Stratégie Internet n° 119 - dec/ Janv 2008
8 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Stratégie Internet n° 119 - dec/ Janv 2008

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
8 pages
Français

Description

Tous les mois, l’essentiel de l’Internet : des informations et des conseils pour les dirigeants.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 07 juin 2012
Nombre de lectures 119
Langue Français

Exrait

stratégie internet Informations et conseils pour dirigeants d’entreprises Déc.- Janv. 2008 Internet en France : N°119 le bilan 2007 SOMMAIRE 2007 marque une montée en puissance de la logique marchande dans l’ensemble des secteurs. Une année également marquée par EnquêteP. 3 le succès des réseaux sociaux et de la vidéo en ligne, et une série Marques de luxe sur d’événements qui devraient dynamiser l’Internet mobile en 2008. Internet : usages et attentes des clientes elon Médiamétrie, la France comptait plusLe commerce en ligne SEtude de casP. 4 de 30 millions d’internautes de 11 ans et plus En 2006, le marché e-commerce français avait en octobre 2007, soit 57 % des Français de cet enregistré une croissance de 33 %, dépassant ainsi Le site Internet mobile âge. Le nombre d’internautes a ainsi augmenté de les 9 milliards d’euros de volume d’affaires. Une de Thalys 9 % entre 2006 et 2007, ce qui représente un croissance tirée notamment par la dynamique des apport de 2,4 millions de nouveaux internautes secteurs de l’habillement et des ventes privées. FocusP. 5 ème actifs. Selon Médiamétrie et GfK, 47 % des foyers Selon la Fevad, sur le 3 trimestre 2007, le chiffre Tour d’horizon ont désormais accès à Internet (soit plus de 12 mil-d’affaires de l’ensemble des ventes en ligne du podcasting lions), en progression de 11 % en un an. (chiffre d’affaires des sites leaders et transactions Toujours selon Médiamétrie, plus de 92 % des réalisées via les principales plateformes sécurisées ChiffreP. 6 internautes à domicile sont connectés en haut de paiement) a progressé de 36 % par rapport au La génération Internet débit, soit une progression de 19 % par rapport à même trimestre en 2006, contre 40 % entre 2005 et Tableau de bord octobre 2006. Les internautes à domicile connectés 2006, ce qui montre un léger ralentissement de la en haut débit représentent ainsi 44 % des Français croissance. Les sites leaders du commerce en ligneJuridiqueP. 7 âgés de 11 ans et plus (contre 37 % il y a un an). (indice ICE 30) ont vu leurs ventes augmenter deWeb 2.0 : qualification ème 24 % par rapport au 3 trimestre 2006, une haus-et responsabilités L’audience Internet se supérieure à celle observée au cours des six pre-A lire... / Carnet par catégorie de sites miers mois de l’année (+20 %). ActualitéP. 8 Milliers de visiteurs uniques Croissance Selon l’Observatoire des usages Internet de Novembre 2007 2006-2007 FAI, Finance, Médias, Médiamétrie, près de 4 Français sur 10 ont acheté sur Moteurs, Portails, 24 812 14 % Télécoms, e-Commerce : Communautéssoit 19,5 mil-Internet au troisième trimestre 2007, l’essentiel des informations Télécoms/Services 24 226 15 % lions d’internautes, contre 16,1 millions au troisième Internetsur le Net trimestre 2006. Sur un an, la progression est de 21 %, Divertissement 22 204 15 % Evénements soit deux fois plus que celle du nombre d’internautes. Informatique et 21 953 14 % Electronique grand public Actualités & Informations 20 871 18 % La souscription de services financiers en ligne Commerce 20 066 13 % Avec, en moyenne, 8 % du volume d’affaires issu Banque, Assurance, 17 355 19 % Placementsdes services web (devis / souscription en ligne), Voyage 17 151 17 % Internet a déjà un impact significatif sur l’activité Maison & Mode 15 955 21 % des assureurs traditionnels. De même, 20 % des Famille & Style de vie 15 700 17 % assurés utilisent déjà des services en ligne. C’est ce Sites corporates 15 241 23 % qui ressort d’une enquête réalisée par Benchmark Education et Carrières 13 246 9 % Sites gouvernementaux 12 821 15 %Group pour Adobe (livre blanc sur “Les projets et non marchands web des assureurs”, septembre 2007). Les assu-Automobile 8 910 28 % reurs interrogés vont accentuer l’orientation mar-Une publication Cadeaux, courrier, cartes, 6 601 15 % fleurs…site web. Fin 2008, les trois quartschande de leur B d’entre-eux devraient disposer de modules deenchmark Source : Panel Médiamétrie//NetRatings. Domicile et/ou lieu de travail. Applications Internet incluses. Copyright Médiamétrie//NetRatingsIntelligent Tous droits réservés.souscription ou pré-souscription en ligne.group Management
Stratégie Internet n° 119 - Déc.-Janv. 2008
1
Téléchargement : la lutte contre le piratage L'année 2007 marque un tournant dans la lutte contre le piratage. Le 23 novembre, 42 acteurs de l’Internet, de la musique, du cinéma et de la télévision ont signé un accord visant à “désinciter” les internautes à pirater des œuvres, en favorisant le dévelop-pement d’une offre de musique et de vidéo attractive sur le Web.
L’Internet mobile sur ordinateur portable SFR et Orange ont lancé des clés USB qui permettent de surfer sur le réseau 3G, 3G+ avec un ordinateur portable en mobilité. Jusqu’à présent, les opé-rateurs proposaient des cartes de type PCMCIA. Ces nouvelles clés permet-tent de surfer à une vitesse de 1,8 Mbit/s. Dans les 20 principales villes de France, la vitesse peut atteindre 3,6 Mbit/s.
Le développement de la fibre optique Les premières offres d’accès à l’Internet très haut débit par la fibre optique ont été lancées en France par Orange et Neuf Cegetel au printemps 2007. Numericable, qui propose une offre de 100 Mbits/s depuis décembre 2006, étend pour sa part son réseau fibre sur l’ensemble des villes de province.
La TV sur mobile La télévision sur mobile en DVB-H (Digital Video Broadcasting-Handheld), utilise la technologie hertzienne. Le réseau 3G traditionnel est ainsi moins sollicité, ce qui optimise la qualité globale des services mobiles. L’offre de TV mobile via ce standard devrait arriver sur le marché français avant mi-2008, avec le lancement des Jeux Olympiques de Pékin.
stratégie internet Informations et conseils pour dirigeants d’entreprises
En couverture
En ce qui concerne les banques , 85 % des sites Internet de banques analysés par Benchmark Group en décembre 2007 (Axa Banque,CIC, Crédit Agricole,ING Direct,LCL,Banque Accord...), offrent des services de souscription en ligne (Etude “Banque et Internet, Edition 2008”). La souscription en ligne concerne principalement les ouvertures de compte, les demandes de cartes de paiement et les emprunts. L’année 2008 devrait connaître une accélération de la dématérialisa-tion de la relation client sur les sites web des banques françaises, réduisant ainsi l’écart avec les sites de banque étrangers, souvent plus avancés en matière de souscription en ligne.Monabanq propose plusieurs services dématérialisés : scan des pièces justificatives, utilisation du procédé de signa-ture électronique... Selon la sociétéKeynectisspé-cialisée dans les services de certification électro-nique, plus d’une centaine de milliers de contrats financiers ont été conclus à l’aide d’un procédé de signature électronique en France en 2007.
Le dév eloppement des réseaux sociaux et des sites de partage de contenus Selon comScore, les sites communautaires ont atti-ré 13,2 millions de visiteurs uniques en France au cours du mois de juillet 2007, soit près de la moitié de la population internaute du pays. L’année 2007 a vu le lancement des versions françaises de MySpaceetFacebookle réseauson côté, . De socialCopains d’avanta poursuivi sa croissance avec près de 6 millions d’inscrits fin 2007. Selon le panel Médiamétrie//NetRatings,Copains d’avant enregistrait 3,930 millions de visiteurs uniques en novembre 2007 (domicile et lieu de travail ; appli-cations Internet exclues), contre 2,531 millions pourMySpaceet 1,772 million pourFacebook. Ce dernier a toutefois beaucoup fait parler de lui après queMicrosoftait investi 240 millions de dollars pour détenir 1,6 % de son capital. Les plateformes de partage de contenus vidéo ont elles aussi conforté leur succès auprès des inter-nautes, en particulier pour la vidéo. Selon comScore, huit internautes français sur dix regar-dent des vidéos en ligne,YouTube,Google Vidéoet le françaisDailymotionétant les sites les plus popu-laires. De son côté, l’encyclopédie en ligne Wikipediafigure désormais au top 10 des sites Internet en termes d’audience en France.
Les annonceurs augmentent leurs in vestisse-ments sur Internet Selon les résultats de l’étude “Publicité et Marketing sur Internet” de Benchmark Group, en 2007 en moyenne, les annonceurs grand public ont investi 9 % de leur budget publicitaire sur Internet en France. En 2006, le poids d’Internet n’était que de 7 %. L’ensemble des investissements publicitaires online des grandes marques présentes sur Internet ont progressé en moyenne de l’ordre de 35 % en 2007. Si l’e-pub mobilise toujours la majorité des investisse-ments en ligne, les achats de mots clés affichent en revanche les plus fortes croissances. Selon TNS Media Intelligence, les recettes publici-taires brutes sur Internet ont totalisé 1,2 milliard d’euros au premier semestre 2007. Le marketing d’influence (buzz marketing, mar-keting viral...) est de plus en plus utilisé dans les campagnes. Beaucoup de marques ont déjà investi des blogs ou des réseaux sociaux (Coca-Cola, Reebok…), des plateformes de partage de vidéos (Bic,Ubisoft,BNP Paribas…) ou l’univers virtuel de Second Life(BNP Paribas,Coca-Cola,Reebok…). Côté acteurs, l’année 2007 est marquée par l’ac-quisition de l’éditeur de solutions marketing DoubleClickparGooglepour un montant de 3,1 milliards de dollars. Ce rachat permet à Google de se positionner sur le marché des ban-nières publicitaires. L’opération attend l’aval de la Commission européenne qui devrait se prononcer en avril 2008. De son côté, le groupe publicitaire françaisPubliciss’est distingué avec le rachat de plusieurs agences interactives : le géant américain Digitas, le chinoisCommunication Central Group et les françaisBusiness Interactif,PhoneValley, et WCube.
Prêt pour l’essor de l’Internet mobile Internet illimité, TV sur mobile, l’octroi potentiel d’une quatrième licence UMTS… de nombreuses mutations sont en cours. Déjà, les opérateurs ont lancé des offres illimitées d’accès à l’Internet depuis le mobile (3G, 3G+, EDGE), sans aucune restriction de temps ou de volume téléchargé. La fin de l’année a aussi vu la sortie en France de l’iPhone dont les qualités ergonomiques devraient favoriser les usages. Mais ce dernier n’est compa-tible qu’avec les réseaux EDGE et Wi-Fi.
Tous les mois, l’essentiel de l’Internet : des informations et des conseils pour les dirigeants d’entreprise (direction générale, direction de la communication, direction marketing, direc-tion commerciale, direction des systèmes d’information...)
Edité parBenchmark Group,www.strategie-internet.com,69/71 Avenue Pierre Grenier 92517 Boulogne-Billancourt. Téléphone : 01 47 79 50 00 - Fax : 01 47 79 50 01. PDG/directeur de la publication : Corinne Delaporte.XavierStéphane Loire (benchsi@benchmark.fr), Rédaction : Fiquemo, Julie Marétheu, Gilles Blanc, Francine Ma, Nicolas Garmy et Grégory Paget. Flashage/impression : Indica, Colombes (92), 01 47 82 32 32.Dépôt légal : Janvier 2008 ; ISSN : 1270-9301. Prix du numéro : 49 euros. Prix de l’abonnement annuel (10 numéros : France 460 euros / Etranger 490 euros). Copyright :toute reproduction même partielle, par quelque procédé que ce soit, du contenu de la revue, est interdite par la loi du 11/3/1957 sans l’autorisation écrite préalable de la direction de la revue. © Benchmark Group.
2
Stratégie Internet n° 119 - Déc.-Janv. 2008
Enquête
Marques de luxe sur Internet : usages et attentes des clientes
Plus d’une cliente internaute sur deux se rendent sur les sites de marques pour s’informer sur les produits ou les points de vente, voire acheter directement en ligne.
enchmark Group a présenté lors de son B forum “L’univers féminin sur Internet” (décembre 2007) les résultats d’une enquête en ligne menée auprès d’internautes clientes de marques de luxe pour connaître leur opinion et leurs attentes vis-à-vis des sites Internet des grandes marques, et leur attitude à l’égard de l’achat en ligne. P our les clientes, les sites Internet des marques de luxe sont des leviers pertinents pour communiquer sur la marque et ses valeurs et mettre en scène ses produits. Mais le canal Internet est bien plus qu’une simple vitrine. Le site doit être conçu comme un outil permettant aux clientes de préparer leur achat et de s’orienter vers un point de vente. L’enquête montre en effet qu’avant de finaliser un achat en boutique, 55 % des internautes ont souvent le réflexe de visiter le site de la marque.
Les services plébiscités par les internautes Les clientes attendent des sites de marques de luxe beaucoup d’informations sur les produits. 70 % d’entre elles considèrent comme “très important” le fait de pouvoir y trouver les carac-téristiques détaillées des articles (dimensions, matière de fabrication, photos…), ainsi que les prix (68 %). Par ailleurs, pour 48 % des clientes, il est “très important” d’avoir accès à une liste des points de vente sur le site. Celle du site de Louis Vuittonchoix duest un bon exemple : magasin à partir de menus déroulants, coordon-nées complètes, gammes de produits disponibles, plan d’accès et photo de la boutique.
L’intérêt des clientes pour l’achat en ligne 80 % des clientes de marques de luxe inter-rogées déclarent avoir déjà acheté en ligne des vêtements, des chaussures ou des accessoires de luxe. 64 % ont déjà acheté des produits cosmétiques. Néanmoins, les clientes ne sont pas prêtes à tout acheter sur Internet. Pour la joaillerie et les pro-duits alimentaires, beaucoup de ces internautes pourtant habitués à l’achat en ligne, préfèrent réaliser ces achats directement en magasin
plutôt que de passer commande en ligne. Ces dernières souhaitent en effet pouvoir apprécier physiquement les produits avant d’acheter. Quand on interroge les clientes pour expliquer leur choix du canal Internet pour l’achat d’un produit de luxe, elles évoquent avant tout le confort et la praticité de ce mode d’achat. 70 % mettent en avant la disponibilité du service et 50 % le gain de temps. Internet permet aussi de s’adresser à une autre clientèle que celle habi-tuée aux magasins. 47 % des internautes souli-gnent qu’elles ne disposent pas d’un point de vente proche de leur domicile, la présence des marques de luxe se concentrant souvent dans les grandes agglomérations.
Exemples de bonnes pratiques A ce jour, une minorité de grandes marques ont optimisé leur présence en ligne. Beaucoup se concentrent uniquement sur la mise en valeur de la marque et de son univers, au détriment parfois du service et de la relation clients.Louis Vuitton,CartierouJean Paul Gaultierprouvent pourtant qu’il est possible de concevoir un site conciliant créativité et praticité. Parmi les marques qui ne proposent pas encore l’achat en ligne, les sites Internet qui paraissent les plus performants sont ceux qui permettent d’en faire des relais efficaces vers les boutiques. On peut citer par exemple le site deLancel(fiches pro-duits complètes avec des visuels de très bonne qualité),TAG Heuer(liste des revendeurs, mode d’emploi à télécharger en PDF, constitu-tion d’une liste de favoris…), etChaumet(ser-vice de call-back). Les avantages de l'achat en ligne de produits de luxe Je peux acheter quand je veux, à l'heure qui me 70 % convient
Cela me permet de gagner du temps
Je peux prendre mon temps pour mieux comparer et choisir
C'est plus pratique. Il n'y a pas de boutique près de chez moi
Les prix sont plus intéressants
C'est moins stressant. Je n'ose pas entrer dans une boutique
Il y a plus de choix
11 %
22 %
38 %
50 %
48 %
47 %
Benchmark Group : Enquête en ligne auprès de 648 clientes de marques de luxe (Avril Mai 2007). Plusieurs réponses possibles.
Méthodologie Dans le cadre de son étude “Les marques de luxe sur Internet”, Benchmark Group a interrogé 648 clientes de marques de luxe, entre avril et mai 2007.
Structure de l’échantillon - Moins de 25 ans : 7 % - De 25 à 34 ans : 18 % - De 35 à 49 ans : 32 % - 50 ans et plus : 42 % - Niveau de revenus (net) : - Moins de 1 500 euros : 20 % - Entre 1 500 et 3 000 euros : 52 % - Entre 3 000 et 4 500 euros : 19 % - Plus de 4 500 euros : 9 % - 80 % des clientes interrogées ont déjà acheté en ligne au moins un produit de luxe
Les leviers d’inscription à un espace privatif Les conseils personnalisés et les contenus exclusifs ne suffisent pas. L’inscription à un espace pri-vatif est motivée par l’accès à des offres privilégiées ou exclusives : des ventes privées (pour 80 % des internautes clientes des marques de luxe), un programme de fidéli-sation donnant droit à des avan-tages (78 %), des tests de produits en avant-première (75 %).
Les leviers d’inscription à une newsletter Pour 88 % des internautes, l’abon-nement à une newsletter est motivé par la possibilité de bénéficier de tarifs préférentiels (promotions, ventes privées…). 69 % sont d’accord pour recevoir des informations dans leur boîte e-mail à condition d’en tirer des avantages significatifs, comme des invitations pour des tests de pro-duits en avant-première.
Etude Les marques de luxe sur Internet État des lieux et meilleures pratiques Septembre 2007 www.benchmark.fr
Stratégie Internet n° 119 - Déc.-Janv. 2008
3
Bytes and Com Créée en 1996, Bytes and Com est une société belge spécialisée dans les problématiques liées à l’Internet, au mobile et au marke-ting en ligne. Ses principales prestations : les campagnes de positionnement, les chartes gra-phiques web, le développement de services web, l’hébergement, la réservation de noms de domaines, l’envoi de SMS.
Code-barres 2D Un code-barres 2D permet d’accéder directement à un site Internet mobile ou un contenu à télécharger (vidéo, musique, infor-mations…). L’utilisateur prend en photo ce code avec son mobile pour accéder au contenu ou au site désiré. Ces codes sont de forme carrée et comportent un assemblage de motifs de pixels
NFC (Near Field Communication) Promue par Sony et Philips, cette technologie d’échange de données à quelques centimètres a été adaptée pour les terminaux mobiles.
Etude Marketing et relation client sur mobile Janvier 2007 www.benchmark.fr
4
Etude de cas
Le site Internet mobile de Thalys
Pour de nombreuses marques, le lancement d’un site mobile ou son optimisation est l’un des chantiers de l’année 2008. Retour d’expérience d’un pionnier.
halys a acquis depuis plusieurs années une T solide expérience en matière de développe-ment de services mobiles. Depuis 2005, le site propose le téléchargement des horaires des trains sur PDA non communiquant (PALM, Pocket PC…). Pour cela, les utilisateurs doivent télécharger une application à partir du site Internet. Ce service gratuit a tout de suite été très bien accueilli par les clients. Il existe donc toujours dans la toute nouvelle version du site lancée en décembre 2007.
Un back-office commun pour les sites web et mobile Le cœur de clientèle de Thalys est constitué d’hommes d’affaires équipés de terminaux mobiles haut de gamme, dont beaucoup de Blackberry. Thalys a alors souhaité anticiper la montée en puissance de l’Internet mobile en étant parmi les toutes premières sociétés à avoir déposé un nom de domaine en.mobien sep-tembre 2006. Disponible en quatre langues et sur quatre pays, le site mobile a été déployé en moins de deux mois pour un budget inférieur à 50 000 euros.Thalys.mobienregistre en 2007 environ 1 000 visiteurs uniques par mois. Le site web et le site mobile sont mis à jour en même temps grâce à un back-office commun. Il garan-tit une excellente réactivité dans les informa-tions transmises aux clients et favorise ainsi les usages. En outre, il permet de réduire manifeste-ment les coûts de développement. Le site mobile est principalement promu par le site InternetThalys.comainsi que par des opéra-tions ponctuelles (affichage, pochette à billets). En effet, 2007 aura été une année de tests, mais à l’instar de ce qui est fait dans le secteur aérien, les services sur mobiles sont une priorité, surtout dans une logique de dématérialisation.
Des services pratiques Il serait maladroit de vouloir transposer sur un site mobile l’ensemble des fonctionnalités acces-sibles sur un site Internet. Plutôt que de se dis-perser dans le déploiement sur mobile d’une
Stratégie Internet n° 119 - Déc.-Janv. 2008
multitude de services ou de contenus, Thalys a choisi de concentrer ses efforts sur deux services à forte valeur ajoutée : la consultation des horaires des trains pour préparer ses voyages, et l’info trafic en temps réel. Il s’agit d’informa-tions pratiques déjà très consultées sur le site Internet et qui sont d’autant plus pratiques en situation de mobilité.
L’affichage des pages Lorsque le mobinaute se connecte sur le site mobileThalys.mobiapplication détecte, une automatiquement le terminal pour adapter au mieux l’affichage des pages.Bytes and Com (agence web prestataire de Thalys) a en ce sens créé sa propre base de données qui répertorie plus de 1 600 terminaux. En parallèle, le site détecte la qualité de la connexion pour proposer en Wap 1.0 une version allégée du site (pas d’images ni de couleur), ou bien une version complète en Wap 2.0. Dans ce dernier cas, il existe cinq formats d’images différents uploadés en fonction des capacités du téléphone (taille de l’écran, navigateur…) et de la qualité de la connexion (GPRS, 3G…). Mais dans tous les cas, et malgré l’arrivée de nouveaux terminaux très performants, il est important de créer des pages très simples et de se limiter dans le nombre de pages disponibles sur le site mobile.
Le mobile au service de la dématérialisation Le “Ticketless” permet de voyager sans billet papier sur l’ensemble des destinations Thalys. Le voyageur n’est jamais en possession d’un billet-papier. Les voyages sont stockés sur le PDA du contrôleur ; le voyageur doit simplement s’identifier auprès de lui. A l’origine réservé aux membres du programme de fidélitéCybelys, il vient d’être ouvert à tous les voyageurs (billets promotionnels exclus). Après inscription préa-lable surThalys.com, il suffira pour voyager de présenter sa carte “Ticketless” ou l’une des cartes partenaires, ou à défaut le mail de confirmation de réservation muni d’un code-barres 2D. Mais Thalys souhaite aller plus loin et intégrer le mobile dans la stratégie de dématérialisation des titres en permettant notamment l’échange de T icketless via Thalys.mobison mobile au. Enfin, présenter contrôleur Thalys comme titre de transport (NFC, MMS, code-barres 2D) est un objectif d’expérimentation pour l’année 2008
Focus
Tour d’horizon du podcasting
De plus en plus de sites Internet de médias, de marques et de tourisme proposent des podcasts. Un tour d’horizon des premières initiatives.
e podcasting permet de télécharger automati-L quement des programmes audio ou vidéo à partir d’un site Internet. La lecture de ces conte-nus se fait directement depuis l’ordinateur ou sur un lecteur numérique portable une fois le trans-fert effectué. En France, 1,8 million d’individus de 11 ans et plus sont utilisateurs d’un baladeur mul-timédia (avec lecteur vidéo) selon une étude de Médiamétrie et GfK (“La Référence des ème Equipements Multimédias”, 3 trimestre 2007), soit 3,5 % de l’ensemble des individus de 11 ans et plus. Toujours selon Médiamétrie, fin 2006, 7 % des internautes assidus (individu se connectant à Internet ou à un service en ligne tous les jours ou presque.) avaient déjà téléchargé un podcast, soit près de 1,4 million de personnes.
Développer une communication innovante Les marques utilisent le podcast pour s’adresser aux jeunes, cible en forte affinité avec ces nou-veaux supports, pour se donner une image inno-vante. Le lancement d’un service original permet aussi d’attirer l’attention des médias et de créer du buzz sur les forums et les blogs. Pour susciter l’intérêt des internautes, les contenus diffusés doi-vent être “exclusifs” ou pratiques. Les jeunes sont notamment intéressés par des contenus attractifs ou divertissants qu’ils pourront faire découvrir à leurs amis en situation de mobilité.
Communiquer sur des thématiques attractives ou sur ses produits Aux Etats-Unis, un laboratoire a développé une initiative basée sur une approche éditoriale. Spécialisé dans le traitement de l’acné,Nature’s Curepropose depuis 2006 des podcasts à destina-tion des jeunes, en prenant la parole sur différents thèmes autour de la santé, créant ainsi une rela-tion de proximité avec les adolescents. Sous un for-mat proche des programmes courts de télévision, Whirlpoolaborde des thématiques liées à la famille (“American Family”). En 2007, le podcast le plus populaire a été téléchargé plus de 50 000 fois. En Belgique,Volkswagenréalise des émissions vidéo mensuelles à destination des 18-28 ans, sur l’actualité culturelle et les loisirs. Chaque nouvel épisode diffusé sur la Web TVVW Escapeest visionné en moyenne par 40 000 internautes. Pour
présenter ses collections, la chaîne de vêtements H&Mexploite le podcast avec de courtes séquences d’une à trois minutes.Chanelpropose de télécharger les défilés de ses collections.
Conseiller ses clients Gemey Maybellinediffuse des vidéos en podcast (vidéocasts) depuis janvier 2006. Aucune marque de beauté n’avait utilisé ce format jusqu’alors. Par ce biais, la marque de produits de maquillage délivre des conseils pratiques à ses clientes, au rythme d’une vidéo par semaine. Sur l’ensemble de l’année 2007, le site Internet de Gemey Maybelline a enregistré 100 000 téléchargements de vidéocasts. De leur côté,NespressoetLesieur proposent des recettes. Aux Etats-Unis,Purina met à disposition des internautes des conseils d’experts et des reportages sur les animaux domestiques.
Des contenus pratiques en situation de mobilité Dans le secteur du tourisme, le site Internet du Château de Versaillespropose des podcasts audio ou vidéo à consulter durant les visites sur un lec-teur multimédia. Ce service a été mis en place en juillet 2006. Plus de 680 000 séquences ont été téléchargées au cours des sept premiers mois. Un téléchargement sur deux a été effectué depuis l’étranger.
Profiter d’un canal de diffusion supplémentaire De nombreux médias mettent en ligne leurs propres podcasts audio (NRJ,France Inter, Radio Classique) ou vidéo (France 24,BFM TV, i>TELE,LCIdotant ainsi d’un nouveau), se canal de diffusion dans le cadre d’une stratégie média globale. En 2006,Artedéclarait avoir 90 000 abonnés à son podcast “Arte Radio”. 60 % des auditeurs étaient âgés de 15 à 35 ans.
Optimiser l’accès aux podcasts Pour assurer une bonne visibilité aux podcasts, leur présence doit être signalée dès la page d’ac-cueil du site. Leur utilisation n’étant pas forcé-ment connue des internautes novices, une men-tion du type “télécharger la vidéo sur votre bala-deur numérique” est appréciable. Si plusieurs types de podcasts sont disponibles, un accès seg-menté par programmes ou par thématique facilite le repérage au sein de la rubrique. Pour les sites qui proposent à la fois des podcasts audio et vidéo, la présence de pictogrammes permet d’identifier rapidement le format des contenus.
Un nouveau media pour les annonceurs Des spots vidéo d’une durée généralement comprise entre 4 et 10 secondes peuvent être insérés au début ou à la fin des contenus à télécharger. Les vidéocasts de CNN sont généralement précédés d’un court spot publicitaire. En France, AlloCiné exploite égale-ment cette voie auprès des annonceurs intéressés par ce nouveau mode de communication, en introduction des bandes-annonces. Depuis le mois d’oc-tobre 2007, France 3 propose aux annonceurs de communiquer en ouverture des journaux télévisés régionaux téléchargés en podcast vidéo par les internautes.
Le profil des utilisateurs américains de podcast Aux Etats-Unis, selon comScore, 75 % des téléchargements de podcasts sont réalisés via iTunes. Les données sur l’utilisation des podcasts sur iTunes aux Etats-Unis révèlent un profil d’utilisa-teurs plutôt masculin (63 %). La moitié des utilisateurs de pod-casts ont entre 35 et 54 ans. Mais les moins de 25 ans sont sur-représentés puisqu’ils constituent 29 % des utilisateurs, tandis qu’ils ne représentent que 14 % de la population internaute.
Etudes - Vidéo et rich media sur Internet : opportunités, technologies, prestataires Décembre 2007 - Déployer des services Web 2.0 : état des lieux, opportunités, exemples à suivre Décembre 2007
Séminaire RSS, podcast : les nouveaux outils du marketing direct 20 février 2008 www.benchmark.fr
Stratégie Internet n° 119 - Déc.-Janv. 2008
5
Les résultats de l’édition 2007 de l’enquête “Consumer Technographics” réalisée par Forrester Research auprès de 7 000 jeunes inter-nautes européens (dont 1 000 en France) âgés de 12 à 24 ans, montrent que la France se situe au deuxième rang européen du plus grand nombre de jeunes connectés quotidiennement à Internet (internautes assidus), après la Suède. Selon Forrester, 82 % des 12-24 ans se connectent quo-tidiennement à Internet, contre 88 % en Suède, et 79 % en moyenne en Europe. Sur l’ensemble des activités en ligne, les jeunes internautes français occupent la première place au niveau de l’utilisation des blogs. Selon Forrester, 72 % des 14-24 ans consultent des blogs, 51 % les commentent et 37 % en publient ou les mettent à jour, contre respectivement 50 %, 34 % et 26 % pour la moyenne européenne. Toutefois, on constate des différences majeures entre les 12-17 ans et les 18-24 ans.
6
Stratégie Internet n° 119 - Déc.-Janv. 2008
Europe (UE) 255 53% 99
Sources : Benchmark Group, comScore NetWorks, Forrester Research, IAB, Internet World Stats, Médiamétrie, Nielsen NetRatings, TNS Media Intelligence.
Profil des internautes français Part dans l’ensemble Part dans de la population la population française internaute Hommes 48 % 54 % Femmes 52 % 46 % 11-15 ans 7 % 10 % 16-24 ans 13 % 19 % 25-34 ans 15 % 19 % 35-49 ans 24 % 28 % 50-64 ans 22 % 17 % 65 ans et plus 19 % 5 % CSP + 21 % 33 % CSP - 30 % 29 % Retraités 22 % 7 % Etudiants 10 % 16 % Autres inactifs 17 % 15 % er Source : Médiamétrie - Observatoire des Usages Internet - 1 trimestre 2007 - Copyright Médiamétrie - Tous droits réservés
Etats-Unis 215 71% 140 133 75% 12,6
France, Etats-Unis, Europe : Indicateurs clés de l’Internet France Nb d’internautes (en millions) 30 % de la population 57% Marché du e-commerce B to C (en milliards d’euros, en 2006) 9 Nb de cyberconsommateurs (en millions, en 2006) 17 % d’internautes ayant acheté en ligne (en 2006) 62% Marché de l’e-Pub (en milliards d’euros, en 2006) 2,2
Blogs, jeux, achat en ligne… Les jeunes français se distin-guent par une forte utilisation d’Internet.
Les jeunes entre 12 et 17 ans s’impliquent davan-tage dans les blogs et les jeux en ligne. 79 % d’entre eux lisent des blogs, 61 % les commentent et 48 % en publient. Les blogs de Skyrock occupent une large part de cette audience. Selon le panel Médiamétrie//NetRatings France, le “channel”Skyrock Bloga enregistré une audience de prêt de 5,9 millions de visiteurs uniques en novembre 2007 (domicile et/ou lieu de travail ; applications Internet incluses). Par ailleurs, 56 % des internautes âgés de 12 à 17 ans jouent à des jeux en ligne seuls, et 36 % à des jeux en réseaux, contre respectivement 35 % et 21 % chez les 18-24 ans.
Les 18-24 ans utilisent davantage Internet pour la recherche d’informations et l’achat en ligne. Selon Forrester, 78 % d’entre eux utilisent des moteurs de recherche (contre 60 % pour les 12-17 ans), 67 % recherchent des informations sur des produits (contre 43 % pour les 12-17 ans) et 53 % achètent en ligne (contre 18 % pour les 12-17 ans).
Les jeunes américains et Internet Selon une enquête du Pew Internet and American Life Project, 64 % des jeunes inter-nautes américains âgés de 12 à 17 ans s’expriment sur la Toile en créant du contenu en ligne. Ces jeunes internautes contribu-teurs représentent 59 % de l’ensemble des adolescents de leur âge (internautes et non internautes). Les résultats de cette enquête montrent que : - 55 % des internautes de 12-17 ans ont créé un profil sur MySpace, Facebook ou un site similaire ; - 39 % des internautes de 12-17 ans ont mis en ligne leurs propres contenus (photos, textes, vidéos) ; - 33 % ont créé des pages pour d’autres ou pour des groupes auxquels ils appartiennent ; - 28 % ont un blog ; - 27 % ont leur propre page web ; - 26 % mixent du contenu trouvé sur Internet dans des créations qui leur sont propres.
Etats-Unis
France
35 34 : 27 65 50
Chiffre La génération Internet
Tableau de bord
Chiffre
Usages des internautes Home panel Mediametrie//NetRatings en Novembre 2007 ( Applications Internet Incluses ) Nombre de sessions par mois Nombre d’heures passées par mois sur le PC Nombre de domaines visités par mois Temps consacré par page en secondes
42 39 : 47 93 42
e-Pub : Baromètre AdNetTrack-JDN Nombre de créations diffusées par les 200 premiers annonceurs plurimédias Décembre 2007 4 512 Novembre 2007 4 802 Octobre 2007 4 910 Septembre 2007 4 270 Août 2007 2 963 Juillet 2007 3 357 Juin 2007 4 443 Mai 2007 4 151 Décembre 2006 4 684 Novembre 2006 4 664
A LIRE
Le marketing on line M. JEAN-BAPTISTE, P. JEAN-BAPTISTE Editions d'Organisation, 228 pages, 24 euros.
Référencement sur le Net S. SAPORTA Editions d'Organisation, 194 pages, 25 euros.
Nouveaux outils en ligne pour la fonction achat C. REY Editions Maxima, 152 pages, 34,80 euros.
La net économie A. MULLER Editions PUF, 128 pages, 8 euros.
Cybercriminalité M. QUEMENER, J. FERRY Editions Economica, 282 pages, 19 euros.
Cas en management stratégique O. JOFFRE, L. P, E. SIMON, COLLECTIFEMS Editions EMS, 232 pages, 19,50 euros.
En bref
LESFAQ DU JURISTE
Web 2.0 : qualification et responsabilités ous le vocable de Web 2.0 sont regroupées des activités diverses de S l’Internet qui sont principalement caractérisées par leur réactivité incessante et leur orientation participative. Concernant les responsables de ces sites, selon une première concep-tion, c’est la loi sur la liberté de la presse de 1881 qui régule les questions de responsabilité ; dans une seconde conception, c’est le régime des hébergeurs tel que défini par la LCEN (loi pour la confiance en l’éco-nomie numérique). Dans une affaire (TGI Paris, 13/07/2007), le juge a refusé le statut d’édi-teur et qualifié Dailymotion comme hébergeur ; il a ensuite appliqué le régime de responsabilité correspondant pour déclarer Dailymotion res-ponsable. Il a ajouté qu’en créant les conditions favorisant l’héberge-ment de contenus illicites, l’hébergeur perd le bénéfice de l’exemption de surveillance prévue par la LCEN. Dans une affaire impliquant Google Vidéo (TGI Paris, 19/10/2007), le juge a également seulement reconnu Google comme hébergeur et déclaré ce dernier responsable selon la LCEN. En effet, Google avait par trois fois procédé au retrait du contenu litigieux placé en ligne par des utilisateurs différents. Le juge a estimé que ces actions ponctuelles n’étaient pas suffisantes pour ren-contrer les conditions posées par la LCEN afin de déclarer l’hébergeur non-responsable. Google aurait dû, dès la première notification, mettre en place un système empêchant tout retour en ligne de ladite vidéo. Dans une autre affaire (TGI Paris, 22/06/2007), MySpace a été considéré comme un acteur relevant simultanément des deux conceptions. Dans ce cas, le juge a décidé de privilégier le régime de responsabilité lié au statut d’éditeur. La qualification et la responsabilité des acteurs du Web 2.0 sont donc encore à l’état embryonnaire, par le nombre de cas et par le faible niveau de convergence du régime juridique appliqué.
Etienne Wery et Thibault Verbiest, Avocats à la Cour Cabinet ULYS (www.ulys.net)
PROFILS Yahoo! Kristof Fahyest nommé vice-président marketing du portail en Europe.
Bouygues Telecom Olivier Roussatdevient directeur général de l’opé-rateur téléphonique.
Kelkoo France Christopher Caussin est nommé directeur géné-ral du comparateur de prix.
AlloCiné Claude Esclatinerejoint le groupe spécialisé dans l’information cinéma comme P-DG.
ChateauOnline Eric Brousseest nommé P-DG du spécialiste de la vente de vins en ligne.
King jouet Christophe L’Herest nommé directeur e-com-merce du marchand de jouets.
MadeInDesign Benoit Chopindevient directeur général de la boutique en ligne de mobi-lier et décoration de design.
Nom .......................................... Prénom ........................ stratégie internet Pour s’abonner àentrepriFonction ......................................................................... Informations et conselispourdirigeantsdses Société ........................................................................... Retourner ce document àBenchmark Group 69/71 Av. Pierre Grenier 92517 Boulogne-Secteurdactivité............................................................. Billancourt ou le faxer au 01 47 79 50 01. E-mail ............................................................................. Je m’abonne pourJe vous règle par un an (10 numéros) chèque bancaire Tél. ............................................Fax. ............................. àStratégie Internetci-joint à l’ordre de Adresse .......................................................................... pour415(1) Benchmark Group. au lieu de 460HT Je souhaite recevoir ..................................................................................... Net à payer TTC : une facture. 437,83Code Postal ................................ Ville ............................ Etranger 445au lieu de 490Date ........................................... Signature Je souhaite en complément recevoir la collection complète des10 derniers numéros (un an) pour 290HT SI 119 GarantieAu cas où je souhaiterais interrompre mon abonnement, les numéros à paraître me seront remboursés au prorata.(1) Offre spécialevalable jusqu’au 29 Février 2008.
Stratégie Internet n° 119 - Déc.-Janv. 2008
7
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents