La conquête du sport version féminine
2 pages
Français

La conquête du sport version féminine

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

10 mars 2011 – La conquête du sport version féminine . Cent portraits de femmes qui pratiquent un sport ornent les grilles du château Bétailhe pour un mois et ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 82
Langue Français
La conquête du sport version féminine . Cent portraits de femmes qui pratiquent un sport ornent
les grilles du château Bétailhe pour un mois et demi. Retour sur cette aventure originale.
10 mars 2011 - Nancy Ladde
Lundi soir, c'est avec le sourire que de nombreuses Artiguaises ont découvert l'exposition photo
baptisée « Femmes et sport » qui met à l'honneur 100 d'entre elles sur les grilles du château Bétailhe
à Artigues-près-Bordeaux.
Une initiative originale, pour marquer la Journée mondiale de la femme, que l'on doit à Françoise
Cartron, le maire de la commune qui l'a inaugurée lundi soir. Pour cela, elle a fait appel à Patrick
Loubet, un photographe installé sur la commune.
« On a toujours l'impression que le sport est essentiellement masculin, remarque-t-elle. Là on se
rend bien compte que les Artiguaises de tout âge le pratiquent ! »
L'expérience n'est pas sans rappeler la première exposition qui s'était déroulée il y a deux ans autour
de 100 portraits d'Artiguaises en noir et blanc. Les participantes, leurs familles et les habitants
pourront encore se délecter de ces images au moins jusqu'à la fin du mois d'avril.
« Du sport sans nos maris »
Ainsi à Artigues-près-Bordeaux, la femme n'a pas le droit à une seule journée mais à presque deux
mois ! « Ici, les femmes ont toutes leurs places même dans les domaines où on ne les attend pas »,
souligne Françoise Cartron. « Nous n'étions pas prévenues, le photographe est arrivé à l'improviste
mais finalement le résultat est super », estime Colette.
Que ce soit de la gym, de la rando ou du vélo, toutes ces femmes sont presque incapables de se
passer de sport. « Généralement on fait du sport sans nos maris, comme ça on peut être à notre
rythme et puis on a des choses à raconter le soir en rentrant », sourit Bernadette qu'on surnomme
Bernie. Pour elles qui pratiquent plutôt le sport plaisir, la place des femmes dans le haut niveau ne
semble pas présenter de difficulté. « On a de belles sportives depuis toujours de Colette Besson aux
sœurs Goitschel », juge Françoise.
Des schémas culturels
Pourtant, la table ronde qui s'est tenue ensuite a bien montré que les inégalités entre hommes et
femmes étaient encore d'actualité surtout dans le sport de haut niveau. En 1900, lors des premiers
Jeux olympiques modernes Pierre de Coubertin pense que « les JO doivent être réservés aux
hommes ». Les femmes ne seront d'ailleurs intégrées officiellement aux compétitions qu'en 1928.
Soixante-dix ans plus tard, lors des JO de Sydney, en 2000, la parité n'est toujours pas atteinte
puisque seules 38 % des athlètes sont des femmes.
La féminisation du sport est en marche mais la progression semble lente. « Il y a encore des schémas
culturels qui font qu'on envoie plus une petite fille à la danse qu'au tennis », a remarqué le président
du Tennis-Club d'Artigues.
Karima Medjeded, médaillée d'or aux Jeux paralympiques d'Athènes en 2004, a témoigné sur un «
sport macho où il a fallu se battre pour participer aux compétitions internationales ».
Une pétition devrait bientôt être mise en ligne pour que la dernière remise de médaille aux JO
effectuée par le président du comité international olympique (CIO), l'on remette deux médailles dont
une aux femmes. Jusqu'à aujourd'hui, les hommes sont les seuls à obtenir cette récompense.