 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/22754.34 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/22854.35 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/22954.36 SCENE XI54.37 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/23054.38 SCENE XII54.39 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/23154.40 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/23254.41 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/23354.42 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/23454.43 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/23554.44 Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/236Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/124PERSONNAGESARAMINTE, fille de Madame Argante.DORANTE, neveu de Monsieur Remy.MONSIEUR REMY, procureur.MADAME ARGANTE.ARLEQUIN, valet d'Araminte.DUBOIS, ancien valet de Dorante.MARTON, suivante d'Araminte.LE COMTE.Un domestique parlant.Un garçon joaillier.La scène est chez Madame Argante.=ACTEPage:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/125PREMIER=SCENE PREMIÈREDORANTE, ARLEQUINARLEQUIN, introduisant Dorante.Ayez la bonté, Monsieur, de vous asseoir un moment dans cette salle,Mademoiselle Marton est chez Madame et ne tardera pas à descendre.DORANTEJe vous suis obligé.ARLEQUINSi vous voulez, je vous tiendrai compagnie, de peur que l'ennui ne vous prenne ;nous discourerons en attendant.
DORANTEJe vous remercie ce n'est pas la peine, ne vous détournez point.ARLEQUINVoyez, Monsieur, n'en faites pas de façon : nous avons ordre de Madame d'êtrehonnête, et vous êtes témoin que je le suis.DORANTENon, vous dis-je, je serai bien aise d'être un moment seul.Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/126ARLEQUINExcusez, Monsieur, et restez à votre fantaisie.SCENE IIDORANTE, DUBOISDubois, entrant avec un air de mystère.DORANTEAh ! te voilà ?DUBOISOui, je vous guettais.DORANTEJ'ai cru que je ne pourrais me débarrasser d'un domestique qui m'a introduit ici, etqui voulait absolument me désennuyer en restant. Dis-moi, Monsieur Remy n'estdonc pas encore venu ?DUBOISNon, mais voici l'heure à peu près qu'il vous a dit qu'il arriverait. (Il cherche etregarde.) N'y a-t-il là personne qui nous voie ensemble ? Il est essentiel que lesdomestiques ici ne sachent pas que je vous connaisse.DORANTEJe ne vois personne.DUBOISVous n'avez rien dit de notre projet à Monsieur Remy, votre parent ?DORANTEPas le moindre mot. Il me présente de la meilleure foi du monde, en qualitéd'intendant, àPage:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/127cette dame-ci dont je lui ai parlé, et dont il se trouve le procureur ; il ne sait point dutout que c'est toi qui m'as adressé à lui, il la prévint hier ; il m'a dit que je merendisse ce matin ici, qu'il me présenterait à elle, qu'il y serait avant moi, ou que s'iln'y était pas encore, je demandasse une Mademoiselle Marton. Voilà tout, et jen'aurais garde de lui confier notre projet, non plus qu'à personne, il me paraîtextravagant, à moi qui m'y prête. Je n'en suis pourtant pas moins sensible à tabonne volonté, Dubois, tu m'as servi, je n'ai pu te garder, je n'ai pu même te bienrécompenser de ton zèle ; malgré cela, il t'est venu dans l'esprit de faire ma fortune :en vérité, il n'est point de reconnaissance que je ne te doive !DUBOISLaissons cela, Monsieur ; tenez, en un mot, je suis content de vous, vous m'avez
repr entotrede nohtnl  aq eusi,ejes ai;me nnie t neir sdnetta'n ous vous bien, vruener.ze  neroten ryévod'e reêtOBUDhESImed .nial  eadsn e ;omdn estellee av liéCETNARODmef ettea i -cmeg an runvu e'dnum ra iuqi avait une grant ce tuoq ecli'u a yem duxieve, ta euqleuq aref leelu'sqoicru  t ;teec sninasef ns le dahargde cj eu'l eom82q ,idjI./1vuvo,  Il.T éhtâeriravxu- àPage:Matention  bdet inUB?Dn ieiuq iom op ia'n e suui nien,is resarpéuoioq ,im  T !rnou-vezs ou eni tseP nuuoré ! Votre bonne mIOPSiotnd  eibnessaiLecalno ssnei ,oM tenur ;en uez,  eovsu ,noettnd e suis cn mot, jov ;ê su sru ulpztvejoouusvo'a mmoemnuh em ,h molentxcelun etes neib siava'j is et; e im'a jue qserait encore à edl a'grne,ti  lNTRAuaEQ pndrrourtoves ecivrOD.es see teentsntim eeriaj-îartocnn snetuorlat aierom ruop f aM ? ible, qu'a si faiedivnerd,te ll erattan te  sbadé ,eselleohisuetnera en slle z, eiaes ilp sulv uoSi. leelr ou pisp tnat te ,suov TSna timue xopruisonnable ?DUBOIxe tmêrtnemear tdie qus ll'eese ARTN.sODutm EE tpournte moin le ib zeva axios ne !AhISBOens ou vmi'mitapv !  suo vec tosteenavz uq eejt iuf ia tDUBOISOhremble !oissap ceva emia qcet esc't  en,jduvI .Iov.ler ,e l'NTEJDORA/129l's meai?Pz e:agiraMxuavT - tâéhouvelles. Vous la'ev zuv etev uontsaouéps ou v ;rid ne'mn sed ze ne ellera spourtune eose' nriuqsoab, leibllainfi tse eriaffa eremblme s il le ;llbifniatni ulemt auutto qle vui enuliatov : àlis, etnotpossiblegiinét ssel sed tniop a sulp ed ezqumos 'y nil, uo seuv ir s àaPndse graur qignecsuoisnoerèdcne  pun, eue qu vjesneiru ,ovsuv uoore ; allons, Mo alpll eTNEEODARnte nquae cius d ed servil ellimDUs.oiub De,ntretnd na sutleelemlle et vvotre saseganos é sopiuqem re.isoutslas RANTe.DOlle EQuerè ehcmiIOOSD!BU lje, uiieutsoe suoV .snca setê e que je vous vosid jéeà nédhsbaléilan dl's paapmetr tneM edmadauqtiuo sejv  u ;adiea : rlerilpa te ,ertîam el tesl  ie,rlpar ou;ruR me ye Monsiepeut-êtr'c , tseqleunu'uennt qds ;te'e jou ts tes notiacemmonocsuneved smesures sont prino,st uoet son surmehul' mmae  dej ; sessiannoc tre s vote, mériseesîarts ia ,eju ! ep naid ertneh: ue qreers urssrize ,ovsur uéfiance ;u de con ej ,egrahc ne'me  Je.-jis dusvosus  ;onl  àm sil'ai je eux,le vo  novsue rnciihra, tout ruiné qv eu suosetêne ,ndte-vezs ouFi?  ,arreéte rtsinosse,ichefaud il t euq arr es tuoQu. deenaml'd anmes taleje sais ovsuc notn,sj  e vons ouisdut ,etuotar eemia ,ar'on e qunablison spév uo ;nose tfie utto, raseoute ,tseno'uq erè
nous voilà embarqués, poursuivons. (Il fait quelques pas, et revient.) À propos,tâchez que Marton prenne un peu de goût pour vous. L'Amour et moi nous ferons lereste.SCENE IIIMONSIEUR REMY, DORANTEMONSIEUR REMYBonjour, mon neveu ; je suis bien aise de vous voir exact. Mademoiselle Marton vavenir, on est allé l'avertir. La connaissez-vous ?DORANTENon, Monsieur ; pourquoi me le demandez-vous ?Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/130MONSIEUR REMYC'est qu'en venant ici, j'ai rêvé à une chose… Elle est jolie, au moins.DORANTEJe le crois.MONSIEUR REMYEt de fort bonne famille, c'est moi qui ai succédé à son père ; il était fort ami duvôtre ; homme un peu dérangé ; sa fille est restée sans bien ; la dame d'ici a voulul'avoir, elle l'aime, la traite bien moins en suivante qu'en amie ; lui a fait beaucoupde bien, lui en fera encore, et a offert même de la marier. Marton a d'ailleurs unevieille parente asthmatique dont elle hérite, et qui est à son aise ; vous allez êtretous deux dans la même maison ; je suis d'avis que vous l'épousiez : qu'en dites-vous ?DORANTE sourit à part.Eh !… mais je ne pensais pas à elle.MONSIEUR REMYEh bien, je vous avertis d'y penser ; tâchez de lui plaire. Vous n'avez rien, monneveu, je dis rien qu'un peu d'espérance ; vous êtes mon héritier, mais je me portebien, et je ferai durer cela le plus longtemps que je pourrai, sans compter que jepuis me marier ; je n'en ai point d'envie, mais cette envie-là vient tout d'un coup, il ya tant de minois qui vous la donnent ; avec une femme on a des enfants, c'est lacoutume, auquel cas, serviteur au collatéral ; ainsi, mon neveu, prenez toujours vospetites précautions, et vous mettez en état de vous passer de mon bien, que je vousdestine aujourd'hui, et que je vous ôterai demain peut-être.Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/131DORANTEVous avez raison, Monsieur, et c'est aussi à quoi je vais travailler.MONSIEUR REMYJe vous y exhorte. Voici Mademoiselle Marton, éloignez-vous de deux pas, pour medonner le temps de lui demander comment elle vous trouve. (Dorante s'écarte unpeu.)SCENE IVMONSIEUR REMY, MARTON, DORANTE.MARTONJe suis fâchée, Monsieur, de vous avoir fait attendre ; mais j'avais affaire chez
Madame.MONSIEUR REMYIl n'y a pas grand mal, Mademoiselle, j'arrive. Que pensez-vous de ce grand garçon-là ? (Montrant Dorante.)MARTON, riant.Eh ! Par quelle raison, Monsieur Remy, faut-il que je vous le dise ?MONSIEUR REMYC'est qu'il est mon neveu.MARTONEh bien ! Ce neveu-là est bon à montrer ; il ne dépare point la famille.Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/132MONSIEUR REMYTout de bon ? C'est de lui dont j'ai parlé à Madame pour intendant, et je suischarmé qu'il vous revienne : il vous a déjà vue plus d'une fois chez moi quand vous yêtes venue ; vous en souvenez-vous ?MARTONNon je n'en ai point d'idée.MONSIEUR REMYOn ne prend pas garde à tout. Savez-vous ce qu'il me dit la première fois qu'il vousvit ? Quelle est cette jolie fille-là ? (Marton sourit.) Approchez, mon neveu.Mademoiselle, votre père et le sien s'aimaient beaucoup, pourquoi les enfants nes'aimeraient-ils pas ? En voilà un qui ne demande pas mieux ; c'est un cœur qui seprésente bien.DORANTE, embarrassé.Il n'y a rien là de difficile à croire.MONSIEUR REMYVoyez comme il vous regarde ; vous ne feriez pas là une si mauvaise emplette.MARTONJ'en suis persuadée ; Monsieur prévient en sa faveur, et il faudra voir.MONSIEUR REMYBon, bon ! Il faudra ! Je ne m'en irai point que cela ne soit vu.MARTON, riant.Je craindrais d'aller trop vite.Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/133DORANTEVous importunez Mademoiselle, Monsieur.MARTON, riant.Je n'ai pourtant pas l'air si indocile.MONSIEUR REMY, joyeux.Ah ! je suis content, vous voilà d'accord. Oh ! çà, mes enfants (il leur prend lesmains à tous deux). Je vous fiance, en attendant mieux. Je ne saurais rester ; je
reviendrai tantôt. Je vous laisse le soin de présenter votre futur à Madame. Adieu,ma nièce. (Il sort.)MARTON, riant.Adieu donc, mon oncle.SCENE VMARTON, DORANTE.MARTONEn vérité, tout ceci a l'air d'un songe. Comme Monsieur Remy expédie ! Votreamour me paraît bien prompt, sera-t-il aussi durable ?DORANTEAutant l'un que l'autre, Mademoiselle.MARTONIl s'est trop hâté de partir. J'entends Madame qui vient, et comme, grâce auxarrangements de Monsieur Remy, vos intérêts sont presque les miens,Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/134ayez la bonté d'aller un moment sur la terrasse, afin que je la prévienne.DORANTEVolontiers, Mademoiselle.MARTON, le voyant sortir.J'admire le penchant dont on se prend tout d'un coup l'un pour l'autre.SCENE VIARAMINTE, MARTON.ARAMINTEMarton, quel est donc cet homme qui vient de me saluer si gracieusement, et quipasse sur la terrasse ? Est-ce à vous à qui il en veut ?MARTONNon, Madame, c'est à vous-même.ARAMINTE, d'un air assez vif.Eh bien, qu'on le fasse venir, pourquoi s'en va-t-il ?MARTONC'est qu'il a souhaité que je vous parlasse auparavant. C'est le neveu de MonsieurRemy, celui qu'il vous a proposé pour homme d'affaires.ARAMINTEAh ! c'est là lui ! Il a vraiment très bonne façon.Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/135MARTONIl est généralement estimé, je le sais.ARAMINTEJe n'ai pas de peine à le croire : il a tout l'air de le mériter. Mais, Marton, il a si
bonne mine pour un intendant, que je me fais quelque scrupule de le prendre ; n'endira-t-on rien ?MARTONEt que voulez-vous qu'on dise ? Est-on obligé de n'avoir que des intendants malfaits ?ARAMINTETu as raison. Dis-lui qu'il revienne. Il n'était pas nécessaire de me préparer à lerecevoir. Dès que c'est Monsieur Remy qui me le donne, c'en est assez ; je leprends.MARTON, comme s'en allant.Vous ne sauriez mieux choisir. (Et puis revenant.) Êtes-vous convenue du parti quevous lui faites ? Monsieur Remy m'a chargée de vous en parler.ARAMINTECela est inutile. Il n'y aura point de dispute là-dessus. Dès que c'est un honnêtehomme, il aura lieu d'être content. Appelez-le.MARTON, hésitant à partir.On lui laissera ce petit appartement qui donne sur le jardin, n'est-ce pas ?ARAMINTEOui, comme il voudra ; qu'il vienne. (Marton va dans la coulisse.)==SCENEPage:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/136VII== DORANTE, ARAMINTE, MARTON.MARTONMonsieur Dorante, Madame vous attend.ARAMINTEVenez, Monsieur ; je suis obligée à Monsieur Remy d'avoir songé à moi. Puisqu'ilme donne son neveu, je ne doute pas que ce ne soit un présent qu'il me fasse. Unde mes amis me parla avant-hier d'un intendant qu'il doit m'envoyer aujourd'hui ;mais je m'en tiens à vous.DORANTEJ'espère, Madame, que mon zèle justifiera la préférence dont vous m'honorez, etque je vous supplie de me conserver. Rien ne m'affligerait tant à présent que de laperdre.MARTONMadame n'a pas deux paroles.ARAMINTENon, Monsieur ; c'est une affaire terminée, je renverrai tout. Vous êtes au fait desaffaires apparemment ; vous y avez travaillé ?DORANTEOui, Madame ; mon père était avocat, et je pourrais l'être moi-même.Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/137ARAMINTEC'est-à-dire que vous êtes un homme de très bonne famille, et même au-dessus du
parti que vous prenez.DORANTEJe ne sens rien qui m'humilie dans le parti que je prends, Madame ; l'honneur deservir une dame comme vous n'est au-dessous de qui que ce soit, et je n'envierai lacondition de personne.ARAMINTEMes façons ne vous feront point changer de sentiment. Vous trouverez ici tous leségards que vous méritez ; et si, dans les suites, il y avait occasion de vous rendreservice, je ne la manquerai point.MARTONVoilà Madame : je la reconnais.ARAMINTEIl est vrai que je suis toujours fâchée de voir d'honnêtes gens sans fortune, tandisqu'une infinité de gens de rien, et sans mérite, en ont une éclatante ; c'est unechose qui me blesse, surtout dans les personnes de son âge ; car vous n'avez quetrente ans, tout au plus ?DORANTEPas tout à fait encore, Madame.ARAMINTECe qu'il y a de consolant pour vous, c'est que vous avez le temps de devenirheureux.Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/138DORANTEJe commence à l'être d'aujourd'hui, Madame.ARAMINTEOn vous montrera l'appartement que je vous destine ; s'il ne vous convient pas, il yen a d'autres, et vous choisirez. Il faut aussi quelqu'un qui vous serve et c'est à quoije vais pourvoir. Qui lui donnerons-nous, Marton ?MARTONIl n'y a qu'à prendre Arlequin, Madame. Je le vois à l'entrée de la salle et je vaisl'appeler. Arlequin ? Parlez à Madame.SCENE VIIIARAMINTE, DORANTE, MARTON, ARLEQUIN, UN DOMESTIQUE.ARLEQUINMe voilà, Madame.ARAMINTEArlequin, vous êtes à présent à Monsieur ; vous le servirez ; je vous donne à lui.ARLEQUINComment, Madame, vous me donnez à lui ! Est-ce que je ne serai plus à moi ? Mapersonne ne m'appartiendra donc plus ?MARTONQuel benêt !Page:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/139
ARAMINTEJ'entends qu'au lieu de me servir, ce sera lui que tu serviras.ARLEQUIN, comme pleurant.Je ne sais pas pourquoi Madame me donne mon congé : je n'ai pas mérité cetraitement ; je l'ai toujours servie à faire plaisir.ARAMINTEJe ne te donne point ton congé, je te payerai pour être à Monsieur.ARLEQUINJe représente à Madame que cela ne serait pas juste : je ne donnerai pas mapeine d'un côté, pendant que l'argent me viendra d'un autre. Il faut que vous ayezmon service, puisque j'aurai vos gages ; autrement je friponnerais, Madame.ARAMINTEJe désespère de lui faire entendre raison.MARTONTu es bien sot ! Quand je t'envoie quelque part, ou que je te dis : fais telle ou tellechose, n'obéis-tu pas ?ARLEQUINToujours.MARTONEh bien, ce sera Monsieur qui te le dira comme moi, et ce sera à la place deMadame et par son ordre.ARLEQUINAh ! c'est une autre affaire. C'est Madame quiPage:Marivaux - Théâtre, vol. II.djvu/140donnera ordre à Monsieur de souffrir mon service, que je lui prêterai par lecommandement de Madame.MARTONVoilà ce que c'est.ARLEQUINVous voyez bien que cela méritait explication.UN DOMESTIQUE vient.Voici votre marchande qui vous apporte des étoffes, Madame.ARAMINTEJe vais les voir et je reviendrai. Monsieur, j'ai à vous parler d'une affaire ; ne vouséloignez pas.SCENE IXDORANTE, MARTON, ARLEQUIN.ARLEQUINOh çà, Monsieur, nous sommes donc l'un à l'autre, et vous avez le pas sur moi ? Jeserai le valet qui sert, et vous le valet qui serez servi par ordre.MARTON