1975 - 2002 - La part des ménages sans emploi a doublé
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

1975 - 2002 - La part des ménages sans emploi a doublé

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français

Description

De 1975 à 2002, la part des personnes de 15 à 59 ans ni étudiantes, ni retraitées, qui ont un emploi a progressé de 2,4 points pour atteindre 78,6 %. Ce mouvement a été irrégulier et a suivi la conjoncture du chômage mais aussi la hausse de l'activité féminine.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 18
Langue Français

Exrait

N° 998 - JANVIER 2005
Prix : 2,20€
1975 - 2002 : la part des ménages
sans emploi a doublé
Claire Ravel, division Études sociales, Insee
e 1975 à 2002, la part des person- Ne pas avoir un emploi peut traduire en premier
lieu le fait d’être au chômage. De 1975 à 1987, lenes de 15 à 59 ans ni étudiantes, ni
chômage des personnes de 15 à 59 ans aug-Dretraitées qui ont un emploi a pro-
mente fortement puis la tendance s’inverse jus-
gressé de 2,4 points pour atteindre
qu’en 1991. S’amorce ensuite une période de
78,6 %. Ce mouvement a été irrégulier et a reprise de la hausse du chômage suivie à partir
suivi la conjoncture du chômage mais de 1994 de cinq ans de relative stabilité. De 1999
aussi la hausse de l’activité féminine. Pa- à 2001, il passe de 11,9 % à 8,9 % des actifs.
L’absence d’emploi peut résulter aussi du choixrallèlement, tout au long de cette période,
personnel d’être inactif. Or, si le taux d’activitél’emploi au sein des ménages s’est polari-
masculin a peu évolué entre 1975 et 2002 (il a
sé :ilyadeplusenplusdeménages au
décru de 3 points), le taux d’activité des fem-
sein desquels personne ou tout le monde mes a progressé fortement, passant de 61,2 %
travaille, tandis que le nombre de ména- à 78,6 %. Sachant que neuf actives sur dix ont
ges où seules certaines personnes ont un un emploi, cette modification des comporte-
ments fait augmenter le taux d’emploi global.emploi diminue. Une première explication
De 1975 à 1980 cependant, le développementtient à l’évolution de la composition des
de l’activité féminine n’entraîne pas de hausse
ménages : en un quart de siècle, la part
du taux d’emploi puisque le taux de chômage
des ménages avec une seule personne augmente dans les mêmes proportions. Par la
susceptible de travailler a augmenté de suite, l’activité féminine continuant d’augmen-
13 points. Mais, quelle que soit la compo- ter régulièrement, cela atténue les effets de la
hausse du chômage sur le taux d’emploi. Ensition du ménage, on assiste à cette pola-
risation. Parmi les couples avec L'emploi et ses principaux déterminants :
enfant(s), les parents qui travaillent tous le chômage et l'activité féminine
les deux sont plus nombreux qu’en 1975,
Taux d'activité Taux de chômage
et d'emploi en % en %en lien avec l’arrivée de plus en plus de
80 20
78,6Taux d'emploifemmes sur le marché du travail.
76,2
75 15
Au cours du dernier quart de siècle, la part des
personnes âgées de 15 à 59 ans ayant un
emploi parmi celles susceptibles de travailler
70 10
(c’est-à-dire ni étudiantes, ni retraitées, voir défi-
9,0nitions) est passée de 76,2 % en 1975 à 78,6 % Taux de chômage
en 2002. La progression de ce taux d’emploi indi-
3,8
65 5viduel a été marquée par deux faits majeurs : la
Taux d'activité des femmes
participation, de plus en plus grande, des fem-
mes au marché du travail l’influence positivement 61,2
60 0et la hausse du chômage négativement (gra-
1975 1980 1985 1990 1995 2000
phique 1). Ici, l’accent est mis sur l’emploi et sa Taux d'activité des femmes : femmes de 15 à 59 ans ayant un emploi ou
au chômage sur l'ensemble des femmes de 15 à 59 ans susceptiblesrépartition au sein des ménages ; aussi chômage
de travailler (sans les étudiantes et les retraitées).
et inactivité, bien que de nature différente, sont
Taux de chômage : ensemble des chômeurs de 15 à 59 ans sur l'ensemble
regroupés sous le terme de « non-emploi ». L’a- de la population active de 15 à 59 ans (en emploi ou au chômage).
Taux d'emploi : ensemble des personnes de 15 à 59 ans ayant un em-vantage d’un tel indicateur est de permettre des
ploi sur l'ensemble de la population de 15 à 59 ans susceptible de tra-
comparaisons internationales. Ainsi, il est l’indi-
vailler (ni étudiant, ni retraité).
cateur privilégié des instances européennes qui Champ : ensemble des individus de 15 à 59 ans (hors étudiants et
retraités).l’utilisent pour fixer leurs objectifs de moyen et
Note : données en mars de chaque année, sauf années de recensement.
long terme (Stockholm, 2001).
Source : enquêtes sur l'Emploi, Insee
INSEE
PREMIERE Répartition de l'emploi au sein la polarisation de l’activité : les ménages En 2002, une famille
des ménages et effet dû mixtes en déclin correspondent à l’image monoparentale sur quatre
à la déformation de la structure traditionnelle du père au travail et de la
est sans emploi
des ménages mère au foyer. D’autre part, la montée
En %
du chômage sur longue période se tra- Au sein des familles monoparentales, la70
Structure constante
duit par une progression de la part des proportion de ménages sans emploi aRéel
ménages où il n’y a que des chômeurs fortement progressé (9,6 % à 25,8 %)60
Ménages où tout le monde a un emploi (0,9 % en 1975, 3,5 % en 2002), et donc tandis que celle des ménages mixtes a
50 de celle des ménages sans emploi. diminué de 1975 à 2002 (19,3 % à
7,9 %). Les familles monoparentales
40 sont des ménages mixtes dans deux
Davantage de personnes situations qui, néanmoins, se font de
30
plus en plus rares : un ou plusieursvivant seules
Ménages mixtes au sens de l'emploi enfants de plus de 15 ans sont suscepti-
20
En un quart de siècle, le nombre de bles de travailler ou bien il y a cohabita-
ménages avec au moins une personne tion avec d’autres adultes (définitions).10
de 15 à 59 ans, ni étudiante ni retraitée, Dans le premier cas, un jeune sansMénages où personne ne travaille
0 est passé de 13,2 millions à 17,2 millions emploi avec son parent qui travaille
1975 1980 1985 1990 1995 2000 soit une augmentation de 30 % . Or ce mou- constitue probablement une famille
Champ : ensemble des ménages ayant au moins un individu
vement global masque des différences monoparentale parce qu’elle est mixte.de 15 à 59 ans (ni étudiant, ni retraité).
Lecture : en 1975, 6,3% des ménages étaient sans emploi ; importantes suivant les types de ménages. Si les deux travaillent, le jeune a de for-
ils sont 12,2% en 2002. Cette progression est pour partie due Entre 1975 et 2002, le nombre de tes chances de s’installer dans son
à l'évolution de la structure des ménages. Si cette dernière
personnes seules et de familles propre logement, la famille monoparen-n'avait pas bougé depuis 1975, seuls 10,4% des ménages
seraient sans emploi en 2002. monoparentales a été multiplié par 2,5 tale se scindant alors en deux ménages.
Note : données en mars de chaque année, sauf années de re- alors que le nombre de couples sans En 1975, une famille monoparentale sur
censement.
enfant augmentait de 46 % (graphique 3). deux (47,8 %) comptait au moins deuxSource : enquêtes sur l'Emploi, Insee
Les couples avec enfant(s) sont aussi personnes susceptibles de travailler
revanche, lorsque le chômage diminue nombreux aujourd’hui qu’il y a 27 ans. dans le ménage alors que, depuis le
à la fin des années 80, la progression de Baisse de la fécondité et évolution des milieu des années 90, ce n’est plus le
l’activité féminine vient amplifier celle du modes de cohabitation expliquent en cas que d’une sur cinq (21,4 % en 2002).
taux d’emploi. À partir de 1987, ce dernier grande partie ces évolutions. De ce fait, Le taux d’emploi des familles monopa-
est de plus en plus influencé par le taux de les familles (couples avec enfant(s) ou rentales diminue significativement à par-
chômage et suit ses évolutions conjonctu- familles monoparentales) sont moins tir de 3 enfants à charge et quel que soit
relles. fréquentes (61 % en 1975, 51 % en le nombre d’enfants, il est inférieur à
2002). L’augmentation des ruptures d’u- celui des personnes vivant seules.
nion a entraîné une hausse du nombre Comme pour les couples avec enfant(s),
1975-2002 : de familles monoparentales et de per- plus l’enfant est jeune et moins l’emploi
fort recul des ménages mixtes sonnes seules. D’autant plus que les est fréquent. Mais ce phénomène est
divorcés (ou séparés) prennent plus deau sens de l’emploi
temps pour « refaire leur vie ». Enfin, Évolution du nombre
L’évolution de l’emploi à l’échelon du lorsqu’ils quittent leurs parents, les jeu- de ménages par type
ménage est nettement moins conjonctu- nes restent plus souvent et plus long-
En millions
relle qu’au niveau individuel. Depuis temps célibataires avant de se mettre en 8
1975, la part des ménages dans les- couple.
7 Couples avec enfant(s)quels toutes les personnes susceptibles La structure des ménages avec au moins
de travailler ont un emploi progresse len- une personne susceptible de travailler en 6
tement mais avec constance, passant de a été profondément modifiée : la propor-
5
56,8 % à 67,8 % en 2002 (graphique 2). tion de ménages avec une seule per-
Couples sans enfant
Dans le même temps, la part des ména- sonne susceptible de travailler est 4
ges où personne ne travaille a presque passéede24%à37%.Pardéfinition,ce
3doublé, passant de 6,3 % à 12,2 %. Les sont autant de ménages qui ne peuvent
ménages mixtes, composés d’au moins pas être mixtes en terme d’emploi. Pour Personnes vivant seules2
Familles monoparentalesun travailleur et d’inactifs ou de chô- autant, la déformation de la structure des
1meurs sont donc, quant à eux, de moins ménages n’a qu’un impact modéré sur la
Autres ménagesen moins fréquents, ne serait-ce que part des ménages mixtes : cette dernière 0
1975 1980 1985 1990 1995 2000parce qu'il y a de plus en plus de person- baisse entre 1975 et 2002 de 17 points,
Champ : ensemble des ménages ayant au moins un individunes vivant seules. Il se crée ainsi une dont seulement 4 sont imputables à cette
de 15 à 59 ans (ni étudiant, ni retraité).
polarisation de l’emploi. Ce phénomène déformation. Ainsi, quelle que soit la Note : données en mars de chaque année, sauf années de re-
est caractéristique de l’ensemble des composition du ménage, la part des censement.
Source : enquêtes sur l'Emploi, Inseepays industrialisés. Il est lié d’une part à ménages mixtes est en recul.
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIERE Répartition de l'emploi parmi par deux), tandis que la part des ména- La propension à l’inactivité et au chô-
les couples avec enfant(s) ges entièrement au travail passe de mage est significativement plus élevée
En %
70 45 % à 63 % (graphique 4). Cette dimi- pour les couples où la personne de réfé-
Ménages où tout le monde a un emploi nution de 20 points au total a été forte et rence est peu diplômée que pour les
60 quasi continue jusqu’en 1990 (environ plus qualifiés, et augmente au fil du
- 0,9 point par an), très ralentie jusqu’en temps. Ainsi sur la période 1978-2002, la
50 1999 avant de reprendre depuis. part des couples sans emploi parmi ceux
Au-delà de cette tendance générale à la dont la personne de référence est sans
40 polarisation, d’autres phénomènes diplôme passe de 3,1 % à 9,5 % (gra-
Ménages mixtes au sens de l'emploi expliquent l’absence d’un emploi au sein phique 5) ; ces derniers sont en effet très
30
d’un couple. Ainsi, la présence d’un fragiles face à une conjoncture de l’em-
enfant jeune (de moins de 3 ans) aug- ploi défavorable et bénéficient peu des
20
mente sensiblement la proportion de reprises. En revanche, pour les diplô-
ménages où l’un travaille et l’autre pas. més avec au moins le bac, la part des10
Ménages où personne ne travaille
De même, plus il y a d’enfants plus il est sans emploi reste faible et relativement
0 probable qu’un des deux adultes ne tra- stable (moins de 3 %). Or le renouvelle-
1975 1980 1985 1990 1995 2000 vaille pas. Pour les couples avec un ment des générations augmente pro-
Champ : ensemble des couples avec enfant(s) ayant au
enfant de moins de 3 ans ou 3 enfants ou gressivement le niveau de diplôme : lesmoins un individu de 15 à 59 ans (ni étudiant, ni retraité).
Note : données en mars de chaque année, sauf années de plus, on constate également une hausse jeunes sortant du système éducatif ont
recensement. sensible des couples sans emploi. un niveau de qualification supérieur à
Lecture : en 2002, parmi les couples avec enfant(s), 4,9 %
La concentration de l’emploi, particuliè- celui de leurs aînés. En 1978, 57,7 %sont sans emploi, tout le monde travaille dans 63 % de ces
ménages et 32,1 % sont mixtes. rement marquée pour les couples avec des ménages étaient au plus titulaires
Source : enquêtes sur l'Emploi, Insee enfant(s), contribue pour une bonne part d’un BEPC, en 2002 cette part n’est plus
relativement récent. En effet, en 1975, à la polarisation globale de l’emploi au que de 31,8 % (soit une baisse régulière
quel que soit l’âge de l’enfant, seuls cours du dernier quart de siècle. d’en moyenne 1,1 point par an). Si la
9,6 % des ménages monoparentaux structure par diplôme n’avait pas évolué
étaient sans emploi (25,8 % en 2002) ; depuis 1978, l’emploi serait moins fré-
Plus de diplômés,aujourd’hui si le plus jeune des enfants a quent. L’augmentation des qualifications
moins de 3 ans, ce sont 59,1 % des famil- participe ainsi pour un tiers à la progres-plus de couples au travail
les monoparentales qui sont sans emploi sion de la part des couples où chacun a
(12,9 % en 1975) et 36,8 % quand le plus De nombreux facteurs socio-économi- un emploi qui est au total de 15 points
jeune des enfants a entre 3 et 5 ans ques peuvent influencer le taux d’emploi entre 1978 et 2002.
(8,9 % en 1975). En 2002, les parents des ménages. Comme pour le chômage Néanmoins à niveau de diplôme donné,
isolés vivant avec un enfant de moins de individuel, le niveau de qualification et la polarisation de l’emploi est réelle : il y
3 ans ou avec 3 enfants ou plus sont plus l’âge en sont des déterminants essen- a de plus en plus de ménages où tous
souvent sans emploi qu’avec un travail. tiels. les membres travaillent et de ménages
En 2002, près de 80 % des personnes
vivant seules ont un emploi, soit 10
points de moins qu’un quart de siècle
plus tôt. L’absence d’emploi devient plus Proportion de ménages où personne ne travaille parmi les couples
fréquente pour ces personnes, principa- avec enfant(s) selon le niveau de diplôme
Bac ou plus BEPC ou rienlement à cause de la forte hausse du En % En %
chômage (3,7 % en 1975, 14,1 % en
1997 et 10,6 % en 2002) mais aussi de la 9 9
part des personnes seules inactives qui
passe de 6,5 à 9,4 %.
7 7
Forte polarisation de l’emploi
5 5
au sein des couples
avec enfant(s)
3 3
Au sein des couples sans enfant, la part
des couples où chacun travaille pro-
1 1gresse légèrement au détriment des 1978 2002 1978 1982 1986 1990 1994 1998 20021982 1986 1990 1994 1998
ménages mixtes.
Champ : ensemble des couples avec enfant(s) ayant au moins un individu de 15 à 59 ans (ni étudiant, ni retraité).
Les évolutions sont accentuées pour les Note : données en mars de chaque année, sauf années de recensement. Les couples dont la personne de référence est titulaire
d'un CAP ou BEP ne sont pas représentés sur les graphiques ci-dessus.couples avec enfant(s). C’est pour eux
Lecture : en 2002, 2,8% des ménages dont la personne de référence est au moins titulaire du bac sont sans emploi contre 9,5%que la proportion de ménages mixtes
quand elle n'a aucun diplôme ou seulement le BEPC.
diminue le plus (elle est presque divisée Source : enquêtes sur l'Emploi, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREtravailler : elle a entre 15 et 59 ans, n’est ni Les raisons d'un seul emploi soixante-dix, 95 % de ces femmes sans
étudiante ni à la retraite. Par convention,au sein des couples mixtes travail étaient inactives et 5 % chômeu-
cette étude s’intéresse aux individus à par-
avec enfant(s) ses ; en 2002, 21 % d’entre elles sont au
tir de 15 ans même si, légalement, les per-En %
chômage. Mais lorsque c’est l’homme sonnes susceptibles de travailler doivent100
qui ne travaille pas, il est au chômage être âgées de 16 ans ou plus. Néanmoins,
Inactivité de la femme la plupart des personnes de 15 ans étantplus d’une fois sur deux. de l'homme
scolarisées, elles ne font pas partie du80 Chômage de la femme En 1975, l’absence d’emploi dans les
champ étudié. de l'homme
ménages mixtes ne provenait que dans
On a distingué plusieurs types de ména-
6 % des cas du chômage (graphique 6). ges : personne seule, famille monoparen-60
Cette proportion augmente progressive- tale, couple avec/sans enfant(s), autres.
Un ménage, au sens statistique, est définiment jusqu’en 1987 pour atteindre 22 %,
comme l’ensemble des occupants d’un lo-40 et reste stable jusqu’en 1991. Les trois
gement, qu’ils aient ou non des liens de pa-
années suivantes voient une progres-
renté. Ils ne partagent pas forcément leurs
sion très forte et en 1994, un tiers des ressources. Les enfants ne sont plus
20
ménages mixtes l’étaient pour cause de considérés comme tels au-delà de 25 ans.
De plus, cette typologie privilégie la famillechômage. Depuis, le chômage est moins
de la personne de référence du ménage.souvent à l’origine de l’absence d’em-0
Que cette famille vive seule (c’est le cas en1975 1980 1985 1990 1995 2000 ploi. Ceci est probablement lié à l’exten-
général) ou cohabite avec des personnesChamp : ensemble des couples mixtes au sens de l'emploi
sion, en 1994, de l’Allocation Parentaleavec enfant(s) ayant deux individus de 15 à 59 ans (ni étu- isolées ou une autre famille, la typologie
diants, ni retraités). d’Éducation (APE) aux parents de deux utilisée ne sépare pas ces cas.
Note : données en mars de chaque année, sauf années de re- Le niveau de diplôme du ménage est dé-enfants, qui a fait baisser fortement le
censement. terminéenfonctionduniveaudediplômetaux d’activité des femmes pouvant per-Source : enquêtes sur l'Emploi, Insee
de la personne de référence du ménage. En
cevoir cette prestation.
raison de problèmes de codage sur les an-
où personne n’a d’emploi tandis que la En 27 ans, une situation où la mixité était nées 1975-1977, la première année com-
part des ménages mixtes baisse. majoritairement choisie a donc fait place mentée pour cette partie est 1978.
à une situation nettement plus contrainte
par le chômage.
La femme au foyer :
Sourceune situation de moins Bibliographie
en moins fréquente
Ces résultats proviennent des enquêtes an-
Villac M. (1983), « Les structures familialesCette diminution des ménages mixtes nuelles sur l’emploi, réalisées entre 1975 et
se transforment profondément », Éco-
est essentiellement liée au recul pro- 2002 par l’Insee. Elles se déroulaient sur un
nomie et Statistique,n°152,février,Insee.
mois généralement en mars de chaquegressif des situations où la femme ne Chaleix M. (2001), « 7,4 millions de person-
année sauf pour les années de recensement.travaille pas pour s’occuper de ses nes vivent seules en 1999 », Insee Pre-
En 1975 et 1982, elles ont eu lieu en janvier,
mière, n° 788, juillet.enfants. Son arrivée sur le marché du
en 1990 et 1999 en avril.
Djider Z., Lefranc C. (1995), « Femme autravail a été favorisée par son niveau de La situation vis-à-vis de l’emploi d’une année
foyer : un modèle qui disparaît », Insee Pre-
qualification supérieur à celui de ses donnée est ici observée en mars et est consi-
mière, n° 403, septembre.
dérée comme la situation de l’ensemble deaînées. Dans le même temps, les cau- Brunet F., Goux D., Thiesset C. (2001), « Le
l’année même si elle n’est que passagère.ses de la mixité évoluent. chômage au sein des ménages », Insee
Première,n°775,mai.En 1975, pour 98 % des couples mixtes
Gregg P., Wadsworth J. (2004), « TwoDéfinitionsavec enfant(s), c’est la femme qui ne
Sides to Every Story: Measuring the
travaille pas. Cette part diminue tout au
Polarisation of Work », Discussion paper
long du dernier quart de siècle et L’étude concerne les ménages dans lesquels series, Royal Holloway, University of
atteint 88 % en 2002. Dans les années au moins une personne est susceptible de London.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution dans http://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2004 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : Mireille Brunet
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP05998
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2004
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents