Journal du Nautisme n°20

Journal du Nautisme n°20

-

Documents
25 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Journal du Nautisme n°20, en supplément gratuit de L'Equipe du dimanche 8 avril, IDF, Bretagne et Grand ouest !

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 26 juin 2012
Nombre de visites sur la page 2 330
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
20 juillet 2012 > Supplément gratuit à L’Équipe N°21165 du dimanche 24 juin 2012 SéBASTIEN JOSSE en classe à Tour de France à la Voile - Volvo Ocean Race : Groupama superstar ! Solitaire du Figaro - Brest et Douarnenez : les rassemblements de l’été faire 14.06.2012 18:03 PDF_QUADRI_300dpi_txvecto édito Si proche de la vérité Celui qui gagne a toujours raison. C’est une des maximes préférées de Michel Desjoyeaux. C’est aussi une réalité de la mer. En remportant, le 15 juin, l’étape Lisbonne-Lorient, après avoir pourtant loupé le départ et connu des problèmes avec son mât, Groupama a fait un pas immense vers ce qui pourrait devenir la plus impressionnante des victoires de Franck Cammas. Pourtant, le cv de l’Aixois a déjà de la tenue, avec un Trophée Jules-Verne, une Route du Rhum et, entre autres succès, une victoire sur la Solitaire du Figaro en 1997. Si le bateau vert s’impose le 7 juillet dans ce qu’il convient de considérer comme la plus dure des courses, on accordera à l’éclectique et hyper talentueux skipper une place de choix au sommet du Panthéon des coureurs au large, avec vue sur mer. Franck Cammas a eu raison. Dans le dessin de son bateau : Ken Read himself, patron de Puma, lui reconnaît avoir eu le bon coup de pinceau – pratique, cela évite tout débat sur les qualités de marin du Français. Dans le choix de ses hommes et sa gestion à bord. Dans le choix, aussi, de pousser sa machine comme un dingue dans cette folle étape entre Lisbonne et Lorient. D’accepter, donc, de risquer le plus sombre pour décrocher le fabuleux. Reste à gérer deux régates in-port et une étape, entre France et Irlande, dans des eaux qui ont longtemps été son quotidien. Le 7 juillet pourrait bien, oui, devenir la nouvelle Fête nationale des coureurs au large français, tant le succès de Cammas prouverait que les navigateurs de chez nous n’ont que peu à envier aux coureurs au large d’ailleurs. Ce défi est aussi celui qui anime la création de la classe MOD 70 qui, début juillet, partira vers sa première course à taille réelle : la Krys Ocean Race, entre New York et Brest. Vieux combat centenaire. On patientera encore avant de voir ces trimarans monotypes porter des sponsors et des skippers de À la l’étranger mais, comme l’explique Sébastien Josse dans nos colonnes, cette nouvelle classe présente Sébastien Josse par Pauceune quelques indéniables vertus, mouchées pour l’instant par le tour de vis imposé par une crise économique qui traîne en longueur. Ce printemps fut, pour la voile française, particulièrement douloureux. Nos pensées vont vers la famille de Michel Bothuon, parti brutalement à Saint-Barth peu de jours après avoir terminé en belle place la Transat AG2R. Elles vont aussi à ceux qui aimaient Jean Maurel, tempérament de feu, âme sincère et directeur de course investi d’une mission auprès de ceux à qui il faisait prendre la mer. Il y eut des sourires et même quelques rires, le jour de son enterrement. C’est dire si ses amis avaient compris son amour de la vie. Frédéric Pelatan Diffusion : Conception et Directeur de la publication délégué : Supplément gratuit à L’Équipe N°21165 direction artistique :Frédéric Schmitt - Tél. : 01 40 93 25 11 du dimanche 24 juin 2012 ; Franck@Valadier.frfschmitt@journaldugolf.fr Ne peut être vendu séparément. Maquette : Rédacteur en chef : Édité par : Karin PrissertFrédéric Pelatan - Tél. : 01 40 93 25 32 PublICItÉJOURNAL DU GOLF SAS fpelatan@gmail.com Président fondateur : Frédéric Schmitt Impression : Sophie Joffo / 01 41 04 97 84 4, cours de l’île Seguin, Roularta Printing SA, Roeselare, Belgique. sjoffo@amaurymedias.frRédaction : Pierre-François Bonneau, 92102 Boulogne Billancourt Catherine Tisseron, Stéphanie Stoll, Dominic Jean-François Chenut / 01 41 04 97 81 Tél. : 01 40 93 23 92 Bourgeois, Camille El Bèze, Servane Dorléans, jfchenut@amaurymedias.fr infos@journaldugolf.fr Stefan Lhermitte. Sophie Perez / 01 41 04 97 86 sperez@amaurymedias.fr Journal du Nautisme Responsable de la diffusion François Hoffet / 01 41 04 97 51est une publication PSI : et de la communication : fhoffet@amaurymedias.frDirecteur général : Louis Gillet Catherine Tisseron - Tél. : 01 40 93 25 31 lgillet@lequipe.presse.fr ctisseron@journaldugolf.fr Eva Lomnicka / 01 41 04 97 85 elomnicka@amaurymedias.fr Directeur de la publication : Rédacteur graphiste François Morinière Responsable fabrication : Jean-Louis Guimar - Tél. : 01 40 93 25 30 JOURNAL DU GOLF SAS jlguimar@journaldugolf.fr est une filiale du groupe Dépôt légal à parution. Ne pas jeter sur la voie publique. Journal du Nautisme est une marque déposée par Journal du Golf SAS. Toute reproduction ou représentation même partielle est interdite sans l’autorisation écrite préalable de l’éditeur du Golf SAS. Volvo Ocean Race juillet 2012 Texte de (presque) Bernard lafleur - Photo Todd/Vor (Kriter IX) qui terminaient respectivement deuxième et troisième alors que deux Français gagnaient une manche (Kriter IX et Morbihan) ; et enfin la consécration en 1985-86 avec le Top Chef Lionel Péan (L’Esprit d’Équipe) qui s’octroyait trois manches sur quatre et la cerise sur le gâteau ! Sans oublier Alain Gabbay encore, qui venait titiller les gros Maxi en 1989-90 avec sa pelle à tarte Charles Jourdan et Patrick Tabarly qui remportait la deuxième division sur Esprit de Liberté…La bonne cuisine CauChemar en C uisine ! Alors, même si les Français avaient endossé l’uniforme des marmitons tels Pierre Mas, Jean-Yves Bernot, Sidney Gavignet, Thomas Coville, Laurent Pagès… ou la toque comme Christine Guillou en 1997-98 (EF Education) ou Sébastien Josse en 2005-06 (Abn Amro), le goût gaulois n’avait plus ni armateurs, ni amateurs… Reprendre le flambeau française pour démontrer que la bonne bouffe pouvait prendre le pas sur la cuisine moléculaire était une émulsion papillaire pleine de fragrances. Une année de recherches pour trouver les ingrédients, affiner les coupes, travailler les ustensiles, ménager la chèvre et le chou, former un staff et établir le menu, puis six mois de mise en place, de répétitions, de tests, d’apéritifs avant de rallier la capitale culinaire de l’ex-royaume d’Aragon, pays du touron et de la paëlla… Malheureusement, la mise en bouche a fait flop quand la bouillabaisse au cœur du marais poitevin, le restaurateur Bernard l afleur météorologique a laissé (presque) tout le monde sur le carrelage, en particulier les locaux ibères et les cuistots français. est un supporter inconditionnel de franck Cammas. d epuis 1996, quand le jeune aixois usait ses fonds de culotte sur un Puis ce fut « cauchemar en cuisine » à la première étape, noyé dans le gaspacho f igaro en solo, il en a coulé des milles sous les étraves de ses barométrique d’une bulle savonneuse sur laquelle le chef Franck et ses marmitons ont glissé pour récolter une maigre troisième place vu que trois autres prétendants avaient bateaux. alors, s’engager pour la plus