91 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
91 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Trajet 2008

Informations

Publié par
Nombre de lectures 73
Langue Français
Poids de l'ouvrage 11 Mo

Extrait

Trajet 2008
1France
Dimanche 9 mars 2008 membres CCI (Cyclo Camping International) (photo 2). Le ciel
Info N° 1 reste abonné au gris et les averses toujours fréquentes. Pour la
première fois depuis que nous voyageons, un patron de bar refuse
EN DIRECTION DE L'ITALIE de remplir nos gourdes avec l'eau du robinet ! Petit à petit, les
C'est à Saran, ce mercredi 27 février, au nord d'Orléans que Guy, montées sont plus longues et plus fortes au fur et à mesure que
notre voisin, nous dépose. Nous avons réussi à caser nos vélos et nous avançons à travers le département de l'Allier. C'est surtout
nos bagages dans son break Mondéo. sensible à partir de Lapalisse (photo 3), où nous nous dirigeons
Reprise du vélo après 3 mois d'arrêt : on avait oublié qu'il fallait vers les monts de la Madeleine. C'est à proximité du minuscule
appuyer si fort sur les pédales pour faire avancer nos engins de village d'Arfeuilles que nous trouvons refuge chez Cathy qui
plus de 50 kg. nous fait chauffer une pizza et nous propose la grange pour la
nuit où notre tente de camping sera bien au sec.
1 - devant le château de Meillant
Pour l'heure, après la traversée d'Orléans et par la même occa- 3 - arrêt devant le château de Lapalisse
sion, la traversée de la Loire, le terrain est presque plat. Partis du
Loiret, nous arrivons en soirée à Lamotte Beuvron, dans le Loir C'est sous un grand soleil que se déroulera cette journée du
et Cher, chez des amis de longue date. Une longue étape nous dimanche 2 mars. Les côtes sont plutôt pentues sur les petites
attend le jour suivant pour nous rendre de la Sologne au Berry, à routes que nous empruntons pour nous rendre à Amplepuis dans
Meillant (photo 1) dans le Cher chez Sabine, amie de randonnée le Rhône en passant par Roanne dans le département de la Loire.
pédestre. 118 km au compteur quand nous arrivons, peu avant la Peu après Arfeuilles, au col de la croix du verger, nous posons les
nuit, épuisés. C'est notre plus longue étape journalière alors que vélos pour emprunter, sur quelques kilomètres, un sentier qui
les muscles ne sont pas encore au top. Heureusement, le ciel bien mène à la cascade de la Pisserotte (photo 4).
gris et les averses fréquentes de crachin n'invitaient pas à s'éter-
niser lors des pauses. Pour la première fois, blousons et pulls vont rejoindre les saco-
ches et nous allons apprécier de pouvoir rouler en tee-shirt. Nous
sommes reçus à Amplepuis chez des membres CCI, cyclotouris-
tes depuis toujours, que les côtes et la montagne n'effraient pas.
2 - à Moulins, on déguste une tourte bourbonnaise
Encore 86 km le jour suivant pour atteindre Moulins, dans le
département de l'Allier, où nous sommes accueillis chez des 4 - cascade de la Pisserotte
2C'est par des températures, toujours glaciales, que nous roulons
maintenant vers la Drôme. Après avoir visité le palais du facteur
Cheval, nous trouvons un abri dans une ancienne salle de l'an-
cienne mairie de Peyrins. Comme à Duerne, nous n'avons ni eau
chaude, ni chauffage mais apprécions tout de même cet abri, le
mistral ne faiblissant pas à l'extérieur.
Toujours ce foutu mistral, ce jeudi 6 mars entre Peyrins et
Bourdeaux. On traverse le département de la Drôme par des peti-
tes routes magnifiques (photo 6). Le soleil est au rendez-vous
mais n'arrive pas à réchauffer les températures. Depuis plusieurs
jours, nous pique-niquons dans les bars et prenons une consom-
mation, qui nous sera offerte à deux reprises par le patron du bar.
Après 1h 30 mn de repos, on ressort sans avoir l'odeur du tabac
sur les vêtements et sur les cheveux. C'est bien agréable ! Voilà
plusieurs jours que le mistral nous pousse vers le sud mais tente
également de nous balayer à la faveur de chaque virage. Il faut5 - la neige a blanchi les toits de Duerne
être très vigilant, notamment dans les descentes de cols lorsque
les méandres de la route changent notre cap. Nous dormirons ceIls nous conseillent une petite route au départ d'Amplepuis qui va
nous obliger à utiliser le petit plateau et le plus grand pignon. soir-là dans une salle paroissiale du village de Bourdeaux où il
Tout doucement, à force de persévérance, on en arrivera à bout reste un peu de neige sur les trottoirs. Nous n'avons toujours pas
sans pousser. Cette étape, à cheval sur les départements de la d'eau chaude mais nous avons cette fois-ci le chauffage. Nos
Loire et du Rhône, va nous emmener jusqu'à Duerne, dans les duvets nous permettent de dormir sans avoir froid par des tempé-
ratures très basses. Une salle chauffée est néanmoins appréciablemonts du lyonnais. La météo printannière de la veille a laissé
pour pouvoir dîner sans grelotter.place à nouveau à de nombreuses averses et à une baisse specta-
Le vent, enfin, moins tempétueux, reste tout de même sensible etculaire des températures. Nous trouvons refuge dans une salle
froid. En passant par Nyons nous descendons vers le Vaucluse.communale du village de Duerne, perché à 800 m d'altitude. Ni
Nous cherchons abri à Malaucène, à la mairie, à la maison dechauffage, ni eau chaude, il fait 10°C dans la salle mais nous y
retraite (pas encore assez vieux !) et enfin chez le curé. Rien n'yserons tout de même mieux que dehors où la neige blanchit les
toits durant la nuit (photo 5). fait, il n'y a pas de salle pour nous. Nous reprenons la route et
décidons de demander l'hospitalité à l'habitant. Nous sommes
C'est sous des averses de neige que nous descendons jusqu'à admirablement reçus à la sortie de Malaucène par Marie-Jeanne
Mornant où nous nous réchaufferons une bonne heure dans la et Jean-Luc qui occupent leur maison de vacances avec leurs 3
petits-enfants. Les enfants s'intéressent à notre voyage (photo 7),mairie. Nous ne faisons que 53 km ce jour-là, notamment à cause
nous passons une excellente soirée et une nuit confortable.du froid qui a retardé notre départ matinal et qui nous a stoppé à
plusieurs reprises pour nous réchauffer. Nous traversons le
Rhône pour arriver à Vienne dans l'Isère. Nouvel arrêt pour lais-
ser passer une grosse averse. Le mistral s'est mis à souffler en
pointe jusqu'à 120 km/h. C'est un vent du nord glacial : heureu-
sement on l'a dans le dos. Nous trouvons refuge dans le hameau
de la Rosière, environ 10 km au sud-est de Vienne chez
Christopher qui a ouvert dans son garage un petit magasin de
vente et réparation de vélos neufs ou d'occasion. Christopher est
passionné de course sur route et entraîne des jeunes. On apprend
beaucoup ce soir-là sur la compétition cycliste. Il propose dans
son magasin des vélos très hauts de gamme (cadre carbone) à des
prix très intéressants. En cas de besoin :
CHRIS-CYCLES38 - 06 03 54 48 99.
7 - les enfants, très intéressés par notre aventure
8 - on contourne soigneusement le mont Ventoux6 - jolie route, dans la Drôme; ici, en descendant sur Saou
3Etape difficile entre Malaucène et Gordes, même si nous évitons LE PALAIS DU FACTEUR CHEVAL (photo 12)
soigneusement les pentes du mont Ventoux (photo 8), à cause des Joseph-Ferdinand CHEVAL est né à Charmes sur l'Herbasse,
nombreuses et fortes montées (photo 9) surtout sur la petite route dans la Drôme, en 1836. En 1869, il est facteur à Hauterives, sur
qui mène à l'abbaye de Senanque (photo 10). Heureusement, le une tournée de 32 km qu'il doit effectuer journellement à pied. Il
soleil et les températures printanières sont de retour. Nous som- commence à rêver de construire un palais. 10 ans plus tard, il tré-
mes attendus chez Christiane et Louis, à quelques kilomètres du buche sur une pierre, ramasse cette pierre et la trouve fort jolie.
magnifique village de Gordes (photo 11). C'est ici que nous Il va dorénavant passer son temps à chercher les plus jolies pier-
allons passer notre première journée de repos à ne rien faire ! Si res qui vont lui servir à construire son palais, seul et de ses pro-
ce n'est lessive, écriture, tri des photos, l'internet... pres mains. A l'époque, ni voiture, ni tracto-pelle, c'est avec sa
brouette qu'il charie toutes ces pierres. Il termine son Palais Idéal
en 1912 et décède en 1924 à l'âge de 88 ans.
9 - les montées sont difficiles sur les petites routes du Vaucluse
12 - le Palais Idéal du facteur Cheval à Hauterives
Mercredi 19 mars 2008
Info N° 2
DE GORDES À LA FRONTIÈRE ITALIENNE
De Gordes,

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text