Lysimaque

Lysimaque

-

Documents
15 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Lysimaque parut dans le Mercure de France, au mois de décembre 1754. Il fut d'abord imprimé dans l'Histoire de la Société des sciences et belles-lettres de Nancy, publiée par M. de Solignac.. En tête de l'article, les éditeurs du journal mirent la note suivante : L'auteur de l'Esprit des lois nous a permis d'imprimer le morceau suivant qu'il a fait pour l'académie de Nancy 

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 130
EAN13 9782824711249
Langue Français
Signaler un problème

MON T ESQU I EU
LYSIMA QU E
BI BEBO O KMON T ESQU I EU
LYSIMA QU E
Un te xte du domaine public.
Une é dition libr e .
ISBN—978-2-8247-1124-9
BI BEBO OK
w w w .bib eb o ok.comLicence
Le te xte suivant est une œuv r e du domaine public é dité
sous la licence Cr e ativ es Commons BY -SA
Except where otherwise noted, this work is licensed under
h tt p : / / c r e a ti v e c o m m on s . or g / l i c e n s e s / b y - s a / 3 . 0 /
Lir e la licence
Cee œuv r e est publié e sous la licence CC-BY -SA, ce qui
signifie que v ous p ouv ez lég alement la copier , la r e
distribuer , l’ env o y er à v os amis. V ous êtes d’ailleur s
encourag é à le fair e .
V ous de v ez aribuer l’ o euv r e aux différ ents auteur s, y
compris à Bib eb o ok.A V ERT ISSEMEN T DE
L’ÉDI T EU R
    le Mercure de France, au mois de dé cembr e
1754 ¹ . En tête de l’article , les é diteur s du jour nal mir ent la noteL suivante  :
L’auteur de l’ Esprit des lois nous a p er mis d’imprimer le mor ce au
suivant qu’il a fait p our l’académie de Nancy  ; cee fiction est si intér essante
et si noble qu’il n’ est p as p ossible de la lir e sans aimer et sans admir er le
grand prince qui en est l’ objet.
Ce grand prince, est-il b esoin de le dir e , était l’ancien r oi de Pologne ,
Stanislas Le czinski, sur nommé le Bienfaisant.
Montesquieu connaissait le r oi Stanislas. A u mois de juin 1747, il avait
fait un v o yag e en Lor raine av e c madame de Mir ep oix. « J’ai été comblé
de b ontés et d’honneur à la cour de Lor raine , é crit-il en juillet 1747  ; j’ai
p assé des moments délicieux av e c le r oi Stanislas. » A Luné ville , on aimait
les ler es  ; c’était une b onne fortune que de p ossé der un homme aussi
savant et aussi aimable que l’était Montesquieu. « J’ en app elle à tous ceux
1. Il fut d’ab ord imprimé dans l’Histoire de la Société des sciences et belles-leres de
Nancy, publié e p ar M. de Solignac.
1Ly simaque Chapitr e
qui l’ ont v u à notr e cour , disait, en 1755, le che valier de Solignac. Ils nous
dir ont que sa phy sionomie avait toute la naïv eté de son âme . V
éritablement il étonnait p ar l’ e x cès de sa franchise , et l’ on avait p eine à dé cider si,
malgré la vivacité de son esprit, il n’ignorait p as plutôt les artifices qu’il
ne dé daignait de s’ en ser vir  : doit-on êtr e sur pris après cela si sa candeur
airait la confiance  ? ²  »
On v oit que Montesquieu se faisait tout à tous. A u b esoin même , p our
êtr e agré able au r oi Stanislas, il de vint p oète et g alant, et fit le p ortrait de
M ᵐᵉ de Mir ep oix  :
La b e auté que je chante ignor e ses app as.
Mortels qui la v o y ez, dites-lui qu’ elle est b elle ,
   Naïv e , simple , natur elle ,
   Et timide sans embar ras, etc.
« Le p ortrait de M ᵐᵉ de Mir ep oix, é crivait-il quelques anné es plus tard
à son ami V enuti, a fait à Paris et à V er sailles une très-grande fortune  ;. . .
v ous sav ez que tout ce ci est une badinerie qui fut faite à Luné ville , p our
amuser une minute le r oi de Pologne . »
Stanislas v oulut av oir à Nancy une So ciété r o yale des sciences et
b elles-ler es. T out p etit prince a l’ambition d’av oir une académie , et de
toutes les ambitions c’ est assurément la plus inno cente . Montesquieu
témoigna le désir d’êtr e r e çu des pr emier s dans cee So ciété  ; et p ar une
ing énieuse flaerie c’ est à Stanislas lui-même qu’il s’adr essa p our
solliciter son entré e à l’ A cadémie  :
« Sir e , il faudra que V otr e Majesté ait la b onté de rép ondr e elle-même
à son académie du mérite que je puis av oir . Sur son témoignag e , il n’y
aura p er sonne qui ne m’ en cr oie b e aucoup . V otr e Majesté v oit que je ne
p erds aucune des o ccasions qui p euv ent un p eu m’appr o cher d’ elle , et
quand je p ense aux grandes qualités de V otr e Majesté , mon admiration
demande toujour s de moi ce que le r esp e ct v eut me défendr e . »
A cee aimable ler e le r oi de Pologne fit une rép onse aussi gracieuse
que spirituelle  :
2. Éloge historique de M. le président de Montesquieu. Nancy , 1755, p . 32.
2Ly simaque Chapitr e
« Monsieur , je ne puis que bien augur er de ma so ciété liérair e , du
moment qu’ elle v ous inspir e le désir d’y êtr e r e çu. Un nom aussi distingué
que le vôtr e dans la république des ler es, un mérite plus grand encor e
que v otr e nom, doiv ent la flaer sans doute , et ce qui la flae me touche
sensiblement. Je viens d’assister à une de ses sé ances p articulièr es  : v otr e
ler e , que j’ai fait lir e , a e x cité une joie qu’ elle s’ est char g é e elle-même de
v ous e xprimer . Elle serait bien plus grande cee joie , si la So ciété p ouvait
se pr omer e de v ous p ossé der de temps en temps. Ce b onheur , dont elle
connaîtrait le prix, en serait un p our moi, qui serais véritablement ravi
de v ous r e v oir à ma cour . Mes sentiments p our v ous sont toujour s les
mêmes, et jamais je ne cesserai d’êtr e bien sincèr ement, monsieur , v otr e
bien affe ctionné .
« ST AN ISLAS, r oi. »
Nommé p ar acclamation, Montesquieu v oulut acquier une dee de
r e c onnaissance  ; il é crivit Lysimaque, et le 4 av ril 1751, il l’ env o ya de Paris
à M. de Solignac, se crétair e de la So ciété liérair e de Nancy , en y joignant
la ler e suivante  :
« Monsieur , je cr ois ne p ouv oir mieux fair e mes r emer cîments à la
So ciété liérair e , qu’ en p ayant le tribut que je lui dois, avant même qu’ elle
me le demande , et en faisant mon de v oir d’académicien au moment de
ma nomination. Et comme je fais p arler un monar que que ses grandes
qualités éle vèr ent au trône de l’ Asie , et à qui ces mêmes qualités fir ent
épr ouv er de grands r e v er s, je le p eins comme le pèr e de la p atrie , l’amour
et les délices de ses sujets  ; j’ai cr u que cet ouv rag e conv enait mieux à
v otr e So ciété qu’à toute autr e . Je v ous supplie d’ailleur s de v ouloir bien
lui mar quer mon e xtrême r e connaissance , etc. »
La So ciété de Nancy ne se méprit p oint sur l’intention qu’avait eu
Montesquieu en choisissant un hér os épr ouvé p ar de longues infortunes,
et de v enu dans ses vieux jour s le souv erain adoré d’un p euple qu’il r end
heur eux. « Nous nous rapp eller ons longtemps av e c plaisir les
applaudissements que r e çut cet ouv rag e . Nous crûmes ap er ce v oir dans
Lysimaque l’ objet continuel de notr e admiration et de nos hommag es ³ . » En
deux mots, Ly simaque c’était Stanislas.
3. Solignac, Éloge de Montesquieu, p . 31.
3Ly simaque Chapitr e
T outefois on se tr omp erait b e aucoup si l’ on cher chait dans
Lysimaque des allusions à la vie agité e du r oi de Pologne , véritable r oman
d’av entur es, qu’ on est tout étonné de r encontr er au X V I I I ᵉ siè cle . C’ est la
grandeur morale d’un prince épr ouvé p ar l’infortune qu’a v oulu p eindr e
Montesquieu  ; c’ est p ar la for ce du caractèr e et p ar la b onté que
Lysimaque fait p enser à Stanislas.
M. Villemain a appré cié av e c une grande finesse ces p ag es e x quises  :
«  Ce talent singulier d’ e xpliquer , de p eindr e et d’imiter l’antiquité ne
p araîtrait p as tout entier , si l’ on oubliait un de ces pré cieux fragments où
l’homme sup érieur ré vèle d’autant mieux sa for ce qu’il l’a concentré sur
un esp ace plus b or né . Montesquieu ne serait p as le p eintr e de l’antiquité
le plus éner gique et le plus v rai, s’il n’avait p oint r etracé cee philosophie
stoïcienne , la plus haute conception de l’ esprit humain, et, p ar mi les
err eur s p opulair es du p ag anisme , la seule et véritable r eligion des grandes
âmes. and on aura lu l’hy mne sublime que Clé anthe le stoïcien adr
essait à la divinité adoré e sous tant de noms div er s, au cré ateur , qui a tout
fait dans le monde, excepté le mal qui sort du cœur du méchant  ; quand
on aura mé dité dans P laton la résignation du juste condamné  ;
on saura p ar cœur les p ensé es d’Épictète et le règne de Mar c- A urèle , on
de v ra s’étonner encor e du lang ag e r etr ouvé p ar Montesquieu dans
l’épiso de de Ly simaque . Ce spiritualisme altier , ce mépris de la ter r e , cet
orgueil et cee joie de la douleur qui r endaient les âmes invincibles, qui les
r endaient heur euses  ; toutes les grandeur s morales luant contr e la
puissance , la cr uauté d’ Ale x andr e  ; Ly simaque , que les dieux prép ar ent p our
consoler la ter r e  ; quelle vérité historique , quelle élo quence sans mo dèle ,
quels acteur s, et quel intérêt  ! elques p ag es ont suffi p our tout dir e et
tout p eindr e . ⁴  »
’ on ne s’étonne p as du g oût que Montesquieu avait p our les
stoïciens. Chacun de nous ici-bas se fait un idé al de v ertu et de grandeur
morale . Cet idé al p our l’auteur de Lysimaque, c’était le stoïcisme ⁵   ; il en
admirait tout, jusqu’à ce mépris de la vie qui mène au suicide . Fort injuste
p our le christianisme dans les Leres persanes, Montesquieu est r e v enu à
4. Villemain, Éloge de Montesquieu.
5. Esprit des lois, XX I V , 1.
4Ly simaque Chapitr e
une plus juste estime de la r eligion  ; mais Antonin, mais Mar c- A urèle ,
mais Julien lui-même , ont toujour s été à ses y eux les princes les plus
dignes de g ouv er ner les hommes. Il n’a jamais pu se fair e à cee histoir e
de la dé cadence r omaine , histoir e r emplie p ar les quer elles de l’Église et
de l’État, p ar les p er sé cutions des ler es, de la philosophie , de la libr e p
ensé e  ; il r eg ardait toutes ces disputes thé ologiques comme le déshonneur
d’une nation. D e là son g oût p our la lib erté r omaine et p our la philosophie
de la Grè ce . Sa p atrie ce n’était p as Constautinople , c’était Rome , c’était
Athènes dans ses b e aux jour s. « J’ai eu toute ma vie , disait-il, un g oût
décidé p our les ouv rag es des anciens  ; j’ai admiré plusieur s critiques faites
contr e eux, mais j’ai toujour s admiré les anciens. J’ai étudié mon g oût, et
j’ai e x aminé si ce n’était p oint un de ces g oûts malades sur lesquels on ne
doit fair e aucun fond  ; mais plus j’ai e x aminé , plus j’ai senti que j’avais
raison d’av oir senti comme j’ai senti ⁶ . »
C’ est à ce pur sentiment de l’antiquité que nous de v ons Lysimaque.
D é cembr e 1875.
n
6. Pensées diverses.
5LYSIMA QU E.
 A  détr uit l’ empir e des Per ses, il v oulut
que l’ on crût qu’il était fils de Jupiter . Les Macé doniens étaientL indignés de v oir ce prince r ougir d’av oir P hilipp e p our pèr e  :
leur mé contentement s’accr ut lor squ’ils lui vir ent pr endr e les mœur s, les
habits et les manièr es des Per ses  ; et ils se r epr o chaient tous d’av oir tant
fait p our un homme qui commencait à les mépriser . Mais on mur murait
dans l’ar mé e , et on ne p arlait p as.
Un philosophe nommé Callisthène avait suivi le r oi dans son e xp
édition. Un jour qu’il le salua à la manièr e des Gr e cs  : « D’ où vient, lui
dit Ale x andr e , que tu ne m’ador es p as  ? — Seigneur , lui dit Callisthène ,
v ous êtes chef de deux nations  : l’une , esclav e avant que v ous l’ eussiez
soumise , ne l’ est p as moins depuis que v ous l’av ez vaincue  ; l’autr e , libr e
avant qu’ elle v ous ser vît à r emp orter tant de victoir es, l’ est encor e depuis
que v ous les av ez r emp orté es. Je suis Gr e c, seigneur  ; et ce nom, v ous
l’av ez éle vé si haut, que , sans v ous fair e tort, il ne nous est plus p er mis de
l’avilir . »
Les vices d’ Ale x andr e étaient e xtrêmes comme ses v ertus  ; il était
terrible dans sa colèr e  ; elle le r endait cr uel. Il fit coup er les pie ds, le nez et
les or eilles à Callisthène , ordonna qu’ on le mît dans une cag e de fer , et le
6Ly simaque Chapitr e
fit p orter ainsi à la suite de l’ar mé e .
J’aimais Callisthène  ; et, de tout temps, lor sque mes o ccup ations me
laissaient quelques heur es de loisir , je les avais emplo yé es à l’é couter  ;
et si j’ai de l’amour p our la v ertu, je le dois aux impr essions que ses
discour s faisaient sur moi. J’allai le v oir . « Je v ous salue , lui dis-je , illustr e
malheur eux, que je v ois dans une cag e de fer , comme on enfer me une
bête sauvag e , p our av oir été le seul homme de l’ar mé e . »
« Ly simaque , me dit-il, quand je suis dans une situation qui demande
de la for ce et du courag e , il me semble que je me tr ouv e pr esque à ma
place . En vérité , si les dieux ne m’avaient mis sur la ter r e que p our y
mener une vie v oluptueuse , je cr oirais qu’ils m’auraient donné en vain
une âme grande et immortelle . Jouir des plaisir s des sens est une chose
dont tous les hommes sont aisément cap ables  ; et si les dieux ne nous
ont faits que p our cela, ils ont fait un ouv rag e plus p arfait qu’ils n’ ont
v oulu, et ils ont plus e x é cuté qu’ entr epris. Ce n’ est p as, ajouta-t-il, que
je sois insensible  ; v ous ne me faites que tr op v oir que je ne le suis p as  :
quand v ous êtes v enu à moi, j’ai tr ouvé d’ab ord quelque plaisir à v ous
v oir fair e ⁷ une action de courag e  ; mais, au nom des dieux, que ce soit
p our la der nièr e fois. Laissez-moi soutenir mes malheur s, et n’ay ez p oint
la cr uauté d’y joindr e encor e les vôtr es. »
«  Callisthène , lui dis-je , je v ous v er rai tous les jour s. Si le r oi v ous
v o yait abandonné des g ens v ertueux, il n’aurait plus de r emords  : il
commencerait à cr oir e que v ous êtes coup able . Ah  ! j’ espèr e qu’il ne jouira
p as du plaisir de v oir que ses châtiments me fer ont abandonner un ami. »
Un jour Callisthène me dit  : « Les dieux immortels m’ ont consolé  ; et,
depuis ce temps, je sens en moi quelque chose de divin qui m’a ôté le
sentiment de mes p eines. J’ai v u en song e le grand Jupiter . V ous étiez auprès
de lui  ; v ous aviez un sceptr e à la main, et un bande au r o yal sur le fr ont.
Il v ous a montré à moi, et m’a dit  : Il te rendra plus heureux. L’émotion où
j’étais m’a ré v eillé . Je me suis tr ouvé les mains éle vé es au ciel, et faisant
des efforts p our dir e  : Grand Jupiter, si Lysimaque doit régner, fais qu’il
règne avec justice. Ly simaque , v ous régner ez  : cr o y ez un homme qui doit
êtr e agré able aux dieux, puisqu’il souffr e p our la v ertu. »
7. Pr emièr es é ditions  : à v ous fair e v oir .
7