Nouveaux procédés de valorisation du charbon. Journées d
202 pages
Français

Nouveaux procédés de valorisation du charbon. Journées d'information, Volume 2

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Commission des Communautés européennes Journées d'information Nouveaux procédés de valorisation du charbon Luxembourg, du 26 au 28 septembre 1979 Volume 2 SOCIETE DE L'INDUSTRIE MINERALE Commission des Communautés européennes Journées d'information Nouveaux procédés de valorisation du charbon Luxembourg, du 26 au 28 septembre 1979 Volume 2 La publication des 3 versions linguistiques de ces comptes rendus est assurée en collaboration par : — Verlag Glückauf GmbH, Essen (République fédérale d'Allemagne) pour l'édition en langue allemande — Colliery Guardian, Redhill, Surrey (Grande-Bretagne) pour l'édition en langue anglaise — Société de l'industrie minérale, Saint-Etienne (France) pour l'édition en langue française SOCIETE DE L'INDUSTRIE MINERALE EUR 6466 d, e, f Organisation des Journées d'information et réalisation de leurs comptes rendus par la Commission des Communautés européennes Direction générale « Energie » et Direction générale « Information scientifique et technique et gestion de l'information ■ AVERTISSEMENT La Commission des Communautés européennes et ses services ne sont pas responsables de l'emploi qui serait fait des informations contenues dans le présent ouvrage. Tous droits réservés. Aucune reproduction de cette publication, en tout ou en partie, par quelque procédé que ce soit, notamment photocopie ou microfilm, ne peut être faite sans autorisation préalable de la Communauté européenne du charbon et de l'acier.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 24
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Commission des Communautés européennes
Journées d'information
Nouveaux procédés
de valorisation du charbon
Luxembourg, du 26 au 28 septembre 1979
Volume 2
SOCIETE DE L'INDUSTRIE MINERALE Commission des Communautés européennes
Journées d'information
Nouveaux procédés
de valorisation du charbon
Luxembourg, du 26 au 28 septembre 1979
Volume 2
La publication des 3 versions linguistiques de ces comptes rendus est
assurée en collaboration par :
— Verlag Glückauf GmbH, Essen (République fédérale d'Allemagne)
pour l'édition en langue allemande
— Colliery Guardian, Redhill, Surrey (Grande-Bretagne)
pour l'édition en langue anglaise
— Société de l'industrie minérale, Saint-Etienne (France)
pour l'édition en langue française
SOCIETE DE L'INDUSTRIE MINERALE
EUR 6466 d, e, f Organisation des Journées d'information et réalisation de leurs comptes rendus
par
la Commission des Communautés européennes
Direction générale « Energie »
et
Direction générale « Information scientifique et technique et gestion de l'information ■
AVERTISSEMENT
La Commission des Communautés européennes et ses services ne sont pas responsables
de l'emploi qui serait fait des informations contenues dans le présent ouvrage.
Tous droits réservés. Aucune reproduction de cette publication, en tout ou en partie, par
quelque procédé que ce soit, notamment photocopie ou microfilm, ne peut être faite
sans autorisation préalable de la Communauté européenne du charbon et de l'acier.
© CECA, Luxembourg 1979
Publié par :
La Société de l'industrie minérale, 19, rue du Grand­Moulin,
42029 Saint­Etienne, Cedex, France
Imprimé en Belgique
ISBN 2­902723­02­9 III -
TABLE DES MATIERES
Page
REUNION D'OUVERTURE
Allocution d'ouverture : Réflexions sur la contribution des
combustibles solides à l'approvisionnement en énergie de la
Communauté européenne
K. REICHERT, Directeur "Charbon", Direction générale de
l'Energie, Commission des Communautés européennes
1. CARBOCHIMIE
Remarques du président
L.J. REVALUER, Research en Octrooien, D.S.M. 22
Le β—isopropyl-naphtalène, produit intermédiairedansla
fabrication de colorants et de matières plastiques
K. HANDRICK, Bergbau-Forschung GmbH 24
2. CHARBON ACTIF
Remarques du président
S. BOBBIO, Ente Nazionale Idrocarburi36
Activation du semi-coke et utilisation ultérieure pour le
déphénolage des eaux de pluie
V. DI STEFANO, F. COLAIACOVO, A. COLLETTA, D. DERCHI,
Centro Sperimentale Metallurgico, Rome 37
3. GAZEIFICATION DU CHARBON
Remarques du président
J. GIBSON, National Coal Board 52
Perspectives européennesdelagazéification souterraine du
charbon
P. LEDENT, InstitutNationaldesIndustries Extractives53IV
Page
4. LIQUEFACTION DU CHARBON
Rapport général : La liquéfaction du charbon en Europe
J. OWEN, National Coal Board 70
5. VALORISATION DES STERILES
Remarques du président
J. ANDRT, Directeur gérant des Charbonnages de
Monceau Fontaine 104
Rapport général : Les schistes houillers, source de matériaux
pour la construction et le génie civil
R. CHAUVIN, Centre d'Etudes et Recherches des Charbonnages
de France5
Les schistes houillers, matières premières pour la fabrication
de matériaux de construction allégés nouveaux
R. CHAUVIN et P. GUILLON, Centre d'Etudes et Recherches
des Charbonnages de France 122
REUNION DE CLOTURE
Résumé de la Table Ronde "Carbochimie"
R. CYPRES, Université Libre de Bruxelles 138
Résumé de la Table Ronde "Charbon actif"
P. CHICHE, Centre d'Etudes et Recherches des Charbonnages
de France 144
Résumé de la Table Ronde "Gazéification du charbon"
H. JÜNTGEN, Bergbau-Forschung GmbH 150
Résumé de la Table Ronde "Liquéfaction du charbon"
J. OWEN, National Coal Board I56
Synthèee des Tables Rondes
G. DELANNOT, Centre d'Etudes et Recherches des Charbon­
nages de France 163
Allocution de clôture
A. DE GREEF, Chef de Division, Recherche et technologie
charbonnière, Direction "Charbon" de la Direction géné­
rale de l'Energie, Commission des Communautés européennes 165
LISTE DES PARTICIPANTS 1 67 REUNION D'OUVERTURE
Allocution d'ouverture : "Réflexions sur la contri­
bution des combustibles solides à l'approvisionnement
en énergie de la Communauté européenne
K. REICHERT, Directeur "Charbon", Direction géné­
rale de l'Energie, Commission des Communautés
européennes - 2 -
ALLOCUTION D'OUVERTURE
Réflexions sur la contribution des combustibles solides
à l'approvisionnement en énergie de la Communauté européenne
K. REICHERT
Directeur "Charbon" à la Commission des Communautés européennes
Les journées d'information de cette année concernant les recherches sur le
charbon dans la CECA ont été consacrées par la Commission au thème des
"Nouveaux procédés de valorisation du charbon". Lorsque nous avons arrêté
il y a un an, en accord avec notre Commission de Recherche "Charbon", le
programme actuel, personne n'imaginait que les questions de gazéification
et de liquéfaction du charbon occuperaient bientôt les colonnes des
journaux pendant des semaines et des mois, personne ne se serait attendu
à voir les prix du pétrole augmenter de 57 % du milieu de l'année 1978 au
milieu de l'année 19791 et personne n'aurait cru que de nombreux Européens -
peut-être pour la première fois - se demanderaient s'ils pourraient chauffer
leur logement au cours de l'hiver prochain. Autrement dit, personne ne pou­
vait alors prévoir avec quelle soudaineté et quelle acuité le problème de
la sécurité de notre approvisionnement en énergie se poserait à nouveau.
De nombreux éléments des débats publics qui se sont engagés rappellent
l'époque qui a suivi la première crise du pétrole de 1974. La politique
énergétique devait alors subir également une transformation sinon totale,
du moins considérable. Nous ne ferons pas une analyse des mesures qui ont
été prises au cours des cinq dernières années et de celles qui ont été
omises. Nous utiliserons plutôt l'occasion qui nous est donnée pour exposer
nos remarques sur le rôle des combustibles solides dans l'approvisionnement
en énergie de la Communauté. Si un certain scepticisme se manifeste à cette
occasion, il est dû à l'expérience acquise au cours des cinq dernières
années. - 3
II.
Si nous voulons essayer d'imaginer la situation future, il y aurait lieu
tout d'abord d'essayer de prévoir l'importance des besoins en énergie dans
dix ans, ou mieux dans vingt ans. C'est ici que l'on peut commencer à
faire preuve d'un certain scepticisme. Quels sont les ordres de grandeur
probables? La réponse à cette question semble de plus en plus difficile
à trouver. Les méthodes de prévision ont considérablement progressé, mais
n'ont pu résoudre le problème des hypothèses de base qui peuvent être
formulées sur la croissance économique extérieure. Nous n'en sommes encore
trop souvent à cet égard qu'au niveau des voeux pieux. Depuis le début der
années 70| les prévisions concernant les besoins en énergie ont dû con­
stamment être révisées en baisse. Certains effets, notamment l'interaction
entre différents facteurs, tels que les économies d'énergie, sont encore
trop difficiles à saisir pour permettre une quantification fiable. Nous
n'avons actuellement aucune certitude: Les économies d'énergie sont aussi
importantes pour la solution des problèmes d'approvisionnement que la
création d'une offre suffisante en matière d'énergie, dans laquelle le
remplacement du pétrole par d'autres sources d'énergie doit occuper la
première place.
La Commission a renoncé au cours des dernières années à présenter ses
propres prévisions en matière d'offre et de demande d'énergie dans la
Communauté. Consciente du fait que les Etats membres tiennent à leur
politique énergétitfue nationale, en raison de la diversité de leurs
structures énergétiques et par conséquent de leurs intérêts, la Commission
a simplement demandé aux gouvernements des Neuf comment ils voyaient l'évo­
lution des besoins. Les chiffres correspondants, qui constituent pour
l'essentiel la base des différents programmes énergétiques nationaux, n'ont
évidemment pas été établis d'après des méthodes uniformes, et ne sont par
ailleurs pas dépourvus de caractère politique. Quelle que puisse être
l'importance de leur marge d'imprécision, ils présentent néanmoins l'avan­
tage de contenir un grand nombre de données nationales détaillées, dont il
aurait été difficile de tenir compte dans une estimation globale concernant
la Communauté. Pendant l'été de cette année, la Commission a réuni ces chiffres des Etats
membres dans son document concernant "Les objectifs énergétiques de la
Communauté pour 1990 et la convergence des politiques des Etats membres"(l)
et a indiqué pour les besoins en énergie de la Communauté en 1990 le chiffre
de 2 milliards de tec (1978: 1,39 milliards de tee). Sur cette quantité,
les combustibles solides correspondraient à 360 millions de tee, soit à
18 fo des besoins. En déduisant 40 millions de tec pour le lignite et la
tourbe, on aboutit au chiffre de 320 millions de tec pour les besoins en
charbon. Le niveau de la production de lignite de la Communauté dépend de
la production du bassin Rhénan, et devrait rester stable pendant une
période allant au-delà de l'an 2000.
Les objectifs de la politique énergétique pour 1990 reposent sur le mot
d'ordre de la diminution des achats de pétrole. Le Conseil n'a pas encore
examiné, encore moins approuvé les objectifs élaborés par la Commission,
mais les principes de base ont été formulés par les chefs d'Etats et de
gouvernements eux-mêmes au sein du Conseil européen: diminution du rapport
entre la croissance économique et la croissance de la demande en énergie
jusqu'à 0,8, et limitation des importations de pétrole à leur niveau de
1978, soit 47O millions de tonnes. Le Conseil a fixé cet objectif pour
I985, mais les raisons qui justifient une limitation des importations de
pétrole pour I985 sont également valables pour 1990.
En ce qui concerne le chiffre de 320 millions de tec pour l'importance
de la demande en charbon, il semble d'une part trop bas, étant donné qu'il
ne tient pas compte de la réduction des programmes nucléaires, intervenue
entretemps, et que la limite mentionnée pour les importations de pétrole
devrait être dépassée après addition des chiffres donnés par les gouverne­
ments. Il semble par ailleurs trop élevé: Les évaluations actuelles
montrent en effet que les installations nécessaires à l'utilisation du
charbon dans les centrales électriques et dans les autres industries ne
seront pas prêtes si leur construction n'est pas entreprise dès à présent.
(l) C0M(79) 316 final, 14.6.1979