Féodalité coloniale en terre d'Islam. La Sicile (1070-1240) - article ; n°1 ; vol.44, pg 631-647

-

Documents
18 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Publications de l'École française de Rome - Année 1980 - Volume 44 - Numéro 1 - Pages 631-647
La conquête normande établit en Sicile une féodalité étrangère sur un substrat de communautés rurales principalement musulmanes; elle cantonne et elle intègre des chefferies arabes de saveur aristocratique et factionnelle. Cette collaboration masque et sert le dessein normand de conversion et de mutation culturelle forcée. Le monde rural - monétarisé et tourné vers le marché urbain - offre à la féodalité française, strictement contrôlée par l'état, redevances en argent et en nature de type fiscal : son prélèvement s'apparente à l'iqfā. La guerre exterminatrice qui oppose les Musulmans aux fractions militantes des Latins, puis à l'état frédéricien, débouche sur la ruine des couches inférieures de la féodalité et sur le triomphe de l'économie du latifondo.
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1980
Nombre de visites sur la page 120
Langue Français
Signaler un problème
Geneviève Bresc-Bautier
Féodalité coloniale en terre d'Islam. La Sicile (1070-1240) In: Structures féodales et féodalisme dans l'Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et perspectives de recherches. Actes du Colloque de Rome (10-13 octobre 1978). Rome : École Française de Rome, 1980. pp. 631-647. (Publications de l'École française de Rome, 44)
Résumé La conquête normande établit en Sicile une féodalité étrangère sur un substrat de communautés rurales principalement musulmanes; elle cantonne et elle intègre des chefferies arabes de saveur aristocratique et factionnelle. Cette collaboration masque et sert le dessein normand de conversion et de mutation culturelle forcée. Le monde rural - monétarisé et tourné vers le marché urbain - offre à la féodalité française, strictement contrôlée par l'état, redevances en argent et en nature de type fiscal : son prélèvement s'apparente à l'iqfā. La guerre exterminatrice qui oppose les Musulmans aux fractions militantes des Latins, puis à l'état frédéricien, débouche sur la ruine des couches inférieures de la féodalité et sur le triomphe de l'économie du latifondo.
Citer ce document / Cite this document : Bresc-Bautier Geneviève. Féodalité coloniale en terre d'Islam. La Sicile (1070-1240). In: Structures féodales et féodalisme dans l'Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et perspectives de recherches. Actes du Colloque de Rome (10-13 octobre 1978). Rome : École Française de Rome, 1980. pp. 631-647. (Publications de l'École française de Rome, 44) http://www.persee.fr/web/ouvrages/home/prescript/article/efr_0000-0000_1980_act_44_1_1246