Projet récompensé de la médaille

Projet récompensé de la médaille

Documents
14 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Projet récompensé de la médaille d'or du concours Lépine au salon des jeunes inventeurs et créateurs de Monts (2016) : Dossier de présentation de la Table basse « Reuleaux » Présentation du candidat je m'appelle Jean-Baptiste VIGNERON, je suis âgé de 22 ans, et je crée du mobilier avec toute la passion dont je suis capable. Mon but lors de la création d'une pièce est d'illustrer aumieux ce qui m'a émerveillé - Une matière, un concept, une technique - pour pouvoir partager cette émotion avec les autres. Je pense que dans une création réussie, tout est beau à voir. Le structurel est esthétique. Il n'a pas besoin d’être recouvert, ou décoré. Il vaut mieux sublimer que camoufler. De manière plus concrète, je mets notamment en avant les éléments d'assemblage de mes réalisations en leur apportant du contraste. Ils occupent alors une fonction structurelle et esthétique. Présentation du projet : Table Basse « Reuleaux » Inspiration Cette table basse m'a été inspirée par un concept mathématique: le nombre 3, et les formes géométriques qui en découlent. Ce nombre fascinant a motivé mes recherches sur les formes. Je cherchais une construction géométrique restituant avec force sa beauté, sa grandeur, son équilibre. J'ai réalisé une première maquette, à l'intuition, sans vraiment comprendre ce que je faisais. J'ai alors tenté de maîtriser cette forme, pour lui donner des proportions idéales.

Informations

Publié par
Publié le 02 septembre 2016
Nombre de visites sur la page 1 602
Langue Français
Signaler un problème
Projet récompensé de la médaille d'or du concours Lépine au salon des jeunes inventeurs et créateurs de Monts (2016) :
Dossier de présentation de la Table basse « Reuleaux »
Présentation du candidat
je m'appelle Jean-Baptiste VIGNERON, je suis âgé de 22 ans, et je crée du mobilier avec toute la passion dont je suis capable.
Mon but lors de la création d'une pièce est d'illustrer au mieux ce qui m'a émerveillé - Une matière, un concept, une technique - pour pouvoir partager cette émotion avec les autres.
Je pense que dans une création réussie, tout est beau à voir. Le structurel est esthétique. Il n'a pas besoin d’être recouvert, ou décoré. Il vaut mieux sublimer que camoufler.
De manière plus concrète, je mets notamment en avant les éléments d'assemblage de mes réalisations en leur apportant du contraste. Ils occupent alors une fonction structurelle et esthétique.
Présentation du projet :
Table Basse « Reuleaux »
Inspiration
Cette table basse m'a été inspirée par un concept mathématique : le nombre 3, et les formes géométriques qui en découlent. Ce nombre fascinant a motivé mes recherches sur les formes. Je cherchais une construction géométrique restituant avec force sa beauté, sa grandeur, son équilibre. J'ai réalisé une première maquette, à l'intuition, sans vraiment comprendre ce que je faisais. J'ai alors tenté de maîtriser cette forme, pour lui donner des proportions idéales. J'ai fait évoluer cette construction au travers de plusieurs autres maquettes. Je vous présente aujourd’hui l'aboutissement de ma recherche sur le nombre Trois.
Photos des premières maquettes de la table basse « Reuleaux »
Un projet esthétique
Table basse « Reuleaux »
 Inspirée du nombre Trois
Elle illustre la beauté de ce concept mathématique
Fougueuse, la table basse « Reuleaux » dégage une impression de mouvement. C'est un un élan, une rotation ascendante. Cet effet est créé par l'inclinaison des pieds, ainsi que par la forme des plateaux : le triangle de Reuleaux. Cette forme (le triangle de Reuleaux) permet aux pieds d’être plus visibles (les pieds seraient moins visibles par un observateur se trouvant debout si les plateaux étaient ronds), et permet de se rendre compte de la rotation que le plateau supérieur effectue par rapport au plateau inférieur.
Ce mouvement giratoire est accentué par le motif formé par le fil du bois (chêne, ou frêne) de la couche supérieur de bois sur les deux plateaux. Le triangle de Reuleaux est alors subdivisé en tiers, chacun d'une orientation parallèle aux trois segments reliant le centre aux trois sommets du triangle. Les fibres du bois convergent vers le centre du plateau. Les trois lattes se rejoignant au centre du plateau sont délignées dans une partie bicolore du bois, afin de renforcer le dessin.
Les pieds, en inox brossé, traversent littéralement le plateau inférieur pour venir se ficher dans le plateau supérieur. Ils sont arrêtés par les trois bouchons ovale, noirs, à l'affleurement du plateau supérieur. Ces bouchons sont en résine époxydique, teintée dans la masse. Ils sont collés par la même résine, dans les logements des pieds du plateau supérieur. Ils sont donc intimement incrustés dans le plateau supérieur.
Ces trois bouchons ovales, représentant les sections des pieds, viennent également contribuer à l'impression de rotation que dégage l'ensemble.
Un chanfrein à 45 degrés sur les deux tiers de l'épaisseur vient alléger l'allure des plateaux.
Dimensions :
hauteur totale : 46 cm
hauteur des triangles : 78 cm
diamètre pieds : 60 mm
longueur pieds : 69 cm
épaisseur plateaux : 40 mm
distance inter plateaux : 22 cm
l'ensemble s'inscrit dans un cercle de diamètre 90 cm.
Un projet technique
L'assemblage
La table basse « Reuleaux » est un assemblage en elle même. L'inclinaison des pieds permet à l'ensemble d’être auto-resserant. Plus on appuie sur le plateau supérieur, plus les pieds se coincent dans leurs logements.
Il n'y a pas d'autres éléments d’assemblage que ce que la table nous montre dès le premier coup d’œil. Les pieds ne sont ni collés, ni vissés, ni cloués. L'assemblage est naturellement fort et stable.
Fonctionnel, structurel et esthétique
Chacun des éléments qui la compose (les pieds, les pl ateaux, les bouchons ovales) possède une triple fonction : structurelle, fonctionnelle et esthétique.
Les pieds supportent l'ensemble (structurel), maintiennent la distance inter-plateaux (structurel et fonctionnel), élèvent le plateau supérieur à une hauteur confortable pour l'usager (fonctionnel), apportent la rotation (esthétique et structurelle), contrastent avec le bois et la résine noir (esthétique).
Les plateaux sont des surfaces de vie pour l'utilisateur (fonctionnel): le plateau supérieur est dédié à l’apéritif, au rituel du thé, du café : à la convivialité. le plateau inférieur permet d'y laisser des livres, revues... L'usager peut y placer des éléments qui ne sont pas immédiatement utilisés. De part leur forme et le motif que créent les orientations de la fibre du bois, ils participent à l'impression globale de rotation qui se dégage de la table. La chaleur, le caractère vivant et naturel du bois contraste avec l'exactitude glacée de l'acier inoxydable. Les deux matières se marient, se complètent et forment un subtile équilibre organique / minéral (esthétique). Les plateaux sont également un élément d'assemblage en eux même, ils se resserrent autours des pieds. Les pieds maintiennent les plateaux et les plateaux maintiennent les pieds (mariage structurel).
Les bouchons, aire de l'intersection pieds / plateau supérieur renforcent le mouvement rotatoire grâce à leur orientation. Ils forment un tri-motif ovale, incrusté dans le bois. Ils sont fait dans une matière qui à mon sens est à mi chemin entre l'organique et le minéral. Cette troisième couleur/matière vient parfaire l'équilibre de l'ensemble (esthétique). Ils permettent de bloquer les pieds dans leur logement du plateau supérieur (structurel). Faisant partie du plateau supérieur, ils participent à sa fonction de surface de vie.
On remarque que ces trois notions sont ici étroitement mêlées.
Maîtrise de la géométrie
Nous appellerons projections des pieds la composante horizontale du vecteur « axe centrale pied » (voir plus bas « schéma coupe de profil du système pied/plateaux ») . Ce vecteur part de la face inférieur du plateau inférieur pour se terminer sur la face supérieur du plateau supérieur. Cette notion est la clef de la maîtrise de la forme de la table basse. Elle permet de maîtriser la distance entre les deux plateaux.
Paramètres à fixer
L'angle des pieds par rapport aux plateaux est fixé à 45 degrés, pour un soucis esthétique et structurel.
Un angle de 10 degrés nécessiterait un rapprochement plus conséquent des plateaux pour générer une même force de frottement Logement des pieds / pieds. La géométrie ne serait alors plus respectée : la distance inter-plateaux serait finalement très inférieur à 22cm(voir plus bas « un meuble montable/démontable sans outils). Avec un angle de 45 degrés, cet effet est négligeable. Un angle de 60 degrés donnerait une allure trop tassée au projet, pas assez ascendante. Le levier qu'exercent les tubes dans leurs logements serait plus fort, la table serait alors moins solide.
45 degrés est à mon sens un angle équilibré qui correspond bien au projet.
Nous souhaitons une distance inter-plateaux de 22 cm, tant pour une question fonctionnelle qu'esthétique. En effet, un distance inter-plateaux trop petite réduit considérablement les possibilités de rangement, et de confort d'utilisation du plateau inférieur. De plus, une petite distance inter-plateaux ne serait pas harmonieuse.
On rappelle que les plateaux ont une épaisseur de 40mm, et que les pieds ont un diamètre de 60mm.
Les plateaux s'inscrivent dans un cercle de diamètre 90cm. Le centre des logements des pieds sont placés sur un cercle de diamètre 70cm (concentrique au cercle de diamètre 90cm). En effet, les centres des logements des pieds sont situés à 10cm des sommets des plateaux.
Explications géométriques
 schéma : vue de dessus système pieds/plateaux
Les logements des pieds des deux plateaux sont sur le cercle de 70cm de diamètre (présent sur les deux plateaux).
Si le plateau du bas est embroché sur les pieds, le plateau du haut ne peut s’emboîter sur les pieds qu'à une seule distance du plateau du bas : il s’emboîte à la hauteur correspondant à l'intersection de la projection du pied, et du cercle de 70cm tracé sur le plateau du bas. En d'autres termes lorsque les centres du haut des pieds passent au dessus du cercle de 70cm !
En effet, les pieds partent de ce cercle, et repassent au dessus. C'est à ces hauteurs qu'ils embrochent les plateaux.
 Dessin : tracés géométriques
On peut calculer la longueur des projections des pieds grâce à la trigonométrie, car on connaît la hauteur entre les 2 plateaux, l'épaisseur de ceux ci, et l'angle que forment les pieds avec les plateaux.
Note : Le diamètre du cercle sur lequel se situe le centre des pieds n'a pas d’importance sur les calculs. Cela ne change pas la longueur de la projection du pied.
Trigonométrie :
 schéma : coupe de profil du système pied/plateaux
Calculons la longueur des projections des pieds.
Trigonométrie
Perçage des logements des pieds : méthodologie
L'angle des perçages des logements des pieds est de 45 degrés par rapport à la surface des plateaux. Les perçages sont orientés sur les tracés de projection des pieds. Les projections des pieds sont des segments qui partent et reviennent sur le cercle de diamètre 70 cm.
Le plateau supérieur sera percé sur l'endroit (tracés géométriques sur l'endroit), le plateau inférieur sera percé sur l'envers (tracés géométriques sur l'envers), puis retourné en vue d’être assemblé. De cette manière, les pieds pourront traverser les deux plateaux pour former l'assemblage.
Maîtrise de la stabilité dimensionnelle
Comme nous le savons, le bois est un matériau « vivant », et plus particulièrement hygroscopique. Ce qui peu poser des problèmes de stabilité dimensionnelle. étant constitué principalement de plateau en bois, Ce projet y est particulièrement soumis.
Afin de ne pas rencontrer de problèmes de déformations des plateaux, j'ai choisi de les réaliser sur le principe du panneau 3 plis : les plateaux sont constitués de trois couches structurelles (12mm d'épaisseur pour chaque couche structurelle), contre collées, et d'une quatrième (5mm d'épaisseur), à visée esthétique.
De plus, les lattes sont débitées sur quartier, afin d'augmenter encore la stabilité dimensionnelle de l'ouvrage.
Lepanneau3plis+ 1: explications
Un panneau 3 plis est constitué de trois couches de lattes de bois, dont les deux couches externes ont leur fil dans le même sens. La couche interne est contre collée (90 degrés) aux deux autres. Cet agencement permet au panneau de ne pas se déformer lors des variations hygrométriques de l’atmosphère.
Schéma panneau 3 plis et déformations
Si l'on prend le cas ou l’atmosphère est plus sec que le panneau, le bois va suivre l'hygrométrie de l’atmosphère, donc perdre de l'eau. Il perd alors du volume. La perte de volume tangentiel est deux fois plus importante que la perte de volume radiale. La perte en longueur est négligeable.
Le bois de notre panneau étant débité sur quartiers, le retrait tangentiel n'a pas d'importance pour le maintient de la planéité du panneau. Cela tombe bien, car il est deux fois plus fort que le retrait radial.
Il n'y a donc que le retrait radial qui peut entraîner des défauts de planéité.
 Schéma : débit sur quartier dans une bille de bois