Le célibataire au garage
2 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Le célibataire au garage

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
2 pages
Français

Description

Une viste à mon garagiste.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 juillet 2012
Nombre de lectures 45
Langue Français

Exrait

Le célibataire au garage.
Je sais, la plupart des hommes ont une connaissance minimum de la
mécanique. Pas, le célibataire. Je suis l’exception qui confirme la règle. À
moins que l’on puisse jouer sur les mots et considérer la connaissance de la
clé d’ignition et les pneus comme un minimum acceptable.
Je n’ai aucun scrupule à confesser que plus d’une femme en connaisse
beaucoup plus que moi en mécanique. La preuve, il y a quelques années, c’est
une femme qui a procédé au survoltage de ma batterie. Lorsqu’elle s’est mise,
câble en main, à parler de négatif et positif, je l’ai même remercié, pensant
qu’elle parlait de moi. C’est tout dire!
Vous l’aurez deviné, j’ai mon mécanicien attitré. Chaque fois que je me présente à son
garage, il se dessine toujours un sourire en coin. Il adore m’entendre imiter le son du
problème qui affuble mon automobile. Je le soupçonne de m’enregistrer. Après chaque visite
dans ce lieu maudit, je vais vérifier le lendemain, si je ne m’apparaîtrai pas sur You Tube.
Sur le chemin du garage, je pratique ma prestation à venir, avec le résultat que je suis
convaincu que je vais pouvoir livrer l’essentiel de mon problème mécanique dans une
symphonie de cliquetis, borborygmes et ronronnements.
Aujourd’hui, mon tracas mécanique ressemblait à une suite de tic, stick, queu.queu queu, burk
burk burk. Enfin, quelque chose qui ci rapproche.
Plus j’entonnais les sons, plus le sourire de mon mécanicien se faisait des largesses pas
permisses. Chaque fois que je donne ma prestation, j’ai toujours envie de finir par Kaboum.
Histoire de lui faire peur un peu.
Maigre consolation, mon édenté de mécanicien, accompagnait sa rigolade taquine par de
maigres signes positifs de la tête. Hourra! Il avait selon moi décelé le problème.
Il me demande d’avancer l’auto sur l’élévateur.
Distrait dans sa prestation par un collègue de travail, je me retrouve tout en haut, admirant le
plafond du garage. Je suis certain qu’il la fait exprès!
Étant curieux de nature et voulant parfaire mes connaissances en mécanique, je suis pas à pas
mon mécanicien. Posant mille questions et ne recevant qu’une forme de grognement inaudible
pour toute réponse, je n’en surveille pas moins les travaux.
Je suis pleinement conscient que je suis une nuisance. C’est sans doute pour cela qu’imitant
l’innocence à la perfection, mon mécanicien avec ses grosses bottes à cap d’acier écrasa de
tout son poids, mes pauvres orteils, gantés dans un beau petit bottillon de cuir italien. Ayoye!
C’est lorsqu’il a commencé à me parler d’arbre à cames en tête que j’ai cru qu’il était atteint
de folie passagère. J’ignorais complètement que j’avais un bouleau dans le moteur.
Devant mon incompréhension, il demande à un de ses assistants de me reconduire à mon
travail et de revenir chercher mon auto demain.
Il faut dire que mon mécanicien est un de mes très bons clients à l’agence de voyages. C’est
sûr, une bonne fois je vais l’envoyer aux îles Mouk Mouk.
En route vers l’agence de voyages, je demande à mon conducteur s’il aime les omelettes.
Pas de réponse. Bizarre.
Le célibataire.