5 pages
Français

M. Mohamed Said Ould Hamody à l'occasion - Quelle était la ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

M. Mohamed Said Ould Hamody à l'occasion - Quelle était la ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 835
Langue Français
M. MOHAMED SAID OULD HAMODY À L’OCCASION DU CINQUANTENAIRE DE L’INDÉPENDANCE: «L’obstacle majeur au moment de l’indépendance, c’était le manque d’infrastructures de base» Quelle était la situation dans le pays au moment des indépendances? Quels étaient les partis politiques en présence? De quoi était composé le paysage urbain à Nouakchott? Autant de questions qui ont été évoquées dans l’entretien suivant que nous avons eu avec l’un des pionniers de la presse dans le pays, M. Mohamed Said Ould Hamody. Dans cet entretien, réalisé à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance nationale, le collègue. Hamody convoque quelques uns de ses souvenirs de la période qui a vu naître l’Etat mauritanien. Lisez ses réponses. QUESTION: Vous étiez étudiant en France avant l’indépendance, quelle était l’attitude qui régnait parmi les étudiants?
M. Mohamed Said Ould Hamody: En réalité, la situation qui prévalait avant l’indépendance a connu quelques évènements particuliers et a été marquée par l’optimisme et la crainte. Optimisme, car la majorité des Mauritaniens considérait que la colonisation était transitoire malgré les divergences d’opinions au sein de cette majorité dont une partie considère que la pénétration coloniale a atténué le climat de pagaille et du laisser-aller qui sévissait dans le pays. Pour nous, en tant qu’étudiants et future élite optimiste, nous pensions que le pays devrait assurer sa propre autonomie malgré des difficultés internes et externes. Sur le plan interne, des dissidences et des querelles opposaient les politiciens de tous bords, des manifestations étaient organisées dans certaines villes de l’intérieur, plusieurs leaders des partis de l’opposition (Nahda, UNM et USMM) étaient assignés à résidence surveillée et à cela s’ajoutaient des actes terroristes qui avaient eu lieu juste avant l’indépendance, comme l’attentat qui a coûté la vie au député-maire d’Atar, M. Abdallahi Ould Oubeïd à Nouakchott. Sur le plan extérieur, parmi nos voisins limitrophes, le Sénégal était le seul allié du pays, l’Algérie limitrophes, le Sénégal était le seul allié du pays, l’Algérie n’ayant pas encore obtenu son indépendance. Avec le reste des voisins, les relations n’étaient pas à leur meilleur niveau. Dans le monde arabe, à part la Tunisie, tous les autres pays étaient opposés à notre indépendance. Et malgré cela, l’optimisme régnait chez les Mauritaniens.