Les salaires 2002 en Nord-Pas-de-Calais

-

Français
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En 2002, le salaire mensuel net moyen d'un salarié résidant dans le Nord-Pas-de-Calais s'élève à 1 619 euros, ce qui place la région dans une position intermédiaire. La moitié des salariés gagne moins de 1 383 euros par mois. La catégorie socioprofessionnelle, l'âge et le secteur d'activité constituent les principaux déterminants du salaire parmi ceux observables dans les déclarations annuelles de données sociales.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 76
Langue Français
Signaler un problème

Les salaires 2002
en Nord-Pas-de-Calais
En 2002, les salariés des secteurs privé et
semi-public qui résident dans le
Nord-Pas-de-Calais et qui travaillent à temps
complet (cf. Pour comprendre ces résultats)
perçoivent en moyenne une rémunération
nette mensuelle de 1 619 euros. La moitié
des salariés touche moins de 1 383 euros parEn 2002, le salaire mensuel net moyen mois, 10% moins de 955 euros mensuels
quand 10% gagnent plus de 2 455 euros
mensuels, soit un rapport de 1 à 2,6 entre cesd’un salarié résidant dans le
deux limites de tranche de l’échelle des
salaires.
Nord-Pas-de-Calais s’élèveà1619
Le Nord-Pas-de-Calais dans une
position intermédiaire
euros, ce qui place la région dans une
En moyenne, le salaire en Nord-Pas-de-Calais
est nettement inférieur au salaire métropolitainposition intermédiaire. La moitié des (1 772 euros) mais peu différent de celui de la
France de province ( 1639 euros), l’Île-de-France
entraînant le salaire moyen national vers lesalariés gagne moins de 1 383 euros par haut avec plus de 2 200 euros mensuels
(cf. graphique 1). Dans le classement des
régions de province, le Nord-Pas-de-Calaismois. La catégorie socioprofessionnelle, se situe en position intermédiaire, derrière
l’Alsace, Rhône-Alpes, la Haute-Normandie, la
Picardie et Provence-Alpes-Côte d’Azur,l’âge et le secteur d’activité constituent aussi bien pour le salaire médian
(cf. Définitions) que pour l’éventail des
salaires. Du point de vue de la distributionles principaux déterminants du salaire
des salaires, la région connaît des différences
moins marquées qu’en l’Île-de-France ou
même qu’en Rhône-Alpes mais plus marquéesparmi ceux observables dans les
qu’en Limousin. Les disparités salariales entre
les régions sont très largement imputables
aux différences de profil des entreprisesdéclarations annuelles de données
(secteur d’activité, taille) et de leurs salariés
(âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle).
Concentrant plus d’activités parmi les plussociales.
rémunérées (par exemple les fonctions
métropolitaines supérieures) que les autres
zones d’emploi de la région, Lille correspond
à la zone d’emploi où le salaire médian et le
rapport interdécile (cf. Définitions) sont les
plus élevés (respectivement 1 459 euros
mensuels et 2,9). Dans le Nord-Pas-de-Calais,
la zone d’emploi de Lille joue donc le même
rôle que l’Île-de-France vis-à-vis de la France.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00Graphique 1 : Les disparités régionales de salaires en 2002
Guidedelecture:
- La mé diane correspond au salaire qui partage l’ensemble des salariés en deux groupes : une moitié des salariés touche plus que ce salaire , l’autre moitié touche moins ;
er-le1 décile au seuil des bas salaires ; 10% des salairiés perçoivent une rémunération inférieure à ce seuil ;
e-le9 au seuil des hauts ; 10% des salariés une supérieure à ce seuil.
Source : Insee - DADS 2002
non qualifiés qui s’établit à 1 084 euros. DeUn ouvrier sur deux sous la barre À salaire élevé, distorsions plus
manière plus globale, la moitié des ouvriersdes 1 300 euros pour moins d’un fortes
non qualifiés mais aussi la moitié de leurscadre sur dix
collègues qualifiés et des employés touchent Si des différences de salaires existent d’une
un salaire inférieur à celui qu’obtiennent les catégorie sociale à l’autre, il en existe aussiDe nombreux facteurs liés au salarié
10% de cadres les moins rémunérés au sein d’une même catégorie sociale. Ainsilui-même ou à l’entreprise qui l’emploie,
(cf. graphiques 2 et 3). En effet, alors qu’un le rapport interdécile varie-t-il de 1,8 pourcontribuent à la détermination du salaire. La
ouvrier qualifié ou employé sur deux gagne un les ouvriers qualifiés à 2,7 pour les cadres.catégorie socioprofessionnelle du salarié
peu moins de 1 300 euros par mois, seule- Du point de vue des différences de salaires,ainsi que son âge, l’activité et la taille de
ment un cadre sur dix gagne moins de les ouvriers connaissent donc desl’établissement où il exerce, influencent
1 790 euros mensuellement. Résultante différences moins marquées que lesmajoritairement le niveau de salaire.
probable de l’évolution des métiers, les cadres. Pour chaque catégorie sociale, lesEn 2002, en Nord-Pas-de-Calais, le salaire
ouvriers qualifiés et les employés femmes connaissent par ailleurs desmensuel médian des cadres s’élève à 2 718
connaissent des conditions salariales différences salariales globalement moinseuros soit 2,5 fois plus que celui des ouvriers
voisines.
Graphique 2 : Dispersion des salaires féminins par catégorie sociale Graphique 3 : Dispersion des salaires masculins par catégorie sociale
Guide de lecture : Cf . Graphique 1 Guide de lecture : Cf . Graphique 1
Source : Insee - DADS 2002 Source : Insee - DADS 2002Graphique 4 : Dispersion des salaires selon l’âgeDéfinitions
- Le salaire médian : il correspond au
niveau de salaire que perçoit au minimum
un salarié sur deux et donc au niveau de
salaire que perçoit au maximum un salarié
sur deux.
- Le rapport interdécile : il rapporte le salaire
des 10% de salariés les plus rémunérés
au salaire des 10% de salariés les moins
rémunérés.
marquées que les hommes. En particulier, le
rapport interdécile des cadres est-il de 2,7
pour les hommes et de 2,4 pour les femmes ;
pour les chefs d’entreprise, le différentiel est
de 1 point.
L’éventail des salaires est plus
ouvert pour les tranches d’âge
Guide de lecture : cf . Graphique 1
élevées
Source : Insee - DADS 2002
Tous salariés confondus, le salaire mensuel âgé d’entre 56 et 65 ans touche 1,8 fois plus secteurs présentant une grande proportion
médian augmente quand l’âge observé est qu’une personne âgée de 18 à 25 ans. de cadres, de chefs d’entreprise et de
plus élevé ; ceci peut être considéré comme L’éventail des salaires (cf. graphique 4) est par professions intermédiaires constituent les
la résultante du gain en expérience ailleurs plus ouvert pour les tranches d’âge activités où les salaires sont plus élevés. En
professionnelle acquise au cours du temps. élevées. En témoigne le rapport entre les revanche, les secteurs dans lesquels les
Comme les structures par âge sont hauts et les bas salaires qui est inférieur à 2 jeunes sont largement représentés, et les
différentes d’une catégorie sociale à l’autre, il chez les 18 à 25 ans alors qu’il dépasse 3,5 cadres et les chefs d’entreprise moins
existe alors de fait un lien entre l’âge, le parmi les personnes âgées d’entre 56 à 65 présents, proposent des niveaux de salaire
niveau de salaire et la catégorie ans. peu élevés. Les secteurs des activités
socioprofessionnelle. La proportion de financières et de l’énergie font partie des
cadres et de chefs d’entreprise est de 3% premiers, la construction, le commerce et lesÉnergie, activités financières etchez les 18-25 ans tandis que les ouvriers et services aux particuliers appartiennent plutôtpêche : des secteurs plusles employés constituent 80% des jeunes au second type.
rémunérateurssalariés. Au contraire, parmi les 56 ans et
plus, la part des cadres est supérieure à 21% Ainsi, la moitié des salariés du secteur de
alors que celle des employés et ouvriers Suivant le secteur économique, le niveau de l’énergie d’une part, et des activités
avoisine 55%. Les catégories sociales salaire diffère (cf. graphique 5) en lien financières d’autre part, gagnent
élevées étant les plus rémunérées, il en notamment avec la composition en termes respectivement plus de 1 926 euros et 1 830
résulte d’une manière générale qu’un salarié de profession et d’âge des salariés. Les
Graphique 5 : Dispersion des salaires selon le secteur d’activité
Guide de lecture : cf . Graphique 1
Source : Insee - DADS 2002euros par mois. Ces deux secteurs affichent où la moitié des salariés gagne plus de faibles. Les moins de 35 ans constituent
un important taux d’encadrement : plus de 1 500 euros par mois. L’industrie près de 46% des effectifs dans le
17% de cadres et de chefs d’entreprise automobile arrive derrière les trois secteurs commerce et plus de 58% dans les services
dans l’énergie et plus de 23% pour les les plus rémunérateurs malgré une moindre aux particuliers contre une part de 40% tous
activités financières. De même, les importance de cadres et de chefs secteurs confondus. Le secteur de la
professions intermédiaires qui d’entreprise (5,4%). Secteur industriel où construction, pour lequel la part des jeunes
correspondent à la catégorie sociale la plus les plus de 46 ans représentent un peu plus salariés est de 37%, donc proche de la
rémunérée après les cadres, constituent de 43% des effectifs salariés, le salaire s’y moyenne, affiche une part d’ouvriers et
près de 44% des effectifs de ces deux trouve donc tiré vers le haut par une d’employés voisine de 82%, donc
secteurs. L’âge élevé, qui tire le niveau de proportion plus forte de seniors. D’autres supérieure de 15 points à l’ensemble des
rémunération vers le haut, s’y conjugue éléments non appréhendés ici, tels que la secteurs d’activité. La part des salariés
avec le haut niveau de qualification. Pour le rentabilité des entreprises ou encore la employés dans des entreprises de moins
secteur de l’énergie, la part des salariés de rareté de la main-d’œuvre, peuvent de dix salariés est plus importante dans les
plus de 46 ans est voisine de 43%, soit 10 également participer au salaire obtenu. secteurs du commerce (30%), de la
points de plus que la même part toutes construction (31%) et des services aux
activités confondues ; pour le secteur des particuliers (47%) que pour l’ensemble desMoindre qualification, jeunesse des financières, la part des personnes secteurs d’activité (22%). Comme le salairesalariés et petite entreprise : des
de plus de 46 ans est proche de 40%. médian mensuel dans les établissements
salaires moins élevés
de plus de 100 salariés est supérieur de
Le secteur de la pêche, pour lequel 19% à celui des structures de moins de 10
À l’opposé, les salaires dans les secteursimplication personnelle, pénibilité et risques salariés, s’en trouve confirmé le plus faible
du commerce, de la construction et dessont des caractéristiques souvent citées, niveau des salaires dans les secteurs du
services aux particuliers sont moins élevés.est également un secteur plus commerce, de la construction et des
Dans ces trois secteurs, la moitié desrémunérateur. Bien qu’il ne concerne que services aux particuliers.
salariés touchent un salaire inférieur à700 salariés, la moitié d’entre eux gagne
1 260 euros par mois et même àplus de 1 663 euros par mois, qu’il convient
1 120 par mois pour le secteur desde relativiser par un nombre d’heures
services aux particuliers. Le poids élevétravaillées nettement plus important que la
des catégories ouvriers et employés,moyenne. Avec l’énergie, les activités
combiné à la jeunesse des salariés,financière et la pêche, l’industrie
caractérisent ces secteurs et sont àautomobile fait partie des quatre secteurs
rapprocher des niveaux de salaire plus
Pour comprendre ces résultats
Champ de l’étude :
Salariés à temps complet résidant dans la région Nord-Pas-de-Calais et travaillant dans le secteur privé ou semi-public (grandes
entreprises publiques, collectivités territoriales, établissements hospitaliers, etc.). Sont exclus du champ de l’étude les salariés de
l’agriculture et de la sylviculture, les agents des organismes de l’État, les personnels des services domestiques, les agents des activités
extra-territoriales ainsi que les apprentis et les stagiaires. Ne sont prises en compte que les périodes principales de travail. En effet, un
salarié peut occuper plusieurs postes de travail au cours d’une même année. C’est donc la période pour laquelle il a reçu la plus forte
rémunération qui est retenue. Un salarié qui travaille au moins 80% de l’horaire légal est considéré pour cette analyse à temps complet.
L’analyse se fonde sur une exploitation des Déclarations annuelles de données sociales, formulaire administratif rempli par tout
employeur. Il contient pour chaque salarié de l’entreprise, des caractéristiques d’état civil, la catégorie socioprofessionnelle, les périodes
d’emploi et les rémunérations. Le niveau de salaire est donc ici confronté à l’âge ou la catégorie socioprofessionnelle du salarié ou encore
au secteur d’activité ou à la taille de l’entreprise qui l’emploie. Les autres déterminants du salaire parmi lesquels on trouve la rentabilité
des entreprises, les tensions sur le marché du travail, le niveau de qualification, ne sont donc pas appréhendés dans l’analyse.
Le salaire net est obtenu en déduisant du salaire brut toutes les cotisations sociales y compris la cotisation sociale généralisée. Le salaire
quotidien est obtenu en divisant la masse salariale totale par le nombre total de jours rémunérés dans l’année ; sur la base de 30 jours par
mois, on obtient alors le salaire mensuel qui ne tient pas compte du nombre d’heures travaillées.
Pour en savoir plus
Les salaires dans les entreprises en 2002 - Une année en demi-teinte - Insee - Insee Première
n° 980, juillet 2004.
Les salaires des agents de l’État en 2002 – Insee - Insee Première n° 977, juillet 2004.
Les dans le Nord-Pas-de-Calais - Insee - Les Dossiers de Profils n° 58, février 2000.
Directeur de la publication : Jean-Jacques MALPOT - Service Administation des Ressources : Marie-Françoise DUBOIS
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service statistique : Karim MOUSSALLAM - Rédacteur en chef :
Jean-Luc VAN GHELUWE - Secrétaire de fabrication : Christian DE RUYCK Maquettistes : Jean-Paul BAUWENS, Fa-
brice CARLIER, Annick CEUGNIEZ, Laurent DELESALLE - Vente : Bureau de vente - 130, avenue J.F. Kennedy - BP 769 -
59034 LILLE CEDEX -Tél : 03 20 62 86 66 - CPPAD en cours ISSN 1269-0260- Dépôt légal mars 2004 - © Insee 2004 -
Code Sage PRO040820 - LA MONSOISE tél : 03 20 61 98 44
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00