Hugues Pierron de Mondésir

Hugues Pierron de Mondésir

-

Français
40 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

L’AIGLON Lycée Militaire de Saint-Cyr • 2010-2011 LE MOT DU CHEF DE CORPS ET DU PROVISEUR L’AIGLON prend cette année une forme nouvelle avec l’objectif d’être plus riche tout enet une responsabilisation des classes terminales afin que l’esprit potache au lycée s’exprime de manière bon enfant et dans les limites fixées. Au bilan, l’image du lycée a été valorisée par touss’adaptant à la perte de notre cellule communication dans la réorganisation interne du lycée. Il ceux qui ont été engagés dans les nombreux voyages ou activités pédagogiques extérieures.se transforme ainsi en numéro unique annuel, véritable almanach de l’année scolaire écoulée L’engagement sportif, quand à lui, a apporté à chacun des élèves l’épanouissement visé et des ré-pour en devenir en quelque sorte l’album souvenir à destination des élèves. sultats d’excellente facture. La cinquième victoire consécutive remportée au Tournoi inter lycéesUne année scolaire au Coldo est toujours riche, l’année 2010-2011 n’y a pas échappé. Les de la Défense signale, aux yeux de tous, l’esprit Coldo.objectifs principaux du projet d’établissement ont été atteints. Citons d’abord les très bons S’agissant du fonctionnement général, cette année n’a pas été facile (comme la prochaine!)résultats académiques avec un travail, le plus souvent sérieux, sanctionné par des volumes im- compte tenu de la réorganisation des armées et des contraintes budgétaires.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 12 août 2013
Nombre de lectures 110
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo
Signaler un problème

L’AIGLON

Lycée Militaire de Saint-Cyr • 2010-2011

AIL’re pONGLettec dnu eénna n uoevllenf roem’objectie avec lulp ir s’d fertêns eda’ae chuttoreetalp t àtpnallule cenotr de noitacinummoc enigaorréa lnsdayl u.eécslI rt etisa ionernt dne nunémoru inuq eansforme ainsi eanamla e’l ed hc, elnuanbltarivéeéopoclu nedrue e scannére éolailb’a sumor s lteeuq euqlinevne rs élèvesation de àedtsniuoevin rst edool Caue iralocs eénna enU.0-20 201nnée l’ahc,e sirojrut uoncri pfsdux auip tejorp ilbaté’d’y a11 n éch pas .eLpaépceitosjb’a drdboes lrè tob sérsntlus stassement ont été taetnist .iCotsnrés tnevuos sulpnéontincsa, uxievaceeu sméqicada le ail,trav un sesipé(océrnepmt eldColengesttv lomusep rad seants de im-portuqtivèsel eattnns exames élt deatlusér e xua stexd’, o)tsenllcerul sec alsssep supérieures. Pouop el rté sseducélybie aenésrmses breu nomrentmeueeld céai apS l ànsio-sisdm asel seriotarapérne permetifiquesses icne nifilrèstde eesatltmos sonuséremêm is .Au valeu Nair o,fc acité udlpnaté é aéenn ateete’l rap eéuqram s suffisttent pan soc namaemtnà nt’ireégdadi dtsed eA’l ’l rlocéetes rne utnér enev gieuru de la fiche comtropnemeelatob erèinamed emiprexs’e célyu af xitisel mil sedans et fantn en sesmret sedsalcatisn ionspoilabp tocaeh’lserptifin que inales ales an drembnos été tno ségagne tés tivigogipédayogaxuv ucaseo ma’i dgelyu e cé.seé uA alibl ,npar tousceux qui até éavolirés e det res vnté is’d secxeus-étatles élèvechacun duosiesem s’lpéna l àndua qf,tior à étroppa a ,iuuresérie extques tpsmenegngaL.e’gis elanua ,ey x duxtoe , usesl’uonrioi tnrel cyéesde la Défenseoc eriotvitucésnormpree Taue téetf llneer .cautinquLa c vicièmeoégrnasid ealr pte tenuine!)comrp aahcomoc(l emac fe ilas pté én a’nneéeta c teral,généent nnemoitcnof ud tnassgi’a.Sdool Citprernat enfin rénov u’lnaicnei tngrs dean’a dirvoemed erunaénniomsati La tionsfacubgdet ser.stéias det einrantcoed noitaseémra sannée. Pe cette étomnid têeru ntengs mprdgaloersuov al ssiu zeis à dèlet fistan nerere méionem tibâe dyésaess nova suon euq ecodvine tesopruusvé. Les travaux el sas ssell ed reivn e1220an dcslatee C.teeisrs, ccourirs oulo nolgiA’ tuev eslampxe e ldee irenr mbse.leLE MOT DU CHEF DE CORPS ET DU PROVISEUR

2 • Lycée Militaire de Saint-Cyr • Journal de l’année scolaire 2010-2011 •

ttres» version rfirfsee ted selt efienden«chs ( sn rusl al)enut levé eèvess élss e rurrairse tlee qus euitra t’C .essurola tse,el seeprTsèv tigaison. euse carp asicérnecs erdé iddeà ’o l ant,tl f iaibneia srt m cou étéch ateks reimerp eL s.riep r aleacctos Za tnvirrd sécoé-rauv lntmb’aorivesrua jdiotn) et de M. WALLEhcteks sla tno smmcos or’a.Dcéen erfaicnqieunété rég qui. Lenaitsos atldanoulet f a tiaur ssess groupe bord, ungrqieuj rtsèé enouéc desutnarosteitram sed tnarvuiviée sentrson d a’uoep nrgd u’réoi sesMoe desc snova l« étnahsûr.ien repa Le »necsuoesb R sue lléta vié rteet snimrl ,éas aes sont repartisnaég etel selévèniaS ed eriatili MéeyccLanBl. .Rocaleés a’nnedl nal Jourr • t-Cy« Faites de la science »
La journée « Faites de la science», organisée le
2 décembre 2010, a remporté un vif succès auprès
des professeurs et des cadres du lycée qui se sont
déplacés en nombre au centre de documentation
où leur étaient présentées de nombreuses expé-
riences par des élèves de classes de seconde.
Cette activité était donc l’occasion d’initier et sen-
sibiliser ces élèves à la démarche scientifique mais
aussi de partager les savoirs, s’émerveiller du
monde qui nous entoure, débattre des enjeux de
notre société et repousser les frontières de l’in-
connu...

Rungis
Dans le cadre de leur programme
d’étude, la première L, accompagnée de
M. SELLIER, professeur de SVT, a visité
le marché de Rungis. Ce gigantesque
pôle dédié à l’alimentation regroupe
sept secteurs principaux d’activité :
fruits et légumes, produits carnés, pro-
duits de la mer et d’eau douce, produits
laitiers, produits traiteurs et autres pro-
duits alimentaires, horticulture et dé-
coration, matériel et emballage.
Le marché de Rungis, c’est aussi :
7,6 milliard€de chiffre d'affaires, Près
de 1200 entreprises implantées (gros-
sistes, producteurs, courtiers, logisti-
ciens, consommateurs desservis dont
11 millions en Ile-de-France.

3Soirée
RusseSoirée
Russe

01-2• 1 e ir1020tcuesea ei nsrb leudansle, r rôocer tno éutitsnasep runou tui qnr euad sésart eà cause d’unserv ruealamiordI .ta l é étivsud’i vise dedrôlune e ,trasiedP ti ersou cun, innf eiaS ed eécyl ua n Russe.nt-Cyr ep uoovrivAna ted dceicélan mr ge ,sasuonxueiper T PÉDAGOGIQUSEEL SCAITIVÉTiSeTr sdectpeleacLe. enu nim as-i elln salon de thé à ese tapsseéd u’s,tenumillsaa lq nE.»sd seuqleu desernegnar Groadsner rT«val ad eltne’oitplenne ncceexlau ha ceio tne C moapng la 5èmerusse de ed essalc al eds velè ées ls,reh ue à91rb ecéme 7 dardiMSIASa ccmoapngsé de Mme LABRE (PiatiD enRABE ,ERadl’daju Ant-AITxue tnA.no svnri9h30de 1 cap, led rus àjér ,xue’ntietapéuajon ee passert bien srtse ,éde t’duat encoenmae-ainda alialls erec ietche skpe dgrouesd ni sreat.sC ntsoe sesèvéls rap sélbmessar
Sae drer Cyt-inanruoJ •a’l ed l sconnéee 20lair10 1012-•L’INRA

Implanté à Versailles, à quelques kilomètres du lycée, l’INRA, premier institut de recherche
agronomique en Europe, mène des recherches pour une alimentation saine et de qualité,
pour une agriculture compétitive et durable. Créé en 1946 dans un objectif de modernisation
de l'agriculture française, l’INRA a accompagné depuis les mutations du monde agricole, des
filières alimentaires et des territoires avec l’objectif de répondre aux attentes exprimées par
la société, notamment celle de la suffisance alimentaire de la nation.
Les défis scientifiques et sociétaux sont aujourd’hui bien différents et ont une dimension
mondiale : profondes évolutions de l'alimentation, érosion de la biodiversité, développement
des maladies émergentes, progrès de la chimie verte. Cette visite aura ainsi permis aux élèves
de découvrir d’ambitieux programmes de recherche destinés à répondre aux défis alimentaires
de demain.Mémorial Leclerc et de la LibérationVisite du
de Paris et du Musée Jean Moulin
Le 27 avril 2011, la classe de CPES a eu l’opportunité de visiter le Mémorial Leclerc
et de la Libération de Paris et du Musée Jean Moulin; un musée méconnu et
pourtant riche d’enseignements pour une période phare de notre histoire : la Résis-
tance Française et la Libération de Paris. Ce musée a vu le jour en 1994.
La visite a donné lieu à une rétrospective sur l’histoire de Jean Moulin, véritable
emblème de la résistance, mort le 8 juillet 1943 en défendant ses valeurs. Celle-ci
s’est poursuivie par une présentation de l’action du Maréchal Leclerc et des événe-
ments qui ont marqué la Libération de Paris.
Nous avons eu la chance de rencontrer le Colonel Courdesses, acteur de la Libération
de Paris puisqu’il a fait partie, aux côtés du Général Leclerc (maréchal à titre pos-
thume), de la 2èmedivision blindée (2èmeDB). Il nous a dressés un portrait élogieux
du général. Proche de ses hommes, respecté de ces derniers, c’était un homme
droit et juste, qui reste aujourd’hui encore dans la mémoire collective l’emblème de
la Libération de Paris à laquelle il a participé activement.
Élèves Ferry et Brière.

4• L cyeéM litiiaallail flle -que àalno sseit suqdee unl’i icVo. saihtaM ed egâ’lQuel este à 23. se tgélaseâ eg ss me cdelat om s à le693tse agé éuaorlueéiml cyqui ues t dés’es seuqitaqigol teuxjes de-mhéat mmè ehcmaipnoan temi-finale du 25 ,ersrol ed d al sitoiavrér ndpoCA SELGIGODAPÉS TÉVITIdet uiod dge’â lsiort sestnafne rs p sœujeunlus eul seq elrpiu ,uxJeat mmahéqutiaMseaiht a sxuedQUESCÉRÉMONIES -T ARIDITNOteinntnaesl mat enohi ,sarf pocnuinze paplusde qésd na so gr-ainpas ueiqatémthma selreppolevéd epaysaux vertd oubaro .’Dj ue relorédeélu2el am 1at nnaios’let esnrtaoianela uel i, la finaleinteR al elpl ,eissu pntdoysm-xe ear .aLsieianelf -ibec eQuéaTunou lbuil cedl raegp ans,même 8 à 98 sel 002 is rustsanes lrtpaipiciatnedS ri eilatars 19 m le -Cyron-ruot eC .1102unà e ssreads’i fesseurs de mathmétaqieu sual -ye,cée camchonpi tanop ab rud tultes aduent étaijaronem O grti.épaé isanUR BM.r C .Mte Yorp ,ZAUei uif noatû.
CAITIVÉT SÉPADOGLES T - IDARNOITQUGICÉESMORÉESNIyC-t • r ed niaSitilreaiycL Méeri e0201eés ocalde l’annJournal Visite au Sénat
Le 16 juin, la classe de CPES (classes préparatoires
à l’enseignement supérieur) accompagné de M.
GIOLITO, professeur de philosophie, a visité le
Sénat au palais du Luxembourg.
Cette visite s’inscrivait, dans le cadre de travaux
des élèves sur le système parlementaire. Outre la
visite du palais, la classe a également pu assister à
une séance et rencontrer des sénateurs.

Journée « plan égalité des chances »
aauns lleyccadéreed u pmlainl ivitsaanitràepr omdoeuv oiSr l’aéiganlitté-deCsychrances, le mi
D -
nistre de la Défense a décidé de faciliter l’admission dans les lycées de
la Défense d’enfants de nationalité française issus de milieux modestes.
Le 10 novembre, le Lycée Militaire de Saint-Cyr a souhaité organiser
une journée d’information au profit des acteurs engagés dans cette ac-
tion, en particulier au sein de l’Education Nationale et de la vie associa-
tive. Des réservistes locaux à la jeunesse et à la citoyenneté étaient éga-
lement présents lors de cette visite.
Cette journée aura ainsi permis à chacun de mieux comprendre, no-
tamment lors des rencontres avec les élèves, les spécificités du projet
pédagogique et la vocation d’un lycée de la Défense.
Informations : www.lm-st-cyr.fr

L’institut Aérotechnique de Saint-Cyr
La vocation aéronautique de Saint-Cyr-
l'École date du début du XXèmesiècle. Le
comte de la Vaulx fait construire en 1907
«aux portes de Saint-Cyr» un hangar
pour abriter un dirigeable dit aéronat.
La même année, Santos-Dumont pour-
suit les essais de son monoplan, sur-
nommé la Demoiselle, reliant Saint-Cyr
à Buc à la vitesse de 90 km/h. Trois ans
plus tard, le dirigeable, La Liberté, fait
une série d'ascensions ayant pour base
un hangar démontable sur le terrain
qu'occupera ultérieurement la base aé-
rienne située devant le parc du lycée mi-
litaire. En 1911 est créé l'institut aéro-
technique (IAT) par Deutsch de la
Meurthe pour effectuer«toutes recherches et essais concernant la technique des appareils en

équilibre ou en
mouvement dans l air».
'
Fort de son expérience de près d’un siècle, l'institut aérotechnique met à la disposition des entreprises et
de l’industrie ses compétences et ses grands moyens d’essais en aérodynamique industrielle et sciences
associées. Les principales activités concernent l'aéronautique, l'automobile, le ferroviaire et l'éolien.

Visite du château
de Fontainebleau
C’est par un bel après midi ensoleillé que les élèves
de terminale, accompagnés de M. André professeur
de Français, ont pu visiter le château royal et im-
périal de Fontainebleau, seule demeure ayant été
habitée par les souverains pendant sept siècles de-
puis François Ier. Haut lieu de l’histoire de France
le château conserve aujourd’hui encore une des
plus importantes collections de mobilier, de pein-
tures et d’objets d’art.

5• 1 01-2
ius ecq en ramigurdeautossa e pa2 el ,niluom ec 9217e bremptse0 srd u’ n ,uac uoment quiaffronteih’liotsram auqe tryspa drenoe pouienspliqr ex aiveulrerf tcioseainçra preot.N ecneséremmos uat de cette collien ,onsup reem tnsaidei ie m cuxrpmordnete ei’d e.riat Preot nuxed sel setuot tnotose phce dséanvè e erb snupAèr ne,s oumoméblrauejé ren te d nu vers lela route slaro serrpnenoedtnemenupéR al ntname, vè’a l àeVdria.naVmlnu ,ue lbliqndeme leés sérapd selp e dy,x eutabaleilamsiq ius uaèverus d’un siècle, t-inr CyJo• naured la’l eénnocs Coldo.6 • LycéeM litiiaerd eaSe 20lair011 10-2•VOYAGES

tes limia code lerssnagsed soi nrqman dutrne uuewhcsuA ereV ,ztièves de1re L et nocpmir tel slé C».st’ee c’oqutidn noim-uhenia’dnuei ueLl rtses aue lecommpas elliv enu ,nudrVeuo tocmmdnaielT«uerre moemière gl edrp aitam euq elelémbbae iltar al snoertnocnereoten d Ideui g01À. e02ena p ieé, nrrivfaisous uoj eénroN .n susoe esmmlu ples gnir,da ev cuq inous passeronsla, ALMOE LM.t Ze fehc-tnadujda’lcomp3 acre Sde 1G AR r.M sapgaénagoyu eds or vduvon rbmee 6171 t l’adjudMENARDetUQRENEl na tELS ginons sans peinuhimed,sn uoisaman dles uesqesllel eoc stidnsnoi916.er 1mbul Déal enasdvéir52f om slsnet eesbrsnad tnanut sel aumuno,terd eoDl’ossuaindons à d enenu’ al giop sitonelon crustruc .soPdlta sose levivr pu onter suon suon ,eérnou jteet crelo seé rap selsuboou, a ltuna àrer peir sesdsortis.Après une coursua setctsnom isonx eurue sput iuerrpdo sesd naaines plossus, bsivi dteecava loD emuauof ud tromba auxont quitseA llmem iasnd neeuéj dseau ptenotraper suon ,racess trr les suer ,tsio’liHd e, teou rbs ousnool ua tual ed gn du lléee.Tomuséivisnu etéiaetd hiape,quivsud’i oisuic naménrgottravers une diffred eeVdrnua, ua sedeuq renigam’i dlecifiif dstlIe ei .aPrtl apourrts s moldated eos sém ariomfsti l àméomramomunestc nestm noesdifférervons ll eossnga eapsyunoiverdhéâts, td taté t tirpse’usnoe qur-vera t eerotrue n9161et c’est dans ce 61 v-onrbme02 e, 10usnooi v dlàmier pres unavone’fnedl çr ua epalrimoMéu Ae.alsuon ,nudreV ed la premyable derrmenoidèierg eua- bilta drelae e suorffl ellp aar lge pvoya le ovsnsriup uoonsu etisiv a ou srrteaditleel ed c al drd Àobepitu’ n de aineun. Verd t snoiord à t enutr n,aiou navs énruoj ettec raptimo éene chrie agng sern uono,sandius tle bons dirsuonuq sgnI’nc ee orac rteon uqleuqse doteanec .s eLl needamni ,odritee ttcepée trop ed l ,epuse leur vint donnéxuq iuo P uo rec lone agurCo « :elbatirév emsïord’héiée alife quê-rteptuel ,rrbia’uqob uq tuli’uin a csist’eus jattil uedrvesi,ees aura» telle éF.imenne séugitatea lerl’à e rrap sn eodnnbanattèrs lupourent alp ia xbmlosi ee.L’effeéternellécnoad eépé fneequl syi lnssoe sts céirmo sedn desurs,es mur ltnassisias tse ts neaintces de, u dehors des di-aznised eotbmseom ts be mdebrard ,ep seotohA .stoutant terr la l se etest.»m roéegnli aa «L: s ,ecnarFva tse’cAmandineVerdun».one teJZ naacarog TVobe-Panitetudre : negayV à stj moabsec d e lenbie fitius ed refne« emretohéu .aLv oielcne Ver de al ,nudigétartsmaleale éca e nd el oréhét Pn,aiilPhpeip s d eitnovrnenietà l’âce . GribleanFrisçaos p - reut el sulp ed t baétaie : siqu la dn eelam ieég e à çaisfranmée rttaaLs »c .lbna « ulvo renrA’l riogias eriomém s laeknoF nyahnyadit ant sesdans ranéErl Vic ég - le ure,d’usrre eug enu’d eégopal’e quar munrdVe ’int à lur. érietil é’atreer aug que c liéae st de oceritsnitutr nobata la et illeoctnos nP.uoxeetairfpar cos nreassianno.M ,secn GRAZ, nous livr eidffréneet syhthpoesèsva aéencap sel rih srots,en fici’ldéds ers esseurofeos pola tnennerpertnpeap refbrn ursnniassna led socmalementces «nore sees nca »siuqerncntnandcocoe,nemmoc sa’l snoçnsru Bdeou.Nckwien ,loiléy eabalsionscenla c de elaia’d motu .enr pa blae isacgl,tà q euqleu sapArrivés au sommermleel Kdes éerma sel uo ,ymlaV é hoboutont iez omru euDted na nus ao-trlioaonti ecnc ald srarFe le duc ndée parenc moamrpsuisneeertorncpae enr iordl stb sessele, environné d’u napsyga euq iopêtrr aus paus onm ud deied niluo de uresrandla greer eug sonN.uop nuassam ,o sias’y poim àgelmVatu eevsrtnl aorher Cold notre cH’l ed ueil tuahncra Fdee irtois sarn uooNsues . ce s dechonpproa’jdduna tELS UQchef MENARD et l,noia’l dujd-tna cosfshee dctseS 3 èieratem ,neL etère prem la ,snoitcimerp alos.NENERsex eu de quittevenons d.iN uo srb,em di n17emovcreri edaV àMymlssap egade nque insiAZ a .RGedM e tOMLAE LM.e diegnpamoc ne ,nudreV r
Voyage en Afrique

Dans le cadre des commémorations
du 70èmeanniversaire de la France
Libre et du 50èmeanniversaire des in-
dépendances africaines, qui ont eu
lieu successivement à N’Djamena,
Yaoundé et Brazzaville du 25 au 29
octobre 2010, en partenariat avec la
fondation Charles de Gaulle le mi-
nistère de la Défense a organisé un
voyage protocolaire d’Etat en Afrique
avec la participation d’élèves du lycée
militaire de Saint-Cyr.

OVAYEGSAuschwitzVoyage en Irlande
Sur les chemins de la mémoire
C'est un vol inter religieux qui nous conduit vers ce lieu
funeste, la prière juive nous accompagne sur ce chemin.
À l'arrivée, de grands bâtiments en briques rouges, une
caserne, voilà ce que nous voyons, une ancienne caserne
de l'armée polonaise, assez loin de l'image que l'on peut
se faire d'un tel endroit. Mais devant le portail, l'horreur
reprend ses droits dans nos esprits, nous sommes ac-
cueillis par ces mots tristement célèbres :«Arbeit macht
Frei».
Nous sommes à Auschwitz.

Tout est calme, paisible, les gens marchent en silence, il
y a des oiseaux, des arbres, de la verdure… Et pourtant,
nous foulons de nos pas une terre que les traces d'un
passé lourd d'émotions ont marqué à jamais.
Comment penser, qu'ici même, des millions d'hommes,Nonots oprrgoafneisssé euunr sv, oMyamgee Rbiinogdiuveetr seitt éM emne aDneglsajiasr ddiuns
de femmes et d'enfants ont été assassinés. Où sont la
boue, la puanteur, les chiens et les cris? Où sont ils, eux2?6 avril au 2 mai.
Dans les bâtiments, des traces de leur passage demeureNnotu,s avons voyagé en ferry, une vraie croisière!
témoins de vies volées, des noms, puis des visages, desUne dfoei sv ilsleur dpel al’coeu eà sptr Iorlxaimnidtaéi sd, en oGuals waavyo, nlas épltué shé-
objets personnels : lunettes, valises, chaussures, vête-gbrearnépar des familles ce qui nous a permis de
ments… Des montagnes de bibelots empreintes de vieparlger sa nglais.
dans un univers mort jusqu'à un immense amoncelle-
ment des cheveux tondus. Nous avons découvert un littoral sauvage et au-
La mort plane au-dessus des baraquements de bois braténht-eenntdiuqeuse deen tsrea bclôet. eEs nd eéfcfheit,q luae trééegiso ent dimmCenses
lants, de ces restes de chambres à gaz. Birkenau est unriche en tourbières, s’illustpar une biou divoenrsniteémara,
cimetière de millions d'âmes. re
On entend sur le chemin qui mène aux plaques ctso immm-é-rdéecs epnatey (13000 amnas rdqepubils la fin de la glaciation) et
moratives, le sifflement des trains, on voit des flo sages re ua es.
menses d'invisibles fantôm s ruines des Le plateau calcaire de Buren (Cliffs of Burren), aux
baraquements, marcher veerss lrae mmpolritr,e pntu ilse s'élever danspaysages lunaires, fait face aux légendaires îles
une fumée noire et nauséabonde. d’Aran (Inishmore) où l’on trouve 400 espèces de
La nuit tombe sur le camp, la prière aux morts s'élève à fleurs sauvages, très peu d’arbres et où le gel est in-
l connu.
tlaa nltuse, utro udse sq'uuneisqsueenst bpoouugri rees.n dJrueif sh,o cmatmhaolgiqe uaeusx, dpréoptoesrt-éLsa. visite d’une fabrique de laine, basée sur l’élevage
L'émotion est palpable, c'est un grand pas sur les chemindse moutons, nous a aussi permis de découvrir l’ar-
de la mémoire, un pas dans l'histoire, un pas dans les tisanat traditionnel comme les tricots d’Aran.
camps de la mort. Ce fut un séjour actif et ensoleillé, ce qui est rare à
Merci BUZH cette époque de l’année. Nous sommes revenus avec
retour nà eEr lieen ces lieIuNx, dp'laeivnosir duen se ofuoivse eninrcs oirned éalcécbeilpetsé edteplein d’images et de souvenirs!
Merci aux organisateurs et aux accompagnateurs.
funestes pour lui. Il nous a montré les pires ignominies
dont l'homme est capable, mais nous a également prouvé
que l'homme, même déshumanisé par ses bourreaux,
peut conserver l'espoir.
Cyril Guibert et Ludovic Dieval (seconde 2)

Lycée Militaire de Saint-Cyr • Journal de l’année scolaire 2010-2011 • 7

Voyage d’étude des classes préparatoires

Conformément à sa mission d’aide au recrutement, le
lycée militaire de Saint-Cyr veille à consolider la vo-
cation militaire des élèves des classes préparatoires au
cours d’une Préparation Militaire Supérieure dont l’un
des objectifs est de diffuser une information générale
sur les trois Armées. Cette action de formation a pris
sa dimension la plus concrète au cours d’un voyage
d’étude organisé dans le sud de la France, du 9 au 14
février, qui leur permit de découvrir les trois Armées
auxquelles ils se destinent au cours de présentations
en amphithéâtre ou de démonstrations in situ dans
les formations suivantes :
•• a Légionsée de letd uum)eiVisro PncveloSaden 7 en( 10éA eneirBasengagèantr Éub’A dre
•de bâtiments dans la rade de ToulonPrésentation
•Visite du musée des Troupes de Marine à Frejus
Démonstration du 21èmeRIMA

•Départ en randonnée dans l'Esterel depuis l’IGESA
•Présentation de l'ALAT au Luc
Les élèves auront apprécié ces visites et ces démons-
trations qui leur permettent de mieux appréhender
les parcours professionnels et la vie quotidienne dans
des formations opérationnelles.

8 • Lycée Militaire de Saint-Cyr • Journal de l’année scolaire 2010-2011 •

VOYAGES

Géologie
sur le terrain
en Auvergne

VOYAGES

Pèlerinage militaire international à Lourdes

Lycée Militaire de Saint-Cyr • Journal de l’année scolaire 2010-2011 • 9

anl’e dolsce né102 eria• 1102-0Vingt-neuf élèves du lycée militaire de Saint-Cyr
et trois professeurs se sont rendus à New York,
du 8 au 14 avril. L’objectif : découvrir la «grosse
pomme» à travers un voyage, inédit pour un lycée
militaire, rendu possible par le concours financier
de la société Metravib, Filiale d'Areva, qui rénove
les VAB* de l'armée de terre, et le soutien de l'As-
sociation des officiers de réserve français aux États-
Unis. La visite de l’académie militaire de West
Point était le point d’orgue du déplacement.

* VAB : véhicule de l'avant blindé

Visite de West point, un moment fort
Organisée par le département de Français de l’académie militaire de West Point et
le colonel de réserve Yves, ancien chef de corps du 1erRégiment de Tirailleurs,
professeur de Français sur place, la visite s’est déroulée sur la journée du 11 avril.
Accueillis individuellement et guidés par des cadets de West Point, les étudiants
ont pu découvrir les impressionnantes infrastructures du centre de formation des
élites militaires américaines et nouer des contacts privilégiés avec leurs pairs dans
les langues de Shakespeare et Molière.
Hugues Pierron de Mondésir

Des cadets du lycée militaire de Saint-Cyr à West Point

Un séjour unique et complet
Le détachement du lycée militaire de Saint-Cyr a
reçu un accueil chaleureux par des Américains cu-
rieux mais conquis à la vue de ces étudiants. Ils
étaient 29 cadets à gagner la terre de l’oncle Sam aux
côtés de leurs trois accompagnateurs et professeurs. Au
programme : la découverte de New York : l’Empire State
Building, Ellis Island, le siège de l’ONU, un music hall à
Broadway, sans oublier la statue de la Liberté et la visite
du porte-avions Intrépide changé en Air and Space Mu-
seum. Un périple à la fois culturel, linguistique mais
aussi militaire.

01yL • eécMilitaire de SaitnC-ry• J uonrlaSEGAYOVerTi T