//img.uscri.be/pth/b5dbdf05adf3f2a044d02c7f790035a4b53ee042
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La valse des prenoms

De
3 pages

La valse des prenoms

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 117
Signaler un abus
SOCIÉTÉ
La valse des prénomsEntre 1981 et 2001, le nombre des pré-noms donnés aux nouveau-nés en Alsace est en expansion, passant de 2 800 à 3 900 environ, pour un nombre total de naissances qui est resté stable durant cette période (23 000). L’année 2001 voit l’apogée des prénoms courts de deux syllabes, se terminant par nées, il est possible de déceler un En 2001, en Alsace, les parents "A" et "O". Lucas et Léa, avec quelque engouement passager pour cer-ont préféré appeler leur nou-300 naissances chacun, constituent le tains prénoms, mais aussi un suc-duo gagnant de l’année. veau-né Léa, Emma ou Camille cès sur une plus longue durée pour une fille, Lucas, Théo ou pour d’autres. Thomas pour un garçon. pour les filles ont été plus large-Au cours des vingt dernièresSur 20 ans, Nicolas ment choisis. et Marie perdurent années, la palette des pré-Parmi les prénoms favoris du dé-noms s’est enrichie, en raison En 1981, les préférences s’orien-but des années 80, seuls Nicolas de la diversité des possibilitéset Marie continuent à recueillir lestaient en Alsace vers Nicolas, Sé-d’écriture, de l’utilisation defaveurs des heureux parents. Lesbastien, Julien, Christophe et Cé-dric pour les garçons et Céline,autres prénoms ne se retrouvent diminutifs ou encore de la Stéphanie, Audrey, Laetitia et Vir-plus que rarement en 2001, à l’ex-montée des prénoms d’ori-ginie pour les filles. L’année 1991ception de Julien et Guillaume, en-gine étrangère. avait consacré les prénoms de Ké-core présents plus d’une centaine Il subsiste certes des phéno-vin, Julien, Nicolas, Thomas etde fois. Par contre, pour les filles, à mènes de mode dans le choixMaxime pour les garçons etl’exception de Marie, aucun des d’Élodie, Laura, Marie, Julie et Ca-prénoms-phares de l’année 1981 du prénom, mais leurs effets mille pour les filles. Enfin, en 2001,ne se retrouve d’une façon signifi-s’atténuent. Lucas, Théo, Thomas, Hugo etcative vingt ans plus tard ; le phé-Maxime pour les garçons et Léa,nomène de mode a donc agi à Emma, Camille, Marie et Manonplein pour les prénoms féminins. Le prénom est le fruit d’influences diverses, qu’elles soient d’origine Léa, Lucas, Emma, Théo et les autres familiale, historique, religieuse, ou Fréquence d’attribution du prénom sur l’ensemble des naissances parfois le reflet de faits de société, (deux sexes confondus) de l’année 2001 véhiculés notamment par les mé-Alsace Franceentière dias. Il se veut un atout pour le nouveau-né ; aussi, pour les pa-Filles %Garçons %Filles %Garçons % rents, le prénom se doit d’être ori-Léa1,30Lucas1,34Léa1,33Thomas1,25 ginal, sans être pour autant excen-Emma0,92Théo1,13Manon0,94Lucas1,12 trique. Résultat d’une préférence Camille0,86Thomas1,12Chloé0,87Théo1,10 singulière, il peut aussi refléter au Marie0,83Hugo1,08Camille0,86Hugo0,87 final un phénomène de mode. En Manon0,83Maxime1,01Emma0,79Maxime0,82 effet, en observant les listes desChloé0,80Nicolas0,91Océane0,71Antoine0,70 prénoms les plus fréquemment at-Sarah0,76Antoine0,73Marie0,70Nicolas0,70 tribués sur une vingtaine d’an-Laura0,74Quentin0,66Sarah0,66Quentin0,69 Océane0,74Florian0,65Laura0,57Clément0,69 Lisa0,67Julien0,64Clara0,56Alexandre0,69 Total des 10 prénoms8,45 9,27 7,99 8,63 les plus fréquents
Chiffres pour l'Alsacerevue n° 17novembre 2003
7