La pêche en Islande - article ; n°238 ; vol.42, pg 391-407

-

Documents
24 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1933 - Volume 42 - Numéro 238 - Pages 391-407
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1933
Nombre de visites sur la page 80
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Louis Papy
La pêche en Islande
In: Annales de Géographie. 1933, t. 42, n°238. pp. 391-407.
Citer ce document / Cite this document :
Papy Louis. La pêche en Islande. In: Annales de Géographie. 1933, t. 42, n°238. pp. 391-407.
doi : 10.3406/geo.1933.10449
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1933_num_42_238_10449391
LA CHE EN ISLANDE
PL III-V.
Toute Europe industrialise Sous le cercle polaire la lointaine
Islande ne fait pas exception la règle Qui hui dans ses
villes en ciment armé dans ses usines dans ses ports charbonniers
où se pressent les chalutiers modernes reconnaîtrait au premier
abord île des Sagas Les jolies goélettes de Loti ne sont plus bien
nombreuses dans les mers Islande et depuis quelques années déjà
elles ont déserté la rade de Reykjavik.. Quelle réalité nouvelle se
cache derrière Islande des romans1
LES BANCS ISLANDE
Large plateau continental mélange eaux froides et eaux
tièdes les parages de Islande comme ceux de Terre-Neuve comme
la mer du Nord offrent des conditions favorables au développe
ment une abondante faune maritime Les pâturages marins de
Islande sont parmi les plus féconds du inonde
Les mers Un plateau continental épouse les formes de
île Sa superficie semble supérieure celle de Islande qui est de
105 000 km2 Cette plate-forme sous-marine coupée de ridains in
cline doucement la profondeur de 200 m. au delà de laquelle
la pente devient rapide Ces bancs Islande que tapissent les algues
et où accumulent les matières organiques portées par les fleuves
sont le domaine où pullule une exubérante faune marine
Sur le plateau viennent déferler eaux atlantiques et eaux arc
tiques Les eaux atlantiques sont tièdes et relativement salées
leur température est supérieure et leur degré de salinité varie
de 35 355 000 Elles régnent on le sait au Sud du seuil Wyville-
Thomson une grande profondeur Les eaux arctiques sont
froides une température inférieure et une salinité de 345
35 000
Les eaux atlantiques se déplacent dans Océan vers le Nord-
Est fig Leur afflux attiédit les rivages Islande et fait reculer
vers le Nord la lisière des mers libres île qui touche au cercle
Ouvrages récents sur la pêche en Islande BRONKHORST La pêche ala morve
Notes et résumés de Office Scientifique et Technique des Pêches Maritimes no 53 Paris
1927 LE GALL La Pêche en Islande Rapport de mission Revue des Travaux de
Office des Pêches Maritimes III fase 1930] 213 282 BJARNI ä-
MUNDSSON Die Isländische Seefischerei Handbuch der Seefischerei Nordeuropas
Band VII Heft Stuttgart 1930 Un séjour et des voyages dans île nous ont
permis avec ta collaboration de MMr René CUZACQ et Jean SERMET de compléter
notre documentation 392 ANNALES DE OGRAPHIE
polaire un climat moins dur que celui de Terre-Neuve après
des travaux récents1 les eaux atlantiques glissent Ouest entre
île et le courant froid du Labrador en réchauffant les rivages
et font dans le sens des aiguilles une montre le tour de Islande
tandis Est elles semblent refoulées par les eaux boréales qui
avancent de plus basses latitudes
Ces déplacements subissent des variations en rapport avec le
mouvement apparent du Soleil En hiver les eaux atlantiques sont
moins puissantes et luttent difficilement contre les eaux froides et
contre influence de la banquise toute proche partir avril la
poussée des eaux chaudes est sensible surtout sur les rivages Ouest
et Nord Est le contraste reste brutal même été sur le plateau
continental entre les eaux du domaine atlantique et celles du do
maine arctique2
Les poissons Un tel régime entretient dans les mers Is
lande une vie intense Au contact de ces eaux origine différente
foisonne le plankton Espèces atlantiques et espèces arctiques voi
sinent sur les côtes Ouest et Sud de Islande plus chaudes la faune
est surtout atlantique tandis elle est surtout arctique sur la côte
orientale
Selon les saisons se déroulent dans les fonds marins immenses
migrations Les morues adultes recherchent pour pondre les eaux
tièdes dès janvier elles assemblent sur les frayères du Sud et de
Ouest et de mars mai la ponte effectue là sur les fonds de 80
150 Puis commence la poursuite des bancs de poissons migra
teurs dont se nourrit la vorace morue harengs capelans.. Les
morues se rapprochent alors de la côte en mai et juin puis quittant
les parages Ouest et Sud gagnent les eaux du Nord et de Est
réchauffées par la transgression des eaux tièdes où elles resteront
en hiver
Les harengs Islande se rassemblent pour la ponte sur les côtes
Sud et Sud-Ouest la race des harengs de printemps de février
avril et celle des harengs été de juillet septembre Puis une grande
partie de ces poissons la recherche des bancs de planktonremonte
vers le Nord et vers Est
Morues et autres gadidés harengs sont les poissons les plus
importants au point de vue économique Mais les plats
aussi donnent lieu une pêche active les limandes les soles les
carrelets et surtout les flétans poisson béni des Islandais qui
LE GALL ouvr cité BEAUG Les régions de pêche de Atlantique Nord
Revue des travaux de Office des pêches maritimes fase décembre 1932 413-
453)
DEMANGEON Ile Britanniques Géographie Universelle chap- II) LA CHE EN ISLANDE 393
pendant hiver vivent surtout dans les eaux profondes du Sud et
du Sud-Ouest aux accores du plateau continental et en été appa
raissent aussi bien au Nord de île au Sud dans les eaux peu pro
fondes non loin de la côte
Ainsi sur ces plantureux pâturages des mers Islande les pêcheurs
de toutes nationalités se déplacent selon le rythme des saisons
De janvier avril
est la côte Sud-Ouest
qui est le centre de la
vie maritime Des ro
chers basaltiques des
Vestmann où crient
des milliers oiseaux
de mer la
île fumante de
Reykjanes chalutiers
islandais anglais alle
mands fran ais dun
dees de Dunkerque ou
de Thorshavn cotres
voiles des Fser- er
pèchent fiévreuse
ment la morue Cent
cinquante chalutiers
traînent jour et nuit
le chalut Sur une mer
souvent déchaînée FîG LES BANCS SLANDE
travaillent sans répit Eaux atlantiques Eaux arctiques
10000 12 000 pê chelle 15 000000
cheurs de tous pays
En été les côtes Nord et Nord-Est sont les-plus actives En même
temps que progressent les eaux atlantiques harengs et moruos
émigrent versie Nord De juin la Noël on pêche la morue sur
les bancs dû large Surtout de juillet septembre est la saison du
hareng les chalutiers islandais la pêche de la morue terminée dans
le Sud ont réarmé Reykjavik et vont poursuivre dans le Nord
les bancs de harengs Des navires étrangers affluent alors sur les lieux
de pêche
Par centaines ouvriers et ouvrières quittent la capitale et
vont dans les ports du Nord Siglufjord Hesteyri Akureyri tra
vailler le hareng 394 ANNALES DE OGRAPHIE
II LES CHEUBS ISLANDAIS
Deux types de pêcheurs sont distinguer parmi ceux qui exploi
tent les mers Islande les Islandais et les étrangers Les premiers
pèchent près de leur port attache travaillent le poisson dans leur
île Les autres pratiquent la pêche loin de leur pays Autres condi
tions exploitation de travail de commerce
La flotte des Islandais médiocre encore au début du siècle pris
une très rapide extension En 1903 seulement 123 100 des cap
tures effectuées dans les eaux islandaises étaient par des pêcheurs
islandais hui les étrangers opèrent que la moitié cer
taines années le tiers des captures totales1
Lee ports islandais Paysage que pas modelé le travail
de homme lignes télégraphiques et téléphoniques qui courent dans
un plateau de et nu automobiles intrépides qui bravent les rocailles
de plateaux décharnés on retrouve en Islande des visions du Far-
West Les ports eux aussi sont ceux un pays neuf Ils ont pas
aspect vénérable des vieux havres de Bretagne pas de rues sales
et étroites pas de bouges Ni les quais ni les maisons ont re la
patine du temps Les rues sont propres et larges et se coupent angle
droit Beaucoup de maisons sont construites en béton autres sont
bâties en bois et reposent sur des assises de pierre presque toujours
les murs sont revêtus de plaques de tôle ondulée Des hangars abri
tent le sel de Portugal ou des secheries de morues Des planches ca
chent des tas de charbon de Cardiff Ces grandes surfaces aplanies
dallées de blocs de lave sont les aires de séchage où on étend la
morue Dans la rade se côtoient les chalutiers les voiliers les bateaux
de commerce Dans un coin du port pourrissent de vieilles barques
vestiges un autre temps Comme fond de tableau des pays cal
cinés qui sont des champs de lave ou des prairies vertes où humi
dité suinte de partout Jamais arbres Sur tout cela la lumière
des pays arctiques aux colorations toujours changeantes
Les ports du Sud-Ouest sont surtout les ports de la morue lisse sont
REYMO DS Iceland in 1872 and 1926 The Geographical Journal LXX
1927 44-49 Deutsche Islandforschung Breslau Hirt 1930 vol série études
consacrées Islande occasion du millénaire de sa fondation articles de MMr Max
PAprEitHEn Hans essor de la pêche islandaise depuis 1900 Bulletin quo
tidien de la Société ludés et Informations conomiques 23 dec 1930 THORS-
TBiHN THOBSTKINSSON Iceland 1930 Reykjavik 1930 Annuaire Statistique de
Islande 1930 et Statistical Bulletin 1932 pub iés par BUREAU DE STATISTIQUE
OB ISLANDE Mlle Thora FKIDBIKSOH de Reykjavik Mr DE FOMTEHAT Ministre
royal de Danemark en leiande qui nous guidé dans le centre du pays Mr le Consul
Général de France Reykjavik MM1 BRYNJOLFUR THOBDARSON PALMI
de Reykjavik Mr le Dr MATTHIASSON Akureyri nous ont tourni utiles renseigne
ments CHE EN ISLANDE 395 LA
établis au fond de baies dessinées étalement des laves venant
expirer doucement vers la mer fig Reykjavik est la capitale du
pays En 1801 était une intime bourgade de 300 Elle en comp
tait 886 en 1886 11 600 en 1911 et en 1928 pour une population
totale pour île de 104812 b. elle atteignait le chiffre de 25 217
Sa croissance continue En 1932 agglomération était pas loin de
FIG IsLAHDE chelle 550 000
l/Ports Plaines herbeuses relativement peuplées Répons inhabitées
champs de laves montagnes déserts Glaciers
compter 30 000 est une ville de contrastes où voisinent les
vieux costumes nationaux et les modes de Paris les Fords et les
rustiques poneys Islande les maisons basses carapace de tôle
et les buildings modernes Au Sud le port Hamarfjord grandit très
vite depuis cinq ans et dépasse 000 Aux îles Vestmann
maey est surtout au printemps un prospère port de pêche
Les larges rades de Reykjavik et Hamarfjord sont les ports
attache de la plus grande partie de la flotte de pêche islandaise
chalutiers cordiers vapeur voiliers De février juin surtout les
bateaux débarquent des tonnes de poisson bord des chalutiers les
morues ont été déjà vidées et salées Quand le temps est beau les
femmes des pêcheurs en tablier blanc les lavent les brossent pour ANNALES DE OGRAPHIE 396
le débarrasser de excès de sel et des impuretés les disposent en
petits tas pour les laisser égoutter puis les étendent sur des aires de
séchage la fin de la journée ou quand la pluie menace les poissons
sont mis en tas et recouverts de bâches Les tas sont-faits et défaits
ce que la morue soit absolument sèche et blanche Ainsi est
préparé le klippfisk Les gadidés autres que la morue sont traités de
semblable fa on
Les ports du Sud-Ouest outillent ils ont des usines où on
fabrique avec les foies des morues des huiles industrielles ou médi
cinales autres qui produisent de la farine de poisson ou de la
colle de poisson En ces dernières années ont été créées des installa
tions modernes où les morues sont soumises au séchage artificiel et
où le poisson est mécaniquement pressé
Les ports du Nord se sont établis en un pays sauvage aux longues
nuits hiver et qui fut habité une époque relativement ancienne
Entre les sinistres murailles de montagnes volcaniques ils abri
tent presque tous dans les fjords Ils semblent perdus en une terre
désolée Leurs maisons de tôle argentée qui miroite sous le ciel
lumineux du Nord se sont bâties sur une flèche littorale ou un cône
de déjection Akureyri 348 en 1928 est la cité la plus active
du Nord sa rade qui gèle rarement étale entre le cordon allu-
vions où est bâtie la ville et un delta auxp rairies vertes au fond du
golfe pi III Les autres ports animés sont Isafjord Siglufjord
Dans ces mers septentrionales on pêche la morue Isafjord est un
des grands centres de débarquement et de préparation de ce poisson
pi et Mais est surtout le hareng qui fait la fortune
Akureyri et de Siglufjord la saison été les bateaux moteur
la voile noircie viennent débarquer sur des appontements le pro
duit de leur pechë les poissons sont tout de suite dépecés salés
et mis en baril Sur les chalutiers une partie de ce travail est fait
bord Les harengs gras fournissent de huile et de la farine de
poisson ils sont traités dans plusieurs usines installées récemment
par les Islandais les Norvégiens les Allemands pi III et B)
histoire de la pêche islandaise Cette activité ces ports
neufs ces usines qui se multiplient sur ces rivages Islande tout
indique quelle source de richesse est pour Islande moderne exploi
tation de ses mers
Cette richesse est récente Pendant de longs siècles les Islandais
dépourvus de capitaux et de matériel écart du monde vécurent
surtout de exploitation de leur pauvre terroir1
Les premiers pionniers venus de Norvège la fin du ixe siècle
BJARNI MUNDSSON ouvr cité 7-17 ANNALES DK GEOGRAPHIE NO 238 TOME XLII PL III
AnUIlEYHI ISLANDI IIL NORD
ort entre <1 11 nu onil Ir f)or<l
IS lioLI.NGAllVIK ISLANDE DU UD
Petit port il;iiis lsaljord LA CHE EN ISLANDE 397
installèrent dans le Sud-Ouest de Islande soit dans les baies qui
ouvrent entre la île de Reykjanes et celle du Sn fell soit
dans cette large plaine côtière berceau de la nation islandaise qui
étale ses alluvions du rocher Ingolf chargé de légendes au massif
de Hekla Ces colons furent surtout des cultivateurs et des pâtres
mais la légende de Thurid qui un jour de disette indiqua aux pay
sans affamés le lieu où avait émigré le poisson et les sagas qui parlent
de la mer riche en poissons attestent que les conquérants de
Islande trouvèrent de bonne heure dans la pêche un supplément de
ressources Sur leurs argues non pontées semblables celles qui sont
encore utilisées dans les er et dans le Nord de la Norvège
ni les pionniers du Sud-Est ni les paysans des fjords du Nord ne durent
aventurer très loin en mer seules quelques barques demi pon
tées quittaient les fjords pour la pêche au large On péchait la morue
églefin le flétan mais on méprisait le hareng Le matériel resta
longtemps primitif des lignes main avec un hame on de petits
filets de laine tels on peut en voir dans les musées Scandinaves
Au xiv siècle commence le long déclin de Islande île se
dépeuple effacement de la marine norvégienne devant la Hanse
isole davantage le pays Après 1400 cependant on commence
exporter vers Europe la morue séchée au soleil le stockfish que
viennent chercher des bateaux étrangers Désormais Europe soup
onne la richesse des bancs Islande Au xve siècle arrivent les
bateaux de pêche anglais Après eux les Allemands de Hambourg
et les Fran ais Mais au xvie siècle le roi de Danemark organise pour
ses sujets le monopole de la pêche dans les eaux islandaises centralise
le commerce du poisson entre les mains des grands marchands de
Copenhague de Malmö Helsingör Anglais et Allemands déser
tent Islande Les Hollandais restent au large La pêche islandaise
ailleurs reste médiocre en 1770 il 700 barques islandaises
le produit total de leur pêche devait atteindre celui de quelques cha
lutiers aujourdhui La pêche restait surtout cantonnée dans les
fjords
époque des barques rames succède au xixe siècle celle des
voiliers La suppression partielle du monopole la fin du xvine siècle
attire les pêcheurs étrangers Les voiliers norvégiens arrivent le
gouvernement danois construit des bateaux de pêche islandais Tan
dis que accroît le nombre des barques 163 en 1804 317 en
1874) grâce aux primes de tat naît la flotte des voiliers islan
dais En 1803 ceux-ci vont pêcher au large pendant la période calme
de année abord dans Ouest puis dans le Nord-Ouest de île
En 1828 Islande possède 16 voiliers en 1853 25 en 1871 63
Sans doute la mauvaise vente du poisson une série hivers rigou
reux et avancée de la banquise les progrès aussi de émigration