L

L'emploi salarié lié au tourisme en Franche-Comté - Évolution de 1998 à 2001

-

Documents
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En Franche-comté, l'emploi salarié lié au tourisme a augmenté de 12% entre 1998 et 2001 pour atteindre 18 300 salariés en haute saison, ce qui représente 4,1% de l'emploi salarié franc-comtois. Cette hausse de l'emploi s'est accompagnée d'un recours accrû à des emplois à temps partiel ou saisonniers.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 30 décembre 2012
Nombre de lectures 30
Langue Français
Signaler un abus

Synthèse
L’emploi salarié
lié
au tourisme
en Franche-Comté
Évolution
de 1998 à 2001
N°80 - Août 2005Jusqu'à 18.300 emplois salariés liés au Tourisme en 2001
En Franche-Comté, l'emploi salarié lié au tourisme a augmenté de 12% entre 1998 et 2001 pour atteindre
18.300 salariés en haute saison, ce qui représente 4,1% de l'emploi salarié franc-comtois. Cette hausse
de l'emploi s'est accompagnée d'un recours accrû à des emplois à temps partiel ou saisonniers.
L'INSEE et le Comité Régional du 2001 1998
Tourisme se sont associés pour réactua-
Part dans Part dans
Emplois Emploisliser une étude sur l'emploi salarié lié au
l’emploi l’emploi
salariés salariéstourisme réalisée en 2000. L'estimation
salarié (%) salarié (%)
de l'emploi salarié a été calculée en
Basse saisontenant compte d'une part de l'activité
Totalement lié 2.950 0,7 2.500 0,7touristique des communes et des éta-
blissements et, d'autre part, de l'em- Totalement ou partiellement lié 13.300 3,2 11.700 3,4
bauche de personnel saisonnier. Elle per-
Saison hiver
met de mettre en évidence l'importance
Totalement lié 3.450 0,8 2.900 0,8
pour l'emploi régional de la clientèle tou-
T 13.800 3,3 12.100 3,4ristique, qu'elle vienne pour ses loisirs
ou pour des raisons professionnelles. Haute saison
Totalement lié 5.800 1,3 5.100 1,4
En 2001, l'emploi salarié lié au tourisme Totalement ou partiellement lié 18.300 4,1 16.400 4,4
varie de 13.300 en basse saison
Moyenne annuelle*(novembre à mi-décembre) à 18.300
Totalement lié 3.900 0,9 3.300 0,9personnes en haute saison (juillet-
T 14.800 3,4 13.100 3,6août). Parmi celles-ci, 5.800 dépendent
totalement du tourisme tandis que l'em- Basse saison : novembre et décembre (hors vacances de Noël).
Saison hiver : des vacances de Noël à fin marsploi des 12.500 autres en dépendent
Haute saison : juillet - août (*) y compris intersaisons
partiellement. Source : INSEE - DADS
Pour les premiers, il s'agit d'emplois
Emplois salariés liés au tourismesitués essentiellement dans des acti-
en Franche-Comté (2001)vités d'hébergement (hôtels, campings,
villages de vacances …) et des activités 20.000
de restauration dans des communes for-
tement touristique.
15.000
Dans le deuxième cas, on trouve des
emplois dans les secteurs du commerce
et de la restauration, pour lesquels
10.000seule une partie de l'activité est générée
par la clientèle touristique. En effet,
l'activité d'un restaurant situé dans une
petite station de ski dépend plus du tou- 5.000
risme que celui d'une grande ville pour
lequel le poids de la clientèle locale est
plus important. Dans de nombreux cas, 0
le tourisme permet de viabiliser certains Jan. Fév. Mar. Avr. Mai Jui. Jui. Aoû. Sep. Oct. Nov. Déc.
emplois mais n'est pas le seul facteur
Totalement lié Totalement ou partiellement liéqui préside à une embauche.
Source : INSEE - DADS
Zone de montagne : une hausse en hiver surtout dans les hébergements et la restauration
La saison hivernale voit une légère progression de l'emploi salarié à partir des vacances de Noël pour atteindre un
maximum vers le 20 février. Elle ne s'observe que dans la zone de montagne où cette progression est exclusivement
le fait de l'emploi totalement lié au tourisme, en hausse de plus d'un tiers sur l'ensemble de la saison. L'afflux de tou-
ristes a en effet plus d'impact sur l'emploi direct dans les hébergements et la restauration que sur l'emploi indirect
dans le commerce notamment. A l'échelle régionale, on n'observe pas d'évolution significative de l'emploi touristique
total à cette période de l'année au cours de laquelle de nombreux hébergements en zone urbaine comme en zone rura-
le ferment leurs portes pour leurs congés annuels.
Au niveau départemental, le Doubs concentre près de 45% des emplois en haute saison contre 30% pour le Jura. Le
quart restant est partagé à peu près équitablement entre la Haute-Saône et le Territoire de Belfort. Entre la basse et
la haute saison, l'emploi salarié lié au tourisme augmente de 50% dans le Jura contre 40% en Haute-Saône et près
de 30% dans les deux autres départements.
2Cette moindre progression dans le
Emplois salariés totalement ou partiellement
Doubs et le Territoire de Belfort montre
liés au tourisme par type de zone
bien la séparation en deux entités du
8.000
territoire. Ces deux départements, for-
tement urbanisés, accueillent une pro-
7.000portion élevée de clientèle d'affaires,
notamment dans les grandes agglomé-
rations. 6.000
La hausse de l'emploi en été, liée à l'ar-
5.000
rivée de la clientèle de loisirs, est alors
contrebalancée en partie par un repli de
4.000la clientèle d'affaires. En revanche, dans
le Jura et en Haute-Saône, ce phénomè-
ne est plus marginal en raison d'un 4.000
moindre poids de la clientèle profession-
nelle.
2.000
Jan. Fév. Mar. Avr. Mai Jui. Jui. Aoû. Sep. Oct. Nov. Déc.
Montagne Urbain Autres zones
Source : INSEE - DADS
5,7% des emplois du Jura sont liés au tourisme en été 2001
Doubs Jura Haute-Saône Ter. de Belfort
Totalement lié 1.250 1.200 300 200
Basse Totalement ou partiellement lié 6.200 3.650 1.850 1.600
saison Part dans l’emploi salarié total (%) 3,2 4,3 2,9 3,1
Evolution 2001/1998 (%) +12,7 +14,1 +23,3 +6,7
Totalement lié 1.250 1.400 300 150
Saison T 6.250 3.900 1.850 1.500
hiver P 3,3 4,6 3,0 3,1
Evolution 2001/1998 (%) +9,6 +11,4 +23,3 +3,4
Totalement lié 2.250 2.550 700 300
Haute Totalement ou partiellement lié 8.150 5.500 2.600 2.050
saison Part dans l’emploi salarié total (%) 3,9 5,7 3,6 3,6
Evolution 2001/1998 (%) +10,1 +12,2 +18,2 +7,9
Totalement lié 1.550 1.700 350 200
Moyenne T 6.800 4.300 2.000 1.700
annuelle* P 3,4 4,7 3,1 3,2
Evolution 2001/1998 (%) +13,3 +13,2 +17,6 +6,3
Source : INSEE - DADS
Une croissance forte mais inférieure à celle de l'emploi salarié régional
Dans un contexte de forte croissance économique, le poids du tourisme est cependant en baisse entre 1998 et 2001.
La hausse de l'emploi salarié lié au tourisme est de 12% contre près de 18% pour l'ensemble des secteurs d'activité.
Les salariés dont l'activité dépend en totalité ou en partie du tourisme représentent 4,1% de l'emploi salarié en
Franche-Comté, contre 4,4% en 1998. En basse saison, la part de l'emploi salarié lié au tourisme sur l'ensemble des
salariés est de 3,2% contre 3,4% trois ans plus tôt.
Cette hausse de l'emploi touristique est plus faible en zone de montagne (+4,0% en moyenne annuelle) que sur le
reste de la région. Cela s'explique par un moindre dynamisme de l'emploi total dans cette zone, mais également par
une forte baisse du parc de l'hôtellerie homologuée dans le massif du Jura. En revanche, l'emploi en zone urbaine aug-
mente de près de 20% aussi bien pour les emplois totalement dépendant du tourisme que pour ceux plus partielle-
ment liés.
Dans le Doubs et le Jura, entre 1998 et 2001, l'emploi salarié totalement lié au tourisme évolue comme les nuitées
vendues dans l'hôtellerie homologuée avec respectivement +11 et +21%. Avec 5,7%, la part de l'emploi salarié lié au
tourisme se maintient en haute saison dans le Jura alors qu'elle recule dans les autres départements.
3Un recours plus fréquent à des travailleurs intermittents
Par rapport à 1998, les caractéristiques des Rajeunissement de l’emploi salarié lié au tourisme
salariés en 2001 qui dépendent totalement du 60%
tourisme ont tendance à se renforcer.
L'emploi, très féminisé (plus de 60% contre 50%
43% sur l'ensemble des secteurs de la région),
40%est occupé par 41% de jeunes de moins de 25 1998
ans en juillet-août contre 17% en moyenne.
30%Sur l'ensemble de l'année, l'écart est un peu
2001plus faible mais reste encore très significatif
20%(36% contre 14%).
10%
Plusieurs facteurs expliquent cette forte pro-
portion de jeunes. Tout d'abord, les 0%
embauches saisonnières durant l'été concer- Moins de 25 à 50 ans
nent essentiellement des jeunes. D'autre part, 25 ans 49 ans et plus
l'emploi salarié dans le secteur du tourisme Source : INSEE - DADS - Moyenne annuelle
est marqué par un recours important à des
contrats intermittents (34% des salariés sur La part des emplois intermittents* double de 1998 à 2001
l'année contre 18% pour l'ensemble des sec-
teurs). Il s'agit soit de contrats à durée indé-
terminée mais prévoyant une alternance de
période travaillées et non travaillées, soit de Temps complet
recours à de l'intérim. Or, ce type de contrat Intermittent
est plus répandu parmi les jeunes salariés. Le
Temps partielrecours marqué à ce type de contrat montre
une adaptation des entreprises touristiques à
la saisonnalité de leur activité. Cependant, la
forte proportion d'intermittents laisse égale-
ment à penser qu'il existe aussi des difficultés 1998 2001
d'embauches dans ces secteurs d'activité ainsi
* alternance de périodes travaillées et non travaillées y compris intérimairesqu'une rotation élevée des salariés.
Source : INSEE - DADS - Moyenne annuelle
Note méthodologique
Cette étude propose une estimation de l'emploi salarié lié au tourisme en Franche-Comté. Les données présentées se rapportent à l’année 2001 et sont issues
du fichier des DADS (déclarations annuelles de données sociales) remplies par les employeurs dans le cadre des procédures administratives liées au recou-
vrement des cotisations sociales. Les délais d’obtention des DADS (environ 2 ans) expliquent le décallage entre la période analysée et le rendu de l’étude.
Afin de mesurer l'emploi salarié lié au tourisme, les établissements employeurs sont classés selon trois critères :
- l'attrait touristique de la zone dans laquelle ils se situent,
- l'intensité touristique de leur activité,
- la saisonnalité de leur emploi.
Selon leur position suivant ces critères, tout ou partie de leur emploi est considéré comme " lié au tourisme ". L'attrait touristique d'une zone est déter-
miné à partir de ses capacités d'hébergement et de la saisonnalité de l'emploi. L'intensité touristique d'une activité résulte de la similitude du profil
annuel de son emploi avec celui de la fréquentation touristique.
La saisonnalité de l'emploi des établissements a été établie en examinant les courbes journalières d'emploi. Celles-ci font apparaître pour certains éta-
blissements, un supplément saisonnier d'emploi durant les périodes de fréquentation touristique importante. Une note de méthode plus complète est
disponible sur demande auprès de l’INSEE de Franche-Comté.
Zone très Zone moyennement Zone non
Activité Estimation
touristique touristique touristique
100% Minimum Tous les emplois Tous les emplois Tous les emplois
touristique Maximum T T T
Fortement Minimum T Supplément saisonnier d’emplois Rien Maximum Tous les emplois Tous les emplois Rien
Moyennement Minimum Supplément saisonnier d’emplois Rien Rien
touristique Maximum T Rien
Faiblement Minimum Rien Rien Maximum Rien Rien
Non Minimum Rien Rien Rien
touristique Maximum Rien Rien Rien
Synthèse rédigée par Patrice PERRON - INSEE de Franche-Comté
INSEE de Franche-Comté - 83, rue de Dole - B.P. 1997 - 25031 BESANCON Cedex - Tél : 03 81 41 61 61
Comité Régional du Tourisme - La City - 4, rue Gabriel Plançon - 25044 BESANCON Cedex - Tél : 03 81 25 08 08
ESS 058018 - Prix 2,50 euros
Directeur de la publication : Didier Blaizeau
Rédacteur en chef : François-Xavier Dussud
Rédacteur en chef adjoint : Patrice Perron
Imprimerie : Offset
N° de CPPAP : 3021 AD - ISSN 1248 2544
© INSEE 2005 dépôt légal : Août 2005
4