//img.uscri.be/pth/84196b4f871cd4c67ef718f5062596640d211ce1
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Comment intégrer les données provenant de l'utilisateur final

3 pages
CONCEPTION PARTICIPATIVE DES EQUIPEMENTS DE TRAVAILComment intégrer les données provenant de l’utilisateur final dans les systèmes de l’ISO et du CENJan Dul, Introduction On sous-estime souvent les aspects économiques Harmen Willemse de l’ergonomie. En gestion, un processus indus-et Henk de Vries En 1973, l’Association Internationale d’Ergonomie triel est généralement décrit comme une chaîne (International Ergonomics Association – IEA), repré- d’activités à valeur ajoutée. Par exemple, le pro-Jan Dul a été président de plusieurs comités de normalisation nationaux, sentant actuellement quelques 19.000 scientifiques cessus de création de produit et de sa réalisation européens et internationaux et et praticiens spécialisés en ergonomie dans le peut être décrit par la chaîne : Recherche, Mise au président du Comité Technique monde, a proposé à l’ISO d’élaborer des normes Point du Produit, Développement du Processus, des Normes de l’IEA (Association dans le domaine de l’ergonomie (Parsons et Shackel, Achat, Production et Distribution. L’ergonomie Internationale d’Ergonomie). Il est 1995). En 1974, l’ISO a créé le TC 159 “Ergonomie” appliquée au produit peut ajouter de la valeur au actuellement professeur de gestion en pour démarrer ce processus et a publié la première processus de la création du produit (Recherche, ergonomie à la Rotterdam School of Management, Université Erasmus de norme d’ergonomie en 1981 : l’ISO 6385:1981 Mise au Point du Produit) et ...
Voir plus Voir moins

CONCEPTION PARTICIPATIVE DES EQUIPEMENTS DE TRAVAIL
Comment intégrer les données provenant de l’utilisateur
final dans les systèmes de l’ISO et du CEN
Jan Dul, Introduction On sous-estime souvent les aspects économiques
Harmen Willemse de l’ergonomie. En gestion, un processus indus-
et Henk de Vries En 1973, l’Association Internationale d’Ergonomie triel est généralement décrit comme une chaîne
(International Ergonomics Association – IEA), repré- d’activités à valeur ajoutée. Par exemple, le pro-Jan Dul a été président de plusieurs
comités de normalisation nationaux, sentant actuellement quelques 19.000 scientifiques cessus de création de produit et de sa réalisation
européens et internationaux et et praticiens spécialisés en ergonomie dans le peut être décrit par la chaîne : Recherche, Mise au
président du Comité Technique monde, a proposé à l’ISO d’élaborer des normes Point du Produit, Développement du Processus,
des Normes de l’IEA (Association dans le domaine de l’ergonomie (Parsons et Shackel, Achat, Production et Distribution. L’ergonomie
Internationale d’Ergonomie). Il est
1995). En 1974, l’ISO a créé le TC 159 “Ergonomie” appliquée au produit peut ajouter de la valeur au actuellement professeur de gestion en
pour démarrer ce processus et a publié la première processus de la création du produit (Recherche, ergonomie à la Rotterdam School of
Management, Université Erasmus de norme d’ergonomie en 1981 : l’ISO 6385:1981 Mise au Point du Produit) et l’ergonomie de la
Rotterdam, Pays-Bas. j.dul@fbk.eur.nl. Principes ergonomiques de la conception des sys- production au processus de réalisation du Produit
Harmen Willemse est étudiant en tèmes de travail. (Développement du Processus, Achat, Production
mastère de Sciences à la Rotterdam et Distribution).
School of Management. Son projet Dans les années qui suivirent, le nombre de normes
de thèse porte sur l’implication
a rapidement augmenté. Aujourd’hui, l’ISO et le Pour la création du produit, la direction (le directeur des différents partenaires dans la
CEN ont publié plus de 150 normes ergonomiques marketing, par exemple) peut décider d’adopter une normalisation et les modèles de
gestion des processus d’élaboration des sur une variété de sujets. Les sujets les mieux traités stratégie ergonomique, ce qui sous-entend qu’un
normes. sont la sécurité des machines, la conception du lieu avantage concurrentiel peut être obtenu en mettant
Henk de Vries est consultant à de travail et des équipements, l’information visuelle au point des produits conviviaux.
l’Institut Néerlandais de Normalisation et l’informatique.
(NEN). Il est également chargé de Pour la réalisation des produits, la direction (le
cours en normalisation à la Rotterdam
Ce sont les scientifiques et les professionnels de l’er- directeur de production, par exemple) peut éga-School of Management.
gonomie qui ont rédigé la plupart de ces normes. Ce lement décider d’adopter une stratégie ergono-
grand nombre de normes ergonomiques a contribué mique. Ceci sous-entend qu’avec un système de
au développement et à la reconnaissance de l’ergo- production plus convivial, les travailleurs ont une
nomie comme discipline au cours des 30 dernières meilleure productivité et des conditions de travail
années. L’IEA peut être satisfaite de ces résultats. acceptables.
Ces deux stratégies ergonomiques peuvent être
Les utilisateurs des normes appliquées en utilisant le processus d’innova-
d’ergonomie tion ergonomique dans lequel se retrouvent des
concepteurs de produits et de processus et des
On peut se poser la question de savoir qui sont les ergonomes. Ceci devrait aboutir à des produits et
utilisateurs des normes d’ergonomie. Selon la défi- des processus de production ergonomiques pour
nition de l’ergonomie, approuvée par l’Association les utilisateurs tels que les consommateurs et les
Internationale d’Ergonomie, l’ergonomie traite de la travailleurs.
conception des produits et des processus centrés sur
l’homme de façon à optimiser le bien-être humain Cette conception de la place de l’ergonomie au sein
ET les performances du système. de l’entreprise illustre bien le fait qu’il y ait beau-
coup de partenaires différents qui peuvent s’intéres-
De ce fait, l’ergonomie a à la fois un objectif social ser à l’ergonomie : la direction, les concepteurs, les
qui est important pour les utilisateurs des produits et ergonomes et les utilisateurs. Par conséquent, ces
des processus (y compris les produits et les processus différentes parties s’intéresseront aussi aux normes
du travail, ce qui est essentiel pour les travailleurs) et d’ergonomie portant sur la conception de produits
un objectif économique qui est important pour les et de processus axés sur l’homme.
dirigeants d’une société. Cela signifie que ceux qui
s’intéressent particulièrement aux normes ergono- La liste des parties intéressées correspond bien à la
miques sont non seulement les travailleurs et les liste des utilisateurs finaux mentionnés dans la révi-
autres parties intéressées par les aspects sociaux sion de la première norme d’ergonomie sur les prin-
mais aussi ceux qui sont intéressés par les aspects cipes ergonomiques de la conception des systèmes
économiques des produits et des processus de pro- de travail : dirigeants, chefs de projet, travailleurs
duction. Les deux groupes peuvent être considérés (et leurs représentants), professionnels (tels que des
comme des utilisateurs potentiels. ergonomes) et concepteurs.
28
N E W S L E T T E R D U B T S • J U I N 2 0 0 4 • N ° 2 4 - 2 5N E W S L E T T E R D U B T S • J U I N 2 0 0 4 • N ° 2 4 - 2 5
La participation des utilisateurs petites sociétés, des services de santé et sécurité au
travail, et des concepteurs.
Toutefois, il semble que les utilisateurs finaux poten-
tiels de ces normes d’ergonomie ou les organisations La participation des Partenaires Dangereux (PU)
représentant leurs intérêts, tels que les n’est pas souhaitée par les autres partenaires, mais
patronales ou syndicales n’aient pas été impliqués ils ont le pouvoir et l’urgence pour influer sur le
dans l’élaboration des normes d’ergonomie : ce sont résultat. Pour ces partenaires, il y a lieu de trouver
surtout les experts en ergonomie qui ont rédigé la un moyen de les faire participer qui soit accepté
plupart des 150 normes d’ergonomie de l’ISO et du par les autres partenaires. Ceci les transformerait
CEN. Les autres utilisateurs finaux ou les organisa- en partenaires incontournables. Par exemple, il
tions qui les représentent n’étaient guère impliqués. peut s’agir d’une organisation puissante qui peut
C’est assez surprenant à noter puisque cela va à générer de la publicité négative, si elle n’est pas
l’encontre d’une des exigences fondamentales en bien intégrée.
matière d’ergonomie : impliquer les utilisateurs
dans la conception des systèmes. Le Partenaire Exigeant (U) n’a ni pouvoir, ni légi-
timité mais la norme est importante pour lui. Un
Pour remédier à cette situation, nous aimerions partenaire ayant le pouvoir devrait le représenter.
présenter un modèle identifiant les utilisateurs
importants ou les organisations qui les représentent Les trois autres types de partenaires ne sont pas
(que nous appellerons désormais les partenaires) utilisateurs de la norme, mais peuvent lui être indi-
qui devraient être impliqués dans l’élaboration des rectement liés.
normes d’ergonomie.
Le Partenaire Discrétionnaire (L) est un partenaire
Ce modèle s’appuie sur un modèle de partenariat dont la participation est désirée par les autres par-
présenté par Mitchell et al. (1997), qui avait été tenaires, par exemple des instituts de recherche qui
élaboré à l’origine pour identifier les partenaires ont la connaissance du sujet traité dans la norme.
importants dans un environnement commercial, du
point de vue de la direction. Ce modèle a été récem- Les Partenaires Dominants (PL) possèdent le pou-
ment appliqué par Willemse (2003) pour identifier voir et la légitimité, un constructeur important,
les partenaires de la normalisation et par Willemse par exemple, et les Partenaires Dormants (P) ont
et al. (2003) afin d’identifier les partenaires spécifi- le pouvoir mais aucune légitimité ni urgence, les
quement dans le cas des normes d’ergonomie. organisations de consommateurs, par exemple.
Le modèle de partenariat fait appel à trois variables Selon nous, il faudrait au moins que les partenaires
fondamentales : Incontournables et les partenaires Dépendants par-
■ le Pouvoir (P), qui est la possibilité pour un parte- ticipent toujours à l’élaboration des normes d’ergo-
naire d’influer sur le résultat, du fait de ses moyens nomie. En fonction du sujet spécifique de la norme,
financiers ou de ses connaissances ; il faudrait voir quels groupes spécifiques feraient
■ la Légitimité (L), qui est le désir d’autres partenai- partie de ce groupe de partenaires. On peut penser
res de voir un partenaire particulier prendre part que pour la plupart des normes d’ergonomie, les
aux travaux ; partenaires les plus intéressants sont les consultants
■ l’Urgence (U), qui indique que le résultat est impor- en ergonomie, les grands employeurs, les organi-
tant pour le partenaire. sations syndicales, les organisations patronales, les
représentants de petites sociétés, les services de
En s’appuyant sur ces trois variables, on peut distin- santé et sécurité au travail et les concepteurs : tous
guer 7 groupes de partenaires. Pour les quatre pre- ceux-là devraient être impliqués dans le processus
miers de partenaires, cela presse : ce sont d’élaboration ou de révision des normes.
les utilisateurs importants de la norme.
Sur la base de cette modélisation des partenaires,
Le Partenaire Incontournable (PLU) a le pouvoir, la nous proposons l’approche suivante pour la parti-
légitimité et l’urgence. Il peut influer sur le résultat, cipation des utilisateurs dans la normalisation en
d’autres considèrent que sa participation est impor- ergonomie :
tante et le résultat est important pour ce partenaire- ■ identifier les groupes de partenaires pour les nor-
là. Ce partenaire devrait être intégré au processus de mes d’ergonomie spécifiques (pas seulement les
normalisation. Il s’agit, par exemple, des consultants ergonomes et les représentants des travailleurs) ;
en ergonomie et des employeurs importants. ■ impliquer au moins les partenaires Incontourna-
bles et les partenaires Dépendants dans l’élabora-
Le Partenaire Dépendant (UL) possède aussi la légi- tion ou la révision des normes d’ergonomie ;
timité et l’urgence, mais a moins de pouvoir pour ■ gérer le processus sur base d’un consensus.
influer sur le résultat. Il faudrait que ces partenaires
soient intégrés. Il s’agit des organisations syndicales, Nous espérons que les résultats de cette approche
des organisations patronales, des représentants des seront encourageants. Les normes seront mieux con-
29nues des partenaires importants, seront acceptées
par davantage de groupes et seront plus utilisées Santé et sécurité au travail – contribution de la normalisation européenne
en pratique. Enfi n, ceci aboutira à des produits et à
e rôle actuel et à venir de la normali-des processus meilleurs, d’un point de vue à la fois Lsation européenne en matière d’hygiène social et économique.
et de sécurité constitue l’une des priorités
majeures du CEN. La Santé et Sécurité au
Travail (SST) est une activité transversale Les besoins en matière de recherche
liée à la sécurité du produit et à des domai-
nes connexes où interviennent l’hygiène et Pour atteindre ces objectifs, il faut réaliser une étude
la sécurité, y compris pour les équipements d’évaluation afi n de sélectionner les normes d’ergo-
de travail, ainsi que la politique générale du nomie existantes et d’en identifi er les partenaires
CEN concernant l’amélioration de la sécu-Incontournables et les partenaires Dépendants. Il
rité et les conditions de travail par le biais faudrait également savoir si ces partenaires connais-
de la normalisation. L’information aux uti-sent les normes et, si oui, si elles leur sont utiles. Il
lisateurs est apparue comme l’un des sujets faudrait également voir si les bons partenaires ont
prioritaires.été associés à l’élaboration de la norme.
En fonction des résultats obtenus à partir d’une telle La Nouvelle Approche,
étude, il sera possible de faire des recommandations la sécurité des produits
sur la participation des utilisateurs aux activités et les domaines couverts
d’élaboration et de révision des normes à l’avenir. Depuis l’avènement de la normalisation
moderne, la santé et la sécurité au travail
a été une préoccupation majeure. Les orga-
Conclusions nismes de normalisation de par le monde
ont toujours gardé cette orientation et ils
L’ergonomie a à la fois des objectifs sociaux pour ont, de plus, transmis cette priorité aux
les travailleurs et les utilisateurs des produits et des organismes de normalisation régionaux et
objectifs économiques pour les dirigeants. mondiaux qu’ils ont créés. Ceci explique
l’important accroissement de cette activité
En conséquence, les normes d’ergonomie ont des au sein du CEN à la fi n des années qua-
utilisateurs fi naux différents. Beaucoup de normes tre-vingts, lorsque la Nouvelle Approche a
d’ergonomie existent et elles ont été élaborées pour la été mise en place pour éliminer les entraves
plupart par des spécialistes en ergonomie. Il faudrait techniques aux échanges tout en mainte-
s’efforcer non pas d’accroître la quantité de normes nant la santé et la sécurité à des niveaux
mais bien leur qualité, pour faire en sorte que les nor- élevés, en soutien au marché unique. Dans
mes soient utiles, souhaitées et utilisées par toutes les la Nouvelle Approche, les directives euro-
parties prenantes. Afi n d’y parvenir, il faudrait identifi er péennes défi nissent les objectifs majeurs en
les bons partenaires qui devraient participer à l’élabo- matière de santé, de sécurité et de protec-
ration ou à la révision d’une norme spécifi que. ■ tion de l’environnement exprimés sous la
forme d’exigences essentielles et renvoient
à des “Spécifi cations Techniques Harmoni-Références
sées“ qui sont défi nies comme devant être
des normes européennes, élaborées par le
■ Mitchell, R.D., Agle, B.R., Wood, D.J. (1997), Toward a
CEN, le CENELEC ou l’ETSI.theory of stakeholder identifi cation and salience : defi ning
the principle of who and what really counts, Academy of Le CEN a pu rédiger plus de 8.900 normes.
Management Review, 22 (4), 853-886.
La conception sécuritaire des produits s’ap-
■ Parsons, K.C., Shackel, B. (1995), Ergonomics and interna-
plique à beaucoup de domaines normatifs, tional standards. History, organisational structure and method
of development, Applied Ergonomics, 26 (4), 249-258. tels que les machines, les équipements à
■ Willemse, H. (2003), Stakeholderparticipatie bij de herzien- pression, les équipements de protection
ing van de norm NEN 1824:1995 (La participation des parties individuelle (EPI), les produits de construc-
prenantes dans la révision de la norme NEN 1824:1995),
tion, le transport et beaucoup d’autres. De Document de travail, Université Erasmus de Rotterdam,
plus, le CEN produit maintenant quelque Université de Technologie de Delft, Institut néerlandais de
normalisation. 1.000 documents normatifs par an. Les
■ Willemse, H., De Vries, H.J, Dul, J. (2003), Balancing normes européennes ont été préparées avec
stakeholder representation. An example of stakeholder la participation de l’industrie et le soutien
involvement in ergonomics standardization, in Handbook
de plus de 60.000 professionnels – entre of Standards in Human Factors and Ergonomics, New Jersey,
autres, des organisations de consomma-LEA Inc. Publishers (en préparation).
teurs et des organisations syndicales. Ces
normes présentent un niveau de sécurité
30
N E W S L E T T E R D U B T S • J U I N 2 0 0 4 • N ° 2 4 - 2 5