//img.uscri.be/pth/6023b3b0edb1784602c7572b1893cc9d12e4615f
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Évolution des inégalités de patrimoine chez les salariés entre 1986 et 2000

De
4 pages

La distribution du patrimoine parmi les ménages salariés est fortement concentrée. Ainsi, en 2000, 10 % des ménages détiennent 44 % du patrimoine total. Cette concentration tend cependant à s'atténuer avec le remplacement des anciennes générations par les générations récentes, moins inégalitaires.

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Signaler un abus

Profil couleur : Generic CMYK printer profile - None
Composite Trame par dØfaut
Revenus, patrimoine, conditions de vie 6
Évolution des inégalités de patrimoine
chez les salariés entre 1986 et 2000
Catherine Rougerie*
La distribution du patrimoine parmi les ménages salariés est fortement
concentrée. Ainsi, en 2000, 10 % des ménages détiennent 44 % du
patrimoine total. Cette concentration tend cependant à s’atténuer
avec le remplacement des anciennes générations par les générations
récentes, moins inégalitaires.
e patrimoine est mesuré montant du patrimoine au-des- cette concentration tend à se ré-
dans les enquêtes de sus duquel se situent 10 % des duire. Ainsi, en 2000, le montantL l’Insee sur le patrimoine ménages est, quant à lui, d’envi- du patrimoine au-delà duquel se
des ménages depuis 1986 (enca- ron 242 000 euros (1,6 million de situent les 10 % de ménages les
dré). Il s’agit du patrimoine négo- francs). plus riches était de 3,7 fois supé-
ciable et transmissible, avant rieur au montant du patrimoine
déduction de l’endettement (pa- médian contre 4,6 en 1986. La
trimoine brut). Il recouvre princi- diminution de cet indicateurUne forte concentration
palement, pour les ménages de montre que les petits patrimoi-
du patrimoine
salariés, le patrimoine immobi- nes occupent donc en 2000 une
lier et le financier. place légèrement plus impor-
Le patrimoine est très concentré. tante dans la masse du patri-
Selon la dernière enquête de Les 10 % des ménages les plus moine total qu’en 1986.
l’Insee sur le patrimoine des mé- riches en termes de patrimoine Toutefois, ce constat ne nous
nages, réalisée en mai 2000, la posséderaient, en 2000, 44 % du renseigne pas sur l’évolution des
moitié des ménages de salariés patrimoine total, alors que les très gros patrimoines (détenus
déclarent un patrimoine supé- 50 % de ménages les moins ri- par les1%de ménages les plus
rieur à 67 000 euros (440 000 ches n’en posséderaient que 9 %. riches), que les enquêtes cernent
francs, patrimoine médian). Le Cependant, surtout depuis 1992, assez mal.
* Catherine Rougerie fait partie de la division Revenus et patrimoine des ménages de l’Insee.
413
C:\_DONNEEs\Ds2002\chap6\art67\Art67.vp
mardi 17 septembre 2002 17:14:07Profil couleur : Generic CMYK printer profile - None
Composite Trame par dØfaut
6 Revenus, patrimoine, conditions de vie
chaque génération, on obtient celui de la génération précé-Les anciennes
ainsi une trajectoire sur 12 ans, dente. Par exemple, à 70 ans, lagénérations : plus
représentée par une courbe. génération 1914-1919 détenait,
inégalitaires que celles
selon l’enquête de 1986, un pa-
qui les ont suivies Le profil des patrimoines mé- trimoine médian, en « euros
dians (figure 1) reflète la consti- constants 1998 », de l’ordre de
Une analyse par cohorte, au fil tution progressive du patrimoine 35 000 euros. Au même âge, la
de trois enquêtes (1986, 1992, dans la première partie de la vie génération suivante (1920-1925)
1998), espacées de six ans, per- d’un ménage. Dans la plupart des avait presque 65 000 euros et
met de comparer dans le temps générations, le patrimoine tend à celle de 1926-1931, près de
le patrimoine des générations augmenter à mesure que le mé- 90 000 euros. Il en va de même
successives. Sont ainsi comparés, nage vieillit et cette accumulation de toutes les générations nées
par exemple, les ménages qui se poursuit après 60 ans. La avant 1949. En revanche, ce
avaient entre 36 et 41 ans en juxtaposition des cohortes in- constat d’enrichissement n’est
1986 à ceux qui ont entre 42 et dique également que toutes les plus valable après 1950 : à partir
47 ans en 1992 et ceux qui ont générations nées avant 1950 de cette génération, le patrimoine
entre 48 et 53 ans en 1998. Pour ont un patrimoine supérieur à médian est au mieux égal à celui
de la génération précédente. Il
convient toutefois de souligner
que la mesure du patrimoine est
Figure 1 - Patrimoine médian par génération en 1986, 1992 imparfaite. Ainsi, la chute du pa-
et 1998 trimoine médian dans la tranche
des 62-67 ans pour la génération
née entre 1926 et 1931 n’a pas
d’interprétation évidente.
La dispersion des patrimoines
au sein des ménages de salariés,
mesurée ici par l’écart entre le
patrimoine médian et le décile
supérieur (figure 2), est très
forte en début de cycle de vie.
Ce constat est lié au fait que
l’on observe un patrimoine
brut : dès qu’un ménage accède
à la propriété immobilière, son
patrimoine s’élève brutalement
car l’endettement éventuel en
cours n’est pas pris en compte.
L’accession à la propriété d’une
part croissante des ménages in-
duit donc une forte diminution
de la dispersion au sein d’une
même génération jusqu’à 40
ans.
La dispersion est stable ensuite
et diminue seulement après 70
ans. D’une génération à l’autre,
les fortes dispersions que l’on
pouvait constater chez les plus
de 70 ans en 1986 ne se retrou-
vent plus en 1998. Pour les gé-
nérations nées avant 1925, la
dispersion a diminué nettement
414
C:\_DONNEEs\Ds2002\chap6\art67\Art67.vp
mardi 17 septembre 2002 17:14:10Profil couleur : Generic CMYK printer profile - None
Composite Trame par dØfaut
Revenus, patrimoine, conditions de vie 6
1d’une génération à l’autre. Figure 2 - Indice de dispersion par génération en 1986, 1992
Pour celles qui sont nées après et 1998
1925, au contraire, on n’a au
mieux qu’une stabilité de cette
dispersion.
Par conséquent, la diminution de
la dispersion du patrimoine total
constatée pour l’ensemble de la
population résulte essentiellement
du remplacement des générations
les plus âgées par des généra-
tions moins inégalitaires.
Pour en savoir plus
Chambaz C., Guillaumat-Tailliet
F., Hourriez J.-M., « Le revenu et
le patrimoine des ménages », Don-
nées sociales, Insee, 1999.
Guillaumat-Tailliet F., Malpot J-J.,
Paquel V., « Le patrimoine des mé-
nages : répartition et concentra-
tion », Données sociales, Insee, 1996.
« Le patrimoine des Français :
comportements et disparités »,
Économie et Statistique,
n° 296-297, Insee, 1996.
« Montants et disparités patri-
moniales au sein des ménages »,
Synthèses, n° 5, pages 83-108,
Insee, août 1996.
« Détention d’actifs et disparités
de patrimoine parmi les ména-
Encadréges, une mise en perspective sur
12 ans », Synthèses, n° 19, pages
Sources87-118, Insee, 1998.
Le patrimoine est mesuré dans les les biens durables, combien le mé-
« Structure et disparités du patri-
enquêtes de l’Insee sur le patri- nage pourrait-il retirer de la
moine des ménages », Synthèses,
moine des ménages depuis 1986. Il vente ? ». Les ménages situent alors
n° 28, pages 81-106, Insee, sep-
est appréhendé à travers une ques- leur patrimoine dans une tranche ;
tembre 1999.
tion globale : « À votre avis, si vous son montant est ensuite estimé pour
aviez à liquider la totalité de ce chaque ménage par la méthode des
« Revenus et patrimoine des mé-
que vous possédez à ce jour, sans résidus simulés (Voir Pour en savoir
nages », Synthèses, Insee, à pa-
oublier les actifs professionnels et plus : Synthèses 2001).
raître prochainement.
415
C:\_DONNEEs\Ds2002\chap6\art67\Art67.vp
mardi 17 septembre 2002 17:14:12Profil couleur : Generic CMYK printer profile - None
Composite Trame par dØfaut
C:\_DONNEEs\Ds2002\chap6\art67\Art67.vp
mardi 17 septembre 2002 17:14:12