Préface aux œuvres diverses

Préface aux œuvres diverses

-

Documents
9 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Ce volume contient les Œuvres diverses de Montesquieu 

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 15
EAN13 9782824711287
Langue Français
Signaler un problème

MON T ESQU I EU
P RÉF A CE A UX
ŒU V RES DI V ERSES
BI BEBO O KMON T ESQU I EU
P RÉF A CE A UX
ŒU V RES DI V ERSES
Un te xte du domaine public.
Une é dition libr e .
ISBN—978-2-8247-1128-7
BI BEBO OK
w w w .bib eb o ok.comLicence
Le te xte suivant est une œuv r e du domaine public é dité
sous la licence Cr e ativ es Commons BY -SA
Except where otherwise noted, this work is licensed under
h tt p : / / c r e a ti v e c o m m on s . or g / l i c e n s e s / b y - s a / 3 . 0 /
Lir e la licence
Cee œuv r e est publié e sous la licence CC-BY -SA, ce qui
signifie que v ous p ouv ez lég alement la copier , la r e
distribuer , l’ env o y er à v os amis. V ous êtes d’ailleur s
encourag é à le fair e .
V ous de v ez aribuer l’ o euv r e aux différ ents auteur s, y
compris à Bib eb o ok.P RÉF A CE DE L’ÉDI T EU R
    les Œuvres diverses de Montesquieu  ; on y
tr ouv era un certain nombr e de piè ces iné dites ou p eu connues.C Par mi ces der nièr es il faut citer les e xtraits publiés en 1726, dans
la Bibliothèque française d’ Amsterdam  ; ils nous ont conser vé tout ce qui
nous r este de deux opuscules de Montesquieu  : le Traité des Devoirs, et les
Réflexions sur la considération et la réputation. Ces fragments font désir er
qu’ on publie le te xte entier , s’il se tr ouv e , comme on le cr oit, p ar mi les
p apier s de l’auteur .
Le Voyage à Paphos est encor e un de ces p etits ouv rag es dont l’ e
xistence est connue des curieux, mais p eu de p er sonnes l’ ont v u, et on ne
l’a jamais publié dans les Œuvres complètes. Nous av ons rép aré cet oubli,
sans nous fair e illusion sur la valeur de ce jeu d’ esprit. ,
On tr ouv era dans les Leres familières un certain nombr e de ler es
qui n’ ont jamais été imprimé es, et un nombr e plus grand de ler es
publié es dans ces der nièr es anné es, mais r esté es à p eu près inconnues, p ar ce
qu’ elles sont disp er sé es dans des r e cueils où rien n’indique leur présence .
Cet ensemble de ler es p er mera, je l’ espèr e , de placer Montesquieu
à un meilleur rang p ar mi les épistolair es français. Sans doute cee cor r
esp ondance est é crite au courant de la plume et sans prétention. L’auteur
1Préface aux œuv r es div er ses Chapitr e
n’y a jamais song é à la p ostérité , mais la langue en est si b onne , le style si
facile et si vif, la p ensé e si clair e , qu’ en vérité , sur ce ter rain, Montesquieu
ne craint la comp araison av e c aucun de ses contemp orains.
J’ en dirai autant de ses Pensées diverses  ; je connais p eu de r e cueils de
ce g enr e qui contiennent autant d’idé es neuv es finement e xprimé es. On
ne leur r end p as assez justice . L’é clat des Leres Persanes, de la Grandeur
des Romains, de l’ Esprit des lois a jeté dans l’ ombr e ces ébauches  ; mais nous
viv ons en un temps où, p ar un amour outré de la simplicité , on préèr e le
pr emier jet de l’artiste au table au le plus ache vé . A ce titr e , les Pensées et
les Leres de Montesquieu se r e commandent au le cteur et sont de natur e
à é v eiller un intérêt nouv e au p our un é crivain qu’ on cite plus souv ent
qu’ on ne le lit.
On assur e qu’à La Brède , les héritier s de Montesquieu p ossèdent,
p ar mi ses p apier s, un manuscrit en tr ois v olumes in-4º contenant les
réfle xions du président sur ses le ctur es jour nalièr es. e de choses
nouv elles, que de jug ements ing énieux, un é diteur ne p our rait-il p as tir er de
ce r e cueil  ! et qu’il est fâcheux que les descendants de ce grand ancêtr e
n’aient p as un culte plus fer v ent p our celui à qui ils doiv ent toute la gloir e
de leur nom  !
Il y a encor e à La Brède , nous dit-on, des œuv r es de la jeunesse de
Montesquieu, notamment un conte intitulé le Métempsycologiste, ou,
suivant une autr e v er sion, la Métempsycologie. C’ est pr obablement un r oman
oriental ou mythologique , de même origine que le Temple de Gnide et le
Voyage à Paphos. Sa publication n’aurait p eut-êtr e qu’un intérêt de
curiosité et n’ajouterait rien au r enom de l’auteur  ; mais il y a aussi, p ar mi les
trésor s de La Brède , les Notes de voyages d’un homme qui v o yait si bien
et si loin  ; il y a enfin une Cor r esp ondance av e c son aimable fille D enise ,
av e c M ᵐᵉ du D effand, la maré chale de Mir ep oix, la duchesse d’ Aiguillon,
le che valier d’ Aydies, le président Hénault, etc., etc. Rien ne serait plus
curieux que de connaîtr e de plus près cee so ciété de la pr emièr e moitié
du X V I I I ᵉ siè cle , so ciété plus instr uite , plus élég ante , et d’un esprit plus
français que les dé clamateur s à la Je an-Jacques et les pré cur seur s de la
ré v olution. On nous pr omet depuis longtemps la communication de ces
richesses  ; qu’ on v euille bien se pr esser un p eu  : Montesquieu app artient
à la France , et tous ceux qui viv ent de sa p ensé e ont quelque dr oit de
2Préface aux œuv r es div er ses Chapitr e
ré clamer l’ ouv ertur e de sa succession.
J’avais pr omis de publier dans ce der nier v olume l’ Éloge de
Montesquieu p ar d’ Alemb ert, en y joignant quelques do cuments biographiques.
L’ Histoire de Montesquieu, publié e tout ré cemment p ar M. Vian m’a fait
r enoncer à cee idé e . M. Vian nous a montré que l’Élog e de d’ Alemb ert,
comme celui de Maup ertuis, n’ est qu’une p araphrase d’un Mémoire é crit
p ar M. de Se condat. Cee piè ce , qui a le mérite et les défauts d’un élog e
funèbr e , comp osé p ar la piété d’un fils, M. Vian l’a imprimé e à la fin de
son v olume  ; c’ est là que je r env oie le le cteur . Il tr ouv era en outr e dans
ce liv r e intér essant une ab ondance de notices et de do cuments qu’il
serait imp ossible de résumer en quelques p ag es. and on v eut étudier le
président ailleur s que dans ses é crits, c’ est M. Vian qu’il faut consulter .
Ce v olume , comp osé de piè ces div erses, achè v e la publication des
Œuvres complètes de Montesquieu. Ce n’ est p as sans r egr et que je v ois
finir un travail qui m’a o ccup é six anné es. Durant tout ce temps, il me
semble que j’ai vé cu dans la familiarité du président, dans l’intimité de
ce grand esprit. Il m’a fait souv ent oublier les p etitesses de l’heur e
présente , en m’aachant p ar la lar g eur de ses v ues, p ar la sérénité de ses
idé es. Puissé-je lui témoigner ma r e connaissance en lui conquérant de
nouv e aux le cteur s, c’ est-à-dir e des admirateur s et des amis !
Paris, mar s 1879.
n
3Cr e dits
Sour ces :
– B.N.F .
– Éfélé
Ont contribué à cee é dition :
– Gabriel Cab os
Fontes :
– P hilipp H. Poll
– Christian Spr emb er g
– Manfr e d KleinA pr op os de Bib eb o ok :
V ous av ez la certitude , en télé char g e ant un liv r e de Bib eb o ok de lir e
un liv r e de qualité :
Nous app ortons un soin p articulier à la qualité des te xtes, à la mise
en p ag e , à la ty p ographie , à la navig ation à l’intérieur du liv r e , et à la
cohér ence à trav er s toute la colle ction.
Les eb o oks distribués p ar Bib eb o ok sont ré alisés p ar des béné v oles
de l’ Asso ciation de Pr omotion de l’Ecritur e et de la Le ctur e , qui a comme
obje ctif : la promotion de l’écriture et de la lecture, la diffusion, la protection,
la conservation et la restauration de l’écrit.
Aidez nous :
V os p ouv ez nous r ejoindr e et nous aider , sur le site de Bib eb o ok.
hp ://w w w .bib eb o ok.com/joinus
V otr e aide est la bienv enue .
Er r eur s :
Si v ous tr ouv ez des er r eur s dans cee é dition, mer ci de les signaler à :
er r or@bib eb o ok.com
T élé char g er cet eb o ok :
hp ://w w w .bib eb o ok.com/se ar ch/978-2-8247-1128-7Une é dition
BI BEBO OK
w w w .bib eb o ok.com