3 pages
Français

Le syndrome de l'Inde

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le syndrome de l'Inde

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 129
Langue Français
1
Le syndrome de Jérusalem....et
de l’Inde.
Des touristes déambulent dans Jérusalem, vêtus comme des personnages
bibliques, prêchant «la Bonne Parole». Ils croient être le Christ ou Jean-Baptiste,
ou Marie. D’autres voyageurs, fraîchement arrivés en Inde, souffrent de troubles
anxieux ou de dépersonnalisation. Ces pathologies - identifiées comme étant les
syndromes de l’Inde et de Jérusalem - peuvent être évitées.
Par Sergine Desjardins.
(Cet article a été publié dans Vie & Santé, janvier 2001).
Un texte d’une dizaine de lignes de la revue Psychologie du mois de mars 2000,
mentionnait qu’une «maman de 32 ans oublie ses enfants dans sa chambre d’hôtel
pendant son séjour à Jérusalem et s’installe au coin d’une rue pour prêcher la bonne
parole. Elle est atteinte du syndrome de Jérusalem : une pathologie de la Terre sainte
qui s’est amplifiée avec l’entrée dans le troisième millénaire».
Depuis une vingtaine d’années, on observe un nombre croissant de touristes qui, une
fois rendus dans la ville sainte, sont persuadés d’être Marie, Jésus, Moïse, Jean-
Baptiste ou tout autre prophète. Généralement habillés d’un drap blanc, ils déambulent
dans les rues, chantent des psaumes et prêchent «la bonne parole». Les autorités de la
ville sainte prennent la chose très au sérieux. Des psychiatres et des ecclésiastiques se
sont réunis afin de discuter du syndrome car ils sont persuadés que le début du
nouveau millénaire, (2001) , attirera un très grand nombre de pèlerins à Jérusalem. L’an
1033, soulignant la crucifixion, avait engendré un phénomène similaire. Des personnes,
travesties en personnages bibliques, refusaient obstinément de quitter la ville.
Qui est atteint ?
Parmi les personnes atteintes du syndrome de Jérusalem, quelques-unes sont très
religieuses. Certaines croient fermement que la résurrection du Christ arrivera avec le
prochain millénaire alors que d’autres affirment être d’anciennes figures religieuses
envoyées dans une mission sainte.
Mais elles ne sont pas toutes des mystiques en puissance !
Plusieurs ne sont même pas attirées par quelque religion que ce soit. De plus, près de
la moitié d’entre elles n’a aucun antécédent psychiatrique et était considérée tout à fait
«normales» avant l’arrivée dans la ville sainte. D'ailleurs, après s'être mises dans la
peau d'un personnage biblique pendant quelques jours, elles redeviennent ce qu'elles
étaient auparavant sans plus jamais manifester aucun symptôme. Elles sont même très
embarrassées par ce qu’elles ont fait. Gênées et honteuses, elles ne veulent plus parler
de leur conduite «mystique».
La théorie de la dissonance cognitive est l’explication généralement acceptée par les
psychiatres. Selon cette théorie, la contradiction entre nos croyances et la réalité peut
créer un état de tension. Dans le cas du syndrome de Jérusalem, il y aurait conflit entre
l’image que ces personnes ont de l’ancienne Jérusalem et la réalité de la Cité Moderne.
Elles personnifient les personnages bibliques afin d’éliminer la trop grande angoisse
provoquée par ce conflit. Cette même théorie expliquerait en grande partie ce que
ressentent quelques voyageurs qui se rendent en Inde.