La Réforme Générale des Politiques Publiques (RGPP) et le SPORT !
6 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

La Réforme Générale des Politiques Publiques (RGPP) et le SPORT !

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
6 pages
Français

Description

La Réforme Générale des Politiques Publiques (RGPP) et le SPORT !

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 212
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

«Une seule hirondelle ne fait pas le printemps; un seul acte moral ne fait pas la vertu.»
Edito Jacques LAURENT VicePrésident de l’Oce des Spo
 Ladémocratie participative est considérée à juste titre comme une avancée signi cative sur le chemin d’une concertation plus riche entre citoyens et élus.
Parmi les fondements d’une démocratie participative, nous pouvons noter :  la concertation dynamique, qui se traduit par des débats libres de fonction professionnelle et/ou institutionnelle, traitant par exemple des décisions à une échelle locale. Cette concer tation fonctionne sur la base d’une triangulation comprenant : les élus, les experts, les citoyens. La présence d’un tiers animateur est nécessaire à la bonne tenue des débats.  un système organisé an de proposer des actions et les mettre en œuvre collectivement.
La Fédération nationale des Oces Municipaux du Sport prône depuis le début des années 60, une telle démarche. La mise en place d’Etats Généraux en est une application, c’est la raison pour laquelle l’Oce des Sports de Reims en avait organisés le 6 janvier 1990.
Pour une telle démarche, une contrainte importante est que toutes les mesures soient acceptables, dans la mesure du possible, par la grande majorité des personnes concernées et dans le sens du « bien commun ».
La Réforme Générale des Politiques Publiques (RGPP) et le SPORT !
SPORT de HAUT NIVEAU et laFORMATION....
"Assurer la compétitivité sportive de la France" : c'est avec cette orientation que Bernard Laporte a défini, le 11 décembre 2008, le cadre de son projet. La nécessité de réformer le haut niveau est partagée par le mouvement sportif, et notamment par les responsables des fédérations, mais les avis divergent sur les moyens à employer.
Trois axes se dégagent de la feuille de route du secrétaire d'Etat :
-1- la transformation des infrastructures (INSEP et CREPS),
-2- la réduction du nombre d'athlètes « labélisés de haut niveau » de 15 000 à 5 000, par la définition d'un "parcours d'excellence" pour ces athlètes.
-3- La transformation du mode de management des fédérations (2 mandatures par président).
Dans le cadre de la RGPP, l'Etat a entrepris d'accroître l'efficience de la politique conduite en matière de sport notamment par:  1)LA RESTRUCTURATION DU MINISTERE « Santé etSport » qui perd « la Jeunesse » au profit de M. Hirsch, quant aux questions de « Vie Associative », elles disparaissent carrément !  2)La REFONTE DUSECTEUR « SPORT et FORMATIONS »
 Ilaurait été décidé de renforcer le caractère national du réseau des établissements publics du secteur « sport et formations » (INSEP, Ecoles Nationales et CREPS) et de le recentrer autour de deux missions prioritaires : • l'accueildes sportifs de haut niveau, afin de permettre la réussite de leur projet ; • l'offrede formation aux diplômes conduisant aux métiers de l'animation et du sport dans les secteurs où l'offre de formation privée - associative ou marchande - est encore insuffisante.
 Al'issue du processus d'évaluation, la liste des établissements qui sont appelés à constituer ce réseau national appelé « Campus de l'excellence sportive » est la suivante :
• L’INSEP,dont le statut évoluera pour devenir un « Grand établissement » au sens de l'article L.717-1 du code de l'éducation, placé sous la tutelle du ministre chargé des sports ; c'est l'INSEP qui jouera le rôle de pôle ressources pour l'ensemble du réseau du sport de haut niveau . • l'Ecolenationale d'équitation • l'Ecolenationale de voile et des sports nautiques • l'Ecolenationale de ski et d'alpinisme • lesCREPS
La question qui préocupe le monde sportifest la remise en cause de l’ensemble des CREPS et la remise en cause de l'implication publique Mis en œuvre par l’actuelle municipalité, l’Oce des Sports – espace de concertation  dans la formation et dans le sport de haut niveau. soutient totalementce concept, qui répond pleinement à ses objectifs et à sa raison d’être. C'est pourquoi nous devons porter une opposition à la livraison au privé du secteur de la formation, et notamment porter l’exigence que les CREPS doivent rester des centres de formation ! Désirer la démocratie participative, la mettre en place est une chose, mais en retirer tous les fruits attendus en est une autre. Selon Bernard Laporte "L'Etat n'a pas vocation à financer des infrastructures qui ne répondent plus à leurs missions",  14CREPS sur 24, seraient donc conservés mais remaniés etils auraient la vocation à devenir des « Campus territoriaux de l'excellence Etape préalable de la mise en œuvre d’un projet sportif local insué par la Fédération Natio sportive » : nale des Oces Municipaux du Sport, depuis son congrès de Marseille en 1992, Ceux de Talence, de Dijon, d'Ile de France, de Montpellier, de Nancy, de Provence - Alpes - Côte d'Azur, des Pays de la Loire, de Toulouse, l’organisation d’Etats Généraux du sport nous conforte dans les idées que nous partageons de Reims, de Strasbourg, de Wattignies, du Centre, de la Réunion et des Antilles – Guyane. et véhiculons. Soyons conants !  Faceà ce cadre de réforme, les dents grincent dans l'administration, les collectivités locales et les fédérations. "Nous aimerions savoir ce qu'il y a de concret derrière des mots comme "Campus d'excellence sportive" et tous les autres concepts annoncés"! Jacques LAURENT,  Laréforme des Creps annoncée par Bernard Laporte se concentre sur les seuls enjeux du haut niveau mais elle aura aussi des Sources : « L’Econovateur », « Wiki VicePrésident. conséquences économiques sur le budget de ces centres, dont une grosse partie des recettes provient d'activités autres que le suivi des athlètes de haut niveau, en l'occurrence de la formation, par exemple aux brevets d'Etat ou de l'accueil du mouvement sportif.
Responsable de la publication : Jacques Laurent Réalisation et Conception graphique : Damien Morel Comité de rédaction : Commission Communication  Tirage : 500 exemplaires
1 Mars 09- n°38
 «Nous appelons les acteurs du monde sportif à prendre toutes les initiatives nécessaires à tous les niveaux pour que s'instaure un véritable débat sur l'avenir du sport et des pratiques sportives!
 Nousvous invitons à réagir à la lecture des ces Z'INFOS, et à nous communiquer vos impressions sur ces réformes, sur l'impact que cela pourrait avoir sur votre club, l'avenir de vos jeunes sportifs etc...merci! » 2 Mars 09- n°38