LA GLACE RUSSE TRIOMPHANTE

LA GLACE RUSSE TRIOMPHANTE

Français
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

LA GLACE RUSSE TRIOMPHANTE

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 153
Langue Français
Signaler un problème
20
Magazine
Mardi 16 septembre 2008 • La GruyèreNo109
Slvaa Bykov LA GLACE RUSSE TRIOMPHANTE Sur la glace comme dans la vie, Slava Bykov s’est adapté à tous les systèmes. Il traverse le temps de son coup de patin magique. Pris dans le tourbillon de l’histoire, le Russe est à la tête d’une équipe nationale triomphante. A l’image de son pays. Portrait d’un homme porté en héros.
¥Le tsar n’est plus seule- Dans sa carrière, tout est ment une star: Slava Bykov un éternel recommence-est le héros d’une épopée, le ment. Cinq fois champion du sauveur de la nation, il a été monde, deux fois champion pris par le grand tourbillon olympique, il s’essaie depuis de l’Histoire qui ne l’a plus quatre ans au rôle d’entraî -lâché. Depuis un beau jour de neur. En 2006, en plus de ses 1982, où il intègre les rangs fonctions au CSKA, on lui du CSKA Moscou, club phare confie la destinée de l’équipe du pays et du parti, il traverse nationale, un poste envié, le temps de son coup de patin mais surtout très exposé. magique. Comme toujours, le succès ne En 1990, la récente chute tarde pas: la Sbornaja décro-du mur lui ouvre le chemin che le bronze en 2007 et le de l’Occident. Il s’y engouffre titre mondial en 2008. Un en compagnie d’Andrei Kho- succès que la Russie attend mutov. Les deux compè- depuis quinze ans et décr o-res sont parmi les premiers ché face au Canada qui joue Russes à découvrir le capi- sur sa glace. talisme, n’échappant au de- Quinze ans: c’est le temps meurant pas au cliché de qu’il a fallu au hockey russe l’homme de l’Est qui se re- pour retrouver le sommet, trouve bouche bée face aux mais aussi au pays pour rayons des supermarchés. reconquérir sa place sur N’ayons pas peur des l’échiquier international. mots: Slava Bykov est le Car aujourd’hui, la Russie témoin privilégié de l’évolu - bombe à nouveau le torse, tion du monde. Car après comme en attestent les ré-avoir été le jouet, certes cents événements survenus choyé, d’un régime totali- en Géorgie. Slava Bykov ne taire, il a quitté un pays à la fait pas de politique, mais ne dérive pour partir à la décou- cache pas une certaine admi-verte du capitalisme. En ration pour les nouveaux Suisse, il apprend le français hommes forts du pays. Lui-en quelques mois et, à la même connaît d’ailleurs per -différence du très réservé sonnellement Vladimir Pou -Andrei Khomutov, il adopte tine et Dimitri Medvedev. très rapidement les normes et les règles de sa nouvelle vie.«Je les soutiens» Comme sur la glace, Slava Bykov sent le jeu. Il s’adapte «Poutine a hérité d’un à tous les systèmes. Ce n’est pays gangrené par la corrup-pas fini: en 2004, il pr end tion et par d’autres problè-encore un virage à 180 degrés mes. Ce n’est pas toujours lorsque le destin le renvoie simple pour les dirigeants ac-en Russie. Alors que Fri - tuels, mais je suis convaincu bourg-Gottéron ne souhaite qu’ils œuvrent dans l’intérêt pas renouveler son contrat de la nation. Je les soutiens d’assistant, il se voit pr opo- pleinement.» ser les rênes du CSKA Mos - Le plus épatant, chez cou, un club qui vit alors sur Bykov, est qu’il traverse tout les ruines de l’ère soviétique. cela avec un naturel décon-certant. Et quand, en mai Le retour de l’argentsoigeurbo,rei li nred le titrdécroche ,elF irmenoidla Mais, dans les rues de la d’adoption garde les pieds capitale, le capitalisme se sur terre. «J’avais l’habitude, propage à une vitesse folle et comme joueur, de gérer des aujourd’hui, le champion- compétitions de haut niveau. nat russe, longtemps mori- Quand c’est fini, je classe l’af-bond, est devenu le plus faire. Qu’on ait perdu ou friqué du Vieux-Continent. gagné d’ailleurs. Je ne r etiens Slava Bykov dispose par du passé que ce qui va m’être exemple d’un budget de plus utile dans le futur.» de 15 millions de francs, ce A Moscou, l’ancien nu-qui est largement au-dessus méro 90 de Fribourg-Gotté-des 9,5 millions de Fribourg- ron est élevé au rang de Gottéron. De nombreux Rus- héros. «Oh, ce n’est pas cela ses exilés reviennent au qui va me faire tourner la bercail: des joueurs de NHL, tête. La notoriété est éphé -certes, mais aussi des ancien - mère: elle n’aide pas à pr o-nes gloires comme Andrei gresser.» Khomutov, qui occupe ac- Bykov pèche probablement tuellement la fonction de par excès de modestie: il est manager du HC Sibir Novo- plus sensible qu’il veut bien sibirsk. Toujours brouillés, le dire aux compliments. Et des les deux hommes entr etien- félicitations, il en a reçu des nent des relations «profes- milliers sur son téléphone por-sionnelles». table depuis la campagne ca -
Slava Bykov, ici à l’époque où il était entraîneur assistant à Fribourg, affiche un parcours incroyable
messages venaient de la région de Fribourg. Il y en avait tel-lement que je n’ai pas pu ré-pondre à tout le monde. Vous seriez bien aimable de trans-mettre mes remerciements», glisse-t-il. Tout sauf la NHL Comme homme, Bykov a tout connu, mais l’expérience de la NHL manque à son par-cours de hockeyeur. En 1990, Andrei Khomutov et lui avaient été approchés par les Nordiques de Québec avant d’opter pour Fribourg. Comblera-t-il cette lacune comme coach? «Non, je ne le pense pas, répond-il. Les clubs de NHL ne s’intéressent pas aux entraîneurs euro-péens. Ils ont leur clan à eux.» Il n’exclut en revanche pas un retour en Suisse. «Je pense revenir un jour. De toute manière, quand on est entraîneur, il faut s’attendre à voyager. Mais ce ne sera pas avant deux ans, puisque mon contrat au CSKA porte jusqu’en 2010. Je vais tou-jours au bout de mes engage-ments.» Ensuite, qui sait?
Jérôme Gachet
P O R T R A I T E X P R E S S le 24 juillet 1960 à Tchelia-binsk (Russie). HabiteMoscou et Marly. Marà Nadia, père de Macha et Andrei. Fonction:entraîneur du CSKA Moscou et de l’équipe natio-nale de Russie. Carrière de joueur:a été cinq fois champion du monde (quatre fois avec l’URSS et une avec la Russie), deux fois champion olympique (avec l’URSS et l’équipe unifiée de l’ex-URSS), sept fois champion de Russie et sept fois cham-pion d’Europe avec le CSKA. Il a aussi porté les couleurs de Fribourg-Gottéron (1990-1998) et du Lausanne HC (1998-2000). Carrière dentraîneur:assis-tant à Fribourg-Gottéron en 2003-2004, il dirige le CSKA Moscou depuis 2004. Egale-ment à la tête de l’équipe na-tionale russe depuis 2006, où il obtient, lors des champion-nats du monde, la médaille de bronze en 2007 et celle d’or en 2008.
Une semaine par année chez lui à Marly
¥Slava Bykov mène une vie de Gottéron a les moyens de rééditer marin et Marly est son por t d’atta- sa performance de l’année passée che. «Depuis que j’ai repris (n.d.l.r.: demi-finale). Mais, cette l’équipe de Russie, je n’y suis pas fois, l’équipe ne bénéficiera pas de plus d’une semaine par année.» l’effet de surprise.» Où il retrouve sa femme, Nadia, Et s’il suit avec autant d’atten -ainsi que ses deux enfants, Macha tion le parcours des Fribourgeois, et Andrei. «Le plus dur, c’est la c’est aussi parce que son fiston y séparation. Ma famille me man- évolue. Andrei Bykov vient de que. Mais nous avons pris cette prolonger son contrat jusqu’en décision ensemble et l’amour ne 2011. Avec une clause libératoir e dépend pas de la distance. On se lui permettant de s’en aller s’il est dit aussi qu’il y a des problèmes convoité par un club étranger... plus graves que cela.» comme le CSKA. Que les fans de Gottéron se ras-Gottéron en demi-finale? daore?es pns ltsp n ee cnsa irend ud snalA« .erèp :ecertnus A l’heure où Fribourg-Gottéron progresse à Fribourg et c’est n’a jamais suscité autant d’engoue - important pour un joueur de r es-ment depuis l’ère... Bykov-Kho- ter là où il se sent à l’aise. Et le jour mutov, l’entraîneur du CSKA Mos- où il voudra s’en aller, c’est lui qui cou voit Fribourg-Gottéron aux prendra la décision. De toute avant-postes. «Daniel Baudin, le manière, les relations sont très président, a su rassembler des gens bonnes et franches avec les diri-compétents, passionnés et cor- geants de Fribourg-Gottéron qui, rects. Les résultats passent tou - actuellement, sont des gens cor -jours par une bonne organisation. rects...» Je suis convaincu que Fribour g-J G