Erwann Iapteff : " On a les moyens de s
2 pages
Français

Erwann Iapteff : " On a les moyens de s'installer en Top 14"

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

Erwann Iapteff : " On a les moyens de s'installer en Top 14" Berjallien depuis 2005, Erwann Iapteff a retrouvé Grenoble où il évoluait auparavant à la mi-juillet alors que le destin de Bourgoin n'était toujours pas connu.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 82
Langue Français
Erwann Iapteff : " On a les moyens de s'installer en Top 14"
Berjallien depuis 2005, Erwann Iapteff a retrouvé Grenoble où il évoluait auparavant à la mi-juillet alors que le destin de Bourgoin n'était toujours pas connu. Soulagé et ravi de réintégrer un club qu'il connaît bien, le pilier s'apprête à retrouver le Top 14 avec gourmandise.

Comment s'est organisé votre retour ? A quand remontent les premiers contacts ? J'ai signé le 18 juillet alors que je m'étais auparavant ré-engagé avec Bourgoin. Et suite aux problèmes du club, j'ai eu l'opportunité d'aller jouer à Grenoble en Top 14. Ça s'est fait par le biais des agents. Le mien m'a dit que mon nom avait circulé dans une réunion à Grenoble, il s'est un peu penché sur le sujet, il s'entendait relativement bien avec Fabrice Landreau, et ça s'est fait comme un transfert normal. Sauf que le délai était plus tardif que d'habitude.

C'est en fait un retour aux sources pour vous qui avez déjà évolué à Grenoble ? Oui. J'ai joué trois ans à Grenoble en cadets et un en Crabos avant de partir à Bourgoin. Bourgoin était en Top 14, et je suis parti l'année où Grenoble remontait en Pro D2, plus pour des objectifs personnels au niveau du centre de formation. C'est vrai que Grenoble était en pleine reconstruction, on ne savait pas trop comment ça allait se passer, ça faisait deux, trois ans que Bourgoin venait me voir, et ça s'est fait la troisième année, celle où je rentre au Pôle France à Marcoussis. C'était ma huitième année, et ça s'est très bien passé pour moi, je n'ai pas de regrets par rapport à ça. Je faisais mon premier match en Top 14 il y a quatre ans maintenant, il y a eu des évolutions, ça m'a permis de goûter au haut niveau en championnat.

Le haut niveau justement, vous le retrouvez avec Grenoble, deux ans après l'avoir quitté au sein du CSBJ, et la Coupe d'Europe également. Avec joie sans doute ? Oui. Ce sont des moments que j'ai un peu connus et même si on était redescendu en Pro D2, ce championnat n'a pas la même envergure que le Top 14. Il y a beaucoup moins d'engouement derrière la Pro D2, on le voit notamment sur les rediffusions télévisées, les gens ne connaissent pas spécialement. Même si ça un peu l'air de pointer de l'avant, avec notamment des grosses équipes, comme Lyon, qui se sont confrontées à de grosses pointures du Top 14, voire internationales, mais l'engouement est un peu moindre. C'est vrai que le Challenge Européen est aussi intéressant, permet d'affronter des équipes que l'on ne connaît pas, de se confronter à un jeu que l'on ne connaît pas, c'est ça aussi qui est intéressant.

Vous avez retrouvé le club changé depuis que vous l'avez quitté ? L'impression que j'ai, c'est d'être dans un club complètement différent de celui dans lequel j'étais, au niveau des infrastructures. Le stade est resté, n'a pas trop bougé en extérieur, mais a totalement changé à l'intérieur. Et c'est vrai que c'est un club qui s'est donné les moyens de remonter, et de rester au plus haut niveau. C'est d'ailleurs ça qui a fait pencher la balance pour Grenoble.

Erwan Iapteff Né le 17 mars 1988 1m88 - 109 kg - Pilier

Clubs successifs : Grenoble (2002-2005), Bourgoin (2005-2012), Grenoble (depuis juillet 2012)

"Un club totalement différent qu'il y a sept ans"