//img.uscri.be/pth/d7481f1937feeb9e141410ab985ff55b9da23c69
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'emploi breton en 2002 : le bilan définitif et détaillé. L'emploi salarié privé en 2003 : les premières tendances (Flash d'Octant n° 93)

De
4 pages
Au cours de l'année 2002, l'emploi total, salarié et non salarié, s'est accru de 1,3 %, soit près de 14 900 emplois supplémentaires. Le tertiaire et la construction tirent cette croissance vers le haut. Alors que l'emploi augmente dans le Finistère, l'Ille-et-Vilaine et le Morbihan, il est pratiquement stable dans les Côtes-d'Armor. L'emploi salarié progresse de 1,5 %, le non salarié serait en recul de 0,5 %.
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Emploi
Numéro 93 - Décembre 2003
L’emploi breton en 2002
le bilan définitif et détaillé
L’emploi salarié privé en 2003
les premières tendances
Au cours de l’année 2002, l’emploi total, salarié et non salarié, s’est accru
de 1,3 %, soit près de 14 900 emplois supplémentaires. Le tertiaire
et la construction tirent cette croissance vers le haut. Alors que l’emploi
augmente dans le Finistère, l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan, il est pratiquement
stable dans les Côtes-d’Armor.
L’emploi salarié progresse de 1,5 %, le non salarié serait en recul de 0,5 %.
u 31 décembre 2002, l’emploi trois années 1998, 1999 et 2000 qui Les effectifs salariés :A avaient enregistré un taux moyentotal en Bretagne est estimé à hausse de 1,5 %
1 200 700 emplois, soit 1,3 % de plus annuel de croissance de 2,7 %.
qu’un an plus tôt. Cette progression L’agriculture et l’industrie perdent des Tous secteurs confondus, l’emploi
s’inscrit dans un mouvement initié en emplois, alors que les effectifs salarié progresse de 1,5 %, soit 15 600
Bretagne en 1994. Mais le rythme augmentent dans le tertiaire et la emplois supplémentaires. L’évolution
actuel est moins soutenu que lors des construction. dans l’ensemble du secteur industriel
Évolution annuelle de l'emploi total entre 1975 et 2002 (en %)
3,0
2,5
2,0
1,5
1,0
0,5
0
- 0,5
- 1,0
- 1,5
- 2,0
1975 1980 1985 1990 1995 2000
Source : Insee - Estimations d'emploi
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH9364 - PRIX : 2,2€Les effectifs salariés (public et privé confondus) par département et secteur d'activité au 31 décembre 2002
(Effectifs en milliers et évolution 2002/2001 en % - Données basées sur le recensement de la population de 1999)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire Ensemble
Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution
Côtes-d'Armor 7,2 - 0,1 32,9 - 3,3 12,9 0,7 125,9 1,5 178,9 0,4
Finistère 11,0 - 2,0 50,8 - 1,4 16,8 2,4 224,8 2,8 303,4 1,8
Ille-et-Vilaine 5,4 0,4 69,8 - 1,5 21,7 2,2 263,0 2,4 359,9 1,6
Morbihan 5,1 - 1,7 45,9 - 2,2 15,5 1,1 157,5 3,1 224,0 1,7
Bretagne 28,7 199,4 - 1,9 1,7 1,5- 1,0 66,9 771,2 2,5 1 066,2
Source Insee : Estimations d'emploi - Données provisoires
Les effectifs totaux (salariés et non salariés) par département et secteur d'activité au 31 décembre 2002
(Effectifs en milliers et évolution 2002/2001 en % - Données basées sur le recensement de la population de 1999)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire Ensemble
Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution
Côtes-d'Armor 34,7 0,6 209,0 0,221,0 - 2,1 - 3,1 15,9 137,4 1,4
Finistère 22,5 - 2,8 53,5 - 1,3 20,6 2,1 241,9 2,6 338,5 1,6
Ille-et-Vilaine 19,3 - 2,0 72,3 - 1,4 25,4 2,7 280,4 2,3 397,4 1,4
Morbihan 48,4 0,9 255,8 1,516,8 - 2,8 - 2,0 18,8 171,8 3,0
Bretagne 79,6 - 2,4 208,9 - 1,8 80,7 1,7 831,5 2,4 1 200,7 1,3
Source Insee : Estimations d'emploi - Données provisoires
est négative et marque une rupture composants électriques et l’emploi s’est nettement dégradé en l’emploi salarié ; en effet la
par rapport à 2001 où l’emploi électroniques (- 900), l’industrie 2002 (- 1,9 %) avec néanmoins des croissance atteint 2,5 %, soit
avait légèrement augmenté. Toutes des produits minéraux et la évolutions sectorielles contrastées. 18 600 emplois supplémentaires.
les activités sont touchées et plus transformation des métaux (- 300 Le secteur de la parfumerie - Depuis plus d’une décennie, entre
spécialement les industries des chacun). A l’opposé, une stabilité pharmacie - entretien a continué de 1992 et 2002, près de 180 200
biens intermédiaires et celles des des effectifs salariés s’est dessinée bénéficier du dynamisme de la emplois ont été créés dans la
biens d’équipement. Le secteur dans l’industrie du bois et du papier demande des ménages. En région.
tertiaire, comme les années ainsi que dans les activités de la revanche, le secteur de l’habil- Le secteur de la santé et de l’action
passées, contribue de manière chimie, du caoutchouc et des lement et du cuir s’inscrit inexo- sociale et celui de l’administration
déterminante à la création plastiques. rablement dans un mouvement de publique regroupent à eux deux
d’emplois. La progression des Dans le secteur des biens baisse amorcé en 1990 (- 6,5 % 352 300 emplois; ils affichent un
effectifs salariés est proche de d’équipement, la situation en 2002 entre 2001 et 2002). rythme de progression identique,
2,5 % : l’éducation, la santé et est plus préoccupante que celle de Dans l’industrie automobile, les proche de 2,6 %. Allongement de
l’action sociale gagnent 5 600 l’année 2001, notamment dans les augmentations des années 1999 et la scolarité, développement des
emplois, les services aux particu- industries des équipements 2000 sont déjà lointaines. Comme actions de formation, multipli-
liers 2 600, soit en proportion électriques et électroniques où la en 2001, on observe un recul des cation des associations d’aide aux
+ 3,3 %. réduction des effectifs se poursuit effectifs mais la diminution est personnes agées ou en difficulté
depuis le début de l’année 2000 : toutefois moins forte : - 1,4 % entre expliquent largement cette expan-
Industries agroalimentaires : 1 000 emplois en moins en 2002, 2002 et 2001 contre - 4,8 % entre sion. En raison de leur poids dans
soit une baisse de 6,4 %. La 2001 et 2000. l’emploi tertiaire régional, l’évo-retournement de tendance
construction navale accuse éga- lution de ces secteurs est déter-
Après environ une décennie de lement une perte d’emplois. A Le tertiaire : minante dans l’orientation de la
croissance continue (+ 15 000 l’inverse, dans les industries des tendance générale.toujours plus de créations
créations d’emplois sur la période équipements mécaniques, les Les services aux entreprises ont
1992-2001), l’agroalimentaire ne effectifs augmentent. connu une bien meilleureAu cours de l’année 2002,
semble pas épargné par les difficultés Dans les industries des biens de évolution de l’emploi qu’en 2001l’ensemble du tertiaire enregistre
qui affectent actuellement le secteur consommation, le niveau de (+ 2,9 % contre - 0,2 %). Si lesune nouvelle progression de
industriel breton. La baisse des
Les estimations d’emploieffectifs salariés est encore
relativement modérée (- 0,6 %) mais L'Insee établit chaque année des Direction Régionale du Travail, de assurances sociales agricoles.
elle est symptomatique d’un estimations d'emploi. Ces l'Emploi et de la Formation L'emploi des non-salariés non
contexte général marqué par un sont actualisées Professionnelle...). Le travail agricoles est mesuré par les
recul de l’industrie au profit des sectoriellement au 31 décembre intérimaire n'est pas ventilé dans statistiques de l'ACOSS (Agence
activités tertiaires. L’agroalimentaire au moyen d'indices d'évolution le secteur d'activité de l'établis- centrale des Organismes de
représente près de 36 % des emplois déterminés à partir de différentes sement utilisateur. Il est compta- Sécurité Sociale), ventilées par
industriels ; une réduction des sources statistiques. bilisé dans le tertiaire sous la département au prorata du
effectifs, aussi modeste soit-elle, a rubrique "Services rendus aux nombre d'établissements actifs
donc un impact sur l’ensemble de Emploi salarié entreprises". L'emploi public est répertoriés par le répertoire Sirene.
l’industrie et sur l’emploi total dans la La principale source d'actua- calculé à partir du fichier Paie des Au cours du printemps 2003, ces
région. lisation de l'emploi privé est la agents de l'État, de l'enquête estimations ont été calées sur les
A l’exception de l’année 1993 et statistique Urssaf dont le champ annuelle sur les collectivités résultats du recensement de
jusqu’à la fin 2001, la tendance a couvre tous les établissements du territoriales ainsi que des enquêtes population de 1999. De nouvelles
toujours été à la hausse dans les secteur privé marchand non régionales. séries portant sur la période 1990-
industries de biens intermédiaires. agricole, soit environ 60 % de 2002 seront disponibles pour la
En 2002, le secteur perd 1 600 Emploi non salariél'emploi salarié. Des données région, les départements et les
emplois, soit une baisse de 3,5 %. complémentaires sont recueillies L'évolution départementale des zones d'emploi.
Les reculs les plus significatifs sont auprès d'autres organismes effectifs non salariés agricoles est
enregistrés dans les industries des (Mutualité Sociale Agricole, estimée à partir des statistiques des
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 93 - Décembre 2003effectifs dans les postes et Estimations d’emploi salarié public et privé en Bretagne
télécommunications augmentent peu, par secteur d'activité au 31 décembre Effectifs en milliers et évolution en %
les activités relatives aux conseils-
assistance et surtout aux services Évolution Évolution
opérationnels (qui intégrent les 2001 20022001 2002
2000 2001missions d’intérim) affichent des
progressions significatives. Ces taux
restent toutefois inférieurs à ceux Agriculture, sylviculture, pêche 29,0 28,7-3,3 -1,0
observés au cours de la période 1993-
2000.
La croissance de l’emploi dans les
Industries agricoles et alimentaires 70,7 -0,671,1 2,0
services aux particuliers reste
Industrie des biens de consommation 26,9 0,7 26,4 -1,9particulièrement soutenue en 2002 :
dont : Habillement, cuir 4,6 -6,1 4,3 -6,5+ 2 600 emplois, soit une hausse de
3,3 % (3 % en 2001). On dénombre Édition, imprimerie, reproduction -2,58,1 0,0 7,9
1 500 emplois supplémentaires dans 5,8 5,7Pharmacie, parfumerie et entretien 5,5 3,6
les hôtels et restaurants et 1 000 dans
Industrie des équipements du foyer 2,4 8,5 -2,38,7les services personnels et domestiques
14,0 13,8 -1,4Industrie automobile -4,8(coiffure, blanchisserie essentiel-
-3,0lement). Dans les activités récréatives Industrie des biens d'équipement 39,9 -1,7 38,7
culturelles et sportives, les effectifs dont : Construction navale, aéronautique, ferroviaire 9,1 8,7 -4,4-6,2
évoluent plus modestement.
Industries des équipements mécaniques 1,3 15,3 1,315,1Les effectifs du transport progressent
Indust. des équip. électriques et électroniques 14,715,7 -1,9 -6,4également de 2,3 %, soit un léger
Industrie des biens intermédiaires 45,2 0,9 43,6 -3,5retrait par rapport à l’an passé
(+ 3,6 %) et surtout par rapport aux dont : Industries des produits minéraux 6,7 1,5 6,4 -4,5
bonnes années 1998-2000 où les taux Industrie textile 1,3 1,2 -7,7-7,1
étaient proches de + 4 %.
6,6 -1,5 0,0Industries du bois et du papier 6,6L’emploi dans le commerce progresse
Chimie, caoutchouc, plastiques 12,8 4,1 12,8 0,0en moyenne de 1,9 % par rapport à
2001, soit 2 700 emplois créés ; le Métallurgie et transformation des métaux 11,0 10,7 -2,70,9
commerce de détail et la réparation se -1,4Ind. des composants électriq. et électroniques 6,8 5,9 -13,2
distinguent des autres secteurs par une Énergie 6,1 -3,2 6,2 1,6
forte augmentation des effectifs.
Ensemble industrie 203,2 0,2 199,4 -1,9
Côtes d’Armor :
très faible progression 65,8 2,2 66,9Construction 1,7
des emplois salariés
Contrairement à 2001, les Côtes- Commerce 1,9140,7 2,9 143,4
d’Armor se démarquent des autres
dont : Commerce et réparation automobile 21,1 2,9 21,5 1,9départements : le taux de croissancece de gros 45,2 1,3 45,4 0,4de l’emploi s’établit à 0,4 % (1,5 %
dans la région). Dans l’industrie, la Commerce de détail et réparations 74,4 3,8 76,5 2,8
perte globale des effectifs atteint près 3,6 40,7Transports 39,8 2,3
de 3,3 %. Les reculs les plus
Activités financières 25,8 2,8 25,9 0,4
significatifs sont situés essen-
Activités immobilières 6,4 - 1,5 6,3 - 1,6tiellement dans les industries des
Services aux entreprises 117,2composants électriques et électro- - 0,2 120,6 2,9
niques (- 30 %) et celles des dont : Poste et télécommunications 23,3 0,423,2 1,3
équipements électriques et électro- 37,4 4,5 38,6Conseils et assistance 3,2
niques (- 13 %). L’industrie des
3,8Services opérationnels - 4,2 54,952,9 du foyer est également
Recherche et développement 3,7 3,8 2,75,7en perte de vitesse (- 6 %). En
revanche l’agroalimentaire, qui Services aux particuliers 79,4 3,0 82,0 3,3
représente près de 43 % de l’emploi dont : Hôtels et restaurants 31,8 4,3 33,3 4,7
industriel dans le département, affiche 10,8Activités récréatives, culturelles et sportives 10,7 0,9 0,9
une relative stabilité. Comme partout
37,9Services personnels et domestiques 36,9 2,5 2,7en Bretagne, les effectifs progressent
Éducation, santé, action sociale 218,0 2,6212,4 1,9dans le tertiaire mais à une cadence
plus faible que dans les trois autres dont : Éducation 89,5 0,8 90,9 1,6
départements. Les créations d’em- Santé et action sociale 122,9 2,8 127,1 3,4
plois sont concentrées essentiel-
Administrations 130,9 2,7 134,3 2,6lement dans les secteurs de la santé et
120,8 3,0dont : Administration publique 117,3 3,4de l’action sociale (+ 2,9 %) et dans
- 0,7Activité associatives et extra-territoriales 13,6 - 2,9 13,5les activités relatives aux conseils et
d’assistance aux entreprises Ensemble du tertiaire 752,6 2,1 771,2 2,5
(+ 2,8 %).
Fin décembre 2002, plus du tiers des 1,6 1 066,2 1,5Ensemble 1 050,6
salariés bretons travaillent en Ille-et-
Vilaine. Ce département concentre Source Insee : Estimations d’emploi - Données provisoires calées sur le recensement de la population de 1999
parallèlement 36 % des créations
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 93 - Décembre 2003 3Dans le tertiaire, outre lesd’emplois dans la région. Le et-Vilaine. En moyenne, la par rapport à 2001 (- 0,5 %).
transports (+ 3,1 %) les créationsrythme de progression est assez croissance de l’emploi salarié total Comme les années antérieures, le
d’emplois les plus marquantesproche de celui de l’an passé avoisine le chiffre de 1,8 %. Les secteur agricole et la pêche
sont enregistrées dans les services(+ 1,6 %). Cependant, les pertes activités qui relèvent du tertiaire afficheraient une baisse impor-
sont importantes dans un certain opérationnels (activités relatives à sont celles qui contribuent le plus tante (- 3,2 %). Parallèlement, le
nombre d’activités indus trielles : l’interim, au nettoyage industriel, nombre d’indépendants du BTP,aux créations d’emploi, notam-
au traitement des déchets) et les- 2,1 % dans l’industrie ment les hôtels et restaurants, les de l’industrie, du commerce et des
activités de conseils et d’assis-automobile, - 7 % dans l’indus- services aux particuliers, la santé, services serait en légère augmen-
tance (+ 900 emplois pour chacuntrie des composants électriques l’action sociale et les activités non tation (+ 1,2 %), mais ces évo-
des secteurs). Les activités nonet - 12 % dans les industries des marchandes de l’administration lutions positives ne compensent
marchandes relevant de l’admi-équipements électriques et publique. pas le recul global enregistré dans
électroniques. nistration s’inscrivent également les activités agricoles et dans
dans un mouvement de hausse Les non salariés :Les créations d’emplois dans les celles de la pêche maritime.
(+ 800 emplois).industries agroalimentaires baisse essentiellement
(+ 1,4 %) et dans les industries des dans l’agriculture
A l’exception de l’agroalimentaireéquipements mécaniques
qui est en retrait par rapport à(+ 3,6 %) ne compensent pas Selon des estimations encore
l’ensemble des pertes observées 2001, le Finistère et le Morbihan provisoires, les effectifs totaux de
ont un profil assez proche de l’Ille- non-salariés seraient en léger reculdans les autres secteurs.
L'emploi salarié privé en 2003 : les premières tendances
Les premières analyses sur industriel s’inscrit une nouvelle Le tertiaire : Évolution différenciée
l’évolution de l’emploi salarié fois à la baisse. A l’exception des taux de création dans les départements
privé non agricole – hors intérim – industries agricoles et alimentaires voisin dans le commerce
réalisées à partir de l’exploitation qui présentent une relative Les quatre départementset les services
des bordereaux Urssaf confirment stabilisation de leurs effectifs, tous contribuent de manière très
le net ralentissement du rythme de les autres secteurs enregistrent une Avec environ 7 700 nouveaux inégale aux évolutions de l’emploi
croissance de l’emploi dans le chute significative de l’emploi : en postes par rapport aux quatre en Bretagne. Contrairement aux
secteur marchand en 2003. derniers trimestres, soit uneparticulier, dans l’industrie des Côtes d’Armor et au Finistère où
En glissement annuel sur les quatre progression moyenne de plus debiens de consommation (- 4,2 %), les variations sont très limitées,
derniers trimestres (de juillet 2002 2 %, les activités du secteurl’industrie des biens d’équi- l’emploi salarié marque une
à juin 2003), la hausse atteindrait à tertiaire contribuent de manièrepements (- 3,3 %) et l’industrie des progression dans l’Ille-et-Vilaine
déterminante aux créationspeine 0,8 % contre 1,7 % un an biens intermédiaires (- 2,4 %). et le Morbihan : respectivement
auparavant, soit environ 5 000 Dans cette dernière activité, la globales d‘emploi dans la région. + 1,5 % et + 1%.
postes de travail supplémentaires réduction la plus importante est Elles évoluent de façon très
(+ 11 000 postes au cours de la proche dans les secteurs duenregistrée dans l’industrie des
même période de l’an passé). commerce et des services (autourcomposants électriques et électro-
Après trois années successives de de + 2 %). Plus précisément, lesniques (- 21 %), secteur sinistré
progression, le rythme de services rendus aux entreprisesdepuis 3 ans.
croissance ralentit. Le secteur de la construction et ceux relevant de l’action
continue à embaucher (+ 1,6 %) à sociale et de la santé ont un taux
Industrie : nouvelle de croissance aussi soutenu queun rythme très voisin de celui de la
dans le commerce de gros et depériode précédente. En raisonréduction des effectifs
détail ou dans le commerced’une demande de logements
associée à la réparationDans le prolongement de la relativement vigoureuse, le
tendance observée au cours des contexte reste encore favorable. automobile (autour de + 2,6 %).
douze derniers mois, le secteur
Avertissement Pour en savoir plus
- Bilan économique et socialLes premières tendances présen- L'exploitation porte sur une compte dans cette analyse. Dans
er 2002/ Insee Bretagne - Octanttées dans ce document sont éta- la source Urssaf, ce sont les effec-période allant du 1 juillet 2002
n° 93 - avril 2003.blies à l'aide de données relatives tifs en fin de trimestre, qu'ils soientau 30 juin 2003. Les établisse-
aux établissements du secteur ments dépendant des assurances à temps plein, à durée déterminée
- Évolution détaillée de l'emploiprivé cotisant à l'Urssaf et sociales agricoles (Mutualité ou indéterminée, qui sont utilisées
salarié privé en 2002/ Jean-Lucemployant au moins un salarié pour le calcul des indicateurssociale agricole) qui ne cotisent Nativel ; Insee Bretagne - Flash
(non compris l'intérim). d'évolution de l'emploi.pas aux Urssaf ne sont pas pris en d'Octant n° 88 - Juin 2003.
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Laurence LUONG
Pour tout renseignement :
Composition : Gérard LECOMTEBureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
e Cette note a été rédigée par :
© INSEE 2003 Dépôt légal : 4 trimestre 2003
Jean-Luc NATIVEL
Imprimerie : Média Graphic - Rennes
4 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 93 - Décembre 2003