Téléchargez le SPI n°107 - LES VENDREDIS DE

Téléchargez le SPI n°107 - LES VENDREDIS DE

Documents
16 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Téléchargez le SPI n°107 - LES VENDREDIS DE

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 171
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
                
Journal bimestriel d’information de la commune de Saint-Pierre d’Allevard
LES VEND
ERID S
Une animation n iée cofMilàle l aPssaotctieast i on  pour le plaisir dun public ravi !!
DE L  été 2007
viC S2litnia-atEtpeetbmer2 00N7IASM enilE ur ,IANAS4CEANSSerriév fA dnamsrSA , yRG Dr e dun16 Klein uiat Nndua j16.Y eqoC iseRcnedilles19 RIGA, SailtoG RAah nteE  Fdue acPl, MATOTED eiméoN  niujOGNAna Tgeli  Ante  iull21j yoreFFKOADGLdue ru, érpuaeB lliuj 32 SaiZZO,21 jlleste  iullna eO écl ueNCPIU,EAe  ltuoP 5zatûoailI et  Liam OWEN, Siallse 5oatûS maNOMAR yerduA  niONAL TenliJut  e aoR,IL BABIsaH 6 juGES1ARIAcheMniujA   GORD 03OER PN RIxalerandéCicelH 61j iu nt Diégo ARMAND eLAAHid l 1oaLL1IHAPUia Ct HaIS eliuj 7ERnoS  telômér JetIERDLAe  t  aCirenA LGEIne MARIANI25 aoûRAVLe ZEtS tahpé  ûtmaEmelnu Ale néeLLETTRIOVEL J UOnaedeFnrni  ju0 S1CèDéLEVANERAC liryC te ITTNTE née tte LOREA tnioen1e 2ujnianGrRud  a82, nsLLIP ,NOLAD  NAB Citns, 80 aET, 2e 0aMnrl  a éedic Mleilam CinjuTMOC DUOREB elèh  78 ansNAVARRO,cn elCmé ,éRisedui j  n ceen13auC erDNIOelA dnaxna,s7  9un ea eviagedUruill22 jnaeJ  teRA luaP LEELNDROns a55,  Eén eIGOR,D6  2ans, rue de la Riova 7erliuj telAn  éedrIB BD,OU ruetceriDDRABMO LanJe: f he cenuqseJ-caeJna n :atioblica pude l- 98710  NSS21 :ue R IN° G, ndraadtcue rCIPILAéRETIN MUN0 - BULLetn is mene ag pLIB IZALerpmoissrre dAllevard erBsio ltSP ein ,TEDUORENIP viLa mm Et E LLNEPISL1 ICIVliel 4ujPARRGES AINAur ,ud e rD ielKyaRaCOn ILQURDLAel2s 8ujliel t  LLE ROUDET, Sail
an Paul était aussi un excellent imateur. s saint pierrains se souviennent  sa participation très active rs des fêtes aux écoles mais ssi lors des premiers Téléthons  il tenait le micro 30 heures nsécutives. Il participa aussi à usieurs Fête de la Musique de Pierre avec son orchestre.  ean-Paul ARRONDELLE était que les saint pierrains ont appris na ure emen c es ean- au marié et père de 4 enfants.  le 22 juillet le décès subit de qui en prit la direction quand St Pierre Info s’associe à la peine dJee a5n-6P aanusl  seAuRleRmOeNnDt,E LJLeEa.n -PAagulé  es1no9 n71 89p. 8èQr3e u Jaeensatd n l-paPa raFtiua l nepfnao rrueer tsdruiasiivtpea reunt  de tous ses proches. it sa était un très bon musicien et un passion de la musique en créant eMxucseillceientn ,a inli jmoautaeitu r.d u trombone un orchestre qui assurait de nombreuses animations. Bienvenue à Quantin Il est né le 20 août dernier et Les élus, les services c’est le fils de Samuel LACOMBE administratifs et techniques, les « l’informaticien du lundi » à la personnels des écoles remercient mairie et aux écoles. Le 27 août Samuel pour les 5 années de le personnel s’est retrouvé à la collaboration efficace passées fois pour un pot de bienvenue parmi nous. pour Quantin et pour un pot d’aurevoir à Samuel qui rejoindra en septembre DECAZEVILLE dans  sa région d’origine.
C’est la Rentrée !
Les travaux d’extension de l’école maternelle sont presque achevés Prs de 400 coliers ont repris le chemin de l’cole : plus de 220 à l’cole lmentaire rpartis en 9 classes, 160 à l’cole maternelle rpartis en 6 classes. Afin que l’accueil de ces coliers soit bien assur la municipalit a beaucoup œuvr durant l’t. A l’école maernelle :   L’extension de l’école sera opérationnelle à compter du 1er novembre. Une nouvelle classe a été réalisée mais aussi un espace multi-fonctions pour l’accueil des enfants en soutien scolaire, la bibliothèque centre documentation et une salle de réunion. Les artisans pratiquement tous locaux ont mobilisé toutes leurs compétences pour cette réalisation techniquement difficile qui s’intègre parfaitement avec les bâtiments existants. A l’école élémenaire :  La municipalité a libéré un logement au rez de chaussée de l’école pour les besoins de l’équipe éducative qui ainsi disposera de plusieurs salles (réunion, rangement, espace cantine des maîtres…). En plus de ces investissements la municipalité assure la gratuité de toutes les fournitures scolaires. Les parents d’élèves Saint Pierrains ne connaissent donc pas les listes de fournitures et les achats dans les supermarchés dont les séances alimentent de nombreux reportages aux actualités télévisées. Les serices peri-scolaires :  z Les cantines : près de 180 enfants fréquentent les restaurants scolaires : plus de 50 à l’école maternelle, 120 à l’école élémentaire. La municipalité s’efforce de pratiquer des tarifs raisonnables en prenant en charge une partie des frais de fonctionnement (environ 25 % en élémentaire, 45 % en maternelle). La mise en place du quotient
familial s’avérant très compliquée (éléments de calcul incomplets, grosse disparité dans les tarifs…), la décision prise a été d’aider à hauteur de 20 % du prix du repas les familles qui disposent d’un quotient familial inférieur à 500 dans le cas de l’abonnement (4 jours par semaine) z   Les garderies périscolaires : Elles sont de plus en plus fréquentées. Là aussi la municipalité prend en charge une partie des coûts de fonctionnement. z   La crèche halte garderie : Depuis un an, elle fonctionne au premier étage de la mairie. La municipalité a réalisé les investissements nécessaires et son fonctionnement est assuré par l’association « Les Petits Pierrots » (Présidente Karine ROMERO, Trésorière Claudine OURDOUILLIE, secrétaire Florent ROCHER) L’idée de base est que le coût de fonctionnement soit supporté pour 1/3 par les familles, pour 1/3 par les diverses subventions (CAF, Conseil général…) et pour 1/3 par la municipalité. Sa capacité est de 12 places, soit 47 enfants accueillis par foisonnement. Depuis plusieurs mois la municipalité travaille sur un projet de réalisation d’un équipement petite enfance. Le terrain qui a été acquis en juillet est situé derrière l’école maternelle. Cet équipement comprendra une structure RAM (Relais Assistantes Maternelles) et une structure multi accueil d’une capacité de 15 à 20 places, des espaces extérieurs de jeux et des aires de stationnement. Cela représente 400 m² de surfaces construites pour un coût qui avoisinera le million d’euros. En cette rentrée de septembre 2007, c’est l’occasion de dire à tous les écoliers de St Pierre qu’un jour, ils se souviendront de leurs maîtresses ou maîtres d’école comme nous le rappelle Didier PERRIN qui a quitté l’école de St Pierre en 1987, il y a déjà 20 ans ! (p.4)
aSni-tPiSeerrpet enIfmob rne° 1 2007073
4
Hommage dun enfant du pays à ses instituteurs : Madame et Monsieur Font
point de vue orientation, pu c toyer des personnes d’exception qui m’ont rellement menes au mtier que j’exerce actuellement : enseignant-chercheur. C’est sûr, ça date ! Imaginez un peu : 1987-1988 ! 20 ans djà ! A l’époque, pas de portables téléphoniques, encore moins de ipods ou autres gadgets électroniques s u p e r - s o p h i s t i q u é s , v r a i s e m b l a b l e m e n t indispensables pour les gosses d’aujourd’hui asservis à des technologies de plus en plus coûteuses. J’avais donc dix-onze ans et j’étais en CM1-CM2.  Comment qualifier ces professeurs ? Je dirais simplement des instituteurs hors pairs, voire « pédagosaures ». Néologisme traduisant simplement et affectueusement des personnes enseignant à l’ancienne tout en ayant des méthodes originales et un amour des élèves indéniable. Ah c’est sûr, la semelle – pointure 42 – du « Père Font » s’imprimait parfois gracieusement sur le fessier d’un camarade un peu trop loquace et on entendait de temps en temps les douces remontrances d’opéra de Mme Font soudainement embellir la salle de cours d’un son mélodieux…et criard quand un chahut un peu trop envahissant se faisant ouïr à l’horizon. Passons évidemment les coups de règle Plexiglas sur les doigts… C’est sûr, de nos jours, la seule pensée de tenter d’effectuer de tels gestes serait passible de la cour  martiale ! Pourtant, un peu de discipline ne tue pas !... Mais quels résultats ! Un respect mutuel entre élèves et réciproque vis-à-vis des professeurs conduisant tout naturellement à l’envie d’apprendre et surtout d’écouter. L’enseignement, certes, était régi par le programme scolaire, mais la façon de l’enseigner était, là, véritablement propre à Mme et M. Font. Ce que je retiens de ces années, c’est l’acquisition de méthodes, d’un esprit d’initiative (je suis devenu trésorier en CM2, alors tout timide à l’époque !) et d’ouverture aux technologies (informatique, etc.)… et donc forcément aux sciences. Bien évidemment, à dix-onze ans, on ne résout pas encore les équations de la relativité d’Einstein, encore moins les intégrales triples curvilignes, mais, Mme et M. Font ont su, de part leur pédagogie, m’apporter ce petit quelque chose, une sorte d’étincelle culturelle et scientifique, qui m’a fait me passionner pour les choses à comprendre, les « comment ça
aSeSinptt-Peiemrrber eI n2fo00 n7° 107
marche ou pourquoi c’est comme ça ? ». Je leur dois cet éveil combiné à un farouche désir de toujours aller plus loin sans jamais baisser les bras face à l’adversité. Aujourd’hui, après un Baccalauréat S, un diplôme d’Ingénieur en Matériaux en poche, une Maîtrise de Chimie et un Doctorat en Chimie des Matériaux (thèse ayant eu le Prix de l’Innovation 2006 décernée par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), je me suis tourné tout naturellement vers la Recherche tout en transmettant, à mon tour, en tant qu’enseignant-chercheur de l’Ecole des Mines d’Alès dans le Gard, mon savoir. J’essaye, tout comme mes « instits préférés », de dispenser le mieux possible et de manière assez conviviale cet enseignement, en n’omettant pas la rigueur cartésienne dans l’approche pédagogique qu’est l’apprentissage des sciences dites dures. C’est clair, sans eux, je n’en serais pas là. Merci infiniment…
Didier Perrin, lve de CM2…d’il y a 20 ans ! COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les pleurs de l’enfant déclenchent des réactions de stress du fait de leur intensité et le la difficulté de les comprendre. Face à un nourrisson qui pleure, le parent ou le gardien peur passer à l’acte et secouer l’enfant pour le faire taire. Afin de prévenir ce geste, l’UNDDE a élaboré un DVD Package pro* sur le syn -drome du bébé secoué destiné aux professionnels de l’enfance, de la justice, de la santé mais égale -ment toute personne qui s’occupe d’un enfant. DVD Package pro bilingue disponible au tarif de 15  TTC.  Renseignements : 0871 464 759 ou sur le site www.undde.org  L’argent récolté sert aux actions en faveur des en -fants * DVD : 25 min (symptômes, causes et effets, responsabilité pénale,…) interviews de professionnels UN pRojEt DE S.A.S.E.p (Service dAcin Sci Educaive de prximié) L’Association ALTACAN qui gère la Maison Familiale d’Accompagnement Educatif du Barbaz à St Pierre d’Allevard prévoit la création de ce service au cours de l’année 2008 afin d’aider les parents dans la difficulté. Ce service s’adressera aux parents et à leurs enfants âgés de 3 à 12 ans, scolarisés en maternelle ou en élémentaire et domiciliés prioritairement sur les communes de St Pierre et d’Allevard. Il est destiné en priorité aux familles témoignant de grandes difficultés : parents « dépassés » et perdus dans l’éducation de leurs enfants, enfants en manque de repères ou présentant des difficultés accentuées de socialisation et de contenance dès les petites classes… L’accueil des enfants au SASEP intervient durant les temps non scolaires de l’enfant. Sa durée initiale est de 3 à 6 mois pouvant être renouvelée plusieurs fois par périodes de même durée sans excéder un total de 2 ans. Le but est d’offrir des prestations éducatives spécialisées et un accompagnement social dans le cadre de la prévention afin de favoriser le mieux être de l’enfant, son intégration sociale et soutenir les parents dans leurs fonctions parentales.
uoovri suplbci.s La Régie offre o neertu nu vrese icblpu dicpre arv opru eosnerdergin énx tae augér sfirsétnemel pésx,  pes lare électr La Régieslumeneqieue  t, iendvelat ég Riuh te jua druoer ohanget cité nrsif uo ned uon ureêtt oi durse.ihcéér xiohc ns se tderaer qin ruo selrtneirpeeprises locales eus no tel snertnj Es.lei qux euer seigrbalevuonccesus aes psiblb aeostn plpcuuo  tnm aliameos ns ue ddergneiqétl seé enreig ete de lénaîtrise eganémal à epictiar peté itimoxxué neejeL ser .itoiterr du menta sruetatnelleppén mes l f àesaged srgnaictasaos desionssomm conelpmuof sinrruesé drgne. ies Le àtêera juuodrhui plus quun sitéonol vsar rent éticapac as te s auvice ser sesédomne ,itidq ouen rrcfola c :irtilaed él reuq ae. LobjdénergiSEBDe tsceit fdemen logcEnEt ettnar ,oc éua tiladr euctréstnimittiuq edes el reommateur décide islb eisl  eocsn ce,ixhorr ierével sram  éhcrbild nairsf sat nedutioévolr le sudutitrecnI : eigeréndr eussniurl ue rofhcio xeddans le gilance d teiv eedur ecne uv pdereaire pdnéel solaces su nont ae soergi tnod 45 ed erbmar pe,èrIsn  e11leel sSEiml seuqen quelqDB.ESDB serfiP:  seufihcn  unscotéloar ps poriseéleur licéttcirtnc  .oSéernceonrè tdes ednarg sselliv s comme Metz, Strsaobru gteG erone.bln  EônRhAle- sep selrtneirpeiollmi3  3é,iticrtcelé stneilc 0ralecent, 3 buéstsir hid eWksnd  rdeeaés60 5m  Ktcud,noied sorp aute ou gnes à hsmd  eil,u5 00K DSE ,ecnos tse B sdel eilailveurd uilétriceend a reus lsabisponeéts ed c 92alloontini ue qusiastnp èr sed1  600borateurs. Ce sorretioti rus nosl.naSD E cremuomaexud éd ser sé public clairagee egannapd ed oeu hes drshoden ua xuberes s B aumrrd.Nlevaà Alt es cle daslae gér d eitS eeiP basse tensionChqaeur géeie  tcé itictrurss aetlpxel enoitatiodAlrre rd, levairubidtsléce elr leur ft choisi sepvuneitucilreous ar piosselnnp steforc seneilcesse némièr pre nedb eidnuig ta sIl. téciricteléd ruessinruoel t0270: o vurepuis le 1er juil7 4017 6 24 eD83s re bdeeaur: u mriaéDossul  sotcurr con :  encerenl eal à eigu  dretu dhrcmadEnoEBll
5
En
Saint-Pierre Info n° 107 Septembre 2007
 SErrgiE dE vicEegr ail eipolatcomit dn petit eL .caT T eltocae vrr su uselin ud tsissa dravleAlde smue Lositexpde l et catouaT ér esncaceà e séliéa rleanummocretni noi de CM2 s élèvesisno .eLtt ecoacANSS BDErcMaHA Cessa ed l edlc afeefno tu  ntcéu à AAROZard llev r elbtT ll aiavtruarqmareednrèiera nneés   r  l ton emmar tnilaélacoe.irls Int osruel énoc tno auD. rsniveou se cnevtnp uertse (sairele fore J à  naeerdaressIAACouN erPi MreBMRA)D .J ae nOLe qui esLouvragcéannt a  lar pd eiriamravellArès d (p0 00de 2or)s 0ueîartp raena 00 2 T8.t ou tsetraped i al journée du Patriomni eed2 00 5ochaic Krdenmm Rt, édéecérTOLLcéd erre GUI Jean Piuorvga.esrd u n, TOZANEMESEe tteloC ,AIDRAC leummanN, EARBOen DdAirIK ,ORSWCAOSJ ,NpesoOP h,ETR RT,moay FndVELANI,IP eirr eAMERDominique FERRARrreiP naNAICAM e eouN IEJee ornc niPJ aeF BAreereph  JosHEZ,SANCir tadsnse tnicsire des  la mémoimehed n ,toc nutrusl ieer fnd iduhojru euaopuqellee, cvolui ré.sniarreip tnias éne uueoqévl  Ie. Cest pour cealq eup ulisuesru dvin aglline tsudleirorp rèpsue sur qmoira méts e eerarevuat  pntai snsairriemét tno op éngioe pour lmportantlIa t ne elcbu .iercetr à u meret re suoléf ticilevadAlrre  Pietêer u àt nedra cer ou pntseré pi is eénruoj ettlo eedl  aiv.eC est pourquoi JeJ nauqcaB seALLImaZ e ir Sdentaiecd f roserp eléquit dtoutipe tser ne j nu tnaesC. euéce unt r elepselgèr ,set ecs dee  lspreinét ,al arftareutres, lct des al ed snes el ,éitilabnspoes rlaos,id  eemtnsaes dépt durt eeffoea bspu t orucédsegatse  el sulp la solidarité, tafi .lIa pperdnsée unt e  dceand sruocre lievé de footvillnos a  uitsrL  eub.tons onpiamchs neap nu ilpmocca tles tre t ou00 ej uen soeh,samct Is. élsbudéntta sèr1 edeiatp tnncontrerit se repised  ed seé uqiuq ionr etuot ,rnou jlafaa , éevaus r ner pausr tour les unaep arrcn  es pun arcLlAel ed .avdrleibis vséMuu  aeésilaér5002 ne nt lexposition ro tujidicueesemi qucoacagmp fneu ésm eneuqa ettion ductétaiqui adsnne tigorl  emus den lipacinitnos sétseétser  autonomes et pulbqieu.sE  nrFna cceste utaton cnrec61 ene 8pertubittsir aidedl tricélece lon dE .zag ud te étiou v aon, 4519n  euplbciulr nerdeur, mai ce sectpertesirel sne sdes ro plos lecalecraM t nU.)nilemll Ae, Sett onrtiaC notna eremdhipeu re :stoi ,eu FDEG ten FDne udé irée ndpaec ,elm nopolo eont pas en Frangau  deté itictrceléd noitubirtlevadAlrre  Pie ,tSavdrlAel.z( a  LrrFein Pt,soatuo,ter ,drM eLchiliennnnot, Sellra doBèier ,iVrvSee ic BdeleelnnodE( e)BDSec reprise locale dengreinEreig eesalipicodpre  de noitcusid ed te grst lmentoupe 9érd  em nuigsed ueel e noçp nuaus lu cs urmpte ino tocojruduh leur fansacré à rus ervil nu tônt ene Uotac TleS ia tedf oo bediente. Bierrnt Piléta v uoulh no947, la municipa sruc ud bul1 neunles don fteda sGAçnio RuaIUAL jusdate Fraquàiuped iu ettec sou teror quxces  et les onsablesel serpstauesr ,s leucédclu , ubnaegd st seliridNI, MENOnte à Dall e aivedl ll eaiéd mlat anttmeer nE .selovénéb