L
16 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

L'ouest malgache - article ; n°16 ; vol.4, pg 310-324

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
16 pages
Français

Description

Annales de Géographie - Année 1895 - Volume 4 - Numéro 16 - Pages 310-324
15 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1895
Nombre de lectures 46
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Emile F. Gautier
L'ouest malgache
In: Annales de Géographie. 1895, t. 4, n°16. pp. 310-324.
Citer ce document / Cite this document :
Gautier Emile F. L'ouest malgache. In: Annales de Géographie. 1895, t. 4, n°16. pp. 310-324.
doi : 10.3406/geo.1895.5859
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1895_num_4_16_5859OUEST MALGACHE
La carte hypsométrique de Madagascar on trouvera la nn de la présente
livraison été faite après les observations rapportées par Emile Grautier et
les documents récemment mis en uvre par Grandidier
Je vais tâcher de résumer les résultats généraux un voyage de
trente mois Madagascar en insistant sur la dernière partie de ce
voyage qui encore été objet aucune communication
Je rappelle brièvement que en 1892 ai exploré le Nord-Ouest de
Majunga Tananarivo par Antsohihi etBefandriana)que en 1893 ai
voyagé dans Ouest et tout spéciale
ment au Ménabe de Tananarivo Mo-
rondava de Morondava Ankavandra
et retour Enfin en 1892 ai exploré
le Sud de Fiérénana Ihosi et Fort-
Dauphin de Fort-Dauphin
LIMITATION est de ues
malgache il agit une région qui
en latitude étend de Fort-Dauphin
Nossi Bé et qui en longitude est as
sez nettement délimitée entre le haut
massif central une part et le canal de
Mozambique de autre
Le massif central malgache se ter
mine presque partout Ouest par
un abrupt de plusieurs centaines de
mètres
Dans extrême Nord Befandriana
300 mètres est au pied de montagnes
un millier de mètres aux pentes
abruptes Maritandrano est au de Ambinivini une magnifique
falaise de 600 mètres presque tout entière de roc nu De même
Tsaratanane au pied du Tampoketsa Itinéraire de Anthouard Bull
Soc Géog. 7e série tome XIV Sur les deux routes qui vont de Ma
junga Tananarive celle du Betsiboka et celle de Ikopa la montée
par exception est progressive il pas de ressaut brusque
Annales de Géographie II 247-248 15 janv 1893) pp 355-364 lo avri
1893) III pp 95-98 15 oct 1893) 242 15 janv 189 ;pp 499-517 15.]uillet 1894)
IV pp 217-218 15 janv 1895) OUEST MALGACHE 31l
Mais du Nord Ankavandra au Sud de Malaimbandi étend
peine interrompue auBetsiriri la haute muraille du Bongo-Lava une
dénivellation de 1000 mètres
Entre Ihosi et Ranohira Horombé continuation du
il ait conservé la même hauteur absolue 1200 mètres ne do
mine plus que de 300 ou 400 mètres les plateaux avoisinants Ouest
Mais au Sud et Fort-Dauphin la muraille terminale ou
initiale du massif reprend toute sa valeur
Du sommet de Analalaori 400 mètres on domine le pays Maha-
fali ou 600 On arrive Tamotamo Isira Helakelaka après
quelques heures seulement de descente rapide qui conduisent le
voyageur de 1000 et 200 mètres altitude ou 400
En somme une ligne droite terminée aux deux extrémités Nord
et Sud par deux angles rentrants sépare le massif central de Ouest
malgache en général beaucoup moins élevé
CARACT RES RAUX La partie de île ainsi délimitée se diffé
rencie non seulement par sa hauteur moindre mais encore par sa
composition géologique extrême-Nord et extrême-Sud seule
ment dans les angles rentrants les vieilles roches cristallines se pro
longent dans les fonds proximité de la mer
Partout ailleurs est-à-dire au Bongo-Lava Horombé terrains
cristallins et haut massif central finissent ensemble
Presque tout Ouest malgache appartient donc aux roches de sédi
ment Seuls le pays Antandroï extrême Sud) le voisinage de Man-
dritrano Befandriana Nord font exception Je crois pouvoir essayer
une courte étude stratigraphique des terrains de sédiment Cf Car
tons
Partout sur toute leur étendue sau dans le Nord üôé trouve la
base immédiatement superposées aux terrains cristallins des couches
très puissantes de poudingues grès et schistes alternés les poudin-
gues et les schistes ne se présentant que tout fait au voisinage des
gneiss et disparaissant dans les couches supérieures Les grès sont
une couleur rouge violacé très riches en minerais de fer
Au-dessus de cette première série de couches on trouve les
calcaires en couches très épaisses aussi qui dans le Nord et le centre
de Ouest malgache recouvrent généralement les grés pour ne les
laisser apparaître que par intervalles Cf cartons de Ambiky An-
kavandra carton no 3) de Mahabo Manandaza carton no 2) de Mo-
rondava Janjin carton Dans le Sud au contraire les cal
caires sont rejetés dans le voisinage de la mer tandis que les grès
constituent toute la masse de ïsalo
Enfin entre la ligne Tsyandava-Bemaraha et le Bongo-Lava
Ankavandra Manandaza Malaimbandy allonge un golfe une li-
magne argiles multicolores mélangées de rognons de silex et de cail- OGRAPHIE GIONALE 312
Mopondavn Tsyandaw etsabory Malaimbandy Songo Lavi
èà
Coupe de Morondava au Bongo-Lava V.E.)
Moondav nd Maz.an a=a
Maliabo
Coupe do Morondava au Bonpo-Laya fS.S.W.-N.N.E.)
Morondu Saromaraiiia Bemarsha Ankavandra BcmjSo tava
Polypoly Ratyety
Coupe ile Morondava au Bongo-Lava SAV.-N.E.)
Isakonaiy Isalo Horombe
Tzillea Ihosy
fi .-:-
S-QOyf tsTigS SS J- --- --- VVV
Coupe de ar Ihosy W.S.W.-E.N.E.
Fanjaira na Tienfb obola Iwtdtsombe elakelaka Fort Dauphin
Gneiss II1!1!1! SofCtlte- - Grey Ve/listar 1.*- à2 Arwil&y
Coupe dc aujairana Fort-Dauphin NAV -S.E) OUEST MALGACHE 313
loux roulés Ces argiles sont superposées aux calcaires et aux grès
Cf Ambiky Ankavandra carton no 3) de Mahabo Manandaza
carton no 2) Morondava Janjin no Les argiles arrêtent
au Sud de Malaimbandy on en trouve plus de traces dans le Sud
carions et ä)
Ainsi des grès la base des calcaires au-dessus etincidemment au
centre de YOuest malgache des argiles superposées tout le reste
Ajoutons des basaltes sur divers points car il est inexact de croire
que les éruptions basaltiques se sont produites spécialement le long
de la côté Est
Tous ces terrains sédimentaires ont été plus ou moins soulevés
coupés par des failles mais jamais plissés Dans le voisinage du
haut massif seulement les couches sont redressées 30 ou 35 En
général inclinaison est moitié moindre et souvent nulle Il en résulte
que les accidents de terrain les grandes lignes du paysage ont un
aspect tout particulier Tandis que dans les terrains cristallins où les
couches ont été retournées plissées le paysage est tourmenté hérissé
de collines et de chicots dans la majeure partie de Ouest malgache
les horizons sont rectilignes les accidents de terrain sont des pla
teaux dans le sens propre du mot est-à-dire que leur sommet est
plan les vallées sonides gorges des couloirs étroits parois perpen
diculaires Isalo même la chaîne de montagnes la plus élevée et la
plus bouleversée de Ouest malgache se rattache nettement ce type
Sa végétation donne
surtout Ouest malga
che une individualité par
ticulière Le centre le
haut massif est une
étonnante nudité la
côte Est est couverte de
forêts vierges Ouest
est couvert de petits bois
de bosquets et dans les
endroits les plus nus pi
qué du moins et là de Paysage de Isalo
petits arbres sans que sa
végétation atteigne cependant la splendeur et la puissance de forêt
orientale
Les indigènes eux-mêmes sentent nettement la différence entre
Ouest boisé etle Centre dénudé Les Hovas portent en malgache le
nom Ambanyandro ou Ambanylanitra est-à-dire sous le ciel
ce qui signifierait après une etymologie sakalava fort contestable du
reste ceux qui ont autre abri que la voûte du ciel pour qui
ombre des arbres existe pas OGRAPHIE GIONALE 314
Ouest est habitat des tribus indépendantes Et est par consé
quent la partie la plus mal connue de île
PLAINE SAKALAVA Ouest malgache est loin être uniforme Le
Nord le pays Sakalava ne ressemble en rien au Sud le pays Bara-
Mahafaly-Antandroï
Le pays est un long couloir sinueux une rainure entre
le haut massif central et la ligne allongée des plateaux côtiers Tsian-
dava Bemaraha Mahamavo Manasamodi Cette longue vallée tec
tonique ouvre prés de Nossi Vé sur la mer pour finir en cul-de-
sac au Sud de Malaimbandi aux premières pentes du plateau
Elle est moins nette au Nord où la ligne des plateaux côtiers est crevée
de deux larges baies celle du Bembetoka et du Mahajamba
ailleurs une série de petits plateaux basaltiques coupe la
plaine de Belalitra Marovoay en echarpe Ils se trouvent sur le pro
longement presque rectiligne du Bongolava et les nes lui don
nent ce même nom Néanmoins le relief garde une tendance évidente
se relever dans le voisinage de la mer
Plus au Sud Ankavandra Manandaza Malaimbandi le rebord
côtier est nettement continu dominant de 200 mètres la vallée allon
gée et étranglée laquelle les Sakalaves donnent le nom Amoaliki
De autre côté des montagnes est le fond de cette vallée qui est
recouvert des argiles aux colorations vives allures paisibles Ma
laimbandi tourmentées au contraire crevées de cuvettes et sillon
nées de failles au voisinage Ankavandra au Ratyeti et est par ces
failles que sourdent des sources bitumineuses des sources de poix
La vallée Ambaliki au lieu être suivie est coupée par les
fleuves Le plus grand le Tsysibihina ou Tsytsobohina est constitué
dans la vallée même par la réunion de deux grandes rivières descen
dues du massif le Mahajilo et le Mania en une région un peu plus
basse une cuvette peu marquée où les eaux étalent en petits lacs et
marécages il est troué travers le Bemaraha une gorge étroite et
pittoresque dans les calcaires et il entaille si bien la montagne jus
la base aucun rapide interrompt sa navigabilité
Le Manambolo roule un volume eau moindre et au passage du
Bemaraha Bekopaka son cours est interrompu par des rapides Le
long des fleuves se concentrent dans la plaine Ambaliki la verdure
et la vie
En effet et il tombe parfois Ankavandra Malaimbandy
des pluies orage venues de Est du haut massif les plus fréquentes
de beaucoup viennent du Nord-Ouest La vallée en contre-bas proté
gée par les chaînes cotiéres en re oit par conséquent une moindre
quantité que la côte les versants occidentaux de ces chaînes est sur
ces versants occidentaux que se trouvent les forêts fouillis impé
nétrable de broussailles et de petits arbres Est du Bemaraha on LOUE ST MALGACHE 315
ne trouve pas de forêt continue est une zone de végétation plus
pauvre
La population est fixée comme la végétation forestière sur les
côtes et le long des grandes rivières Les Sakalavas se retrouvent sur
toute la côte depuis Nossi-Bé mais leurs villages ne en éloignent pas
plus une soixantaine de kilomètres dans intérieur La plaine
Ambaliki est vide une étendue inhabitée se prolonge dans le haut
massif au voisinage du lac Itäsi Cette solitude est interrompue
sur trois points seulement par des agglomérations humaines impor
tantes Betsiriry est-à-dire le long du fleuve Tsyribihina An-
kavandra est-à-dire sur le cours moyen du Manambolo au Boeny
est-à-dire le long du fleuve Betsiboka
Ce est pas cependant la plus ou moins grande fertilité du sol qui
groupé ainsi la population Sakalava La preuve en est que seuls les
grands coars eau navigables ont le privilège de attirer Le Sakalava
se tient toujours proximité du marchand arabe auquel il achète les
cotonnades et la poudre et dans ce pays peu sur ne éloigne jamais
de son boutre ou de sa pirogue
Les Hovas en effet exercent leur autorité que sur une partie très
faible du pays Sakalava Le Nord-Ouest est parsemé de forteresses
hovas parcouru un lacis de routes militaires dont la plus impor
tante est cellede Majunga Tananarive par le Betsiboka celle que va
suivre expédition Encore est-il que le pays est très loin être sou
mis et que la lutte est quotidienne entre les soldats hovas et les Fa-
havalos ou bandes Sakalavas
Au sud du Betsyboka les Hovas ne possèdent que deux routes mi
litaires une allant de Tananarive Ankavandra et Manandaza
mais qui jamais pu être poussée la mer autre allant de
Fianarantsoa par Mondongi Malaimbandi Mahabo et Merendava En
autres termes les Hovas ont pu mettre le pied Ankavandra et
au Ménabe méridional Là où ils sont ils ne sont pas en état de répri
mer le brigandage et là où ils ne sont pas est-à-dire au Ménabe
septentrional au Betsiriri au Mailaka dans Ambondro la situation
est pire car les Sakalavas livrés eux-mêmes sont incapables or
ganisation Leurs rois sont très nombreux Seul dans le Ménabe sep
tentrional et au Betsiriri le roi Toera règne sur une étendue considé
rable de pays Il est le roi du Bas-Tsyribihina et du Bas-Manambolo
Mais son autorité est toute nominale le pays livré anarchie est un
repaire de bandits qui ne se font pas plus faute de se piller entre eux
que de piller les Hovas
état du pays explique la pauvreté du commerce si les côtes
basses et sablonneuses du Ménabe et du Mailaka offrent aucun bon
port embouchure des fleuves étant obstruée de barres formidables
il en est pas de même des côtes Nord-Ouest falaises crayeuses 316 OGRAPHIE GIONALE
incessamment rongées par la mer est là que sont les beaux ports
de île néanmoins le commerce pu développer faute de sécu
rité Majunga est une assez grosse ville mais de commerce bien infé
rieur celui de Tamatave dénué pourtant de tout abri contre les
cyclones de océan Indien
Grâce au commerce esclaves par boutres arabes devenu difficile
sur les autres points de île Mainti-Rano au Mailaka garde une petite
activité commerciale et sous la protection des Hovas un petit centre
est créé Morondava plus exactement Nossy-Miandroke Morondava
étant le nom de la rivière)
es Musulmans plus spécialement les Comoriens ont eu long
temps le monopole du commerce ils partageaient toutefois avec les
petits traitants créoles Depuis quelques temps de grandes maisons
européennes surtout allemandes la maison Oswald de Hambourg
un comptoir tout récent de lOst-Afrika-Gesellschaft occupent de
la côte Sakalava et font représenter par des Hindous plus intelli
gents et plus sûrs que les Comoriens moins exigeants que les créoles
Le centre commercial est Majunga et surtout Nossi-Bé Les objets
exportation sont ébène le caoutchouc les peaux et la cire
PLATEAUX DU SUD La partie sud de Ouest malgache celle que
ai parcourue en dernier lieu et dont je ai pas encore parlé ici est
toute différente
De Malaimbandy on aper oit vers le Sud des masses bleuâtres de
montagnes au pied desquelles se termine en cul-de-sac la vallée
Sakalava Ambaliki Les Hovas de Malaimbandi appellent ces mon
tagnes Lohaandafymaro Grandidier qui les traversées leur
entendu donner le nom de Bemangararaha vraisemblablement plus
juste Quoi il en soit elles sont le début une région nouvelle
est là est la limite entre la plaine Sakalava et les plateaux du
Sud
Ce sont trois plateaux continus séparés par deux profondes
entailles deux affaissements qui sont devenus les vallées du Mangoky
et de lOnilahy
Premier plateau Le plateau plus septentrional celui qui est
couronné par la chaîne du Bemamgararaha ne est pas connu Je
ai fait apercevoir de loin ses extrémités septentrionale et méri
dionale Tout récemment le Dr ltzkow Berichte der Gesellschaft
fur Erdkunde 1894) Douliot1 ont mis le pied sur ce plateau En
1<S69 Grandidier traversé de Manja Mavoravina est un
massif de 300 mètres dont le centre atteint de 700 000 mètres et
où les grès jouent un rôle important
Deuxième plateau Entre les vallées du Mangoki et de Onilahi
Annales de Géographie Notes sur exploration de Henri Douliot Mada
gascar côte occidentale) par Marcel Dubois 309 avril 1892) OUEST MALGACHE 317
se dresse un autre plateau dont existence été révélée en 1877 par
le voyage de Richardson Depuis le missionnaire Norvégien Nilsen-
Lund parcouru mais dans ses rares communications Antananarivo
Annual 1885 il systématiquement négligé les considérations ordre
géographique ou scientifique
Ce plateau adosse Est au grand massif central cristallin avec
lequel sa partie culminante est de plain-pied car Ranohira est
800 mètres
partir de ce point au Sud Ouest et au Nord il abaisse
progressivement vers lavallee de Onilahy vers le canal de Mozam
bique et vers le Mangoki
La régularité de sa pente est interrompue une centaine de kilo
mètres de la côte sur la rive droite de la petite rivière Isakondri
affluent de Onilahi par une faille avec rejet une centaine de
mètres qui étend recfciligne du Nord au Sud de Onilahy au Man
goki et qui est marquée parfois éruptions basaltiques Les Sakalavas
appellent Bemarana les Baras donnent la partie centrale la plus
élevée le nom Analamahavelona
Mais surtout le plateau supporte au Sud-Est une véritable chaîne
de montagnes allongée Isalo il commence une trentaine de kilo
mètres au nord de Ranohira et se termine la vallée de Onilahi au
Sud Son épaisseur est une quarantaine de kilomètres et les points
les plus élevés sont au versant oriental Sur ce versant il se dresse
de 400 mètres environ au-dessus du socle qui le supporte est-
à-dire Ranohira il atteint SOOmètres et que dans le voisinage de
Onilahi ouïe plateau progressivement abaissé plus que 300 mètres
altitude Isalo atteint 700 mètres on se représente les gorges
les canons qui le coupent avec leurs parois hautes de 400 mètres de
grès rouges et de schistes gris très fissiles montrant la succession de
leurs couches rectilignes aux couleurs alternantes Les Laiana Is lo
les routes de Isalo sont célèbres parmi les Malgaches eux-mêmes
pourtant peu sensibles au pittoresque
De Ranohira et des parties avoisinantes est-à-dire de la partie la
plus élevée du plateau partent dans toutes les directions des rivières
Les unes vont au Sud contribuer constituer Onilahi autres au
Nord se jeter dans le Mangoki noter que une elles le Menamaty
qui est creusé des gorges étroites et profondes dans les schistes
conserve au bout son indépendance et que les cartes en font
tort un simple sous-affluent
Enûn dans la direction de Ouest part èë petit fleuve le Fihere-
nana qui va se jeter directement dans la merà Tulléar Au dire de
Nilsen-Lund communication orale) il aurait dans le voisinage de
ses sources un certain degré de salure attestant la présence de sel
gomme Isalo 318 OGRAPHIE GIONALE
Deux bandes de forêts recouvrent le plateau une entre la mer et
la faille de Isakondri autre sur le versant occidental de Isalo
Une disposition analogue se retrouverait dans le plateau au Nord du
Mangold. est toujours le même principe qui gouverne la distribu
tion des forêts Madagascar Ne sont boisés que les versants acces
sibles aux vents et aux influences maritimes soit que ces vents de mer
aient accès direct des accidents côtiers soit que dans les régions
plus éloignées des côtes mais de relief plus accentué les vents de
mer arrivent après avoir passé par-dessus une première ligne de
relief moindre
Entre les deux zones successives de forêts étend une savane par
semée arbres qui appartiennent en général aux lataniers et
arbres de Cythère la forêt ailleurs le même aspect chétif et
broussailleux que plus au Nord de sorte il guère de diffé
rence de végétation entre les deux premiers des plateaux du Sud et
la plaine Sakalava du Nord-Ouest
Le Mangoki qui les sépare est un aussi grand fleuve que le Tsyri-
bihina ou le Betsyboka mais il est pas navigable étant coupé de
nombreux rapides dont les premiers apparaissent la hauteur de
Manja
Il donc pas de grande voie de pénétration fluviale et la dis
tribution de la population en ressent
opposition est nette entre la population littorale et celle de
intérieur
POPULATION DES DEUX PREMIERS PLATEAUX LES BARAS La plus méri
dionale des populations Sakalavas celle de Fiherenana forme le long
de la nierun étroit cordon littoral au delà duquel étend une solitude
inhabitée une centaine de kilomètres est précisément la première
zone de forêt
Plus loin la partie Orientale les sommets des deux plateaux au
Nord et au Sud du Mangoki sont couverts une population un peu
clairsemée distribuée en villages minuscules de quelques familles
mais continue débordant en dehors de Ouest malgache jusque sur
les hauts plateaux jusque aux confins du Betsileo Ce sont les Baras
et si inconnu que soit leur nom en Europe je ne crois pas que
numériquement ils soient très inférieurs aux Sakalavas De Malaim-
bandi Onilahiet de la faille de Isakondri Ihosi ils peuplent une
étendue respectable de terrain
Ethnologiquement ils ne se distinguent pas des Sakalavas et leur
état politique et social est pas très différent Les rois sont trop
nombreux et saris autorite réelle anarchie créé des habitudes de
brigandage et les Baras sont des Fahavalos aussi émérites que les
Sakalavas Quelquefois des bandes Baras et Sakalavas coopèrent contre
les Hovas et Batsileos souvent aussi les Baras brigandent chez les