NOTE DE CONJONCTurE TrIMESTrIELLE DE L’APEC
 45
 IntentIons  e recrutements e cadres : entre rudence et reprIse e confIance –
Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs intentions de recrutements de cadres : près d’une entreprise sur deux a l’intention d’embaucher un cadre au quatrième trimestre 2013, une proportion stable par rapport au dernier trimestre 2012. Mais, selon Jean-Marie Marx, directeur général de l’Apec « Tout laisse penser qu’elles seront plus nombreuses que l’an passé  transformer ces intentions en embauches car 76% d’entre elles affirment être certaines de recruter. La confiance des entreprises semble donc se restaurer peu  peu dans un contexte économique plus favorable. Cette amélioration devrait profiter  tous les niveaux d’expérience, notamment aux jeunes diplômés. Pour preuve, 45% des entreprises déclarent envisager de recruter des débutants durant le dernier trimestre de l’année sur des postes cadres, soit 10 points de plus qu’au dernier trimestre 2012. »   La conjoncture économIque+1point s’écLaIrcIt Légèrement en un an de L’activité économique française a, contre toute attente,La proportIon connu un rebond au deuxième trimestre 2013 avec uned’entreprIses de pLus croissance du PIB de +0,5 %. Aussi, dans sa note de conjoncture d’octobre 2013, l’Insee a revu à la hausse sesde 100 saLarIés ayant prévisions annuelles : malgré l’anticipation d’une stabilitérecruté au moIns un  au troisième trimestre, le PIB progresserait en moyennecadre au 3etrImestre annuelle de +0,2 % en 2013, porté notamment par une
reprise au quatrième trimestre (+0,4 %). Ces perspectives un peu plus optimistes devraient avoir un effet d’entrai-nement sur les dépenses d’investissement des entreprises, qui se sont stabilisées au deuxième trimestre 2013 et devraient légèrement croitre au second semestre. Dans ce contexte, l’emploi marchand devrait voir sa contraction ralentir, après de fortes destructions au deuxième tri-mestre (-35 000). Aux troisième et quatrième trimestres,
les destructions d’emploi devraient s’élever à -24 000 et -7 000, selon l’Insee. Au final, selon les dernières prévi-sions de l’Unédic, l’année 2013 se terminerait avec 85 400 destructions d’emploi affilié à l’Assurance chô-mage. Néanmoins, sous l’effet des contrats aidés dans le secteur non marchand, l’emploi total pourrait progresser au second semestre. Mais cela ne suffira pas à faire recu-ler le taux de chômage, qui, au mieux, se stabilisera à haut niveau à la fin de l’année, autour de 11 %, après 10,9 % au deuxième trimestre 2013 (10,5 % en France métropo-litaine). Fin août 2013, 284 800 cadres étaient inscrits à Pôle emploi, soit une augmentation de 6,8 % en un an, équivalente à celle observée pour l’ensemble des inscrits (+6,7 %).
maIs, Leur sItuatIon est toujours jugée dégradée par Les entreprIses Interrogées
Les entreprises interrogées par l’Apec en septembre 2013 pour son baromètre trimestriel sont toujours plus nom-breuses à déclarer que leur situation économique s’est dégradée depuis un an que celles qui jugent qu’elle s’est améliorée : 23 % contre 18 %. Néanmoins, elles sont cette année moins pessimistes qu’il y a un an, puisqu’elles sont moins nombreuses à juger leur situation dégradée (4 points de moins) et plus nombreuses à déclarer que leur situation économique s’est améliorée (3 points de plus).
La proportIon d’entreprIses recrutant des cadres est staBLe
Dans ce climat attentiste, 55 % des entreprises de plus de 100 salariés interrogées pour le baromètre trimestriel de l’Apec ont recruté au moins un cadre au cours du troi-sième trimestre 2013, à un niveau comparable à celui du troisième trimestre 2012. Néanmoins, les évolutions sont
Bilan et perspectives de recrutement / ensemble des secteurs(en %)
60
50
40
57%55%
3e trimestre 2011
53%
4e trimestre
54%55% 54%
%
1er trimestre 2012
%
2e trimestre
%
3e trimestre
56%
53%
49% 49%
4e1er trimestre trimestre 2013
ENTREPRISES AYANT RECRUTÉ AU MOINS UN CADRE
ENTREPRISES PRÉVOYANT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE
53%55%
%
2e trimestre
%
3e trimestre
49%
4e trimestre
différentes selon les secteurs. Les entreprises de l’informa-tique, ducommerce-transportset dumédico-socialsont plus nombreuses qu’il y a un an à déclarer avoir embauché au moins un cadre au troisième trimestre 2013, respecti-vement +9 points, +9 points et +10 points. En revanche, l’industrie, laconstruction et labanque-assurance af-fichent une baisse de -4 points de la proportion d’entre-prises ayant recruté au moins un cadre au troisième tri-mestre 2013. Notons que les entreprises ont fait montre d’un excès de prudence, voire de pessimisme, lors du baro-mètre précédent, puisque les réalisations du troisième trimestre 2013 sont supérieures aux intentions déclarées alors, et ce, quel que soit le secteur. Parmi les entreprises qui ont recruté des cadres au troi-sième trimestre 2013, elles sont plus nombreuses à décla-rer un volume de recrutements en augmentation (31 % contre 25 % il y a un an). Mais, elles restent majoritaire-ment plus nombreuses à déclarer un volume d’embauches en recul, et cette proportion a progressé en un an (36 % contre 33 %). C’est dansl’ingénierie-R&Dque la situation est la plus dégradée, avec près de la moitié des entreprises ayant recruté qui déclarent un volume d’embauches plus faible qu’il y a un an. Les remplacements restent le moteur des recrutements : plus de la moitié des entreprises qui ont recruté au troi-sième trimestre 2013 (54 %) l’ont fait essentiellement pour pourvoir des postes vacants suite à des départs. Et dans 23 % des cas seulement, les recrutements sont dus au développement de l’activité. La situation est stable du côté des offres confiées à l’Apec. En effet, au troisième trimestre 2013, ce sont un peu plus de 150 000 offres qui ont été publiées par l’Apec, soit un léger repli (-1 %) par rapport au troisième trimestre 2012.
Les prévIsIons des entreprIses sont mIeux orIentées
Les entreprises interrogées sont aussi nombreuses qu’il y a un an à envisager de recruter au moins un cadre au quatrième trimestre 2013 (49%). Néanmoins, elles sont plus nombreuses à être certaines de transformer ces inten-tions en recrutements (76%), et cela pourrait se traduire au final par davantage de réalisations qu’il y a un an à la même période. Elles sont aussi nettement plus nom-breuses à envisager de recruter des jeunes diplômés sur des postes cadres (+10 points à 45% d’intentions). Comme pour les recrutements réalisés, la tendance est contrastée selon les secteurs. Tout en se maintenant à un haut niveau, les intentions de recrutement au quatrième trimestre 2013 sont en recul dans lesactivités informa-tiques(-4 points) et l’ingénierie-R&D(-5 points). En re-vanche, elles enregistrent une forte augmentation, +16 points, dans lemédico-socialoù 57 % des entreprises envisagent de recruter au moins un cadre le trimestre prochain. 
2
 
80
60 40
20
  37%   3e trimestre  2012  
100
 
 
 Banque & assurance Le secteur de labanque-assuranceconnaît un sérieux fléchissement de ses intentions de recrutement. 61% des entreprises de ce secteur prévoient de recruter au moins un cadre au cours du quatrième trimestre 2013, soit 9 points de moins qu’à la même période l’an passé. La proportion d’entreprises qui ont embauché des cadres au troisième trimestre 2013 est en baisse de 4 points par rapport au troisième trimestre 2012.
 
Baromètre de recrutement cadres
 constructIon La situation se dégrade pour le secteur de laconstruc-tiondes entreprises ont recruté au moins un cadre. 50% au troisième trimestre 2013, en baisse de 4 points en un an. Les prévisions de recrutement pour le quatrième tri-mestre 2013 chutent de 7 points par rapport au qua-trième trimestre 2012.
60
 commerce & transports Le secteur ducommerceet destransportsconnaît une dynamique favorable. Les réalisations de recrutements gagnent 9 points en un an et les prévisions de recrute-ment affichent une légère hausse. Le but premier des recrutements dans ce secteur reste la gestion du turn-over.
80
 %   %    3e trimestre    
  72% %   
 
 
40
   % 2e trimest re     
 3e trimestre 2012  
20
  
61%     4e trimestre  
   37%   4e trimestre   
   2e trimestre  
%  71%  
  3e trimestre
 
3
 
 
 
      44%   
 IndustrIe L’emploi cadre dans l’industriereste orienté à la baisse. Seules 53 % des entreprises industrielles interrogées ont recruté au moins un cadre au troisième trimestre 2013, soit une baisse de 4 points par rapport au troisième tri-mestre 2012. Les intentions de recrutements pour le quatrième trimestre 2013 connaissent également une nette diminution (-6 points).
 
  %  
3e trimestre
4e trimestre
ces ar s teur   
       50%  
     %  
     %  
 20 3e trimestre 2012
 4e trimestre
100  80   6057%  40
ten
1er trimestre 2013
 
    50%  %   3e trimestre
2e trimestre
   43%    4e trimestre
 
 
 
     34%   4e trimestre     
  
  4e trimestre  
 70%  
    1er trimestre 2013  
 
 ENTREPRIS ES AYANT RECRUT É AU MOINS UN CA DRE ENTREPRISES PRÉVOYANT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE      
  48 %      %  1ertrimestre   2013     76%   70%   
 
     50%    4e trimestre
 
  %   38%  1er trimestr e 2013  
 
 
  
  54%    3e trimestre 2012  
20
60 40
80
100
 
100
      %   2e trimestre
 
 
      76%  
 
 
1er trimestre 2013     87%
   
 
    88% 86%   
4e trimestre
%   
 
80
 
86%  
60
100
  %  
  
 
84%
 
 
 
 
 
   
 
 
       8 5% 83%   
 
 
 
 
40
 
 
40
 20 3e trimestre 2012  
1er trimestre 2013  
 
4e trimestre  
 
   79%   
 
 
 
4e trimestre
100
 
  84%  
 
100
3e trimestre 2012  
20
 
2e trimestre  
% %
 
 
 %
 
 
8084%
 
60  
3e trimestre  
     %   2e trimestre   
 
  53%   %     3etrimestre    
 
 
 
 
 53%     4e trimestre  
    45%    4e trimestre     
 
 49%    44%
   1er trimestre 2013  
  
 
 
 
 
 
3e trimestre
 
 
 
 
4e trimestre
 conseILs & servIces  aux entreprIses Le secteur duconseil et services aux entreprises se re-dresse. 53% des entreprises ont recruté au moins un cadre au troisième trimestre 2013, soit une légère hausse de 2 points par rapport au troisième trimestre 2012. Par ailleurs, les entreprises sont plus optimistes qu’un an auparavant : les prévisions de recrutement augmentent de 8 points par rapport à la même période l’année der -nière.
 
 actIvItés InformatIques Le secteur desactivités informatiquesse maintient à haut niveau. En effet, 93% des entreprises interrogées ont re-cruté au moins un cadre au troisième trimestre 2013, en hausse de 9 points par rapport au troisième trimestre 2012. Les entreprises de ce secteur restent toutefois pru-dentes, avec une baisse de 4 points des prévisions du quatrième trimestre 2013 par rapport au quatrième tri -mestre 2012.
2e trimestre
 
 
 
 60 51% 40    20  3e trimestre 2012   100
80
80
57% %     3e trimest re    
60 54%59% 50%   4047%41%50% %        20  3e trimestre4e trimestre1er trimestr  e2e trimestre  2012 2013        ENTREPRISES AYANT RECRUTÉ A U MOINS UN CADRE ENTREPRISES PRÉVOYANT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE     
  
 57%    4e trimestre   
  
 
 médIco-socIaL Le secteurmédico-social sa dynamique favo- poursuit rable. Les réalisations de recrutements au troisième tri-mestre 2013 gagnent 10 points en un an et les prévi-sions de recrutements sont nettement orientées à la hausse (+16 points). Le turn-over et les départs à la re-traite sont cités comme le motif principal de recrutement par près de 7 entreprises sur 10 qui recrutent.
 IngénIerIe – r&d La situation est contrastée pour le secteur del’ingénierie-R&D. 88% des entreprises de ce secteur ont recruté au moins un cadre au troisième trimestre 2013, soit une hausse de 2 points par rapport à l’an passé. En revanche, les prévisions de recrutement connaissent une baisse de 5 points en un an.
4
 
 
 
voLumes des recrutements
Dans son ensemble, la proportion d’entreprises ayant re-cruté au moins un cadre au troisième trimestre 2013 est quasi stable par rapport à la même période il y a un an
(55% contre 54%). En revanche, les entreprises interrogées sont plus nom-breuses qu’il y a un an à déclarer que leur volume de recru-tement est en augmentation (31% contre 25%). Et cette progression concerne principalement celles déclarant leurs embauches de cadres sont actuellement « plutôt » plus nombreux que l’an passé (+5 points). Néanmoins, la proportion de celles qui déclarent que leurs recrutements sont moins nombreux reste plus élevée (36% contre 31%). Un tiers des entreprises estiment que leur volume d’embauche est stable. La situation est tou-tefois hétérogène selon les secteurs d’activité. Les secteurs duconseil et services aux entrepriseset de la constructionsemblent mieux orientés. Plus du tiers des entreprises qui recrutent déclarent que leur volume d’em-bauches de cadres est plus élevé que l’an passé. La situation est davantage stable dans lemédico-social, plus de moitié des entreprises qui recrutent indiquent que leurs volumes de recrutements de cadres sont actuel-lement identiques par rapport à la même période il y a un an, mais notons qu’elles sont plus nombreuses à recruter et à prévoir de recruter.
Dans l’ingénierie-R&D, lesactivités informatiqueset le commerce-transports, la situation est particulièrement défavorable. En effet, plus de 4 entreprises sur 10 font part d’un volume actuel d’embauches de cadres moins nombreux à celui de l’an passé à la même période. De plus, dans lecommerce-transports, la proportion d’entre-
par rapport à la même priode il y a un an, les recrutements de cadres dans votre entreprise sont-ils actuellement plus ou moins nombreux ? (en % d’entreprises ayant recruté au moins un cadre au 3etrimestre 2013)
Nettement moins nombreux
Plutôt moin nombreu 28 
Nettement plus nombreux 3%
i x %
lutôt lus ombreux 8%
prises déclarant que leur volume de recrutements est plus faible est en forte augmentation (+15 points) par rapport au deuxième trimestre 2013. La situation apparaît également moins bien orientée dans l’industrieet labanque-assurance, avec plus d’un ti ers des entreprises qui font part d’une contraction de leur volume d’embauches de cadres. Néanmoins, on constate que la  proportion d’entreprises déclarant leur volume plus impor -  tant est en forte hausse, respectivement de 19 et 13 points, par rapport au deuxième trimestre 2013.    expLIcatIons avancées par Les entreprIses quI ne recrutent pas    
L’absence de départ est la principale explication donnée par les entreprises qui n’envisagent pas de recruter des cadres au dernier trimestre 2013, à hauteur de 57 % d’entre elles. Cette proportion atteint 67 % dans le sec-teurmédico-social, dont les recrutements sont très majo-ritairement motivés par des remplacements, suivi ducom-merce-transport(66 %). On peut noter le fort recul de la proportion d’entreprises justifiant leur absence d’embauche par le manque de perspectives de développement de l’activité, ce qui peut être le signe d’une amélioration de la situation écono-mique des entreprises. Seules 9 % des entreprises qui ne prévoient aucun recrutement de cadre au dernier trimestre 2013 sont concernées, soit une baisse de 11 points en un an. Dans le secteur de laconstruction, ce motif reste mis en avant par près d’un quart des entreprises. La priorité donnée à la promotion interne est en revanche une raison plus souvent avancée au quatrième trimestre 2013 qu’un an auparavant. Ce sont les entreprises du secteurbanque-assuranceévoquent le plus ce motif pour expliquerqui l’absence d’embauche, à hauteur de 44 % d’entre elles. Enfin, les entreprises sont légèrement moins nombreuses à mettre en avant la mauvaise conjoncture économique comme motif de non-recrutement (13 % contre 15 % un an plus tôt). Ce motif est tout de même avancé par 40 % des entreprises de l’ingénierie-R&D.
 pour quelle raison principale , n’envisagez-vous pas de recruter des cadres ? (en % d’entreprises qui n’ont pas l’intention de recruter au 4etrimestre 2013)
Pas de départs, pas de turn-over Pas de perspectives de développement de l'activité Mauvaise conjoncture économique
Priorité donnée à la promotion interne Autres raisons
0
% 3%
9%
 
20%
15% 13%
18%
20
40
4eTRIMESTRE 2012
 
1% 57%
60
4eTRIMESTRE 2013
80
5
postes proposés
Comme chaque trimestre, les prévisions de recrutement ciblent en priorité des cadres commerciaux. 45 % des
entreprises qui prévoient de recruter des cadres au der -nier trimestre 2013 ont l’intention d’embaucher un cadre de la fonctioncommercial-vente, en légère baisse de 1 point par rapport au quatrième trimestre 2012. Les cadres des fonctionsétudes-R&Dse situent en seconde position des profils les plus recherchés : 30 % des entre-prises prévoient de recruter des cadres de cette fonction
(-3 points en un an). Les cadres ensanté-social-culture sont les seuls à être davantage recherchés au dernier trimestre 2013 qu’un an auparavant (+4 points), à la faveur d’une embellie dans le secteurmédico-social. Ce dernier connaît en effet une forte augmentation des intentions de recrutement sur la même période (+16 points). Les prévisions de recrutement dans les autres fonctions sont quant à elles stables par rapport à l’an passé. 
prvisions de recrutement par fonction(en % d’entreprises qui prévoient de recruter au 4etrimestre 2013)
50
25
0
45%
30%
28%
27%
24%
profILs recHercHés     Pour les recrutements prévus au dernier trimestre 2013, les entreprises se déclarent prêtes à élargir le profil  d’expérience des candidats. Les cadres de 1 à 10 ans d’expérience r estent la cible privilégiée des recruteurs, mais ces derniers sont plus enclins à recruter des jeunes diplômés et cadres de plus de 10 ans d’expérience qu’il y a un an. La proportion d’entreprises qui envisagent de recruter des cadres de 10 à 20 ans d’expérience est en nette progression (+10 points en un an), de même pour les cadres de plus de 20 ans d’expérience (+9 points). La hausse des intentions de recrutement dans le secteur médico-social contribue à cette remontée : 75 % des entreprises de ce secteur qui prévoient de recruter ciblent des cadres de plus de 10 ans d’expérienc e, et 73 % des cadres de plus de 20 ans d’expérience.
Les jeunes diplômés sont également plus visés par les entreprises que l’an passé : 45 % des entreprises envi-sagent d’embaucher des jeunes diplômés pour leurs re-crutements de cadres, soit 10 points de plus qu’au der -nier trimestre 2012. Le secteur de l’informatiquedemeure le plus ouvert à l’embauche de jeunes diplômés directe-ment au statut cadre : 73 % des entreprises de ce sec-teur qui prévoient de recruter envisagent ce profil. 
23%
12%  
12%
 
 
%
7%
 
 
 prvisions de recrutement selon le profil (en % d’entreprises qui prévoient de recruter au 4etrimestre 2013)   100
50
0
45% 35 
78%
4eTRIMESTRE 2012
81%
4eTRIMESTRE 2013
50%
 
35%
 
 
6
 
offres d’empLoI
BILan
Depuis trois trimestres consécutifs, un tassement du volume d’offres confiées à l’Apec est observé, et ce malgré les pratiques de multidiffusion de certains opérateurs à l’origine de la diffusion des offres. En effet, afin
de pallier des difficultés de recrutement ou de se constituer des viviers de candidatures, certains opérateurs multiplient les offres d’emploi, ce qui tend à gonfler artificiellement le volume global. 
évoLutIon des offres par fonctIon
Si le volume d’offres reste quasiment stable, 150 729 offres confiées à l’Apec au troisième trimestre 2013 contre 151 652 le même trimestre en 2012, les variations sont en revanche extrêmement différenciées selon les fonctions,
s’échelonnant de -15 % à +15 %. La fonctioncommercial, marketing(27 % des offres) af-fiche une croissance du volume de ses offres au troisième trimestre 2013 (+7 %), due uniquement au rythme soutenu de la demande pour lescommerciaux(+25 %) et ladirec-tion régionale et d’agence(+29 %). En effet, tous les autres domaines sont en repli, particulièrement lecommerce inter -
offres d’emploi cadre apec
Commercial, marketing
Communication, création Etudes, recherche et développement Gestion, finance, administration Informatique Production industrielle, travaux et chantier
national(-21 %) et ladirection commerciale et marketing ressources humaines (-25 %).Santé, Social, Culture Les offres eninformatique, qui représentent également plusSer chni du quart de l’ensemble des offres, sont à nouveau en replivices te ques au troisième trimestre 2013 (-3 %). Seule l’informatique de gestionvoit son volume d’offre continuer à croitre (+11 %), et dans une moindre mesure ladirection informatique(+7 %). la demande eninformatique industrielle et en informatique w portails internetaffiche un repli important, (respec tivement
3e trimestre 2013 40 351
1 223
22 774 15 190 38 147 10 765 5 548 1 454 13 288
3e  trimestre 2012 37 833
1 374
23 584 14 663
39 435 11 141 4 830 1 380 15 608
évolution
7%
-11%
-3% 4% -3% -3% 15%
5% -15%
ensemBLe150 729 652 151 -1% A l’opposé, -22 %. Le maintien de la demande pour lesprojets scientifiques et tech-eb, sites et niques(+17 %) et laconception, recherche(+5 %), domaines qui drainent -18 % et de forts volumes d’offres, permet de limiter le recul global de la fonction. La contraction du volume des offres de la fonctionservices techniques(9 % ’ensemble de l’ensemble des offres) s’accélère au troisième trimestre 2013 (-15 %), u recul à la sous l’effet du fort recul de la demande enqualité(-30 %),achats(-29 %) s offres de etprocess,méthodes(-24 %). La croissance du volume des offres enmain-tenance,sécurité(+7 %) etlogistique(+1 %) n’est pas assez soutenue emble des pour inverser la tendance. estre 2012. Les fonctionsgestion, finance, administration %)(10 % des offres et +4 test, essai,etressources humaines(4 % des offres et +15 %) affichent toujours une ne et enre- progression certaine. C’est aussi le cas de la fonctionsanté, social, culture - 45 % et (+5 %) quoique à un rythme moins soutenu qu’au trimestre précédent. 
-14 %). La fonctionproduction industrielle, travaux et chantier(7 % de l des offres) affiche une évolution négative (-3 %), consécutive a fois du volume des offres decadres de chantier(-3 %) et de cadres de production industrielle(-7 %). Le volume des offres de la fonctionétudes, R&D(15 % de l’ens offres) est à nouveau en repli, -3 % par rapport au troisième trim Comme aux trimestres précédents, la demande pour le domaine validation, expertiseet lesétudes socio-économiquesest ato gistre de ce fait une forte évolution négative, respectivement
IndIcateur de dIffusIon des offres d’empLoI cadres sur Internet
En repli pour le sixième tri -mestre consécutif, (-16 points par rapport au troisième tri-mestre 2012), l’indice de diffu-sion des offres sur Internet s’établit au troisième trimestre 2013 à 228. Ce sont à nou-veau les fonctionsétudes, re-cherche et développement(-38 points),services techniques (-39 points) etinformatique (-24 points), rejointes ce tri-mestre par laproduction in-dustrielle, travaux et chantier (-24 points), qui affichent les reculs les plus importants. 
Indice trimestriel de diffusion des offres d’emploi cadre sur Internet
310 base 100 au 1ertrimestre 2004
260
210
160
110
60
2007
2008
2009
2010
2011
2012
244
2013
228
7
enquÊte de tensIon
Les candIdatures
Après avoir connu une hausse ininterrompue tout au long de l’année datures par offre sont les plus bas. Elle est suivie de la fonctionétudes-2012, le nombre moyen de candidatures recule pour les offres confiéesR&D, dont les offres génèrent aussi légèrement plus de candidats que à l’Apec au premier trimestre 2013. Le niveau atteint demeure toutefois l’an dernier à la même période (30 contre 27). supérieur à celui du premier trimestre 2012 : une offre confiée à l’Apec Seules les offres ensanté, social, culture,suscitent moins de candidatures au premier trimestre 2013 a attiré en moyenne 40 candidatures contre au premier trimestre 2013 qu’il y a un an. Cette fonction a ainsi vu recu-37 un an auparavant. ler le nombre moyen de ses candidatures de 39 à 33 en moyenne. Cette Les offres ouvertes à tous profils sont en réalité les seules à connaître fonction est généralement peu affectée par la conjoncture, ses recrute-une hausse du nombre de leurs postulants entre les premiers trimestres ments dépendant plutôt de la structure démographique de ses salariés. 2012 et 2013, de 34 à 44 en un an. Cette augmentation est corrélée à Les candidatures sont quant à elles stables encommercegnm-raekit(48), la baisse du nombre d’offres ouvertes à tous profils entre les premiersgestion-finance-administration(60),production industrielle-travaux et chan-trimestres 2012 et 2013 : le choix étant plus restreint, les candidatstier(32), etressources humaines(71). Enfin, la fonctioncommunication-concentrent leurs candidatures sur les offres disponibles. Les candida-créationdemeure de loin celle qui attire le plus de candidatures, avec tures sur les offres destinées aux jeunes diplômés et aux cadres confirmés 105 candidatures par offre au premier trimestre 2013.restent quant à elles stables (respectivement 48 et 38 candidatures en moyenne). La fonctionservices tech-nombre moyen de candidatures par offre niques enregistre la plus forte hausse du nombre de ses postulants, de 36 à 4755 58 5357 candidatures en moyenne.50 Elle atteint ainsi son plus484343 4541 41 haut niveau de candidatures 36 3945 4840 depuis le premier trimestre3437 2011. L’informatique attire également plus de candidats20 qu’il y a un an (23 contre 19), mais reste la fonction 20132009 2010 2011 2012 dont les volumes de candi-
Le taux de recrutement
Trois à six mois après la parution de l’offre, 70 % des postes proposés au premier trimestre 2013 sont pourvus. Ce taux est le plus élevé enregistré jusqu’à présent aux mêmes périodes. La progression du taux de recrutement est identique pour les créations de poste et pour les remplacements (+4 points). Les recrutements motivés par des remplacements restent plus nombreux à aboutir, à hauteur de 78 % d’ dis que les créations de poste sont finalisées d ans 63 % entre eux, tan des cas. Les remplacements n’avaient pas été aussi pidem ra ent finalisés depuis le dernier trimestre 2009. Selon les fonctions, le taux de recrutement s’échelonne de 61 % (études-R&Detproduction industrielle-travaux et chantier) à 82 % (santé, social, culture). La fonctionproduction industrielle – travaux et chantierenregistre la progression la plus marquée de son taux de recrutement entre les pre-  miers trimestres 2012 et 2013, de 54 % à 61 %, alors même que le nombre de candidatures à ses offres reste stable. Les recrutements dans cette fonc-tion demeurent toutefois les plus difficiles à finaliser, en particulier pour les postes decadres de chantier(conducteur de travaux, chef de chantier…). On notera que la part des recrutements finalement pourvus en interne est plus élevée que dans les autres fonctions (12 % des postes pourvus contre 8 % en moyenne), ce qui peut témoigner des difficultés à trouver des candidats adaptés aux profils recherchés sur le marché externe. La fonctionos-étnas-culcialtureenregistre également une nette avancée de son taux de recrutement, qui progresse de 75 % à 82 %. Cette fonction est celle qui parvient le plus facilement à pourvoir ses postes, alors même que le nombre moyen de candidatures à ses offres est parmi les plus bas
 
 
 
taux de recrutement 3 à 6 mois aprs la parution de l’offre (en %) – Offres du 1ertrimestre
9%
23%
68%
2010
Taux de recrutement
9%
22%
69%
2011
10%
23%
67%
2012
10%
20%
70%
2013
Part des recrutements en cours Part des recrutements abandonnés
(33). Les candidatures sur les offres de cette fonction sont sans doute plus ciblées : les postes à pourvoir réclament souvent des diplômes ou titres spécifiques (médecin, cadres de santé…), et s’adressent donc à une cible restreinte. Les postes enressources humaineset engestion-finance-admi-nistrationsont aussi parmi les plus faciles à pourvoir (81 %). La fonction ressources humainesest toutefois la seule à enregistrer un léger recul de la part de ses recrutements finalisés dans les trois à six mois (-2 points). 
8
Très facilement
Plutôt facilement
Plutôt difficilement Très difficilement
diriez-vous que vous avez trouv des candidats adapts au poste… ?(en %) Offres du 1ertrimestre
  14%
44%
 36%
6 % 2010
4% 2011
3 % 2012
2 % 2013
 28%
28 %
  33%
0
20
74% 78% 79% 73% 63% 69% 60% 69% 60% 68% 55% 64% 56% 64% 67% 54% 59% 51% 36% 43% 40 60 80
46 %
20 %
  18%
 20%
  45%
 49%
Offres du 1ertrimestre 2012
r Offres du 1etrimestre 2013
9
100
Seuls 20 % des recrutements consécutifs aux offres publiées au premier trimestre 2013 sont toujours en cours trois à six mois après la parution de l’offre, soit le niveau le plus bas observé jusqu’à présent aux mêmes périodes. Les recrutements sont donc plus rapidement finalisés, ce qui peut être le signe d’une plus grande confiance des entreprises dans les perspectives de développement de leur activité. Une seconde interpré-tation peut être donnée : les postes sont plus rapidement pourvus car seuls sont lancés les recrutements pour lesquels les entreprises ont le moins d’incertitudes et d’hésitations. Parmi les recrutements toujours en cours au moment de l’interrogation, les recruteurs attribuent dans 65 % des cas la longueur des procédures à un manque de candidatures adéquates.
La part des procédures abandonnées, stable par rapport au premier trimestre 2012, reste faible (10 %). Ces abandons concernent en pre-mier lieu les créations de poste. Les recruteurs justifient moins fréquem-ment qu’auparavant les abandons pour motifs économiques et budgé-taires et ceux liés à la disparition du besoin. Une double lecture peut être faite ici aussi : ce peut être le signe d’une amélioration de la situa-tion économique des entreprises, ou témoigner d’une plus grande pru-dence des entreprises qui n’engageraient de recrutements que pour les postes les plus sûrs. Les recruteurs expliquent en revanche plus souvent les abandons par un manque de candidatures adéquates.
Les recrutements en cours et aB andonnés
part des recrutements jugs difficiles par fonction(en %) Offres du 1ertrimestre
Informatique Production industrielle -travaux et chantier Ensemble Commercial, marketing Etudes, recherche et développement Services techniques Gestion, finance, administration Santé, social, culture Ressources humaines Communication, création
Les recruteurs expriment plus de difficultés à trouver des profils adaptés aux postes à pourvoir qu’un an aupara-vant, alors même que les recrutements sont plus rapide-ment finalisés : ils sont 69 % à déclarer avoir des diffi-cultés contre 63 % à la même période l’an passé. Le poids de l’informatique parmi les offres confiées à l’Apec explique en partie ces évolutionsa prioripara-doxales. L’augmentation du sentiment de tension pour les postes informatiques, qui représentent une part im-portante des recrutements sur offres, contribue en effet à la hausse du sentiment de tension au global. Ainsi, les recrutements eninformatiquerestent les plus difficiles aux yeux des recruteurs, et ce sentiment s’accroît entre les premiers trimestres 2012 et 2013 : ils sont 78% à considérer qu’il est difficile de trouver des candidatures adaptées à ces postes contre 74 % un an plus tôt. C’est en particulier le cas pour les postes liés au développe-ment d’applications pour Internet et le multimédia. C’est toutefois dans la fonctionservices techniquesque la progression du sentiment de tension est la plus mar -quée : 64 % des recrutements sont jugés difficiles contre 55 % un an plus tôt. Les postes en méthodes et organi-sation industrielle sont en particulier concernés. Les re-crutements encommerce-marketingsont également jugés plus difficiles, à hauteur de 69 % contre 60 %. Pour autant, les recrutements sont légèrement plus rapide-ment finalisés dans ces deux fonctions qu’il y a un an. De plus fortes exigences quant aux délais de finalisation des recrutements peuvent accroître les difficultés ressen-ties par les recruteurs pour trouver des candidatures adaptées dans les temps impartis. A contrario, les recruteurs expriment moins de difficultés à pourvoir leurs postes ensanté-social- culture, malgré la baisse du nombre de postulants aux offres. Ils sont 54 % à déclarer des difficultés contre 67 % un an plus tôt. Près d’un quart des recrutements sont tout de même jugés très difficiles, contre 20 % en moyenne. La tension est notam-ment plus marquée pour les postes médicaux. Les recru-tements ensanté-social-culturesont pour autant les plus rapidement finalisés, avec 82 % des recrutements finali-sés dans les trois à six mois contre 70 % en moyenne. Il s’agit de recrutements très majoritairement motivés par des remplacements (74 %), qui sont en moyenne plus rapidement finalisés que les créations de poste. 
La tensIon
4etrImestre 2013
NOTE DE CONJONCTurE TrIMESTrIELLE DE L’APEC
 45
Directeur de la publication : Jean-Marie Marx Directeur du département études et recherche : Pierre Lamblin
Coordination & rédaction : Laurence Bonnevaux, France Lhermitte, Kamel Yahyaoui
assocIatIon pour L’empLoI des cadres 51 bOuLEvArD bruNE – 75689 PArIS CEDEx 14
centre de reLatIons cLIents 0810 805 805*
Du LuNDI Au vENDrEDI DE 9h à 19h *prix d’un appel local
métHodoLogIe
Le baromtre trimestriel de recrutement cadrespermet de connaître l’évolution du climat chez les recruteurs  partir de l’interrogation d’un panel de 750 entreprises de plus de 100 salariés représentatives du secteur privé. L’interrogation téléphonique a été confiée en septembre 2013  la sociétégn research.
Le bilan des offres d’emploiles offres d’emploi cadre confiées  l’Apec lorsconcerne du trimestre écoulé et l’indice de diffusion des offres sur Internet est établi sur la base d’un sondage réalisé mensuellement sur des sites représentatifs des offres d’emploi cadre. Deux principaux facteurs expliquent l’amplification du volume des offres diffusées observée durant ces dernières années : pour une opportunité d’emploi, un recruteur peut publier plusieurs offres pour élargir sa recherche de candidats, et pour certaines fonctions comme l’informatique, plusieurs recruteurs diffusent la même offre en anticipation de marchés, etin fine, un seul recrute.
L’enquête de suivi des offres et de tension 1 513 entreprises et cabinets de recrutement ayant confié une offre  l’Apec au premier trimestre 2013 ont été interrogés en juillet 2013 sur le recrutement lié  une offre et, le cas échéant, sur les difficultés rencontrées. Pour tenir compte des spécificités de recrutement des ESN (entreprises de services du numérique, nouvelle appellation des sociétés de service en ingénierie informatique), elles font l’objet d’une interrogation spécifique qui conduit  produire des résultats concernant le recrutement hors ESN. Les données concernant la tension les intègrent. 1 559 postes  pourvoir ont été renseignées. Les résultats sont redressés de façon  être représentatifs des offres confiées  l’Apec au cours du trimestre de référence par les entreprises et cabinets de recrutement. L’interrogation téléphonique a été confiée  l’institut CSA.
www.apec.fr