LAHM ET LE BAYERN, C
3 pages
Français

LAHM ET LE BAYERN, C'EST FINI ?

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

LAHM ET LE BAYERN, C'EST FINI ? Philipp Lahm fait partie des meilleurs à son poste. Rapide, précis, excellent dribbleur, le polyvalent défenseur allemand a tout du couteau suisse multifonctions. Son parcours est impressionnant. Que ce soit avec le Bayern ou l'équipe nationale d'Allemagne, il a toujours tutoyé les sommets du foot mondial.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 12 juillet 2012
Nombre de lectures 33
Langue Français
LAHM ET LE BAYERN, C'EST FINI ?

Philipp Lahm fait partie des meilleurs à son poste. Rapide, précis, excellent dribbleur, le polyvalent défenseur allemand a tout du couteau suisse multifonctions. Son parcours est impressionnant. Que ce soit avec le Bayern ou l'équipe nationale d'Allemagne, il a toujours tutoyé les sommets du foot mondial. En Bundesliga, il a remporté trois fois le titre national ainsi que trois coupes avec le Bayern de Munich. A l'échelle internationale aussi, sa carrière a été grandiose. En club, il a atteint à deux reprises la finale de la compétition reine : la Ligue des Champions. Et puis, tel un Raymond Poulidor, toujours classé jamais premier, il termina deuxième à l'Euro 2008 avec la Mannshaft et troisième à la Coupe du Monde 2010. Echouer si souvent et surtout si près du but serait une situation frustrante à vivre pour n'importe quel compétiteur. Or, si Lahm continue à clamer son amour pour le Bayern haut et fort dans la presse à qui veut bien l'entendre - "Mon contrat court jusqu'en juin 2016. A cette date, j'aurai 32 ans. Il ne faut jamais dire jamais, mais il n'y a aucune raison pour moi de partir (...) Pourquoi ne devrai-je pas rester éternellement ? Ce club est ma maison", la vérité pourrait être tout autre. Munich est une équipe vieillissante qui peine même à s'imposer dans son propre championnat. Lahm, en revanche, est considéré par tous les observateurs comme l'un des meilleurs au monde à son poste. Il y a quelques jours, Philipp Lahm s'exprimait au sujet de la Roja auteur d'un triplé historique Euro 2008, Coupe du Monde 2010 et Euro 2012 : "Ils restent la référence. C'est impressionnant de voir comment ils travaillent pour repousser les adversaires loin de leur but. La façon dont ils déploient les joueurs sur tout le terrain et dont ils mettent la pression sur l'adversaire est incroyable". Son amour pour le beau jeu espagnol est donc clair et annoncé. Alors qu'il y a encore quelques années de cela, l'équipe d'Espagne était composée, dans sa majorité, de joueurs barcelonais, la renaissance du Real a permis à Madrid de subtiliser (la saison passée) la place de club espagnol numéro 1 au rival catalan. S'il y a un club où il faut désormais jouer en Europe, c'est bien le Real Madrid. Avec un effectif pléthorique, un jeu offensif léché, un collectif super entraîné (par José Mourinho) et des individualités sur vitaminées, la Maison Blanche a tout pour faire venir n'importe quel joueur de la planète.

IL AIME LE JEU ESPAGNOL

Certes, on dit les finances du club plus aussi "impressionnantes" que dans le passé, mais jusqu'à présent, la participation royale dans le budget madrilène associée à de puissants sponsors ont permis à Madrid de maintenir un mode de vie princier qui n'a, pour le moment, pas encore montré ses limites. Philipp Lahm de son côté aime le football espagnol, c'est une évidence. Il est donc logique que pour un joueur étant à l'apogée de sa carrière comme lui, il choisisse de rejoindre l'une des meilleures formations de la planète où il pourra évoluer aux côtés de véritables dieux vivants du ballon rond comme Cristiano Ronaldo, Memet Ozil et Sami Khedira (ses compatriotes), Karim Benzema ou encore (pour ne citer que lui) Gonzalo Higuain. Personne ne doute des qualités offensives de l'équipe phare de la capitale espagnole, pourtant, s'il y a bien un secteur où tout n'est pas si rose (et ce, malgré la présence de joueurs de calibre international), c'est la défense. Avec Lahm, l'équation serait tout de suite beaucoup plus simple : le joueur peut évoluer à tous les postes défensifs... A toujours vouloir dire jamais, on risque bien de se tromper...