Adéquation entre formation et emploi : ce qu
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Adéquation entre formation et emploi : ce qu'en pensent les salariés

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français

Description

En 1996, près d'un salarié sur cinq juge que sa formation n'est pas adaptée à son emploi. Qu'il s'agisse d'une insuffisance de formation ou au contraire de salariés s'estimant surdiplômés, les problèmes sont plus fréquents parmi les jeunes en début de vie active. Toutefois, l'insuffisance de formation se fait plus rare avec l'augmentation du nombre de diplômés ; elle s'estompe aussi avec l'ancienneté dans l'établissement, plus qu'avec l'accumulation d'expérience professionnelle dans son ensemble. Conséquence de l'afflux de diplômés, les jeunes sont de plus en plus souvent surqualifiés à l'embauche. Le problème se résout lentement au fil de l'ancienneté dans l'établissement, mais lorsque les salariés en fin de vie active changent d'emploi, ils sont encore plus touchés par la surqualification que les jeunes.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 103
Langue Français

Exrait

N° 525 - JUIN 1997
PRIX : 15 F
Adéquation entre formation et emploi :
ce qu’en pensent les salariés
Marceline Bodier et Emmanuelle Crenner, Division conditions de vie des ménages, Insee
1996, près de 45 % des salariés jugentn 1996, près d’un salarié sur cinq
que leur formation n’était pas correctement
juge que sa formation n’est pas adaptée à leur travail au moment où ils ontEadaptée à son emploi. Qu’il été recrutés dans leur établissement. La
raison invoquée le plus souvent est celles’agisse d’une insuffisance de formation
d’une insuffisance de formation ou de qua
ou au contraire de salariés s’estimant sur-lification (plus de 20 % des salariés fin
diplômés, les problèmes sont plus fré- 1996). L’autre raison invoquée est le fait
que leur emploi ne correspondait pas exac quents parmi les jeunes en début de vie
tement à leur domaine de formation : c’est
active. Toutefois,l’in suffisance de forma- le cas pour 18 % des salariés. Il est moins
tion se fait plus rare avec l’augmentationfréquent que les salariés déclarent se sen
tir surqualifiés à l’embauche. Néanmoins,du nombre de diplômés ; elle s’estompe
c’est le cas pour 7 % d’entre eux.
aussi avec l’ancienneté dans l’ établisse Les problèmes d’adaptation entre la forma
ment, plus qu’avec l’accumulation tion et l’emploi tendent à s’atténuer au fur
et à mesure que le salarié avance en âge,d’expérience professionnelle dans son
et changent de nature au fur et à mesure
ensemble. Conséquence de l’afflux de di-des générations. Ils sont toutefois loin de
plômés, les jeunes sont de plus en plus disparaître : au moment même de l’en
quête, toutes générations confondues,souvent surqualifiés à l’embauche. Le
près d’un salarié sur cinq juge que sa for
problème se résout lentement au fil de mation n’est pas adaptée à son travail. La
l’ancienneté dans l’établissement, mais raison la plus fréquemment invoquée reste
la sous qualification : 8 % des salariés selorsque les salariés en fin de vie active
jugent insuffisamment formés en 1996. A
changent d’emploi, ils sont encore plus cette date, plus de 6 % des salariés se
touchés par la surqualification que les sentent surqualifiés, et seulement un peu
plus de 4 % s’estiment formés dans un au jeunes.
tre domaine que celui où ils travaillent.
Au cours de leur carrière professionnelle, Insuffisance de formation et
une grande partie des salariés évoquent à surqualification : d’abord une
un moment ou à un autre un sentiment question de diplôme
d’inadaptation entre leur formation et l’em
ploi qu’ils occupent. Ce problème est plus Quelle que soit la date de leur recrute
fréquent dans un nouvel emploi (ta ment, les salariés se souviennent d’autant
bleau 1). Interrogés à la fin de l’année plus souvent de problèmes de sous qualifi
Lien entre la formation et l’emploi
En %
Au moment de l’enquête Au moment du recrutement
(fin 1996) dans l’établissement
Formation insuffisante 8,0 20,9
Formés dans un autre domaine 4,1 17,7
Formation plutôt bien adaptée 81,6 54,6
Surdiplômés ou surqualifiés 6,3 6,8
Ensemble 100,0 100,0
Champ : salariés actifs occupés
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages, octobre 1996, Insee
˚
INSEE
PREMIEREles problèmes de surqualificationLien formation-emploi au moment du recrutement dans l’établissement
augmentent. Fin 1996, 13 % des sa actuel selon le diplôme
lariés, arrivés depuis moins de dix
En %
ans dans leur établissement sur un
Diplôme premier poste, jugent qu’ils étaientEnsemble Diplôme
Pas de au moins
des jusqu’à Ensemble plutôt surqualifiés au moment du re
diplôme de niveau
diplômés bac + 2 crutement (tableau 3), alors que seu bac + 3
lement 3 % des salariés qui avaient
Formation insuffisante 31,8 19,4 20,7 11,6 20,9
commencé à travailler avant 1976 es
Travaillent depuis avant 1976 32,0 20,0 20,9 11,4 21,7
timent avoir été surqualifiés au mo-
1976 1985 33,4 17,4 18,8 9,7 19,6 ment de leur embauche à cette
après 1985 28,2 20,3 22,3 13,1 21,0 époque.
Surdiplômés ou surqualifiés 2,2 7,4 6,6 12,1 6,7
Travaillent depuis avant 1976 n.s. 5,9 6,0 5,2 5,3 Avancée en âge : apparition de
1976 1985 n.s. 6,9 5,2 16,6 6,3
déqualifications dans
après 1985 n.s. 10,1 9,2 13,4 9,5
l’entreprise, persistance de la
Champ : salariés actifs occupés
surqualificationLecture : en 1996, 31,8% des salariés sans diplôme estiment que lo’ilsrsqu ont été ebauchés,m ils étaient insuffisamment
formés ; ils sont 28,2% parmi les non diplômés qui ont commencé à t ille ravar après 1985.
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages, octobre 1996, Insee C’est surtout au moment de l’embau
che dans l’établissement actuelle
ment fréquenté que les salariéscation à l’embauche qu’ils sont peu Pour les générations de plus en
ressentent une insuffisance de for diplômés (tableau 2). En 1996, près plus diplômées, les problèmes
mation. Cependant, ils la comblentde 32 % des non diplômés jugent
à l’embauche diffèrent en bonne partie grâce à la formationqu’ils étaient insuffisamment formés
continue et à l’expérience profes au moment où ils sont arrivés dans Les générations présentes au
sionnelle accumulée dans le mêmeleur établissement actuel, contre jourd’hui sur le marché du travail sont
établissement : parmi les salariésmoins de 20 % des salariés diplô bien mieux formées que leurs aînées.
embauchés avant 1976 dans leur éta més. Même parmi les salariés ayant Ainsi, la croissance du nombre de di
blissement actuel, neuf dixièmes decommencé à travailler récemment, plômés a même été plus rapide que
ceux qui déclaraient une insuffisanceles problèmes de sous qualification à le rythme de création des emplois
de formation à l’embauche ne la res l’embauche ne semblent épargner qualifiés. Les problèmes de sous
sentent plus aujourd’hui, contreréellement que les plus diplômés des qualification à l’embauche ont ten
moins des deux tiers de ceux embau salariés (au moins bac + 3) : 13 % dance à diminuer au fil du temps : les
chés après 1990 (tableau 4). Embau déclarent qu’ils étaient sous qualifiés salariés recrutés depuis 1985 sur
chés à la même époque et avec leslors de l’embauche, contre 20 % des leur premier poste n’ont été que
mêmes diplômes, les salariés restésautres diplômés. 20 % à estimer avoir été embauchés
dans la même entreprise ont surmon Les hauts diplômes préservent du sous-qualifiés, alors que parmi les
té plus facilement un manque de for manque de formation, mais ils expo salariés arrivés avant 1976 dans leur
mation à l’embauche que ceux quisent d’autant plus à la surqualifica établissement actuel, ils sont 26 %
ont accumulé une expérience profes tion : fin 1996, un peu plus de 12 % dans le même cas.
sionnelle dans différents établisse-des titulaires d’un diplôme de niveau Avec l’afflux de diplômés, les problè
ments : plus des trois quarts desbac + 3 jugent qu’ils étaient surquali mes de sous qualification à l’embau
salariés qui jugent avoir souffert defiés lors de leur recrutement, contre che semblent s’atténuer, alors que
moins de 7 % des moins diplômés.
Un diplôme technique protège mieux Lien formation-emploi à l’embauche, selon la date de recrutement
de la sous-qualification qu’un di
En %
plôme général aux niveaux inférieurs
Date d’embauche dans l’établissement actuel
au baccalauréat (CAP, BEP, plutôt
Avant 1976 1976 1985 Après 1985 Ensembleque BEPC), ou bac + 2 (DUT, BTS
plutôt que DEUG). Ces mêmes filiè Formation insuffisante 26,4 23,5 16,5 20,9
res techniques au niveau bac + 2 Travaillent depuis avant 1976 26,4 23,4 11,5 21,7
protègent également mieux des risques 1976 1985 - 23,7 16,6 20,4
de surqualification que les diplômes après 1985 - - 19,9 19,9
généraux de même niveau. En revan Surdiplômés ou surqualifiés 3,1 4,7 10,0 6,8
che, à chaque niveau de formation Travaillent depuis avant 1976 3,1 4,2 10,6 5,3
inférieur, un diplôme technique (CAP, 1976 1985 - 5,1 7,7 6,3
BEP, mais aussi baccalauréat techni après 1985 - - 12,5 12,5
que...) protège moins bien des risques Champ : salariés actifs occupés
Lecture : en 1996, 20,9% des salariés déclarent que lor’ilssqu ont été ebauchés,m ils étaient insuffisamment formés ; ilsde surqualification qu’un diplôme gé
n’étaient que 16,5% dans ce cas parmi ceux embauchés après 1985, et parmi ces derniers, ceux qui illa tieravant depuis
néral (BEPC, mais aussi baccalau avant 1976, étaient 11,5% à porter ce jugement sur leur situation lors de leur dernière embauche.
réat général...). Source : Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages, octobre 1996, Insee
¸?sous qualification au moment de leur jeure partie des problèmes de sous l’entreprise. Ainsi, un peu moins de
dernière embauche déclarent être dé qualifications observés en 1996 ne 60 % des salariés se jugeant sous
sormais, fin 1996, suffisamment qua sont pas la conséquence d’em bau qualifiés fin 1996 estiment qu’ils ne
lifiés pour leur emploi. ches sous-qualifiées, mais reflètent l’étaient pas au moment de leur em
Mais avec l’ancienneté, d’autres pro plutôt des phénomènes de déqualifi bauche.
blèmes apparaissent. De fait, la ma- cations en cours de carrière dans Les problèmes de surqualification à
l’embauche résistent davantage à
l’accumulation d’expérience profes
Salariés qui ont résolu leur problème de qualification sionnelle que les problèmes de sous
En % qualification : dans l’ensemble des
salariés qui juge avoir été surquali Date d’embauche dans l’établissement actuelSalariés qui ont résolu leur problème
fiés au moment de l’embauche, seulde qualification
Avant 1976 1976 1990 Après 1990 Ensemble
un tiers juge ce problème résolu fin
Sousqualifiés à l’embauche 87,5 81,5 65,6 77,1 1996. Ce n’est pas seulement parce
que parmi les surqualifiés, il y a uneSurqualifiés à l’embauche 42,4 47,8 24,3 32,2
majorité de jeunes qui n’ont pas en
Champ : salariés actifs occupés
core eu le temps de résoudre ce pro Lecture : 87,5% des salariés embauchés avant 1976 avec une qualification insuffisante avaient résolu ce problème en 1996.
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages, octobre 1996, Insee blème : de fait, les situations de
surqualification ne se résolvent que
lentement avec l’ancienneté dans
Salariés s’estimant insuffisamment formés en 1996, selon l’âge l’entreprise et les promotions inter
nes. Ainsi, parmi les salariés embau
chés voilà plus de vingt ans sur un
poste qu’ils jugent inférieur à leur
qualification, la majorité estiment au
jourd’hui que ce problème n’est tou
jours pas résolu aujourd’hui.
Des problèmes plus fréquents
en début de vie active
Au total, quelle que soit la période
d’embauche (avant 1976, après 1985,
ou entre temps), c’est surtout en dé
but de vie active que les salariés
peuvent ressentir une inadéquation
entre leur formation et leur emploi :
ce sont toujours les salariés qui ont
le moins d’expérience professionnelle
Champ : salariés actifs occupés
dans l’entreprise qui sont les plusSource : Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages, octobre 1996, Insee
concernés par les problèmes d’in
adaptation de leur formation à leur
Salariés s’estimant surdiplômés ou surqualifiés en 1996, selon l’âge emploi (tableau 3). Au total, les pro
blèmes d’inadaptation de la formation
à l’emploi sont plus fréquents chez
les moins de 30 ans. D’une part,
même si l’insuffisance de formation à
l’embauche semble s’atténuer au fil
des générations, se sentir insuffisam
ment formé pour son emploi est
quand même près de deux fois plus
fréquent pour les jeunes de moins de
30 ans que pour leurs aînés de plus
de 50 ans en 1996, puisqu’il s’agit
d’un problème qui se résout partielle
ment au fil de la vie professionnelle
(graphique 1). D’autre part, les plus
jeunes des salariés doivent égale
ment accepter plus fréquemment que
les plus âgés de travailler dans un
emploi qu’ils estiment inférieur à leurChamp : salariés actifs occupés
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages, octobre 1996, Insee qualification ou leur diplôme : dans
u?uu˝uuu`uu8,7 % des cas pour les plus jeunes, chacun fait l’objet d’une enquête annuelle, “ Au moment où vous avez intégré l’établis
contre 6,7 % des cas pour leurs aînés. en janvier, en mai ou en octobre, réalisée sement [où vous travaillez actuelle
Toutefois, lorsqu’en fin de carrière auprès d’un échantillon de 8 000 loge ment]... ”, et “ Actuellement, diriez vous
certains salariés changent d’établis ments. L’enquête d’octobre 1996, intitulée que... ”
sement, ils se retrouvent exposés à “ Participation et contacts sociaux ”, traite – Vous étiez / êtes plutôt insuffisamment
la surqualification. En effet, parmi les de questions relatives à l’emploi et la forma formé pour l’emploi que vous occupiez /
salariés âgés de plus de 50 ans, tion, des contacts sociaux et profession occupez
ceux qui ont changé d’établissement nels, et de la participation à la vie sociale. – Vous étiez / êtes plutôt formé dans un
depuis moins de cinq ans sont plus Celle de janvier apporte des données sur autre domaine
de 15 % à se déclarer surqualifiés, les nuisances subies par les ménages aux – Votre niveau de formation était / est plutôt
contre à peine 5 % de ceux qui n’en alentours et à l’intérieur de leur logement, bien adapté à votre travail
ont pas changé (graphique 2). Ainsi, sur l’importance des équipements à proxi – Vous étiez / êtes plutôt surdiplômé ou
ils se jugent encore plus souvent sur mité du logement, sur les relations de voi surqualifié pour votre emploi ”.
qualifiés que les salariés de moins de sinage et sur l’insécurité aux alentours du
30 ans. logement. Celle de mai traite des problè
mes de santé et des difficultés financières Pour en savoir plus
des ménages.
Pour comprendre Des analyses multi variées ont préalable
" De l’école à l’emploi : les jeunes en
ces résultats : ment été effectuées, sous la forme de mars 1994 ", D. Balan et C. Minni, Insee
modèles “ logit ”, pour vérifier l’importance Première, n° 365, mars 1995.
des effets propres de chacun des critères
" La sécurité de l’emploi, une priorité
Le dispositif d’enquêtes permanentes sur d’analyse (âge et expérience, ancienneté,
croissante pour les diplômés ", D. Goux,
les conditions de vie des ménages (EPCV)diplôme...) toutes choses égales par
E. Maurin, Economie et statistique ,
permet, depuis janvier 1996, d’étudier de ailleurs. n° 261, 1993 1, Insee.
manière annuelle l’évolution d’indicateurs Concernant l’adéquation entre la forma
" Formation emploi : quelle adéqua sociaux harmonisés dans l’ensemble de tion et l’emploi , seuls les salariés actifs et
tion ? ", S. Dumartin, Economie et statis
l’Union européenne. L’ensemble des indi occupés ont répondu à deux questions li
tique, n° 303, 1997 3, Insee.
cateurs est divisé en trois groupes, dont bellées en ces termes :
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1997
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : F. Magnien, Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : P. Zanusso
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei © INSEE 1997
qqq

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents