Synthèse Musicusages 2016 — SNEP

Synthèse Musicusages 2016 — SNEP

-

Documents
4 pages
Lire
Cet ouvrage peut-être téléchargé gratuitement

Description

Paris, le 23 juin 2016 BAROMETRE MUSICUSAGES JUIN 2016 Le SNEP présente la première vague du Baromètre MusicUsages, un nouveau tableau de bord réalisé en partenariat avec'&^ hTILISENT : >͛/E / ^ d/^& TION EST DE 7,97/10 TOUTES GENERATIONS CONFONDUES 2 L͛ĂďŽŶŶĞŵĞŶƚ: une valeur ajoutée reconnue par le consommateur Enjeu centralĚƵ ŶŽƵǀĞĂƵ ŵŽĚğůĞ ĠĐŽŶŽŵŝƋƵĞ ĚĞ ůĂ ŵƵƐŝƋƵĞ ĞŶƌĞŐŝƐƚƌĠĞ͕ ů͛ĂďŽŶŶĞŵĞŶƚ ĂƵ ƐƚƌĞĂŵŝŶŐséduit de plus en ƉůƵƐ ƉĂƌ ƚŽƵƚĞƐ ůĞƐ ŶŽŵďƌĞƵƐĞƐ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĂůŝƚĠƐ ƋƵ͛ŝů ƉƌŽƉŽƐĞ: avec plus de 3 millionsĚ͛ĂďŽŶŶĠƐ͕ ůĂ ĚLJŶĂŵŝƋƵĞ ƐĞ ƉŽƵƌƐƵŝƚ ĚĞƉƵŝƐ ůĞ ĚĠďƵƚ ĚĞ ů͛ĂŶŶĠĞ, soit1 streamer audio sur 5. >͛ĞĨĨĞƚ ƉƌĞƐĐƌŝƉƚĞƵƌ ĚƵ ďƵŶĚůĞ: Pourquois͛ĂďŽŶŶĞ-t-on ? Les fonctionnalités préférées des abonnés Les comptes partagés : une nouvelle opportunité DĂŝƐ ů͛ĂďŽŶŶĞŵĞŶƚ ĚŽŝƚencore relever un défi de notoriété car4 utilisateurs sur 10 de services de streaming gratuits, audio et vidéo déclarent ne pas connaître les offres payantes. 3 La monétisation du streaming vidéo :ů͛ĞŶũĞƵ Ě͛ĂǀĞŶŝƌ ĚĞ ůĂ ĨŝůŝğƌĞ ŵƵƐŝĐĂůĞ Au-delà du challenge de la conversion des utilisateurs des formules freemium du streaming audio,Đ͛ĞƐƚla faible valeur que génère leƐƚƌĞĂŵŝŶŐ ǀŝĚĠŽ ƋƵŝ ĞƐƚ ĂƵ ĐƈƵƌ ĚƵ ĚĠďĂƚ : il rassemble la plus large audience͕ ŵĂdžŝŵŝƐĞ ů͛ƵƐĂŐĞ ŵĂŝƐ ƚŝƌĞ vers le bas les revenus des acteurs de la filière.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 23 juin 2016
Nombre de visites sur la page 1 437
Signaler un problème
Paris, le 23 juin 2016 BAROMETRE MUSICUSAGES JUIN 2016 Le SNEP présente la première vague du Baromètre MusicUsages, un nouveau tableau de bord réalisé en partenariat avecGFK pouƌ oďseƌveƌ l’ĠvolutioŶ de la ĐoŶsoŵŵatioŶ de la ŵusiƋue eŶligne. Le focus de cette première édition est consacré aux usages et attitudes des français consommateurs de musique en streaming, audio et vidéo, gratuit et payant. Un panel de 2 017 consommateurs français de musique de 15 ans et plus pratiquant le streaming a été interrogé en avril/mai 2016.
Le streaming, un usage mainstream en plein essor
Un mode de consommation de plus en plus incontournable : 1/3 de la population française écoute de la musique en er streamingsoit plus de ϮϮ M d’utilisateuƌs.trimestreLes chiffres de consommation témoignent de cet engouement : au 1 ϮϬϭϲ, oŶ ƌeĐeŶse ϲ,ϭ ŵilliaƌds d’ĠĐoutes suƌ les platefoƌŵes de stƌeaŵiŶg audio: Đ’estϲ9% de plus Ƌu’au pƌeŵieƌ tƌiŵestƌe ϮϬϭϱ ;ϯ,ϲ ŵilliaƌds d’ĠĐoutesͿ.
Toutes les Đlasses d’âgesont concernées: si le streaming est très populaire chez les jeunes, il a aussi trouvé son public chez les + de 50 ans qui représentent 30% des streamers. Les trentenaires sont en tête des abonnés.
Au-delà de la prédominancedu stƌeaŵiŶg vidĠo, oŶ Ŷote uŶe ĐoŵŵuŶautĠ d’usage de + de ϰϬ% eŶtƌe les utilisateuƌs du streaming audio et ceux du streaming vidéo.
1
Caractéristiques des pratiques LE STREAMING AUDIO ET VIDEO : UNE PRATIQUE ASSIDUE IŶteŶsitĠ de l’usageun streamer pratique en moyenne7h50 de : stƌeaŵiŶg paƌ seŵaiŶe, et Đette duƌĠe s’Ġlğve à plus de 9h pouƌ les 15-29 ans. Fréquence: 82% des streamers écoutent la musique au moins une fois par semaine en streaming, 38% chaque jour et 54%des 15-29 ans. Un usageƋui devieŶt le ŵode pƌiŶĐipal d’ĠĐoute de ŵusiƋue: Pour 55% des streamers audio et pour 62% des 15-29 ans.Pour 50% des streamers vidéo et 58% des 15-29 ans.
PLAYLISTS, PRESCRIPTION, SATISFACTION : LES MOTS CLES DU STREAMING AUDIO Le streaming audio est un usage multi-supports : ordinateurs smartphones, tablettes, télévisions mais près de 80% des streamers déclarent écouter la musique sur leur smartphone. Le succès des playlists La force de prescription des services de streaming :62%des streamers écoutent les playlists éditoriales proposées paƌ les seƌviĐes Ƌu’ils ĠĐouteŶt. Les streamers audio créent et partagent des playlists à 79%via leur plateforme de streaming (Deezer, Spotify, etc.), à62%via Facebook et33%via Twitter. Les services de streaming audio prescripteurs de découvertes
LES ADEPTES DU STREAMING AUDIO PLEBISCITENT LES SERVICES QU’ILS UTILISENT : L’INDICE DE SATISFACTION EST DE 7,97/10 TOUTES GENERATIONS CONFONDUES
2
L’aďoŶŶeŵeŶt: une valeur ajoutée reconnue par le consommateur Enjeu centraldu Ŷouveau ŵodğle ĠĐoŶoŵiƋue de la ŵusiƋue eŶƌegistƌĠe, l’aďoŶŶeŵeŶt au stƌeaŵiŶgséduit de plus en plus paƌ toutes les Ŷoŵďƌeuses foŶĐtioŶŶalitĠs Ƌu’il pƌopose: avec plus de 3 millionsd’aďoŶŶĠs, la dLJŶaŵiƋue se pouƌsuitdepuis le dĠďut de l’aŶŶĠe, soit1 streamer audio sur 5. L’effet pƌesĐƌipteuƌ du ďuŶdle:
 Pourquoi s’aďoŶŶe-t-on ?
Les fonctionnalités préférées des abonnés
Les comptes partagés : une nouvelle opportunité
Mais l’aďoŶŶeŵeŶt doitencore relever un défi de notoriété car4 utilisateurs sur10de services de streaming gratuits, audio et vidéo déclarent ne pas connaître les offres payantes.3
La monétisation du streaming vidéo :l’eŶjeu d’aveŶiƌ de la filiğƌe ŵusiĐaleAu-delà du challenge de la conversion des utilisateurs des formules freemium du streaming audio,Đ’estla faible valeur que génère lestƌeaŵiŶg vidĠo Ƌui est au Đœuƌ du dĠďat: il rassemble la plus large audience, ŵadžiŵise l’usage ŵais tiƌe vers le bas les revenus des acteurs de la filière. La notoriété des services de streaming auprès des streamers
Les ¾ des stƌeaŵeƌs ĐoŶsoŵŵeŶt de la ŵusiƋue suƌ YouTuďe et ϯϯ% d’eŶtƌe eudž edžĐlusivement via cette plateforme, or Đ’est aussi et de loiŶ la platefoƌŵe la plus populaiƌe. La musique estuŶ ĐeŶtƌe d’iŶtĠƌġt pƌĠpoŶdĠƌaŶtpour les utilisateurs de YouTube, et la musique est le contenu qui draine la plus forte audience: 21 des 23 vidéos ayant franchi le cap du milliard de vues sur cette plateforme en 2015 sont des vidéoclips musicaux (Source Ifpi). Or, non seulement YouTubeŶe pƌopose toujouƌs pas uŶe offƌe d’aďoŶŶeŵeŶt eŶ FƌaŶĐemais surtout, il ne rémunère que très insuffisamment la création par rapport aux autres plateformes de musique en ligne qui négocient loyalement les dƌoits de la ŵusiƋue saŶs se ƌĠfugieƌ deƌƌiğƌe le statut d’hĠďeƌgeuƌ:
TEL ESTL’ENJEU DE LA CORRECTION DU VALUE GAP, CE TRANSFERT DE VALEUR QUI S’OPERE AU DETRIMENT DES ACTEURS DE LA CREATION
4