//img.uscri.be/pth/92a3eb1bae723b3d94eca9f579b4aff4e16cb32b
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'emploi salarié en 2000

De
4 pages
En Aquitaine, l'emploi salarié a augmenté de 3,4 % en 2000, selon les estimations provisoires d'emploi. La progression s'accélère pour tous les grands secteurs d'activité, hormis l'agriculture. La Gironde a le taux de croissance le plus fort de la région ; la Dordogne et le Lot-et-Garonne bénéficient aussi de cette embellie ; quant aux Landes et aux Pyrénées-Atlantiques, l'emploi y progresse moins fortement qu'en 1999. Tableau, graphiques, carte.
Voir plus Voir moins

LE QUATRE PAGES
INSEE AQUITAINE
L’EMPLOI SALARIÉ EN 2000
En Aquitaine, l’emploi salarié a augmenté
de 3,4 % en 2000 selon les estimations
favorable. Le développement de l’investissement etprovisoires d’emploi.
la montée en puissance du dispositif sur la réduction
Il s’agit de la meilleure performance
du temps de travail ont eu également des répercus-
enregistrée dans la région au cours sions très positives sur l’emploi.
des vingt dernières années.
Le secteur de la construction est donc le premier béné-
Par rapport à 1999, la progression
ficiaire de ces effets conjoncturels et, à lui seul, il crée
s’accélère pour tous les grands secteurs presqu’autant d’emplois que l’industrie. En 2000, cha-
d’activité, hormis l’agriculture : cun de ces secteurs contribue à près de 15 % de la
l’industrie triple son taux de croissance ; hausse de l’emploi salarié, tout comme le commerce.
la construction affiche la plus forte
Dans les services, qui assurent les 55 % restants, tous
progression (+ 8 %) ; l’augmentation les secteurs affichent des variations positives. Les ser-
de l’emploi salarié s’accentue encore dans vices rendus aux entreprises restent le principal sec-
teur créateur d’emplois, en grande partie du fait dele commerce et se stabilise dans les services ;
l’essor du travail temporaire.enfin l’agriculture perd encore des emplois,
mais dans une moindre mesure. Parmi les services aux particuliers, les hôtels restau-
rants créent près de 1 600 emplois en Aquitaine.Le département de la Gironde connaît
Concentrés plutôt sur la Côte Atlantique, ils profitentde nouveau la plus forte hausse,
directement de la relance économique, de la réduc-contribuant aux 2/3 des nouveaux
tion du temps de travail et du développement du
emplois régionaux.
“tourisme de week-end”.
La Dordogne et le Lot-et-Garonne
L’industrie progresse toujoursbénéficient aussi de cette embellie,
Avec un taux de croissance global de 3,1 % en 2000,quant aux Landes et aux Pyrénées-
les créations nettes d’emploi dans l’industrie ont tripléAtlantiques, l’emploi y progresse moins
par rapport à l’année 1999. Les tendances observées
fortement qu’en 1999.
ces deux dernières années se confirment dans la plu-
part des activités ; notamment, celles qui étaient en
déclin le restent.
En Aquitaine, l’année 2000 est marquée par une aug-
mentation exceptionnelle de l’emploi salarié : La hausse de l’emploi salarié industriel provient en
+ 3,4 %, soit plus que la moyenne des régions fran- grande partie de la forte progression des biens intermé-
çaises (+ 3 %). diaires et des biens d’équipement, bénéficiant du
boom de la téléphonie mobile.
Les tendances d’évolution de l’emploi salarié obser-
vées en 1999 s’accentuent. Tous les secteurs alors en Ainsi, ces deux secteurs créent plus des 3/4 des nou-
hausse progressent encore plus rapidement ; l’agri- veaux emplois industriels.
culture confirme la baisse de ses effectifs, à un rythme
Les industries agroalimentaires affichent également un
toutefois moins élevé que précédemment.
taux de croissance positif de 3,1 %, soit 900 emplois
La forte augmentation de la consommation des mé- créés, malgré les difficultés liées à la crise de la viande
nages est à l’origine du contexte économique très bovine.INSEE
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
o
N 106
MAI 2002Évolution annuelle de l'emploi salarié en Aquitaine
Industrie hors énergie (14,9 % de l’ensemble) Construction (6,2 % de l’ensemble)% %
8 8
6 6
4 4
2 2
0 0
-2 -2
-4 -4
-6-6
-8 -8
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
Services (60,4 % de l’ensemble) Agriculture (3,9 % de l’ensemble)% %
8 8
6 6
4 4
2 2
0 0
-2 -2
-4 -4
-6 -6
-8 -8
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
Commerce (14,6 % de l’ensemble) Ensemble des secteurs% %
8 8
6 6
4 4
2 2
0 0
-2 -2
-4 -4
-6 -6
-8 -8
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
erSource : Insee - Estimations d'emploi au 1 janvier 2000 et 2001 (provisoires)
Note : De nouvelles séries sont à votre disposition :de 1989 à 2000.A la suite du recensement de population de 1999, des travaux de rebasage et de
rétropolations ont été effectués sur les estimations d’emploi. Ainsi, le niveau d’emploi au 31/12/98 a été corrigé suite à l’exploitation des résultats du
RP au 1/4 au lieu de travail. Il a été obtenu par rétropolation du RP dont la date d’observation est mars 1999. Il est le point d’arrivée des estimations
passées et le point de départ des estimations futures.
En revanche, le secteur des biens de Au total, la part de l’industrie dans l’em- tout le dynamisme observé ces
consommation continue de perdre des ploi salarié aquitain reste stable, près de dernières années. Les travaux publics
emplois. Ces pertes ralentissent toute- 16 %. bénéficient en 2000 d’une activité sou-
fois, notamment pour l’habillement-cuir tenue, due à d’importants travaux, et no-
La construction : le plus fortet la pharmacie-parfumerie. Les indus- tamment ceux de l’autoroute A89.
taux de croissancetries des équipements du foyer inversent
Malgré la pénurie de main-d’œuvre qua-
la tendance à la hausse des années pas-
L’année 1999 avait déjà été qualifiée lifiée, la construction crée globalement
sées, et, connaissent cette année un repli d’exceptionnelle pour le secteur de la autant d’emplois que l’ensemble de l’in-
de leur effectif salarié. construction. L’année 2000 confirme dustrie. C’est un des deux secteurs, avec
cette tendance et affiche un taux de le commerce, dont la part de l’emploi sa-On constate cependant une légère pro-
croissance de 8 %, le plus élevé depuis larié augmente, passant de 5,8 à 6,1 %gression dans l’édition-imprimerie qui
25 ans. du total régional.passe de - 0,3 % à + 1,6 %.
Le secteur est dopé par la réduction de la
Les créations d’emploi dans le com-Dans l’industrie automobile, les effectifs
TVA à 5,5 % et par “l’effet tempête” qui
merce sont de plus en plus importantescontinuent de croître, mais plus modéré-
ont favorisé la dynamique des travaux
avec un taux de croissance de 3,9 % enment qu’en 1999.
d’entretien et de réhabilitation. Par
2000 après 2,7 % en 1999 et 3,1 % en
Quant à l’énergie, le secteur crée des contre, l’effet positif de la loi Périssol
1998.
emplois et ce, malgré la baisse s’essouffle. Cette loi est nouvellement
confirmée dans la production de com- remplacée par la loi Besson, mais la Toutes les activités participent à cette
bustibles. construction de logements perd malgré meilleure orientation, notamment le
oN 106
MAI 2002Évolution de l’emploi salarié en 2000 dans les départements aquitains Évolution de l’emploi salarié en 2000Unité : %
en France métropolitaine
Dordogne Gironde Landes Lot-et- Pyrénées- Aquitaine
Garonne Atlantiques
Agriculture - 9,3 1,5 - 3,1 - 12,6 7,2 - 1,4
Industrie hors énergie 4,3 3,7 2,7 3,5 1,6 3,1
Énergie 2,6 6,1 1,1 0,3 - 2,7 2,6
Industrie 4,2 3,9 2,6 3,3 1,2 3,1
Construction 8,3 10,4 6,4 9,1 3,6 8,0
Commerce 3,0 4,6 3,2 5,3 2,6 3,9
Services 1,5 4,3 2,9 1,7 2,4 3,2
Tertiaire 1,8 4,4 2,9 2,6 2,5 3,4
Total 2,3 4,5 2,8 2,3 2,4 3,4
erSource : Insee Aquitaine - Estimations d’emploi au 1 janvier 2000 et 2001 (provisoires)
© INSEE-IGN 2002
En %
commerce automobile et le commerce Dans les biens de consommation, l’ha- Moins de 2
2 à 2,7 Limites :de gros dont les taux d’évolution de billement-cuir, en difficulté depuis plu-
2,7 à 3,2 régions
l’emploi doublent. Le commerce de dé- sieurs années, connaît un ralentissement 3,2 à 4,8 départements
tail reste à son niveau, le plus grand créa- significatif de la chute de ses effectifs Source : Insee - Estimations d'emploi
erau 1 janvier 2000 et 2001 (provisoires)
teur d’emplois du secteur avec plus de salariés.
3 000 emplois créés.
La progression de l’emploi dans la cons- à l’explosion de son carnet de comman-
truction est aussi dynamique qu’en des dopé par l’expansion de la téléphonieEnfin, dans le secteur de l’agriculture,
moyenne aquitaine, soit 8,3 %. La Dor- mobile, cette entreprise embauche, enune légère amélioration semble s’amor-
dogne est le seul département de la ré- CDI près de 1 000 salariés, dont la moitiécer. En effet, non seulement la chute de
gion qui crée plus d’emplois dans la de ses 800 intérimaires.ses effectifs salariés se ralentit dans la ré-
construction que dans le commerce.gion, mais en Gironde et dans les Pyré- L’énergie multiplie par plus de cinq sa
nées-Atlantiques on constate une Dans les services, les services aux entre- progression et crée près de 400 emplois,
progression des effectifs salariés. Les prises représentent 60 % des emplois conséquence de la mise en place de la
évolutions de ce secteur varient forte- créés dont près de la moitié proviennent RTT chez EDF.
ment d’un département à l’autre. des services opérationnels.
La construction poursuit sa progression,
Dordogne : dynamisme Gironde : le taux de croissance le taux d’évolution de l’emploi est en
de l’industrie le plus fort de la région Gironde le plus élevé d’Aquitaine, soit
+ 10,4 %.En Dordogne, l’emploi salarié a aug- En Gironde, tous les secteurs connais-
menté globalement de 2,3 %. L’année sent un rythme de progression de l’em- Toutes les activités du tertiaire sont en
2000 a été particulièrement faste pour ploi plus élevé qu’en 1999, y compris hausse. Ce secteur doit son essor au
l’industrie dans ce département. Avec l’agriculture. commerce, qui crée plus de 3 000 em-
une hausse de + 4,2 % elle renoue avec Globalement, le département affiche un plois, mais surtout, comme dans tous les
la croissance, après une perte d’emploi taux de croissance de l’emploi salarié de départements, aux services opération-
salarié de 1,7 % en 1999. Après la Gi- 4,5 %, soit un peu plus de 21 000 créa- nels où l’intérim pèse fortement. Les hô-
ronde, la Dordogne est le plus fort créa- tions nettes d’emplois. tels restaurants et les activités récréatives
teur d’emplois industriels. poursuivent leur forte progression.Le secteur industriel triple presque son
Enregistrant des pertes d’emplois depuis taux de croissance malgré une perte d’em- Landes : croissance ralentie
deux ans, l’industrie agroalimentaire bé- plois dans les biens de consommation, pour l’industrie
néficie en 2000 d’une progression de ses due en grande partie aux équipements du
Avec une évolution de + 2,8 % de ses
effectifs (250 emplois supplémentaires), foyer (+ 8,5 % en 1999 mais - 8,1 % en
emplois salariés, soit près de 3 100 em-
et contribue à hauteur de 30 % à la crois- 2000) et à la pharmacie-parfumerie.
plois créés en 2000, les Landes se situent
sance de l’industrie départementale.
Les biens d’équipement (+7,7 %) contri- en deuxième position, assez loin der-
Les biens d’équipement et les biens in- buent fortement à l’évolution de l’emploi rière la Gironde. C’est le seul départe-
termédiaires participent également à salarié industriel. En particulier l’entre- ment d’Aquitaine dont la croissance
cette hausse et notamment le secteur de prise Solectron connaît une année excep- industrielle est en léger repli par rapport
la chimie et de la métallurgie. tionnelle. Pour faire face aux 35 heures et à 1999.
oN 106
MAI 2002oN 106
MAI 2002
merce y crée presqu’autant d’emplois tion de l’emploi salarié se caractérise parBeaucoup de ses secteurs ne confir-
ment pas le dynamisme de l’année que les services. un ralentissement ou une faible progres-
précédente. Toutes les activités gagnent des emplois sion des secteurs dynamiques.
à un rythme plus fort qu’en 1999, le
La croissance de l’emploi dans les IAA Taux de croissance dans l’industrie et
commerce de détail triple son taux de
(5,7 % en 2000 contre 9,3 % en 1999) nombre d’emplois créés sont les plus
croissance.
reste cependant la plus forte hausse en- faibles de la région.
registrée dans la région. L’emploi dans l’industrie progresse for-
Toutefois, l’habillement-cuir et la phar-
tement avec + 3,3 %, alors qu’il stagnait
Les biens de consommation perdent des macie-parfumerie cessent de perdre des
l’année précédente.
emplois y compris dans les équipements emplois et se stabilisent.
du foyer. Contrairement à la région, l’industrie
Dans les biens d’équipement, la cons-
des biens de consommation maintient
Par contre les biens intermédiaires voient truction navale et aéronautique crée à
ses effectifs salariés, grâce à la phar-
progresser leur taux de croissance, en nouveau des emplois après une année
macie-parfumerie qui est la seule activi-
particulier le bois et papier et les compo- de stagnation. La croissance des équipe-
té des biens de consommation à créer
sants électriques et électroniques. ments mécaniques s’accélère.
de nouveau des emplois.
Ce secteur mais aussi les IAA, contri-
L’accélération de la croissance dans la
buent en grande partie au maintien de la La croissance des biens intermédiaires
construction ne s’observe pas dans les
croissance dans l’industrie. est à imputer aux secteurs des produits
Pyrénées-Atlantiques.
minéraux et au bois papier.
Le dynamisme du secteur de la construc-
Le commerce progresse à un rythme sen-
tion ne s’est pas démenti en 2000, soit Avec le meilleur taux de croissance ré-
siblement identique à 1999 ; malgré plus
+ 6,4 % après + 4,3 % en 1999. gional en 1999, la construction poursuit
de 700 emplois créés, le taux est encore
son essor avec + 9,1 %.
Les services aux entreprises, plus spécia- le plus faible d’Aquitaine.
lement les services opérationnels ainsi La croissance de l’emploi dans les ser-
Dans les services, tous les secteurs ga-
que les services aux particuliers, notam- vices est moitié moindre que l’année
gnent des emplois mais pour la plupart à
ment les activités récréatives et culturel- dernière.
un rythme modéré.
les jouent, cette année encore, un rôle Contrairement aux autres départements,
Les secteurs des services opérationnels
important dans la croissance des services. les services opérationnels stagnent en
et l’intérim conservent malgré tout leur
Lot-et-Garonne, avec un taux de crois-
dynamisme avec respectivement
Lot-et-Garonne : essor sance négatif pour l’intérim. De fait, ils
+ 6,7 % et + 9,3 %.du commerce sont étrangers à la progression de l’em-
Les hôtels restaurants et les activités ré-ploi salarié dans les services.Le Lot-et-Garonne affiche un taux de
créatives et culturelles ralentissent maiscroissance global de 2,3 %, identique à Pyrénées-Atlantiques :
bénéficient encore d’une forte crois-celui de la Dordogne. une croissance modérée
sance (+ 5,5 et + 7,6 %).dans tous les secteurs
Dans le secteur du commerce, le
Lot-et-Garonne a le taux de croissance le Dans les Pyrénées-Atlantiques, au con-
Corine KAPELplus fort de la région, soit 5,3 %. Le com- traire des autres départements, l’évolu-
Supplément inclus : “L’évolution de l’emploi en 2000”
Directeur de la publication : Michel Schrantz - Rédacteur en chef : Paul Ahmed Michaux -
Assistante de rédaction : Christiane Fournier - Secrétaire de fabrication : Daniel Lepphaille
INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget - 33076 Bordeaux cedex
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3615 ou 3617 INSEE - Internet : www.insee.fr
e
© INSEE 2002 - n° ISSN 1246-3809 - Dépôt légal 2 trimestre 2002
Composition et impression : Insee Aquitaine
Code Sage IA10608
Prix : 2,2€ - Abonnement : France : 12 numéros 22€ - Étranger : 27€