Rénovation urbaine et équité sociale - Choice Neighborhoods aux États-Unis

Rénovation urbaine et équité sociale - Choice Neighborhoods aux États-Unis

-

Documents
203 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description



Rénovation urbaine et équité sociale - Choice Neighborhoods aux États-Unis

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 05 décembre 2013
Nombre de visites sur la page 36
Langue Français
Signaler un problème






Rénovation urbaine et équité sociale
Choice Neighborhoods aux États-Unis






Étude réalisée par Thomas Kirszbaum
pour le Commissariat général à la stratégie
eeeetttt àààà llllaaaa pppprrrroooossssppppeeeeccccttttiiiivvvveeee et le SSSSeeeeccccrrrrééééttttaaaarrrriiiiaaaatttt ggggéééénnnnéééérrrraaaallll
du Comité interministériel des villes











Septembre 2013











En 2011, le département Questions sociales du Centre d’analyse stratégique – devenu
depuis le Commissariat général à la stratégie et à la prospective – et le Secrétariat
général du Comité interministériel des villes ont proposé un appel d’offres sur
l’analyse de l’expérience américaine en matière de politique de la ville. La demande
portait sur la compréhension de la mise en œuvre de la politique Choice
Neighborhoods, substituée sous l’administration du Président Obama au précédent
programme Housing Opportunities for People Everywhere, et mettant notamment
davantage l’accent sur la possibilité pour les habitants des quartiers de choisir leur
environnement et leur logement. Le projet d’étude de Thomas Kirszbaum a été retenu
à l’issue du processus de sélection. Son travail se fonde sur l’analyse de nombreux
entretiens, avec les niveaux de décision et d’analyse fédéraux, ainsi qu’avec des
acteurs locaux dans deux territoires américains diversifiés : Chicago et Boston.
Thomas Kirszbaum souligne à la fois le changement d’objectif et de gouvernance de
ce dispositif par rapport aux précédents, mais aussi l’innovation limitée dans les
réalisations. Il en tire quelques préconisations pour la politique de la ville française,
notamment sur la nécessaire participation des habitants et sur l’évaluation des
programmes. Thomas Kirszbaum, sur la base de cette étude, a participé au colloque
« Politique de la ville et rénovation urbaine, perspectives internationales », organisé
par le Centre d’analyse stratégique et le Secrétariat général du Comité interministériel
des villes, en partenariat avec l’Urban Institute et le cycle d’urbanisme de
Sciences Po, le 12 décembre 2012.


1
SOMMAIRE
Présentation..................................................................................................................................3
HOPEVIetPNRU:laconvergenced’effets(anti)sociaux..........................4
ChoiceNeighborhoods:versuntroisièmeâgedelarénovationurbaine?...............................6
Ledéroulementdel’enquête.....................................................................................................8
Listedespersonnesinterrogées.8
PREMIEREPARTIE:CHOICENEIGHBORHOODSDANSL’HISTOIREDELARENOVATIONURBAINE:
CONTINUITESETRUPTURES...........................................................................11
1.Del’urbanrenewalàHOPEVI.................................12
1.1.Lapolitiqued’urbanrenewal:l’anti-modèleetlescontre-modèles12
Quandlarénovationurbaineproduitlaségrégationraciale...................................................12
Lesannées1960oulasubversionméthodologiquedel’urbanrenewal.................................14
Disséminerleslogementssociauxpourluttercontrelaségrégation......17
Encouragerlamobilitérésidentielledesminorités..................................18
Entredéveloppementcommunautaireetdéségrégationraciale,unepolitiqueclivée...........21
1.2.HOPEVI:larénovationurbainepourdéconcentrerlapauvreté......................................23
Ramener«l’espoir»danslepublichousing............................................23
Unerévisiondesobjectifsinitiaux...........................................................25
Lesfacteursduchangement....................................28
Uncontexteacadémiqueporteur............................30
Unearticulation(théorique)avecledéveloppementcommunautaireetladispersion
résidentielle..............................................................................................33
1.3.L’impactsocialdeHOPEVI:unerépétitiondel’urbanrenewal?....................................37
L’impactdiscriminatoiredelapertedelogementsabordables...............39
Unedéségrégationéconomiquesansdéségrégationraciale...................................................42
Desdoutessurlesvertusdelamixitérésidentielle.46
Desdémarchesderevitalisationurbainepeuparticipativesetglobales.................................48
LeséchosdelacritiqueauCongrès.........................................................50
2.DeHOPEVIàChoiceNeighborhoods......................................................52
2.1.Unepiècemaîtressedelapolitiqueurbained’Obama.....................52
Le«retourduleadershipfédéral»..........................................................52
Mieuxdépenserfautededépenserplus..................................................54
Des«quartiersdechoix»pourréconcilierlescourantsdelapolitiqueurbaine....................57
Unediscrèteinflexiondudiscoursfédéralsurlapauvretéconcentrée...................................58
Uneambitionlimitéeparlecontextepolitico-budgétaire.......................61
2.2.Lechangementdanslacontinuité ....................................................................................64
Garderle«meilleur»deHOPEVI...........................64
Donnerlechoixauxhabitantsoriginels...................66
Promouvoiruneapprocheparticipativeetglobale .................................................................70
Misersurlacapacitéetlepotentieldessiteslocaux...............................74
Évaluerleseffetssociauxdelarénovationurbaine.76
2.3.Uncompromisentrecoalitionsd’intérêt..........................................................................80
LesparlementairesauCongrès................................80
Lelobbydesagencesdulogementsocial................82
Lelobbydespromoteursprivésetnon-profit..........83
Lesavocatsdulogementdespauvres......................................................................................85
Lesavocatsdeladéségrégation...............................87

2
SECONDEPARTIE:CHOICENEIGHBORHOODSACHICAGOETBOSTON..........................92
1.LarénovationdeGroveParcàWoodlawn/Chicago................................................................93
1.1.Histoireexemplaired’uneluttecontreladispersion........................96
L’alliancedeslocatairesetdesétudiants.................................................................................97
L’entréeenscènedurepreneur.............................102
Unprojetderénovationnégociéavecleshabitantspourgarantirl’équité..........................105
1.2.Versunprojetintégré:ChoiceNeighborhood................................................................107
Housing:leparid’unegentrificationmaîtrisée.....108
Neighborhood:combinerdéveloppementexogèneetendogène........111
People:uncontinuumdeservicespoursortirleshabitantsdelapauvreté .........................114
1.3.Lalaborieusefabricationdel’intérêtcommun...............................................................118
Woodlawnoulacommunautéintrouvable...........................................118
Lenimbysmeversionafro-américaine...................................................122
Untravailinachevéd’organisationdeshabitants..125
2.LarénovationdeMorrantBayàDorchester/Boston............................................................128
2.1.Lafabricationduprojetaucroisementdeslogiquesbottom-upettop-down................132
Lastratégieexpansionnisted’uneentreprisesocialedequartier.........................................132
Créerlaconfianceavecetentredeshabitantsdivisés..........................................................134
Quandl’intérêtcommunautairerencontrel’intérêtmunicipal.............136
2.2.ChoiceNeighborhoodpouraméliorerlaconditiondeshabitantsactuels......................137
Housing:transformerl’habitatsanschangerlepeuplement................................................138
Neighborhood:créerdesopportunitéssurplace..................................142
People:fairepluspour(etavec)ceuxquiontlemoins........................146
2.3.Leprocessusdecoordinationàl’épreuve.......................................149
L’institutionnalisationdudéveloppementcommunautaire...................149
Lepartagedesressources,desrôlesetdesterritoirescommesourcesdetensions............154
Leportagemunicipalenquestion..........................................................................................157
3.ChicagoetBoston:élémentsd’analysetransversale...........................160
3.1.Unerénovationdouce.....................................................................................................160
3.2.Lechoixderestercommecritèredesuccès...165
3.3.Lagouvernanceàl’épreuvedunéo-managérialisme......................................................169
CONCLUSIONETRECOMMANDATIONS...............................................................173
Uneinnovationàrelativiser...................................................................176
QuellesrecommandationspourunPNRUsocialementéquitable?......178
BIBLIOGRAPHIE...........................................................186


3
PRESENTATION
Danssaplussimpleexpression,larénovationurbaineestl’actepolitiqueconsistantàdémolirtoutou
partie d’un îlot ou d’un quartier, afin d’y reconstruire une nouvelle infrastructure physique
(logements,équipements,voiries…).Toutefois,cegesteurbainneserésumepasàuneopérationde
recompositiondel’espace,carils’accompagnetoujoursd’intentionsetd’effetssociaux.
C’étaitlecashierlorsqueladémolitionvisaitlesquartiersdetaudisdescentresurbains.Sorted’acte
1fondateur de la rénovation urbaine , le modèle haussmannien de réaménagement de Paris et
d’autresvillesfrançaisesobéissaitd'abordàdespréoccupationsderationalisationdel’espace,de
créationderéseauxetd’équipementsurbains, d’ordre public, d’adaptation aux besoins de
l’économieetd’affairismefinancier.Iln’enpoursuivaitpasmoinsdesobjectifssociaux,guidéspar
uneidéologiehygiénistequitenaitl’entassementdespauvresdansl’habitatinsalubreducœurdela
2villepourunecausemajeurededésordressanitairesetmoraux ;enpratique,leseuleffetsocial
avérédel’hausmannismeaétéledéplacementforcédenombreuxhabitants,mêmesil’importance
3desonimpactségrégatifrestediscutée .
èmeÀpartirdelafindu19 siècle,unecampagnepourl’éradicationdestaudisvaprendredel’ampleur
dansdifférentspays.Cetobjectifétaitd'abordportépardes«réformateurssociaux»préoccupés
parlesconditionsdevieetdelogementduprolétariaturbain.Cesréformateursvontfairealliance
avecdesplanificateursurbains,desdécideurspolitiquesethommesd’affairesplusintéressésparla
4valorisationfoncièreetimmobilièredescentres-villesqueparlesortdespauvres .Lacirculation
internationaledesidéesétaitnéanmoinsintenseettouss'accordaientsurlepostulatd’uneinfluence
5déterminantedumilieuphysiquesurlescomportementsindividuelsetsociaux .
L’éradicationdestaudiseud’aborduncaractèrelocal,maisellevasestructurernationalementet
finirapar avoir des traductionslégislativesdansdifférentspays(Grande-Bretagne, États-Unis,
France…). Si l’ampleur des opérations de rénovation urbaine engagées avant 1945 sous des
appellations diverses restait modeste, une relation était déjà établie avec la construction des
premierslogementssociauxquiservaient,entreautres,aurelogementdespopulationsdéplacées,
moyennant une sélection rigoureuse des familles «méritantes». Ce processus de démolition-
constructionserabeaucoupplusaffirméaprèslaguerresousl’impulsiondesÉtatsquivontfinancer
massivement tout à la fois la démolition de quartiers anciens et la constructiondelogements
sociaux.Chaquefois,l’affichaged’intentionssocialesgénéreusesétaitlargementdémentiparles
faits,tantilétaitévidentquelamotivationpremièredespouvoirspublicsetdeleurspartenaires
économiquesétaitd’adapterlavilleauxnécessitésdumarché,auprixd’uneaccentuationdela
6ségrégationrésidentielle,socialeetethno-raciale .

1
Harvey,D.(2003),Paris,Capitalofmodernity,Routledge;Epstein,R.(àparaître),«(Dé)politisationd’une
politique de peuplement: la rénovation urbaine du XIXe au XXIe siècle», in Desage, F. et al. (dir.), Le
peuplementcommepolitique(s),PressesuniversitairesdeRennes.
2
Murard,L.,Zylberman,P.(1996),L’hygiènedanslarépublique,1870-1918,Fayard.
3
Faure,A.(2008),«Laségrégation,oulesmétamorphoseshistoriographiquesduBaronHaussmann»,in
Jaillet,M.-C.etal.(dir.),Diversitésociale,ségrégationurbaine,mixité,ÉditionsduPuca.
4
Gans,H.J.(1968),PeopleandPlans.EssaysonUrbanProblemsandSolutions,BasicBooks;Zipp,S.(2013),
«TheRootsandRoutesofUrbanRenewal»,JournalofUrbanHistory,vol.39,n°3,May.
5
Magri,S.,Topalov,C.(1987)«Delacité-jardinàlavillerationalisée.Untournantduprojetréformateur,1905-
1925:ÉtudecomparativeFrance,Grande-Bretagne,Italie,États-Unis»,Revuefrançaisedesociologie,vol.28,
n°3,juillet–septembre.
6
Castells,M.(1972),Laquestionurbaine,Maspero.

4
HOPEVIetPNRU:laconvergenced’effets(anti)sociaux
Les politiques contemporaines de rénovation urbaine gèrent à certains égards l’héritage des
politiques d’autrefois. Ce sont en effet les grands ensemblesde logements sociaux qui avaient
accueilliunelargepartdesdélogésdelarénovationurbainedesannées1950et1960,quisont
7aujourd'huiprispourciblesdesnouvellespolitiquesderénovationurbaine .Cesontparfoisles
8mêmesquartiersqui,àplusieursdécenniesd’intervalles,sontdémolispuisreconstruits .
Lesdeuxpaysoccidentauxàavoirengagélespolitiqueslesplusambitieusesenlamatière,aucours
desdeuxdernièresdécennies,sontsanscontestelesÉtats-UnisetlaFrance,avecrespectivementle
9programmeHOPEVI(HousingOpportunitiesforPeopleEverywhere )lancéen1993,etleProgramme
national de rénovation urbaine (PNRU) initiédixansplustard. Ces politiques ont bénéficié
10d’investissements considérables de l’État central ; dans le cas étasunien, ce volontarisme est
d’autantplusremarquablequelacatégoriedelogementssociauxconcernéeparHOPEVI–lepublic
housing–étaitrestéechroniquementsous-financéedurantdesdécennies.
Alorsquelesdeuxpayssontapriorisidifférentssurleplandel’organisationinstitutionnelle,dela
morphologiedesvillesoudel’intensitédelaségrégationethno-raciale,deréellesconvergencesse
dessinententreleurpolitiquerespectivederénovationurbaine.Lasimilitudelaplusmanifesteestla
prioritéaccordéeàladémolitiondelogementssociaux,uneoptionquin’étaitenvisagéejusque-là
qu’avecbeaucoupderéticencesenFrancecommeauxÉtats-Unis.Parvenuàsonterme,lePNRU
auradémoli145000logementssociaux(pourunobjectifinitialde200000,portéà250000en2005)
contre117000logementspourHOPEVI(maisplusdudoubleenintégrantlesdémolitionsfinancées
endehorsdeceprogramme).
Enlieuetplacedeslogementsdémolis,unenouvelleoffrerésidentielle,privéeetaidée,estdestinée
àattirerdesclientèlesélargies.Lesdeuxprogrammesencouragentaussil’émergencedeformes
urbainespeudenses,avecuneprédilectionpourlespetitesunitésrésidentielles.Ilss’efforcentaussi
depromouvoirun«espacedéfendable»,privatiséousemi-privatisé,permettantauxhabitantsde
11mieuxcontrôlerleslieuxsituésàproximitéimmédiatedeleurhabitation .
Cesdémarchessontofficiellementjustifiéesdanslesdeuxpaysparlanécessitéde«réparerles
erreursdupassé».Ils’agitdereconvertirdesquartiersd’habitatsocialjugésobsolescents,auplan
12physiquecommeéconomique ,enrompantdélibérémentavecl’urbanismemassifetuniformede
l’après-guerre,etencherchantàfaciliterl’inscriptiondecesquartiersdanslejeudesmarchés
résidentiels.

7
Epstein,R.(àparaître),op.cit.
8
Vale,L.J.(2013),PurgingthePoorest:PublicHousingandtheDesignPoliticsofTwice-ClearedCommunities,
UniversityPressofChicago.
9
«Desopportunitésdelogementoùquecesoitpourchacun».
10
Prèsde7milliardsdedollarsfédérauxpourHOPEVIetplusde11milliardsd’eurosdesubventionsde
l’Agencenationalepourlarénovationurbaine(Anru);s’ajoutentdanslesdeuxcasdifférentessourcesde
financement,nationalesetlocales,quimultiplientcesmontantspartroisouquatre.
11
Newman,O.(1972),DefensibleSpace:CrimePreventionThroughUrbanDesign,Macmillan.Surlaparenté
entredémarchesfrançaisesderésidentialisationetthéoriesaméricainesdel’espacedéfendable,voirVallet,B.
(2007), «Aux origines de la résidentialisation: le lien avec la prévention situationnelle», in Collectif, La
résidentialisationenquestions,ÉditionsCertu.
12
Edward Goetz évoque aussi une obsolescence politique, celle du New Deal. Goetz, E. G. (2012),
«ObsolescenceandtheTransformationofPublicHousingCommunitiesintheUS»,InternationalJournalof
HousingPolicy,vol.12,n°3;Fortin,J.-P.(1999),Grandsensembles.L'espaceetsesraisons,ÉditionsduPuca.

5
Larénovationurbaineestégalementenruptureaveclespolitiquesantérieuresdulogementsocial
car elle chercheà en corriger, voire en effacer leseffetsségrégatifsàlongterme –etplus
spécifiquement leursconséquencesentermesdeconcentration spatiale des minorités ethno-
raciales.Derrièrelemotd’ordredésormaistransnationalde«mixité»,cettepolitiquepeuteneffet
13s’analyser comme un instrument de réaffectation spatiale des minorités . Mais les intentions
poursuiviesparsespromoteurssontmarquéesdusceaudel’ambivalence,selonquelarénovation
urbaineviselasimpledissolutiondesconcentrationsdeminorités,perçuescommedeshandicaps
pourl’imageetlarevalorisationdesquartiers,ouqu’elleviseàélargiraméliorerlasituationsocio-
économiqueetrésidentielledecespopulations.
Defaçonbeaucoupplusinsistantequelesgénérationsantérieuresdelarénovationurbaine,le
programmeHOPEVIetlePNRUaffichentdoncdesobjectifssociaux:lamixitérésidentielleest
censéerenforcerleschancesd’intégrationsocio-économiquedeshabitantsoriginels,tandisqueleur
relogement doit être une opportunité pour engager des parcours de promotion résidentielle.
Cependant,lestravauxscientifiquesetd’évaluationconduitsauxÉtats-UnisetenFrancetémoignent
d’un décalagepersistant, même s’il est sans doute moins accusé que par le passé, entre ces
14intentionssocialesetlesbénéficesconcretsdelarénovationurbainepourleshabitantsoriginels .
Ainsi,l’hypothèseselonlaquellelamixitérésidentielleamélioresubstantiellementleschancessocio-
économiquesdesplusdéfavorisésest-elleempiriquementpeucorroborée,quecesoitdansles
quartiers d’origine ou dans les quartiers de destination des ménages relogés. L’impact de la
rénovationurbainesurleurpromotionrésidentielleapparaîtégalementsujetàcautiondanslesdeux
pays.
Nonseulementleseffetssociauxpositifsdelarénovationurbainenesontpasforcémentaurendez-
vous,maiscettepolitiqueadeseffetsvéritablementanti-sociaux.Ainsiunepartiedeshabitantsde
départsont-ilscontraintsdepartirdeleurquartiercontreleurgré,sansforcémentaccéderàde
meilleuresopportunitésrésidentielles.Endéménageant,ilsrisquentaussidesecouperdeleurs
réseauxsociauxetdeneplusavoiraccèsàdesservicescollectifsqu’ilsneretrouverontpasdansleur
nouveauquartier.Enfin,ladestructiond’unstockimportantdelogementsfamiliauxbonmarché
accentuelestensionssurlesmarchéslocauxdel’habitat,etpénaliselesfamillesnombreusesà
faiblesrevenusquiappartiennentsouventauxminoritésethno-raciales.Au-delàdesménagesà
reloger,levolumededémolitionsgénéréparlarénovationurbaineinduitdeseffetsenchaînesur
l’ensembledumarchélocatifdesagglomérations.Encréantunenouvellecatégoriedeménages
prioritaires,elledéstabiliselessystèmesd’attributionetpénaliselespersonnesenattented’un
logementsocialoud’unemutation.
LebilandespolitiquesderénovationurbaineengagéesauxÉtats-UnisetenFrancedepuislesannées
1990invitedoncàs’éloignerdelalecturemécanisteselonlaquelleiln’yauraitquedesgagnantset
pasdeperdantsgrâceàl’améliorationconjointedelasituationdesquartiersetdelaconditionde
leurs habitants originels. Le tableau doit être nuancé, car on trouve des exemples locaux
d’articulationplusoumoinsréussieentrelespréoccupationsdevalorisationdel’espaceetd’équité
socialeenversleshabitants.Maison peut observer dans les deux paysunemêmecélébration
politiqueetinstitutionnelledesréalisationsdelarénovationurbainequicontrasteaveclalecture

13
Kirszbaum,T.(àparaître),«Larénovationurbainecommepolitiquedepeuplement.LesÉtats-Unisentre
classeet‘race’»,Métropoles.
14
Pourunbilandestravauxaméricains,voirPopkin,S.J.etal.(2004),ADecadeofHOPEVI:ResearchFindings
andPolicyChallenges,TheUrbanInstitute,TheBrookingsInstitution.Pourunbilandestravauxfrançais,voir
Kirszbaum,T.,Epstein,R.(2010),«Synthèsedetravauxuniversitairesetd’évaluationdelapolitiquedela
ville»,inGoulard,F.,Pupponi,F.,Rapportd’informationfaitaunomduComitéd’évaluationetdecontrôledes
politiquespubliquessurl’évaluationdesaidesauxquartiersdéfavorisés,TomeII.

6
beaucoupplusnuancéesinonfranchementcritiquedeschercheursensciencessocialessurseseffets
etmodesopératoires.
Cedécalagereflètesansdoutelatensioninhérenteàlarénovationurbaine,partagéeentreune
quêtedelaperformance,lisibleautraversdesréalisationsetdestransformationsphysiquesqu’elle
suscite,etunepréoccupationdejusticesocialebeaucoupmoinslisiblesil’onconsidèrelesparcours
socio-résidentielsdeshabitantsoriginelsetlafaçondontilssontprisencomptedanscettepolitique.
ChoiceNeighborhoods:versuntroisièmeâgedelarénovationurbaine?
Alorsquedesinterrogationssurl’avenirdesonProgrammenationalderénovationurbaineetsurla
façond’enréformerlesaspectslespluscontroversésdupointdevuedelajusticesocialeensont
toujours pas levées en France, le cas américain présente l’intérêt de poserlaquestion de la
«réformabilité» de cette politique. À la suite de l’élection du BarackObama,en2008,
l’administrationfédéraleaeneffetsubstituéàHOPEVIunnouveauprogrammeintituléChoice
Neighborhoods,engagépourl’heuredansunnombrelimitédevilles.
Toutens’inscrivantdanslafiliationduprogrammeprécédent,ChoiceNeighborhoodsparaîtenavoir
tirélesenseignements,enaffichantunepréoccupationforted’équitésocialeperceptibledansles
garanties apportées en termes de préservation du logement abordable et de relogementdes
habitants–autantd’aspectssurlesquelsHOPEVIpouvaitêtrecritiqué.AvecChoiceNeighborhoods,
legouvernementfédéraltenteaussid’articulerétroitementlarénovationurbaineauxenjeuxdela
mobilitésocialeetrésidentielledeshabitantsoriginels.
Danslemêmetemps,lesocleduprogrammeHOPEVIaétéconservé,avecl’objectiftoujoursaffirmé
de«déconcentrationdelapauvreté»etlerecoursauxdémolitionscommemodeopératoire.L’une
des questions que soulève ce nouveau programmeestdonccellede la compatibilité entre les
objectifssociauxaffichésparChoiceNeighborhoodsetlemaintiendesprincipescardinauxdela
rénovationurbaine.Assiste-t-onend’autrestermesàl’émergenced’unprogrammederénovation
urbainedela«troisièmegénération»,aprèslapolitiqued’urbanrenewaldesannées1950et1960,
puisleprogrammeHOPEVI,dontleseffetssociauxontétévivementcontestés?
ParcequeChoiceNeighborhoodsestunprogrammerécent,nousn’avonspuenétudiertoutesles
potentialités–etencoremoinslesimpactsdansletempsimpartiàl’enquête.Celle-ciadébutéà
l’été2011enmêmetempsqu’étaientchoisislespremierssitesoùleprogrammeallaitêtremisen
œuvre. On a donc privilégié une analyse des intentions, des processus et des contenus
programmatiques,avecpourfilrougelecritèredel’équitésocialequel’onpeutdéfinir,dansla
rénovationurbaine,commel’ensembledesprotections,perspectivesdepromotionetpossibilités
d’implicationproposéesauxhabitantsoriginels.
Pourtraitercesquestions,nousavonsadoptéuneapprochegénéalogique,enreplaçantChoice
Neighborhoodsdansl’histoirelonguedelarénovationurbaineaméricaine–unehistoirequenous
faisonscommenceraprèslasecondeguerremondialemaisdontonavuqu’elleadesracinesplus
anciennes.Àtraverslestroisâgesdelarénovationurbainequiserontdistingués–lapolitique
d’urbanrenewal,leprogrammeHOPEVIetpuisChoiceNeighborhoods–nousessaieronsdesaisirles
élémentsdecontinuitéetdechangemententrecesdifférentespolitiques.
LamiseenperspectivedeChoiceNeighborhoodsdansl’histoiredespolitiquesurbainesfédéralesa
été prolongée par deux études de cas,à Chicago et Boston, où ce programme est entré en
applicationfin2011.Àladifférenced’autressitesoùChoiceciblelepublichousing,commesous
HOPEVI,ils’agitdanscesdeuxvillesderénoverdeslogementsaidésrelevantdelacatégoriedu
multifamilyassistedhousingetpropriétéd’entitésprivées(privately-ownedsubsidizedhousing)àbut
nonlucratif.C’esteneffetl’unedesinnovationsdeChoiceNeighborhoodsqued’avoirétendula
rénovationurbaineàcetypedelogementssociaux,beaucoupplusnombreuxquelepublichousing,
lequelnereprésentequ’unepetiteminoritédustockdelogementsaidésauxEtats-Unis.

7
Lesétudesdecasdevrontpermettredevérifiersil’équitésocialeaffichéeparleprogrammefédéral
seconcrétiselocalementdanslesorientationsetlemoded’élaborationdesprojets.Ils’agiten
particulierd’analyserlafaçondontsontrésolues–ounon–lestensionspouvantnaîtred’objectifs
potentiellement contradictoires que sont la revalorisation des quartiers et l’équité envers les
habitants originels, au sens où nous l’avons définie (protections, perspectives de promotion et
possibilitésd’implication). C’est en définitive la dimension du «choix» qui sera examinée dans
ChoiceNeighborhoods:s’agit-ilderenforcerl’attractivitédesquartierspourenfairedes«quartiers
dechoix»prisésparleshabitantsextérieurs,et/ous’agit-ild’augmenterlacapacitédechoixdes
citadinsquienontlemoins,soitlasituationdelagrandemajoritédeshabitantsinitiaux?
LechoixChicagoetBoston,parmilescinqàavoirétésélectionnésautermedupremierappelà
projetsfédéral,sejustifiepourdeuxraisonsprincipales.Toutd’abord,parleportagedesprojets
correspondant à deux configurations institutionnelles distinctes: ce portage est assuré par un
bailleurprivéàbutnonlucratifàChicago,oùlamunicipalitéestpartenairesecondaire;ilestassuré
parlamunicipalitéquipiloteleprogrammeàBoston,maisenassociationavecdesorganisationsde
quartierquiensontlespartenairesprivilégiés.
Laseconderaisontientàl’intérêtd’analyserlamiseenœuvred’unmêmeprogrammedansdes
contextesurbainsetethno-raciauxcontrastés.Celafaciliteeneffetl’identificationdestraitslesplus
saillantsdelapolitiqueétudiéepar-delàlasingularitédescontexteslocaux.Defait,lescontrastes
sont très significatifs entre le quartier de Woodlawn à Chicago, emblématique de la figure du
«ghettonoir»américain,etlequartiermulticultureletmultiethniquedeDorchesteràBoston,dont
lacomposanteimmigréeestimportante.
Au terme de cette recherche, nous ferons retour sur le cas français, pour formuler des
recommandations et répondre ainsi à une demande du Secrétariat général du Comité
interministérieldesvillesetduCentred'analysestratégique.

QuelquesprécisionssurlelogementaidéauxÉtats-Unis
Fautededonnéescentraliséesetexhaustives,iln’estpasaiséd’estimerlaproportionde
logementset/oudeménagesaidésàdesfinssocialesauxÉtats-Unis.Surunstocktotal
d’environ 110 millions de logements, on peut estimer à environ 7%laproportionde
logementset/oudeménagesaidésencroisantdifférentessources;soituntauxnettement
inférieur au parc social de la plupart des pays européens, même s’il peut exister un
concentrationlocaledelogementsaidésàl’échelled’unquartier,voired’uneville.
Environ2,25millionsdelogementsrelèventdelacatégoriedupublichousing,dont1,16
milliondelogementsfinancésparleministèreduLogement(contreplusde1,3millionau
débutdesannées1990),0,4millionparleministèredelaDéfenseet0,7millionparles
gouvernementslocaux.
Un nombre sensiblement égal est détenu pardesentitéssansbutlucratif(Community
DevelopmentCorporations,coopératives,etc.).
S’ajoutent2,24millionsdebénéficiairesd’uneaideàlapersonne,leHousingChoiceVoucher
Program,permettantàdesménagesàfaiblesressourcesdeselogerdansleparcprivé
moyennantlapriseencharged’unepartiedeleurloyerparlesPublicHousingAuthorities.
Lesoldeestconstituéparleparcdétenupardesbailleursprivés(privately-ownedsubsidized
housing)recevantuneaideàlapierre(notammentdanslecadreduMultifamilyAssisted
HousingouduLow-incomeHousingTaxCredit);cesdernierslogementspeuventbasculer
danslemarchélibreau-delàd’unecertainedurée.

8
Ledéroulementdel’enquête
Commeindiqué,l’enquêtes’estdérouléeàundoubleniveau:celuidelaconceptionnationaledu
programme et celui de sa mise en oeuvre locale à Chicago et Boston. Elle a nécessité trois
déplacementsauxÉtats-Unis,endécembre2011,enseptembreetennovembre2012;75personnes
ontétéinterrogéesautotal(voirlalistepagessuivantes).
L’objectif poursuivi à l’échelle nationale étant deretracerlagenèseduprogramme Choice
Neighborhoods,nousavonsprocédéàl’explorationdesourcesbibliographiquesserapportantà
l’histoiredelarénovationurbainejusqu’àlapériodeprécédantimmédiatementl’entréeenvigueur
deChoiceNeighborhoods.
Pourl’étudedecedernierprogramme,outreuneanalysedocumentaireetbibliographique,nous
avons interrogé différentes catégories d’acteursayantunrôleet/ouuneexpertisenationale:
fonctionnairesfédéraux,associationsnationalesdanslechampdulogementsocial,thinktanks,
évaluateursetuniversitaires.LesentretiensonteulieuàWashingtonDC,Philadelphie,NewYork,
Boston,ChicagoetParis(danscederniercas,àl’occasiondevisitesd’interlocuteursaméricainsou
partéléphoneavecdesinterlocuteurslocalisésauxÉtats-Unis).
LesenquêtesdeterrainsconduitesàChicagoetBostonvisaientàanalyserlagenèseetlamiseen
œuvredesprojetslocauxengagésautitredeChoiceNeighborhoods.Nousavonsdoncinterrogéune
diversitéd’acteursintervenusdansleprocessusdefabricationdesprojetslocauxet/oudansleur
miseenœuvre:acteursdesmunicipalités,dulogement,dugouvernementfédéral,d’organisations
dequartier,desservicessocio-éducatifs,résidentsactifsdansdesassociations…
Listedespersonnesinterrogées
Niveaunational
MartinD.Abravanel(UrbanInstitute)
RichardD.Baron(McCormackBaronSalazar)
BeverlyBates(CommunityBuildersInc.)
JoelBookman(LocalInitiativesSupportCorporation)
ChasCadwell(UrbanInstitute)
RobertJ.Chaskin(SchoolofSocialServiceAdministration,UniversityofChicago)
JenniferComey(UrbanInstitute)
CyrilCosme(AmbassadedeFranceauxEtats-Unis)
LindaCouch(NationalLowIncomeHousingCoalition)
ClareDuncan(StewardsofAffordableHousingfortheFuture)
IngridGouldEllen(WagnerGraduateSchoolofPublicService,NewYorkUniversity)
AmandaFischer(CongressionalStafferofUSRepresentativeMaxineWaters)
EdwardG.Goetz(HumphreyInstituteofPublicAffairs,UniversityofMinnesota)
SuzanneHague(StewardsofAffordableHousingfortheFuture)
LeahHendey(UrbanInstitute)
ThomasG.Kingsley(UrbanInstitute)
AnneC.Kubisch(AspenInstitute)