Radicalisation islamiste en milieu carcéral
57 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Radicalisation islamiste en milieu carcéral

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
57 pages
Français

Description

Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016 L¶OUVERTURE DES UNITES DEDIEES 7 juin 2016 Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016͗ >͛ŽƵǀĞƌƚƵƌĞ ĚĞƐ ƵŶŝƚĠƐ ĚĠĚŝĠĞƐ 1. Un premier rapport, une nouvelle mission Le 11 juin 2015, le CGLPL publiait un rapport sur «la prise en charge de la radicalisation islamiste en milieu carcéral » et un avis, communiqués au Premier ministre, à la garde des ƐĐĞĂƵdž Ğƚ ĂƵ ŵŝŶŝƐƚƌĞ ĚĞ ů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌ͘ Ğƚ ĂǀŝƐ ĠƚĂŝƚ ƉƵďůŝĠ ĂƵ :ŽƵƌŶĂů ŽĨĨŝĐŝĞů ůĞ ϯϬ ũƵŝŶ 2015, accompagné de la réponse adressée par la garde des sceaux, au nom du Gouvernement. Le rapport du CGLPL étudiait la question du regroupement de personnes détenues radicalisées, que le Gouvernement avait décidé de généraliser dès le 12 janvier 2015, quelques jours après les attentats, et dont une préfiguration expérimentale avait été mise en ƉůĂĐĞ ă ůĂ ŵĂŝƐŽŶ Ě͛Ăƌƌġƚ ĚĞ &ƌĞƐŶĞƐ ĚĞƉƵŝƐ ůĞ ŵŽŝƐ Ě͛ŽĐƚŽďƌĞ ϮϬϭϰ͘ Appelant à «une mobilisation générale contre le terrorisme», le Premier ministre avait présenté le 21 janvier 2015 un plan de lutte contre le terrorisme (PLAT), dont une part importante concernait le ministère de la justice.

Informations

Publié par
Publié le 06 juillet 2016
Nombre de lectures 9 947
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Radicalisation islamiste en milieu carcéral
2016 LOUVERTURE DES UNITES DEDIEES 7 juin 2016
Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016: L’ouveƌtuƌe des uŶitĠs dĠdiĠes
1.Un premier rapport, une nouvelle mission
Le 11 juin 2015, le CGLPL publiait un rapport sur « la prise en charge de la radicalisation islamiste en milieu carcéral » et un avis, communiqués au Premier ministre, à la garde des sĐeaudž et au ŵiŶistƌe de l͛iŶtĠƌieuƌ. Cet avis Ġtait puďliĠ au JouƌŶal offiĐiel le ϯϬ juiŶ 2015, accompagné de la réponse adressée par la garde des sceaux, au nom du Gouvernement.
Le rapport du CGLPL étudiait la question du regroupement de personnes détenues radicalisées, que le Gouvernement avait décidé de généraliser dès le 12 janvier 2015, quelques jours après les attentats, et dont une préfiguration expérimentale avait été mise en plaĐe à la ŵaisoŶ d͛aƌƌġt de FƌesŶes depuis le ŵois d͛oĐtoďƌe ϮϬϭϰ.
Appelant à « une mobilisation générale contre le terrorisme », le Premier ministre avait présenté le 21 janvier 2015 un plan de lutte contre le terrorisme (PLAT), dont une part importante concernait le ministère de la justice. Des mesures spécifiques concernaient l͛adŵiŶistƌatioŶ pĠŶiteŶtiaiƌe. Des ƌeĐƌuteŵeŶts ŵassifs et de sigŶifiĐatifs effoƌts budgétaires étaient annoncés, ainsi que le regroupement de personnes détenues en raison de leur « radicalisation», la ŵise eŶ plaĐe d͛uŶ pƌoĐessus d͛ĠvaluatioŶ deleur dangerosité et de leuƌ adaptaďilitĠ, et de pƌogƌaŵŵes d͛aďoƌd appelĠs de «etdéradicalisation », désormais plus volontiers de « désengagement ».
La ĐƌĠatioŶ d͛unités dédiées (UD) annoncée quelques jours plus tôt était confirmée et précisée: il s͛agissait seloŶ le PLAT, d͛«Ġviteƌ d͛uŶe paƌt les pƌessioŶs et la pƌopagatioŶ du pƌosĠlLJtisŵe ƌeligieudž ƌadiĐal et, d͛autƌe paƌt de favoƌiseƌ la pƌise eŶ Đhaƌge des peƌsoŶŶes radicalisées». Suƌ la ďase de l͛edžpĠƌiŵeŶtatioŶ de FƌesŶes –laquelle la ministre de la sur justiĐe s͛Ġtait pouƌtaŶt ŵoŶtƌĠe «très réservée », et malgré un rapport critique de l͛iŶspeĐtioŶ des seƌviĐes pĠŶiteŶtiaiƌes Ƌui s͛LJ Ġtait ƌeŶdue –cinq quartiers devaient être mis eŶ plaĐe avaŶt la fiŶ de l͛aŶŶĠe ϮϬϭϱ au seiŶ de Ƌuatƌe Ġtaďlisle centresements : pénitentiaire de Fresnes;où l͛edžpĠƌieŶĐe devait se pouƌsuivƌe aveĐ uŶe uŶitĠ d͛ĠvaluatioŶͿ, la ŵaisoŶ d͛aƌƌġt deFleury-Mérogis (évaluation et prise en charge) etla ŵaisoŶ d͛aƌƌġt Osny (prise en charge) en Ile-de-France, ainsi que le centre pénitentiaire de Lille-AŶŶœulliŶdans le Nord (prise en charge).
Le CGLPL, après avoir étudié le phénomène de radicalisation islamiste en milieu carcéral et aŶalLJsĠ l͛edžpĠƌieŶĐe ŵise eŶ plaĐe, avait edžaŵiŶĠ le dispositif aŶŶoŶĐĠ et avait dĠĐlaƌĠ Ŷe pas y être favorable. Et ce pour plusieurs raisons :
-
-
les risques entraînés par la cohabitation de personnes détenues présentant des Ŷiveaudž d͛aŶĐƌage tƌğs dispaƌates, daŶsle processus de radicalisation ; les diffiĐultĠs d͛ideŶtifiĐatioŶ des peƌsoŶŶes visées ;
Contrôleur général des lieux de privation de liberté - 7 juin 2016
2
-
-
-
-
Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016: L’ouveƌtuƌe des uŶitĠs dĠdiĠes
l͛aďseŶĐe de pƌĠĐisioŶ suƌ les ŵodalitĠs de pƌise eŶ Đhaƌge et de voie de ƌeĐouƌs ĐoŶtƌe la dĠĐisioŶ de ƌegƌoupeŵeŶt pƌise paƌ le Đhef d͛ĠtaďlisseŵeŶt; le ƌisƋue de ĐƌĠatioŶ d͛uŶ ƌĠgiŵe de dĠteŶtioŶ« sui generis »,Ŷe s͛appaƌeŶtaŶt Ŷi à la détentioŶ oƌdiŶaiƌe Ŷi à l͛isoleŵeŶt; le caractère discrétionnaire de la décision de regroupement, qui comporte le risque de restreindre les droits fondamentaux des personnes concernées et de détériorer leurs conditions de détention ; les programmes de « déradicalisation», Ƌui, à l͛ĠpoƋue, ĠtaieŶt pƌĠseŶtĠs Đoŵŵe Ŷe devant être suivis que par des participants volontaires, ne paraissaient de ce fait pas susceptibles de porter atteinte aux droits fondamentaux mais devaient être soumis à une évaluation continue.
Le CGLPL préconisait enfin une réflexion approfondie des pouvoirs publics sur la prise en Đhaƌge des peƌsoŶŶes de ƌetouƌ des zoŶes de ĐoŶflit, estiŵaŶt Ƌue l͛iŶĐaƌĐĠƌatioŶ Ŷe pouvait être le seul mode de traitement de cette situation.
Dans sa réponse, la ministre de la justiĐe faisait Ġtat de diveƌgeŶĐes d͛aŶalLJse et appoƌtait des précisions inédites. Ainsi, la garde des sceaux écrivait-elle que le régime en UDŶ͛est pas considéré comme « spécifique », ce qui explique le choix du terme « unité » et non de « quartier». La dĠĐisioŶ d͛affeĐtatioŶ ĐoŶstitue «uŶe ŵesuƌe d͛oƌdƌe iŶtĠƌieuƌ». Les peƌsoŶŶes dĠteŶues Ŷ͛LJ seƌaieŶt pƌivĠes d͛auĐuŶ des dƌoits Ƌui peuveŶt ġtƌe edžeƌĐĠs eŶ détention ordinaire et auraient accès à toutes les activités.
Le but du regroupement est «de pƌĠseƌveƌ l͛ĠƋuiliďƌe des dĠteŶtioŶs eŶ pƌotĠgeaŶt les autƌes peƌsoŶŶes dĠteŶues d͛ĠveŶtuelles aĐtioŶs pƌosĠlLJtes». Il Ŷe s͛agiƌait pas « simplement » de « regroupement géographique» ŵais d͛uŶe «prise en charge effective de ces profils ».
Les peƌsoŶŶes susĐeptiďles d͛ġtƌe diƌigĠes veƌs lesUD seraient « principalement » celles qui ont été écrouées «pouƌ des faits de teƌƌoƌisŵe liĠs à l͛islaŵisŵe ƌadiĐal violeŶt», mais pourraient aussi y être admises des personnes repérées comme radicalisées et prônant une action violente, mais qui ne seraient pas incarcérées pour des faits de terrorisme.
Pour ce qui concerne les affectations, il est précisé que pourraient être affectées à Osny et Fleury-Mérogisla base du volontariat sur accessibles à une remise enpersonnes «  les question » ; les « plus opposantes » pourraient être dirigées vers Lille-AŶŶœulliŶ. L͛affeĐtatioŶ desplus dangereux » continuerait «« détenus les d͛oďĠiƌ audž pƌiŶĐipes de dispeƌsioŶ et d͛isoleŵeŶt.».
Au dĠďut de l͛aŶŶĠe ϮϬϭϲ, aveĐ uŶ peu de ƌetaƌd suƌ le ĐaleŶdƌieƌ pƌĠvu, l͛ouveƌtuƌe descinq UDs͛est ĠĐheloŶŶĠe de fiŶ jaŶvieƌ à fiŶla situation de celle de Fresnes est un peumars ; paƌtiĐuliğƌe puisƋu͛il s͛est agi de pƌoloŶgeƌ et de dĠveloppeƌ la stƌuĐtuƌe pƌĠedžistaŶte.
Contrôleur général des lieux de privation de liberté - 7 juin 2016
3
Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016: L’ouveƌtuƌe des uŶitĠs dĠdiĠes
En application de la loi du 30 octobre 2007, la mission du Contrôleur général des lieux de privation de liberté étant de veiller au respect des droits fondamentaux des personnes pƌivĠes de liďeƌtĠ, la CoŶtƌôleuƌe gĠŶĠƌale a dĠĐidĠ d͛edžaŵiŶeƌ le foŶĐtioŶŶeŵent des UD Ƌui veŶaieŶt d͛ouvƌiƌ, et a ŵis eŶ plaĐe uŶe ŵissioŶ spĠĐifiƋue Ƌui a ĐoŶduit tƌois ĐoŶtƌôleuƌs à se rendre dans les quatre établissements pénitentiaires concernés, à y rencontrer les personnes qui en ont la charge, celles qui y interviennent et celles qui y sont incarcérées. Cette ŵissioŶ a ĐoŵŵeŶĐĠ au dĠďut du ŵois de fĠvƌieƌ ϮϬϭϲ, jusƋu͛à la ƌeŵise de Đe ƌappoƌt à la fin du mois de mai.
Il convient ici de souligner que plusieurs interlocuteurs institutionnels du CGLPL ont considéré cette démarche comme prématurée, et pour certains comme biaisée, car le sLJstğŵe ŵis eŶ plaĐe Ŷ͛était pas encore rôdé. La Contrôleure générale des lieux de privation de liďeƌtĠ a au ĐoŶtƌaiƌe estiŵĠ Ƌu͛apƌğs avoiƌ uŶ aŶ plus tôt edžaŵiŶĠ les pƌiŶĐipes ƌĠgissaŶt les futures UDet avoiƌ poiŶtĠ les pƌoďlğŵes spĠĐifiƋues Ƌu͛elles pouvaieŶt eŶtƌaîŶeƌ au ƌegaƌd des dƌoits foŶdaŵeŶtaudž, il Ġtait ŶĠĐessaiƌe dğs leuƌ ouveƌtuƌe au dĠďut de l͛aŶŶĠe ϮϬϭϲ, et Đe d͛autaŶt plus Ƌue le Ŷoŵďƌe de peƌsoŶŶes dĠteŶues poteŶtielleŵeŶt ĐoŶĐernées ne cesse de croître et que ladiƌeĐtioŶ de l͛adŵiŶistƌatioŶ pĠŶiteŶtiaiƌe ;DAP) envisage de dupliƋueƌ le sLJstğŵe daŶs l͛eŶseŵďle du paLJs. Il s͛agit iĐi d͛uŶ ƌappoƌt d͛Ġtape, suƌ uŶ sujet Ƌui justifieƌa, à l͛aveŶiƌ, de Ŷouvellesenquêtes.
Au cours de la mission, les personnes rencontrées dans les établissements pénitentiaires ont fait pƌeuve d͛uŶe gƌaŶde ouveƌtuƌe et se soŶt eŶtƌeteŶues saŶs ƌĠtiĐeŶĐe aveĐ les contrôleurs. La plupart des documents demandés ont été communiqués. Les contrôleurs ont pu assister aux réunions institutionnelles organisées durant leur temps de présence ;ĐoŵŵissioŶ pluƌidisĐipliŶaiƌe uŶiƋueͿ aiŶsi Ƌu͛audž aĐtivitĠs ĐolleĐtives eŶ pƌĠseŶĐe des personnes détenues, parfois à la suggestion du personnel lui-même. En revanche, un refus feƌŵe a ĠtĠ opposĠ à la deŵaŶde des ĐoŶtƌôleuƌs Ƌui souhaitaieŶt pouvoiƌ s͛eŶtƌeteŶiƌ à Fresnes avec les animateurs du groupeAmal, mis en place par la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS)Ƌui a ƌeŵpoƌtĠ uŶ appel d͛offƌes pouƌ uŶe pƌise eŶ Đhaƌge de la radicalisation religieuse de personnes détenues.Il Ŷ͛a pas ĠtĠ ŶoŶ plus possiďle d͛assisteƌ aux réunions organisées dans ce cadre contrairement à ce quis͛est passĠ dansautres établissements pénitentiaires où les autorisations ont été obtenues sans difficulté. Des « raisons de sécurité» oŶt ĠtĠ iŶvoƋuĠes aveĐ l͛appui de la DAP, paƌ le ƌepƌĠseŶtaŶt de la FRS, directeur du programme, avec lequel un entretien a tout de même pu avoir lieu.
Al͛edžĐeptioŶ de ϯ d͛eŶtƌe elles, les ϲϰ peƌsoŶŶes dĠteŶues au ŵoŵeŶt de la visite des contrôleurs dans les UD (pour un effectif théorique de 117 places) ont accepté de s͛eŶtƌeteŶiƌ aveĐ eudž daŶs leuƌs Đellules daŶs uŶe totale ĐoŶfideŶtialitĠ.
Contrôleur général des lieux de privation de liberté - 7 juin 2016
4
Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016: L’ouveƌtuƌe des uŶitĠs dĠdiĠes
2.Del’élaborationd’une doctrine à l’ouverture des unités dédiées
1/ Des recherches avaient déjà été conduites sur le phénomène de radicalisation islamiste et de la prison, notamment grâce aux travaux précurseurs du sociologue Farhad Khosrokhavar publiés en 2004 puis 2014. Ce sont à la fois les difficultés de la vie quotidienne en détention (les pressions des personnes détenues prosélytes comme au centre pénitentiaire de Fresnes), puis les évènements tragiques des attentats et la question nouvelle de l͛iŶĐaƌĐĠration systématique des personnes de plus en plus nombreuses à revenir des zones de conflit (Syrie, Irak) qui ont poussé à la mise en place de nouvelles pratiques, dont la philosophie a évolué avec le temps.
Avec beaucoup de retard sur ses voisins européens et malgré les alertes lancées par des fonctionnaires confrontés quotidiennement depuis longtemps à la problématique de la ƌadiĐalisatioŶ, la ƋuestioŶ a dĠĐleŶĐhĠ uŶe pƌofoŶde ƌĠfledžioŶ au seiŶ de l͛adŵiŶistƌatioŶ pénitentiaire. Pour la DAP, « cela prendra du temps et le parcours sera chahuté.C͛est pouƌ Ŷous uŶ dĠfi. Nous appƌeŶoŶs eŶ ŵaƌĐhaŶt, et ĐoŶstƌuisoŶs au fuƌ et à ŵesuƌe, saĐhaŶt Ƌu͛il Ŷ͛LJ a pas et il Ŷ͛LJ auƌa pas de solutioŶ ŵiƌaĐle.», a commenté un responsable de la DAP devant les contrôleurs, assez loin de « la commande politique initiale » qui avait paru ĐoŶsidĠƌeƌ Ƌue l͛uƌgeŶĐe Ġtait de sĠpaƌeƌ les peƌsoŶŶes dĠteŶues ĐoŶsidĠƌĠes Đoŵŵe radicalisées dans le but prioritaire de faire barrage au prosélytisme.
C͛est doŶĐ uŶ ŵouveŵeŶt eŶ pƌofoŶdeuƌ Ƌui a tƌaveƌsĠ l͛administration pénitentiaire, du sommet àla ďase, aĐĐoŵpagŶĠ d͛uŶ plaŶ de foƌŵatioŶ ĐoŶsĠƋueŶt, et d͛iŵpoƌtaŶts recrutements, parmi lesquels une création : les treize « binômes de soutien », composés ĐhaĐuŶ d͛uŶ ĠduĐateuƌ et d͛uŶ psychologue chargés de compléter le travail des équipes existantes pour le repérage et la prise en charge des publics ciblés.
D͛iŵpoƌtaŶts ďudgets oŶt ĠtĠ dĠgagĠs, pouƌ le foŶĐtioŶŶeŵeŶt et la ƌeĐheƌĐhe: 31,6 millionsd͛euƌos d͛autoƌisatioŶ d͛eŶgageŵeŶt et29,1 millionsd͛euƌos de ĐƌĠdits de paiement ont été alloués en 2015. Ils doivent être consacrés aux actions de réinsertion, à la formation (1 500 personnes formées en 2015), aux aménagements immobiliers et à la sĠĐuƌisatioŶ des loĐaudž, au ƌeĐƌuteŵeŶt d͛eŵles binômes deplois nouveaux, comme « soutien », « les investigateurs numériques », « les analystes veilleurs ».
Des « recherches-action» soŶt eŶ Đouƌs ou eŶ voie d͛ġtƌelancées :
-
au centre pénitentiaire de Fresnes et àla ŵaisoŶ d͛aƌƌġt deVillepinte (Ile-de-France), une recherche-action concerne des personnes détenues incarcérées pour faits de terrorisme, autour des questions de réhabilitation psychologique sociale et religieuse ;
Contrôleur général des lieux de privation de liberté - 7 juin 2016
5
-
-
-
Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016: L’ouveƌtuƌe des uŶitĠs dĠdiĠes
daŶs le ‘hôŶe, l͛Isğƌe et les Alpes Maƌitiŵes, uŶe ƌeĐheƌĐhe-action en milieu ouvert a pour objectif de mieux repérer et développer les prises en charge adaptées ; pour les mineurs incarcérés àla ŵaisoŶ d͛aƌƌġt de Fleury-Mérogis et à établissement pour mineurs (EPM) de Lavaur (Tarn) un opérateur est recherché pour le repérage et le développement de la prévention ; uŶ ŵaƌĐhĠ Ġtait eŶ Đouƌs de ƌĠdaĐtioŶ au ŵoŵeŶt de l͛ĠĐƌituƌe de Đe ƌappoƌt à destination des moyennes et longues peines pour développer à grande échelle des programmes de prévention, qui pourraient se dérouler au centre pénitentiaire Sud-francilien de Réau (Ile-de-France) et peut-être au centre de détention de Châteaudun (Eure-et-Loir).
Ϯ/ Mais Đ͛est la ƌeĐheƌĐhe-actionlancée avant les attentatssur « la détection et la prise en charge de la radicalisation religieuse des personnes détenues en milieu carcéral », menée paƌ l͛AssoĐiatioŶ fƌaŶçaise des viĐtiŵes de teƌƌoƌisŵe ;AfVTͿ et l͛assoĐiatioŶ «Dialogues citoyens » à Osny et Fleury-Mérogis, de janvier 2015 à mars 2016 qui a permis à l͛adŵiŶistƌatioŶ pĠŶiteŶtiaiƌe d͛avaŶĐeƌ eŶ pƌofoŶdeuƌ daŶs la ĐoŵpƌĠheŶsioŶ du phénomène et dans la recherche de méthodes adaptées. Bénéficiant de la bonne connaissance du milieu pénitentiaire de la directrice du projet, la sociologue Ouisa Kies, qui a longtemps participé aux travaux de M. Khosrokhavar, cette recherche-aĐtioŶ a fait l͛oďjet d͛uŶ ƌappoƌt fiŶal ƌeŵis eŶ avƌil ϮϬϭϲ à laDAP.
La dĠŵaƌĐhe s͛est voulue «opérationnelle », est-il exposé dans ce rapport, c'est-à-dire que Đe tƌavail Ŷ͛Ġtait pas seuleŵeŶt destiné à faire avancer la connaissance, mais devait déboucher sur la mise au point de pratiques destinées ensuite à être transmises à administration pénitentiaire (AP), dans le cadre de méthodes de détection et de programmes de prise en charge à venir.
Les chercheurs définissent ainsi « la radicalisation » : « un processus par lequel des individus ou des gƌoupes adopteŶt uŶe foƌŵe violeŶte d͛aĐtioŶ diƌeĐteŵeŶt liĠe à uŶe idĠologie extrémiste à contenu politique, social ou religieux visant à remettre en questioŶ l͛oƌdƌe établi ».
Le pƌiŶĐipe d͛uŶe dĠŵaƌĐhe ŵultidisĐipliŶaiƌe a ĠtĠ dĠĐidĠ, à la ƌeĐheƌĐhe d͛uŶe ligŶe d͛edžpliĐatioŶ «religieuse, psychologique, sociale et culturelle », «loiŶ d͛uŶe appƌoĐhe Ƌui Ŷe seraitin fine«sécuritaire ».  que Nous Ŷ͛avioŶspour objectif de mettre en place un pas "traitement de la radicalisation"Đaƌ Ŷous Ŷ͛estiŵoŶs pas Ƌu͛il s͛agisse d͛uŶe ŵaladie, explique le rapport. Notre objectif premier était de faire travailler les différents professionnels des prisons, les aumônierset la soĐiĠtĠ Đivile eŶseŵďle, eŶsuite il s͛agissait de ƌeŶfoƌĐeƌ la ĐoŶfiaŶĐe de l͛iŶdividu daŶs le sLJstğŵe, de susĐiteƌ le dĠsiƌ de se ƌĠiŶsĠƌeƌ daŶs le tissu social et de renoncer aux méthodes incompatibles avec la démocratie : le mettre en condition de renoncer à la violence ».
Contrôleur général des lieux de privation de liberté - 7 juin 2016
6
Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016: L’ouveƌtuƌe des uŶitĠs dĠdiĠes
UŶ loŶg tƌavail a d͛aďoƌd ĠtĠ fait aveĐ le peƌsoŶŶel des ĠtaďlisseŵeŶts pĠŶiteŶtiaiƌes. Puis quatregƌoupes d͛uŶe douzaiŶe depersonnes détenues ont participé pendant plusieurs semaines à des séances, individuelles comme collectives. Les groupes étaient constitués de façon hétérogène, sur la base du volontariat, et comprenaient des « leaders positifs ». La démarche a consisté à « aller vers les personnes détenues », a expliqué Ouisa Kies, « à travailler avec elles sur leur parcours de violence », « à créer des brèches dans leurs discours », « non pas à les convaincre, mais à fragiliser leurs certitudes ».
Quatre-vingt personnes détenues ont été rencontrées et cinquante-et-une accompagnées, après avoir signé «uŶe Đhaƌte d͛eŶgageŵeŶt» où le paƌtiĐipaŶt aĐĐepte d͛ġtƌe pƌĠseŶt tout au loŶg du pƌogƌaŵŵe, d͛eŶ ƌespeĐteƌ les hoƌaiƌes et les ŵĠdiateuƌs et de «profiter de cet espace de liberté » sans contrevenir au règlement intérieur. De nombreux intervenants extérieurs (magistrats, chercheurs, anciens condamnés pour faits de terrorisme, victimes de terrorisme...) ont participé à des réunions collectives qui se sont passées sans incident notable et ont le plus souvent suscité un vif intérêt de la part des personnes détenues. Selon les termes du rapport, «la veƌďalisatioŶ du seŶtiŵeŶt d͛edžĐlusioŶ et de ƌage, aiŶsi Ƌue l͛ĠĐhaŶge aveĐ des iŶteƌveŶaŶts ĐoŵpĠteŶts, oŶt aiŶsi peƌŵis à ĐeƌtaiŶes personnes détenues de sortir graduellement de leur vision figée, souvent faite de certitudes "victimaires" et "complotistes", laissant ainsi la place à un travail sur le parcours individuel, faŵilial et/ou pƌofessioŶŶel, eŶ vue d͛uŶe ƌĠiŶseƌtioŶ daŶs la soĐiĠtĠ. Il a aŵeŶĠ d͛autƌes à laisser tomber les masques de la dissimulation ».
Ces travaux ont permis de dégager un certain nombre de profils :
--
----
le salafiste dit « piétiste »,Ƌui Ŷ͛est pas adepte de la violeŶĐe; le « vulnérable »,à la ƌeĐheƌĐhe d͛uŶe pƌoteĐtioŶ, ŶotaŵŵeŶt Đeudž iŵpliƋuĠs daŶs desaffaiƌes de ŵœuƌs; le « radical », « fragile psychologiquement » et convaincu ; le « radical rationnel », poƌteuƌ d͛uŶeidéologie politico-religieuse assumée ; le « manipulateur », usant de lataqqiya, la dissimulation ; le « djihadiste », de retour de zone de conflit, convaincu ou déçu.
Cette ƌeĐheƌĐhe a aussi ĐoŶtƌiďuĠ à l͛ĠlaďoƌatioŶ des Ŷouvelles gƌilles de dĠteĐtioŶ testĠes du 15 avril au 30 juin 2016.
PƌĠĐoŶisĠ paƌ Đette ƌeĐheƌĐhe, le pƌiŶĐipe d͛uŶe ĐoŵŵissioŶ pluƌidisĐipliŶaiƌe uŶique (CPU) consacrée aux personnes détenues radicalisées a été adopté et mis en place.
3/ Le 10 février 2016, la DAP transmettait aux directeurs interrégionaux des services pénitentiaires un document-cadre qui précisait dans le détail la «doĐtƌiŶe d͛eŵplodesi » UD.
L͛ĠvolutioŶ de Đette doĐtƌiŶe LJ est seŶsiďle. EŶ ϮϬϭϱ, daŶs sa ƌĠpoŶse au ƌappoƌt du CGLPL, la ministre de la justice expliquait que les personnes écrouées pour des faits de terrorisme
Contrôleur général des lieux de privation de liberté - 7 juin 2016
7
Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016: L’ouveƌtuƌe des uŶitĠs dĠdiĠes
liĠ à l͛islaŵisŵe ƌadiĐal seƌaieŶt «principalement » dirigées vers les UD, mais que « les personnes repérées comme radicalisées et prônant une action violente, mais qui ne seraient pas incarcérées pour des faits de terrorisme » pourraient aussi y être affectées. Lors des visites du CGLPL, les personnes détenues écrouées pour des faits de terrorisme étaient le seul public concerné pour le moment. Les critères qui ont conduit à affecter telle personne dĠteŶue plutôt Ƌu͛uŶe autƌe Ŷ͛oŶt pas ĠtĠ edžpliƋuĠs audž ĐoŶtƌôleuƌs.
En cas de « suspicion de radicalisation ou de radicalisation avérée», le transfert de personnes écrouées pour des faits de droit commun «daŶs l͛uŶ des ĠtaďlisseŵeŶts ĐoŵpƌeŶaŶt uŶe uŶitĠ d͛ĠvaluatioŶ» pourrait être « sollicité ».
Cette possibilité de «seĐoŶde voie d͛eŶtƌĠe» dans lesUD Ŷ͛avait jamais été utilisée.
Un autre point a connu une évolution significative : la ministre précisait en 2015 que l͛affeĐtatioŶ à OsŶLJ et FleuƌLJ-Mérogis se ferait sur la base du volontariat. En 2016, cette notion de volontariat a tout à fait disparu. S͛il LJ a une recherche «d͛adhĠsioŶ», selon les tĠŵoigŶages ƌeĐueillis, elle Ŷe paƌaît edžisteƌ Ƌu͛apƌğs le plaĐeŵeŶt eŶ UD.
Réservées aux hommes majeurs, prévenus ou condamnés (ni les femmes ni les mineurs ne sont concernés), cesUD, où l͛eŶĐelluleŵeŶt iŶdividuel est la règle, comptent 117 places :
----
à FƌesŶes, l͛UD ;tƌaŶsfoƌŵĠe eŶ uŶitĠ d͛ĠvaluatioŶͿ Ġtait pƌĠvue pouƌ Ϯϲ plaĐes; à Fleury-Mérogis, 2 UD de 20 places ; à Osny, 1 UD de 23 places ; à Lille-AŶŶœulliŶ, ϭ UD de Ϯϴ plaĐes.
L͛affeĐtatioŶ eŶ UD iŵpliƋue «un encellulement individuel, « automatiquement » de manière à respecter le principe de séparation des prévenus et des condamnés, mais aussi à peƌŵettƌe l͛iŶtƌospeĐtioŶ et la liďeƌtĠ iŶdividuelle faĐe à la pƌessioŶ du gƌoupe», précise la note.
Aux yeux de la DAP, le régime de détention des personnes placées en UD est « ordinaire », elles auraient « autant que possible accès aux mêmes activités » que les autres ; il ne s͛agiƌait eŶ auĐuŶe ŵaŶiğƌe d͛isoleŵeŶt. Mġŵe si Đes peƌsoŶŶes devƌaieŶt «autant que possible être séparées des autres ».
DaŶs les uŶitĠs d’ĠvaluatioŶ, il s͛agit d͛Ġtaďliƌ «l͛edžisteŶĐe d͛uŶ ƌisƋue de passage à l͛aĐte violent fondé sur un motif extrémiste religieux, ainsi que le niveau de radicalité, d͛iŵpƌĠgŶatioŶ ƌeligieuse et d͛iŶflueŶĐe, pour savoir quel est le risque de nuisance en détention ordinaire en termes de prosélytisme et de contrainte sur les autre personnes détenues ». La durée de séjour est en principe de huit semaines. La synthèse des évaluations, discutée en CPU, est considérée comme « de nature administrative » ; elle « a vocation » à être transmise à la direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP), à
Contrôleur général des lieux de privation de liberté - 7 juin 2016
8
Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016: L’ouveƌtuƌe des uŶitĠs dĠdiĠes
la DAP, aux autorités judiciaires et à la personne détenue « à sa demande », avant son transfert.
Dans les unités de prise en charge,l͛affeĐtatioŶ est liĠeau degƌĠ d͛aŶĐƌage de la peƌsoŶŶe détenuedans un processus de radicalisation.Ainsi, pourront être affectées à la maison d͛aƌƌġtd͛OsŶLJ ou de FleuƌLJ-Mérogis « les personnes détenues accessibles à une remise en question ». A Lille-AŶŶœulliŶ, seƌaieŶt diƌigĠes «les personnes les plus opposantes à toute prise en charge », en raison des « conditions de sécurité optimales » des locaux, ancien quartier de maison centrale.
Dans sa note du 10 février 2016, la DAPĐoŶsidğƌe Ƌue Đette optioŶ peƌŵet d͛offƌiƌ uŶe alteƌŶative à uŶe affeĐtatioŶ daŶs les Ƌuaƌtieƌs d͛isoleŵeŶt de la ƌĠgioŶparisienne.
Les personnes détenues « les plus dangereuses pour lesquelles tout regroupement présenterait des risques pour la sécurité publique», ĐoŶtiŶueƌoŶt, elles, d͛ġtƌe soit dispersées, soit isolées.
Le pƌiŶĐipe est l͛eŶtƌĠe et la soƌtie ƌĠguliğƌes des uŶitĠs et ŶoŶ le foŶĐtioŶŶeŵeŶt eŶ « sessions», Đoŵŵe Đ͛est le ĐasdaŶs les ĐeŶtƌes ŶatioŶaudž d͛ĠvaluatioŶ(CNE). Le maintien en uŶitĠ d͛ĠvaluatioŶ Ŷe pouƌƌaexception, se prolonger au-delà de huit semaines à« sauf Đoŵpteƌ de la date d͛aƌƌivĠe daŶs l͛uŶitĠ». Le séjour en UD de prise en charge ne pourra « sauf exception, se prolonger au-delà de six mois ».
La synthèse des avis seralà aussi tƌaŶsŵise au ŵagistƌat ĐoŵpĠteŶt ;juge d͛iŶstƌuĐtioŶ ou juge d͛appliĐatioŶ des peiŶes).
La noteƌeĐoŶŶaît Ƌu͛il peut edžisteƌcertaines spécificités, notamment pour les fouilles : « Un régime exorbitant de fouille peut néanmoins être valablement mis eŶ œuvƌe s͛agissaŶt des peƌsoŶŶes dĠteŶues affeĐtĠes à l͛UD, dğs loƌs Ƌue Đe ƌĠgiŵe, Ƌui doit ƌespeĐteƌ les Đƌitğƌes de ŶĠĐessitĠ et de pƌopoƌtioŶŶalitĠ posĠes paƌ la loi, est justifiĠ paƌ l͛edžisteŶĐe de suspiĐioŶs fondées sur le comportement de la personne détenue, ses agissements antérieurs ou les circonstances de ses contacts avec des tiers. Un tel régime doit cependant être limité dans le teŵps ;…Ϳ UŶ edžaŵeŶ tƌiŵestƌiel seŵďle aiŶsi ĐoŶstitueƌ uŶe ďoŶŶe pƌatiƋue».
Apƌğs le passage eŶ UD d͛ĠvaluatioŶ, la personne détenue peut être soit affectée dans une UD de pƌise eŶ Đhaƌge, soit ƌeŵise eŶ dĠteŶtioŶ oƌdiŶaiƌe, soit plaĐĠe à l͛isoleŵeŶt.
1 4/ Le 3 juin 2016, la création des UD a été encadrée par la loi. L͛aƌtiĐle ϳϮϲ-2 du code de pƌoĐĠduƌe pĠŶale pƌĠvoit Ƌue la dĠĐisioŶ d͛affeĐtatioŶ au seiŶ d͛uŶe UD «peut faiƌe l͛oďjet d͛uŶ ƌeĐouƌs devaŶt le jugeadministratif ».
1 Loi n°2016-731 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement et améliorant l͛effiĐaĐitĠ et les gaƌaŶties de la pƌoĐĠduƌe pĠŶale.
Contrôleur général des lieux de privation de liberté - 7 juin 2016
9
Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016: L’ouveƌtuƌe des uŶitĠs dĠdiĠes
3. La visite des cinq unités dédiées er Les visites des contrôleurs dans les UD se sont échelonnées du 1 mars au 20 avril 2016. Ils ont rencontré la quasi-totalité des 64 personnes qui y étaient détenues et qui occupaient un peu plus de la moitié des places prévues.
Le CGLPL s͛est attaĐhĠ à dĠĐƌiƌeprécisément dans chacun des quatre établissements concernés, l'organisation et le fonctionnement de ces unités.
3.1.L’UD de FresnesLe ĐeŶtƌe pĠŶiteŶtiaiƌe de FƌesŶes a offiĐielleŵeŶt ŵis eŶ seƌviĐe uŶe uŶitĠ d͛ĠvaluatioŶ le Ϯϱ jaŶvieƌ ϮϬϭϲ ;l͛uŶitĠ de pƌĠveŶtioŶ du pƌosĠlLJtisŵe dite UϮP avaitmi-octobre ouvert ϮϬϭϰͿ, doŶt la ĐapaĐitĠ d͛aĐĐueil est de Ϯϲ plaĐes; 24 personnes y étaient affectées lors de la er visite des contrôleurs du 1 au 4 mars 2016.
Si la capacité de 26 places correspond à la norme définie dans la note de la directrice de l͛adŵiŶistƌatioŶ pĠŶiteŶtiaiƌe du ϭϬ fĠvƌieƌ ϮϬϭϲ, le Đhef d͛ĠtaďlisseŵeŶt a ĠteŶdu le dispositif à deux autres secteurs et a ainsi porté la capacité totale des UD à 50 places.
Effectifs et profils
Le 2 mars 2016, la plupart des « personnes radicalisées par l͛islam » (PRI), selon la terminologie utilisée localement, c'est-à-dire des personnes impliquées dans des infractions liées à une entreprise terroriste islamiste (34), se trouvaient au sein des différents secteurs de l͛UD (cf.infra).
Le centre pénitentiaire de Fresnes comptait, par ailleurs 5 autres personnes, toutes ŵajeuƌes, Ƌui ĠtaieŶt aloƌs plaĐĠes ailleuƌs Ƌu͛eŶ2 au quartier des femmes, 2 en UD : deuxième divisionl͛uŶe daŶs le seĐteuƌ des dĠteŶus paƌtiĐuliğƌeŵeŶt suƌveillĠs ;DPSͿ, e l͛autƌe eŶ dĠtention ordinaire, la 5haďituelleŵeŶt plaĐĠe à l͛isoleŵeŶt – à l͛ĠtaďlisseŵeŶt puďliĐ de saŶtĠ ŶatioŶal de FƌesŶes ;EPSNFͿ.
Les peƌsoŶŶes dĠteŶues à l͛UD sont jeunes : 24 ont moins de 30 ans (11 moins de 25 ans), la plus jeuŶe aLJaŶt ϭϵ aŶs, le plus âgĠ, ϰϵ aŶs. La plupaƌt d͛eŶtƌeelles (21) sont célibataires et sans enfant (22).
Toutes (sauf une) ont la nationalité française.
Pour une forte majorité, ces personnes sont domiciliées en province (21), voire dans un dépaƌteŵeŶt d͛outƌe-ŵeƌ pouƌ l͛uŶe d͛eŶtƌe elles: 4 de la région lyonnaise, 3 du Loiret, 2 de Haute-GaƌoŶŶe, Ϯ de l͛HĠƌault, Ϯ du TaƌŶ, Ϯ des Alpes-Maritimes, 1 du Finistère, 1 de Meurthe-et-Moselle, 1 du Bas-Rhin, 1 du Gard, 1 de Savoie. Les autres sont domiciliées en région parisienne (10) ou déclarées sans domicile fixe (3).
Contrôleur général des lieux de privation de liberté - 7 juin 2016
10
Radicalisation islamiste en milieu carcéral 2016: L’ouveƌtuƌe des uŶitĠs dĠdiĠes
UŶe gƌaŶde ŵajoƌitĠ d͛eŶtƌeelles (23) est incarcérée pour la première fois, la fiche pénale Ŷe doŶŶaŶt pas d͛iŶdiĐatioŶ daŶs ϵ Đas. Leuƌ date d͛iŶĐaƌĐĠƌatioŶ s͛ĠĐheloŶŶe eŶtƌe ϮϬϭϯ (3), 2014 (8), 2015 (12) et 2016 (11).
Toutes le sont pour des faits de participation à une association de malfaiteurs en vue de la pƌĠpaƌatioŶ d͛uŶ aĐte de teƌƌoƌisŵe: 30 sont prévenues (26 en procédure correctionnelle, 4 en procédure criminelle ; 2 sont condamnées pour des faits correctionnels ; 2 ont des dossiers dans lesquels elles sont prévenues et condamnées.
Le ŵaŶdat de dĠpôt iŶdiƋue pouƌ ϵ d͛eŶtƌeelles un séjour dans un pays du Proche-Orient et pour 10 autres un projet de départ.
L͛oƌgaŶisatioŶ del͛UD
L͛UD Ŷ͛est pasimplantéedaŶs uŶ Ƌuaƌtieƌ spĠĐifiƋue et à l͛ĠĐaƌt du ƌeste de la dĠteŶtioŶ. Elle est positionnée au sein de la première division, dont elle occupe la moitié des cellules du premier étage, cellules disposées dans chacune des deux ailes (sud et nord) du côté des ŶuŵĠƌos iŵpaiƌs ;feŶġtƌes oƌieŶtĠes ĐôtĠ poƌte d͛eŶtƌĠeͿ.
DaŶs l͛aile sud, l͛UD se situe eŶ faĐe du Ƌuaƌtieƌ d͛isoleŵeŶt et des Đellules ƌĠseƌvĠes audž personnes à protéger, du fait de leur profession antérieure (fonctionnaires) ou de la médiatisation de leur affaire; les Đellules de l͛UD daŶs l͛aile Ŷoƌd soŶt voisiŶes de Đelles réservées aux arrivants et aux travailleurs du service général.
Il Ŷ͛edžiste pas de voie d͛aĐĐğs et de ĐiƌĐulatioŶs spĠĐifiƋues à l͛UD.
Les 50 places (34 présents) sont ainsi réparties :
---
Ϯϲ plaĐes, oĐĐupĠes iŶdividuelleŵeŶt, daŶs les Đellules de l͛aile sud, Ƌui ĐoŶstitueŶt UDd͛ĠvaluatioŶ de FƌesŶes ;UDEFͿ, dĠŶoŵŵĠ jusƋu͛eŶ jaŶvieƌ ϮϬϭϲ «unité de prévention du prosélytisme » (U2P). Le 2 mars 2016, 24 personnes y étaient placées ; ϭϴ plaĐes, daŶs ϵ Đellules de l͛aile Ŷoƌd foƌŵaŶt l͛UϮP-SAS, «seĐteuƌ d͛aƌƌivĠe et de sortie », dans laquelle 6 personnes se trouvaient le 2 mars 2016. Les critères d͛affeĐtatioŶ daŶs Đette uŶitĠ Ŷe soŶt edžpliĐitĠs daŶs auĐuŶ dselon lesocument ; indications recueillies, y sont provisoirement placées les personnes avant de ƌejoiŶdƌe l͛uŶitĠ d͛ĠvaluatioŶ et Đelles devaŶt ġtƌe tƌaŶsfĠƌĠes daŶs uŶ autƌe ĠtaďlisseŵeŶt au teƌŵe du pƌoĐessus d͛ĠvaluatioŶ. Ce tLJpe de seĐteuƌ Ŷ͛edžiste pas à Fleury-MĠƌogis où se tƌouve l͛autƌe uŶitĠ d͛ĠvaluatioŶ; ϲ plaĐes, daŶs ϯ autƌes Đellules situĠes à l͛edžtƌĠŵitĠ de l͛aile Ŷoƌd, Ƌui ĐoŶstitueŶt l͛UϮP-NG, « nouvelle génération». Le Ϯ ŵaƌs ϮϬϭϲ, les ϰ peƌsoŶŶes s͛LJ tƌouvaieŶt eŶ raison de leur participation volontaire à une « recherche-action », largement perçue par le personnel comme un programme de prise en charge.
Les cellulessont identiques aux autres cellules de la détention ; elles présentent les mêmes caractéristiques de saleté et de vétusté, dont se sont plaintes la plupart des personnes
Contrôleur général des lieux de privation de liberté - 7 juin 2016
11
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents