Prétention scientifique et chasse aux sorcières dans le monde de l’autisme SUR MEDIAPART & FACEBOOK

Prétention scientifique et chasse aux sorcières dans le monde de l’autisme SUR MEDIAPART & FACEBOOK

-

Documents
16 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description


Depuis la publication du rapport de la Haute Autorité de Santé de mars 2012, on assiste à une véritable chasse aux sorcières contre tous ceux qui osent émettre le moindre doute sur ce qui est devenu le politiquement correct en matière d’autisme. Un collectif s’est même créé, le kollectif du 7 janvier, qui s’est autoproclamé juge suprême du bien et du mal dans les formations et les réunions sur l’autisme. Et ces gens là tentent par tous les moyens d’empêcher de s’exprimer tous ceux qui risqueraient d’entamer leurs certitudes.
  [Moins]

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 186
Langue Français
Signaler un problème
Prétention scientiIque et chasse aux sorcières dans le monde de l’autisme
29 novembre 2012 ParPatrick Sadoun
Depuis la publication du rapport de la Haute Autorité de Santé de mars 2012, on assiste à une véritable chasse aux sorcières contre tous ceux qui osent émettre le moindre doute sur ce qui est devenu le politiquement correct en matière d’autisme. Un collectif s’est même créé, le kollectif du 7 janvier, qui s’est autoproclamé juge suprême du bien et du mal dans les formations et les réunions sur l’autisme. Et ces gens là tentent par tous les moyens d’empêcher de s’exprimer tous ceux qui risqueraient d’entamer leurs certitudes. Quelques exemples :
Fin septembre, j’étais invité à donner une conférence sur une architecture adaptée aux personnes autistes(pour voir mon intervention, cliquerici)dans un colloque organisé par l’Association de la Cause Freudienne. C’était pour eux de la haute trahison : un père d’enfant autiste, militant associatif de surcroît, allait, par sa simple présence, cautionner la psychanalyse, responsable à leurs yeux de toutes les sourances des familles touchées par ce drame. Et ils ont donc tout fait pour essayer de faire interdire ce colloque : démarches auprès du directeur du CRDP deGrenobleoù était prévue cette rencontre, lettres de dénonciation de ma présence à la Ministre de l’enseignement supérieur et à la presse, puis, devant l’échec de leurs menaces, une douzaine d’activistes ont vainement tenté de perturber les 280 personnes qui ont participé au colloque.
MêmescénarioenoctobreàToulouse: là c’est un autre groupuscule parfaitement inconnu, « autism rights watch », qui envoie une lettre menaçante au président de l’université mais, cette fois, une institution censée être un des haut-lieux des savoirs et de la liberté de pensée se plie aux exigences d’une poignée de fanatiques et la réunion est interdite.
Un dernier exemple parmi tant d’autres : dans mon département une grande association gestionnaire d’établissements pour personnes sourant d’un handicap mental a constitué une commission pour réLéchir aux diérentes approches de l’autisme. Des intervenants de tous bords ont été invités. Un pédopsychiatre, ancien chef de service dans le principal hôpital du département, devait à son tour exposer cette semaine comment il a, pendant des décennies, aidé des enfants et des adultes autistes à se construire. Mais il y a Inalement renoncé par crainte de se faire agresser.
orsqu’on en arrive à ce niveau d’intimidation, ce sont les libertés fondamentales d’expression et de pensée qui sont menacées. Pourtant la presse, dans son immense majorité, continue à ne relayer que les slogans de ceux qui font le plus
de bruit et assènent en boucle des aïrmations simplistes. Témoin cette émission mardi soir sur France 2 à une heure de grande écoute, où tous les intervenants étaient du même bord et dans laquelle tout le monde était persuadé de détenir a Vérité, la seule, la vraie, celle qui de tous temps a eu besoin des bûchers pour mieux briller.
e plus regrettable est que deux ministres chargées de cette question, Madame Montchamp, de l’ancien gouvernement et Madame Carlotti, du gouvernement actuel, étaient sur le plateau et semblaient approuver sans nuances ces discours univoques.
C’est pourquoi, avant que le nouveau gouvernement ne marche entièrement dans les pas de ses prédécesseurs, je voudrais l’inviter à réLéchir aux points suivants :
1- ’inLation des diagnostics d’autisme ne correspond en rien à une épidémie soudaine. C’est le simple produit du changement de critères entre les diérentes versions du DSM (le guide américain des maladies mentales). Ainsi, par un simple élargissement des critères de l’autisme entre le DSM 3 et le DSM 4 le nombre de personnes autistes a été multiplié par 20 ! e gouvernement devrait d’ailleurs se pencher sur ce guide qui est de plus en plus caricatural : le DSM 4 considérait par exemple des règles douloureuses comme une pathologie mentale, le DSM 5 va médicaliser les colères des enfants, le stress, les soucis et les déceptions de la vie quotidienne de chacun d’entre nous. e but évident de cette croissance exponentielle du domaine de la pathologie mentale est de faire exploser les proIts de l’industrie pharmaceutique(cf articles récents dans le Nouvel observateuret le Temps).
Un gouvernement indépendant des lobbies pharmaceutiques serait donc bien avisé de ne plus tenir compte de la classiIcation américaine.
2- e gouvernement précédent a accordé le monopole de l’accompagnement des enfants autistes à une seule méthode, la méthode ABA. es 24 établissements dits « expérimentaux » créés ces dernières années n’utilisent que cette méthode, vieille de plus de 60 ans. Or :
Aucune étude sérieuse n’est venue la valider. Dans le rapport de la HAS, elle est classée de niveau B, c’est-à-dire« fondée sur une présomption scientiIque fournie par des études de niveau intermédiaire de preuve ».
e docteur aurent Mottron, spécialiste canadien de l’autisme, a démontré que les études sur l’eïcacité de cette méthode ont été faites par les organismes qui vendent ces formations.
Vue l’extension du champ de l’autisme, on applique aussi cette méthode à des enfants qui ne sont pas autistes et on crie ensuite au miracle lorsqu’ils font des progrès.
’ABA repose exclusivement sur les réLexes de Pavlov, elle ne tient aucun compte des autres moteurs de l’apprentissage, comme l’imitation, l’identiIcation, l’amour, le transfert, etc. es théoriciens de cette méthode aïrment que les personnes autistes sont incapables d’imiter alors qu’une chercheuse du CNRS, Madame Nadel, a magistralement prouvé le contraire.
’ABA, qui se prétend scientiIque, moderne et novatrice mais ne fait que reprendre la vieille pédagogie de la carotte et du bâton, a longtemps utilisé des châtiments corporels. Aux Pays Bas; c’est encore le cas, les enfants reçoivent une décharge électrique lorsqu’ils ne font pas ce qu’on exige d’eux. Vinca Rivière, une des Igures emblématiques de l’ABA en France, qui gère un établissement dans le Nord, regrette que la législation française ne permette pas ce qui se fait là bas.(cf article Médiapartdu 3 avril 2012 de Sophie Dufau).
Comme tout dressage, l’ABA instaure des rapports de force et de domination. Dans une institution ne peuvent se sentir à l’aise dans ce type de rapports que ceux qui y trouvent du plaisir. es dérapages vers la maltraitance en sont d’autant plus facilités. C’est pourquoi aussi il y a un tel turnover du personnel dans les établissements qui l’imposent : pour tout éducateur à l’écoute des enfants, la violence inhérente à cette pratique n’est pas longtemps supportable.
a normalisation forcée des comportements et l’interdiction des stéréotypies peuvent entrainer de la violence et des somatisations : troubles alimentaires et constipation chroniques, maladies de la peau, etc.
e gouvernement précédent a cédé aux pressions du lobby Inancier de la méthode ABA. ’opinion publique ne comprendrait pas qu’un gouvernement de gauche creuse à son tour un peu plus le déIcit de la sécurité sociale pour enrichir ce lobby nord américain.
Pour que les enfants acceptent de se plier à 40 heures d’exercices répétitifs par semaine, on les met souvent sous médication et cela, en contradiction Lagrante avec le rapport de la HAS qui aïrme nettement qu’aucun médicament ne soigne l’autisme ni n’a reçu d’autorisation de mise sur le marché pour cette population. Or tous ces médicaments ont des eets secondaires graves.
On a peut-être là le futur scandale du médiator ou du sang contaminé et les politiques qui prendraient le risque de rendre ces pratiques obligatoires auront peut-être un jour des comptes à rendre à la justice.
Avant de reproduire et de généraliser les erreurs du gouvernement précédent le gouvernement actuel serait donc bien avisé de charger une commission d’enquête indépendante d’établir un rapport sur la méthode ABA, en particulier sur les points suivants :
Eîcacité de cette méthode
Taux comparatif de mise sous tranquillisants là où elle est appliquée
Taux comparatif de turnover et d’absentéisme du personnel
Taux comparatif d’exclusion d’usagers (ceux rétifs à la méthode)
Troubles somatiques induits par le forçage
Fréquence comparative d’actes de maltraitance
Etude des circuits Inanciers
3- e rapport de la HAS de Mars 2012 :
Ce rapport se présente comme une« recommandation »mais il a été perçu par certains comme une norme obligatoire. Et il a entrainé une véritable chasse aux sorcières contre tout ce qui commence par « psy ».
Or la HAS a déjà commis plus d’une faute dans le passé. Pour mémoire nous rappellerons seulement que,dans un rapport de 2005, elle préconisait une intervention chirurgicale sur le cerveau des personnes sourant de TOC. A combien de personnes aurait-on conseillé de se faire ouvrir le crâne si le gouvernement de l’époque avait imposé à tous les professionnels de santé d’appliquer strictement ces recommandations ? (ireicil'article duMonde)
Par ailleurs il n’y a jamais eu une vérité unique et déInitive pour tout ce qui est humain, ni en matière de pédagogie, ni en matière de thérapies. Pourquoi serait-ce diérent avec les personnes autistes ? Et en quoi est-ce le rôle du parlement de légiférer pour arbitrer les querelles idéologiques entre diérents courants de pensée ?
Pour mettre In aux atteintes actuelles à la liberté de penser sur toutes les questions que pose l’autisme le gouvernement ferait donc bien de relativiser la portée de ce document et de déclarer publiquement que les recommandations de la HAS de mars 2012, comme beaucoup de celles qui l’ont précédée, n’ont pas vocation à s’ériger en norme contraignante.
LES 5 COMMENTAïRES LES PLUS RECOMMANDÉS
29/11/2012, 15:24PARAAN GS
Et voilà !
retrouver dans le Il des discussions
alerter
29/11/2012, 13:38PARAAN GS
Vous arrivez quand je viens de supprimer mon billet dans les contes de la Folie Ordinaire...
Vous parlez de chasse au sorcières, vous parlez de psychiatrie, vous parlez de soins
vous parlez de classiIcations ridicules, vous parlez de l'obtusion de la presse et de ses rengaines reprises en choeur par le personnel politique, vous parlez de tout ça très bien...
Mais vous verrez qu'on vous répondra toujours par la même grimace, un genre de rictus, une stéréotypie de mauvaise foi : "la psychanalyse ceci-celà et na na nère..."
C'est ainsi qu'aucune réLexion n'est possible...
Merci quand même pour votre billet, tout à fait précis et donc précieux.
retrouver dans le Il des discussions
alerter
29/11/2012, 14:18PARTAKY VARSÖ
Merci et bravo pour votre billet et votre intervention au colloque de a Cause Freudienne.
Formidable intervention qui remet les pendules à l'heure de la Raison avec humour, intelligence et pondération! Oui, c'est une chasse aux sorcières orchestrée par des extrêmistes, plus obscurantistes qu'éclairés! Passons sur l'infantilisme des provocs anti-psyk et leur piètre mise en scène...
J'avais posté sur MDP un billet sur les recommandations de la HAS (un décryptage). l n'a jamais pu être publié (censure? ntimidations?). C'est fou quand même! On peut dénoncer la psychanalyse et la pédospychiatrie dans des termes injurieux, dire à peu près n'importe quoi à leur sujet, mais critiquer les recommandations de la HAS est (était alors, c'était juste après la publication de son rapport) impossible.
retrouver dans le Il des discussions
alerter
30/11/2012, 16:40PARTAKY VARSÖ
2- à propos du Ilm « Hugo » diusé sur Antenne 2, quelques remarques :
-Ce Ilm relaie les thèses neuroscientiIques , d’ailleurs la collaboratrice au scénario est chercheur en neurosciences (Nouchine Hadjikhani).
Pourquoi pas ? Cependant imaginons le contraire, un Ilm conseillé par un psy de renom, au scénario acquis uniment aux approches et thèses pédopsychiatiques et psychanalytiques, un plateau composé uniquement de personnes défendant les approches issues de la psychnalyse ou aïnes et dénonçant la méthode ABA avec virulence, deux responsables politiques opinant du chef à leur argumentation, un journaliste sur la même elongueur d'onde...
e plateau d’intervenants n’était composé que de personnes acquises aux thèses neuroscientiIques (mis à part le jeune adulte Asperger) et très remontées contre la psychanalyse qui ici était caricaturée et dont il faudrait dire et redire que son approche dans l’autisme ne consiste pas à allonger de jeunes autistes sur le divan, mais à participer au dépistage précoce, à former les professionnels de la petite enfance à ce dépistage, à soutenir les parents dans leur parentalité mise à mal par les diïcultés rencontrées avec l’autisme de leur enfant. De fait, il n’y a eu aucun débat. e journaliste en rajoutait une louche (anti-pyskk) alors que son métier devrait l’inciter à plus de distance critique.
http://preaut.fr/
’Association PREAUT, soucieuse de participer aux débats actuels concernant les diérentes approches des TED/TSA, promeut des pratiques alliant les dimensions thérapeutiques, éducatives et pédagogiques, dans les champs de:
a formation professionnelle continue : séminaires d’enseignement, programmes de formation à l’attention d’équipes professionnelles s’occupant d’enfants TED/TSA
Des publications : les Cahiers de PREAUT
a création de dispositifs expérimentaux en collaboration avec la Croix Rouge Française. Trois dispositifs sont en cours de création:
3- «Malgré qqs imperfections, le message est bien passé : retard français par la faute des 80 % de psychiatres psychanalystes, problème neuro biologique d'apprentissage, nécessité d'intervention précoce fondée sur la plasticité cérébrale et des méthodes psychoéducatives.Et un débat dont voici un extrait : Autisme en France : le massacre continuera-t-il ?»
C’est un exemple même de désinformation (propagandiste), les pédopsychiatres et psychanalystes dans leur immense majorité ne sont pas contre les méthodes psychopédogiques (même s’ils ont des réticences vis à vis de la méthode ABA dénoncée aujourd’hui aux USA et au Canada, voir le prof  . Mottron
neuropsychiatre, article du MOnde); ils reconnaissent la nécessité de prise en charge précoce, bien plus recommandent le dépistage précoce aIn précisément d'agir au plus vite. es accompagnements des mères par les professionnels de PréAut ont permis de vériIer des remaniements dans l'appareil psychique et cognitif des bébés et la sortie de l'autisme pour certains.
a réhabilitation cognitive est souhaitable et recommandable, mais ne peut être la seule réponse dans certains cas « sévères » et pour les bébés. es psys ne sont pas contre une approche pluridisciplinaire.
retrouver dans le Il des discussions
alerter
05/12/2012, 12:46PARAAN GS
e problème est que la psychologie est un systême de connaissance qui est aussi limité que la science, comme elle...
e domaine scientiIque n'est pas illimité. On peut aborder n'importe quel état de l'être et en "FARE" un objet de connaissance. Ce qui veut dire que l'on va réduire cet état (l'état amoureux, mettons) aux éléments que l'on peut connaitre, les hormones et je ne sais quoi, tout ce que vous voudrez... Pour autant il s'agira toujours d'une réduction énorme par rapport au vécu de cet état.
Pas parce que la science a encore du travail à faire pour atteindre la connaissance du vécu mais parce que la science ne peut pas appréhender ce qui n'est pas ajusté à ses principes. Elle repousse la subjectivité.
Or, la vie, il faudrait dire l'existence, est essentiellement subjective. C'est là où le bât blesse.
retrouver dans le Il des discussions
alerter
TOUS LES COMMENTAïRES
29/11/2012, 11:58PARFANTE B.
Très intéressant - et alarmant. a prise de médicaments (et leurs eets indésitables) est rarement mise en avant par les associations qui soutiennent les lobbies nord américains.
alerter
29/11/2012, 21:19PAROURA
ntéressant mais :
Bien que des menaces et des intimidations soient fortement désagréables, j'en conviens, la psychanalyse reste une escroquerie mentale, intellectuelle et Inancière.
Cette dernière aurait dû, depuis bien longtemps, rejoindre la nomenclature des sectes à éradiquer.
Votre voie n'est pas la bonne : elle rejoint celle des charlatans, des gourous et des montreurs d'ours [ bien que ceux-ci puissent être divertissants parfois ].
alerter
04/12/2012, 23:26PAREVENTSEEVE2012
la psychanalyse reste une escroquerie mentale, intellectuelle et Inancière.
D' où vous vient une telle aïrmation, ( de quel SSS en toc ? ) que vous assénez avec la pesanteur de l'ours que vous désignez à la vindicte !
alerter
29/11/2012, 13:38PARAAN GS
Vous arrivez quand je viens de supprimer mon billet dans les contes de la Folie Ordinaire...
Vous parlez de chasse au sorcières, vous parlez de psychiatrie, vous parlez de soins
vous parlez de classiIcations ridicules, vous parlez de l'obtusion de la presse et de ses rengaines reprises en choeur par le personnel politique, vous parlez de tout ça très bien...
Mais vous verrez qu'on vous répondra toujours par la même grimace, un genre de rictus, une stéréotypie de mauvaise foi : "la psychanalyse ceci-celà et na na nère..."
C'est ainsi qu'aucune réLexion n'est possible...
Merci quand même pour votre billet, tout à fait précis et donc précieux.
alerter
29/11/2012, 13:48PARBEATRCE BONG
e moins que l'on puisse dire , c'est que la bonne foi ne vous étoue pas :-)
Vous omettez de souligner que ces "groupuscules" réunissant au mins 11 000 personnes ...sont des parents d'enfantas autistes, et des persnnes autistes elle m^me. Alors soit leur choix de prise en charge ne vous plait pas, mais c'est le leur.
es familles et les personnes autistes ne veulent pas de la psychanalyse dans la prise en charge de l'autisme, mais des prises en charges compotrmentales , éducatives, et développementales, ainsi qu'une inclusion scolaire pour remédier à un trouble neurologique.
Votre piètre connaissance de l'ABA est assez honteuse pour un soit disant professionnl. Honteuse, ou délibérément mensongère ...
En tous cas , réjouisse vous cegouvernement exclut les usagers du plan autisme 3, supprime toute référence à l'ABA dans ses communications sur le site gouvernemental, tremblant de peur devant les mouvements sociaux qui purraient s'organiser dans les mileux sociao sanitaires réservoir de son électorat.
'autisme touche 600 000 personnes en France, le budget de la recherche sur l'autisme est de 2 millions d'euros (le sida est d'environ 55 millions). C'est honteux et c'est de votre responsabilité. Vous aurez à en répondre un jour
Prétention scientiIque et chasse aux sorcières dans le monde de l’autisme SUR FACEBOOK
blogs.mediapart.fr
Depuis la publication du rapport de la Haute Autorité de Santé de mars 2012, on assiste à une véritable chasse aux sorcières contre tous ceux qui osent émettre le moindre doute sur ce qui est devenu le politiquement correct en matière d’autisme. Un collectif s’est même créé, le kollectif du 7 janvie...
Mona Per LéoBien dit aurent !
1 décembre, 11:00viamobile·J’aime·4
Muriel Hamon CaronJe veux bien passer pour une activiste aussi ! (déjà que je suis une mère pathogène et une femme phalliquement lourde, j'suis plus à ça près !)
1 décembre, 11:04·J’aime·3
Autisme Libertéoui bien dit, je suis totalement d accord
1 décembre, 11:12viamobile·J’aime·3
Natacha LebrunJ ai lu l article et franchement il y met de a mauvaise foi c est évident.
1 décembre, 11:13·J’aime·4
Deborah Semet-charletje cours acheter des mouchoirs.
1 décembre, 11:14·J’aime·3
Leila Etmontitouj aime donc je partage
1 décembre, 11:54·ModiIé·J’aime·1
Caroline Pajot Dufortnéanmoins, les "asso" qui utilisent la violence à l'encontre d'autrui, je trouve ça puéril et ineïcace. Etant donné le nombre important de "sortes d'autisme", il apparait clairement qu'une seule méthode ne peut être A réponse. l s'agit là de bien faire comprendre aux politiques que les méthodes comportementalistes sont DES réponses face à l'autisme, et que la psychanalyse n'est en rien la solution.
1 décembre, 12:14·J’aime·3
Caroline Pajot Dufortsalut laurent, je me demandais : as tu été invité pour le débat sur France 2?
1 décembre, 12:21·J’aime·1
Laurent Savardoui c'est particulièrement sur les politiques qu'il faut faire peser la pression, pas de douteCaroline!
1 décembre, 12:21·J’aime·5
Autisme Libertétout à fait il n y a que les politiques qui peuvent changer les choses en exigent des résultats et en contrôlant
1 décembre, 12:26viamobile·J’aime·3
Jean-Francois RabierMoi, ce qui me gène, c'est que ce soit un représentant d'une association de parents, Sésame Autisme, qui tienne ces propos...et que l'assopciation ne réagisse pas clairement !
1 décembre, 14:18·J’aime·3
Laurent SavardNon Caroline, non je n'ai pas été contacté pour le débat, ce sera pour le prochain ... mais pour la petite histoire la réalisatrice du Cerveau d'Hugo, après être venue voir mon spectacle, voulait me donner un rôle dans son Ilm, j'avais même été contacté par sa directrice de casting mais ils étaient gênés de me donner un petit rôle car les rôles principaux avaient déjà été distribués, c'est ce qu'on m'a rapporté. Dommage car j'avais dit que ce n'était pas un problème pour moi, il y avait quelque chose de symbolique a etre dans la distrib pour moi mais la directrice de casting n'a pas bien fait passer le message apparemment ... mais rien de grave, je travaille d'ailleurs actuellement sur l'adaptation ciné du Bal des Pompiers.
1 décembre, 16:22viamobile·J’aime·4
Franck BillauxJ'apprécie cet article de monsieur SADOUN..Neurosciences ,généticiens de pointe (et non commerçants de leurs dogmes ou industries..) ainsi que des psychanalystes compétents (et non des rationalisations psy..aussi inopérantes que d'autres approches aveugles ) doivent travailler ensemble ..c'est tout a fait possible..les croyants au tout psy ou tout gènes ..les croyants du NEUROPSY..etc..se trompent ..le travail sur les causes sont tres importantes