On prête mille milliards aux banques sans aucun contrôle

On prête mille milliards aux banques sans aucun contrôle

Français
3 pages
Lire
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Description

Pendant ce temps-là, DSK fait encore la une, Villepin se dégonffle et Manuel Valls fait des rodomontades

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 77
Langue Français
Signaler un problème
On prête mille milliards aux banques sans aucun contrôle
Maître Francis Dominguez, Avocat à la Cour.
L'histoire de France est pleine d'histoires de coeur et cela depuis la nuit des temps. Le Vert Galant notre cher Henri IV (moche comme un pou, il y en a d'autres) devait donner, pour une nuit d'amour, son royaume. Sa police secrète le suivait et au lendemain reprenait à « la damoiselle » le document lui octroyant le titre signé la veille par le Roi. Plus récemment, les amours clandestins de Mitterrand, puis hier, ceux de Nicolas Sarkozy. Mais cela doit être inné à l'esprit de ceux qui visent l'Élysée. Le dernier en date bat tous les records : jamais marié avec la mère de ses enfants (quatre en tout) ni avec l'actuelle première « Dame ». En tout cas, en attendant, elle a eu le droit, à ce titre, à un bureau à l'Élysée. Mais plus grave, il s'agit, parait-il, du nom de son premier époux duquel elle n'a jamais divorcé. Ce n'est déjà pas mal que le peuple supporte tous les frais liés à son existence. Vous me direz, on a supporté ceux liés à un enfant hors mariage, mais ce n'est pas une raison pou continuer puisque l'on cherche des économies.
Sécurité - police
Je n'ai pas compris, mes lecteurs peut-être assurément plus que moi. La police manifeste du fait que l'un des leurs a été mis en examen pour homicide volontaire du fait - nous dit l'instruction - d'avoir tiré dans le dos d'un citoyen. Même « voyou », je croyais que la loi était pour tout le monde la même, elle devrait être un peu plus sévère, me parait-il, pour ceux (cela devrait être) qui doivent la faire respecter. Je croyais que lorsqu'on a « payé » à la société son ou ses écarts (délits) on n'avait plus à en pâtir. Je croyais que ce n'est pas parce que l'on a à faire à un voyou, même multirécidiviste (ce qui reste à prouver) que cela soit une raison.
Enfin, je croyais qu'être mis en examen c'était être présumé innocent jusqu'à ce qu'un Tribunal ne vous condamne. La police, en omettant cela, prouve si besoin que pour elle il n'y a que le fichier Police-Gendarmerie qui compte, et non celui qui devrait compter le seul et unique, le Casier Judiciaire. Ils ne se rendent pas compte qu'avec des affaires de la sorte - dixit Bobigny et dernières autres trop nombreuses à mon goût - s'il reste « la moindre lueur au peuple » de respecter la parole d'un flic celle-ci a dû laisser passer son tour pour laisser la place aux sempiternels « shérifs ».
Manuel Valls
Attention, Monsieur Valls est arrivé...(vous savez, le « rhétoriqueur », très fort dans la forme. Il n'est pas communiquant pour rien et n'ayant pas été juriste, il n'aime pas beaucoup les avocats), nous verrons la suite.
Économie - les banques
Bruxelles voudrait (sic) savoir ce que les banques ont fait des 1000 milliard d'€uros que leur a donnés la B.C.E. Dans un article du
Monde que je cite de Clément Lacombe et Anne Michel, j'ai pu lire des choses telles que : aucun contrôle n'avait été prévu (sic) afin que le prêts puissent irriguer l'économie par des prêts aux entreprises et aux particuliers, alors que le Président de la B.C.E. avait, devant les parlementaires européens, annoncé qu'une étude publiée par l'Institution
Monétaire
« que les banques avaient encore resserré les conditions d'octroi de prêts aux entreprises et aux particuliers » (sic) (je me pose la question du comment faire plus, vu le resserrement déjà existant). Pire, bouche bée je continue à lire que pour pouvoir vérifier si ces 17000 milliards d'€uros avaient irrigué l'économie, il fallait que (tenez-vous bien ! êtes-vous assis ?) les banquiers centraux siégeant à l'E.B.A. disent s'ils jugeaient la demande recevable.
On croit rêver non ! Mais ce n'est pas la faute des banques qui ne font qu'abuser de ce qu'on leur donne sans contrepartie. C'est la faute de tous ceux -
« suivez mon regard » - qui se moquent des citoyens en donnant sans rien demander en échange, sans aucun contrôle - a posteriori prévu - sinon et uniquement le montant des prêts obtenus par chaque établissement. Un banquier a eu l'honneteté de répondre que les établissements se servent de ces prêts pour financer leurs bilans...et relâchent l'argent au fil de l'eau. Désarmant !
DSK, même sans Anne Sinclair, fait parler...
Je suis un de ceux abonnés au journal
La presse - le monde
Le Monde, pour combien de temps encore ? Je ne sais pas. Ce que je sais par contre, c'est que s'il continue à insérer dans un même numéro (pire la même page) des articles-commentaires de personnes telles que Jean-François Kahn ou Dominique de Villepin (comme cela était le cas dans le numéro du samedi 28 avril 2012) sous les titres respectivement de
« Non à un Président tenté par le pétainisme » soutien de Bayrou
« je voterai pour Hollande » ,
« la droite m'effraie, la gauche m'inquiète » de Monsieur de La Palisse, et lui ? Je ne le resterai pas trop longtemps. Moi ce qui m'inquiète, Monsieur de Villepin, c'est que lorsque l'on est incapable de se faire élire au suffrage universel, (alors qu'on avait à l'époque derrière soi toute la
« puissance de la République, Président inclus ») de se présenter au peuple, il vaut mieux raser les murs Monsieur le haut fonctionnaire nommé par le fait du Prince.
Puis, s'il vous plaît Monsieur Kahn, ne donnez pas de leçons à qui que ce soit, votre voix, vous pouvez la garder pour vous, vous avez abandonné la politique, vous avez dû même aller jusqu'à vous cloitrer avec vos quelques amis à l'écart du peuple, celui que vous vous glosez de vouloir aider...
Finalement, cela ne s'invente pas, à l'anniversaire de Julien Dray (rue Saint Denis s.v.p.) outre DSK, il ne manquait plus que « Dodo la saumure ». Même Audiard n'aurait pu rêvé d'un tel plateau.
Dominique de Villepin