Etude Transports - Conseil de Développement
7 pages
Français

Etude Transports - Conseil de Développement

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
7 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

1 THEME : LES TRANSPORTS SYNTHESE DU TRAVAIL DES 4 COMMISSIONS DU CONSEIL DE DEVELOPPEMENT PREAMBULE Les membres de la commission « Environnement » partagent l’idée que la Terre doit aujourd’hui être considérée non plus en tant qu’objet, mais en tant que sujet. Deux postulats ont guidé les travaux de la commission : - le droit légitime de se déplacer, - le devoir urgent de prendre conscience de l’importante du problème, et de modifier nos comportements. Chacun est acteur responsable de son environnement, mais aussi facteur de pollution. Nous utilisons des moyens de transport à énergie fossile, or, nous pourrions développer les sources d’énergies renouvelables. Notre préoccupation majeure est de mettre en œuvre et de soutenir des projets conduisant à la diminution de l’utilisation des transports des personnes et des biens. I – UN CONSTAT MAJEUR : LA DIVERSITE DU TERRITOIRE ET LA NECESSAIRE COMPLEMENTARITE DES MODES DE TRANSPORT 1-1- LA PROBLEMATIQUE URBAINE DES VILLES CENTRES A - La circulation B – La navette urbaine de Pamiers La navette urbaine de Pamiers n’obéit pour l’heure qu’à un objectif limité de desserte des marchés. Il est nécessaire de revoir le fonctionnement de cette navette urbaine en l’inscrivant dans les objectifs suivants : • la régularité des dessertes au cours de la semaine, avec des horaires prédéfinis, • s’assurer de la pertinence d’un circuit de collecte des usagers sur le territoire de ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 27
Langue Français

Exrait

1
THEME:LESTRANSPORTSSYNTHESEDUTRAVAILDES4 COMMISSIONSDU CONSEILDEDEVELOPPEMENTPREAMBULE Les membres de la commission «Environnement »partagent l’idée que la Terre doit aujourd’hui être considérée non plus en tant qu’objet, mais en tant que sujet. Deux postulats ont guidé les travaux de la commission : -le droit légitime de se déplacer, -le devoir urgent de prendre conscience de l’importante du problème, et de modifier nos comportements. Chacun est acteur responsable de son environnement, mais aussi facteur de pollution. Nous utilisons des moyens de transport à énergie fossile, or, nous pourrions développer les sources d’énergies renouvelables. Notre préoccupation majeure est de mettre en œuvre et de soutenir des projets conduisant à la diminution de l’utilisation des transports des personnes et des biens. I – UN CONSTAT MAJEUR : LA DIVERSITE DU TERRITOIRE ET LA NECESSAIRE COMPLEMENTARITE DES MODES DE TRANSPORT 1-1- LA PROBLEMATIQUE URBAINE DES VILLES CENTRESA - La circulation B – La navette urbaine de Pamiers La navette urbaine de Pamiers n’obéit pour l’heure qu’à un objectif limité de dessertedes marchés. Il est nécessaire de revoir le fonctionnement de cette navette urbaine en l’inscrivant dans les objectifs suivants : ·régularité des dessertes au cours de la semaine, avec des horaires prédéfinis, la ·de la pertinence d’un circuit de collecte des usagers sur le territoire de la s’assurer commune. Une enquête permettrait d’identifier les quartiers les plus demandeurs du service. ·destinations et points d’arrêt seraient clairement identifiés : Les * Lieux liés à la demande d’emploi (ANPE – ASSEDIC, etc…) * Services de santé * Services sociaux * Cimetière * Lieux culturels (MJC, Médiathèque) * Place de la République (centre ville)
2 * Etablissements scolaires (ex : lycée Agricole) · Ilva sans dire que la navette devrait impérativement emprunter un circuit desservant la gare routière mais surtout la gare SNCF dans le cadre de l’intermodalité. La navette urbaine est indispensable pour la desserte du CHIVA mais aussi pour les trajets vers TOULOUSE où le cadencement navette – banlieue du Plan Régional des Transports sera mis en service fin 2005. La navette de Pamiers qui transporte les jours de marchés des personnes de la Place de Milliane à la Place de la République pourrait proposer un itinéraire qui intègrerait des arrêts sur différents sites tels que la Médiathèque, la MJC, la Maison des Associations, le Lycée,... Pour certains spectacles (d’envergure), elle pourrait même fonctionner en soirée avec un itinéraire préalablement défini. C- Le stationnement Une navette qui se transformerait en transport urbain permettrait peut-être de limiter les déplacements de voitures et donc les emplacements de parking en centre ville. En effet, le stationnement non réglementé entraîne des abus. Ainsi l’accès et l’attractivité de certains monuments (la Cathédrale par exemple) s’en trouvent réduits. La commission préconise la création d’un grand parking à l’extérieur du centre ville. Le site de Milliane a été évoqué. Ce parking faisant l’objet de liaisons régulières avec les différents services administratifs, publics et privés du centre. 1-2- LA POLITIQUE DE RABATTEMENT(LA PROBLEMATIQUE RURALE) A – Le transport à la demande (TAD) et voitures de petites remises A problématique différente, il y a une solution différente. Ici la souplesse et la simplicité prennent toute leur dimension. Elle concerne pour l’essentiel les zones rurales y compris celles des Communautés de Communes de PAMIERS et de SAVERDUN. Qu’il s’agisse d’acheminer les usagers directement au point de destination ou sur une ligne régulière existante, il est indispensable de concevoir une politique dynamique de rabattement. Assurer ainsi à tous une garantie de mobilité grâce à un moyen de transport adapté. Il est apparu évident de multiplier ce type de services dont il existe déjà de nombreuses expériences en Ariège (11 transport à la demande). On peut préciser que les études préalables sont subventionnées à 70 % (30% par le Département, 40% par la Région). De la même façon et selon les mêmes proportions ces deux collectivitésterritoriales financent le déficit d’exploitation de tout service autorisé venant compléter une ligne régulière, c’est le cas du TAD. Cela peut s’avérer de nature à favoriser des initiatives publiques. Propositions : -d’un ou plusieurs TAD publics Création -de services privés TAD ou autres afin d’en diminuer les coûts Valorisation - Rabattementsvers des lignes régulières - Evènementiel la mise en place ponctuellement de bus ou mini bus pour organiser des à visites de sites ou spectacles intra pays ou à l’extérieur (Foix, Toulouse,...). Ces visites seraient organisées par les associations, les Offices de Tourisme, etc... et ceci à destination des populations du Pays  élargirles horaires des TAD qui seront mis en place lors de grandes manifestations - Jeunesse développement de partenariats avec les écoles et à la mise à disposition au de bus qui amèneraient les élèves à des spectacles ou sur des sites du territoire
 3 - Raccompagnement On le sait, certaines manifestations génèrent un esprit convivial qui parfois amènent certains jeunes ou moins jeunes à consommer de l’alcool et pas toujours de façon modérée. Les organisateurs devraient réfléchir à la mise en place d’un «service de raccompagnement » pour ceux qui en font la demande. - Etc… B – Le covoiturage - Versles entreprises et les zones d’activités - Manifestations Travail avec les associations ou structures organisatrices de manifestations afin de réfléchir à la création d’un système capable de rapprocher des personnes qui effectuent un même trajet aux mêmes heures. - Pourles autres trajets C – La prise en compte des systèmes existants · Ilest apparu une nécessaire densification de transports sur les vallées de l’Arize et de la Lèze fût-ce au travers d’un renforcement de l’existant. · Toutconcourt à dire que toute vision prospective des transports passera par une redéfinition complète de l’existant pour que la problématique des personnes en difficulté soit prise en compte pour faciliter leurs déplacements intra-muros mais aussi vers des dessertes interurbaines (TOULOUSE-CHIVA). · L’unedes raisons majeures de la non utilisation performante des dispositifs existants est la non adaptation des horaires du service rendu : adapter les horaires aux services. Cette inadaptation des moyens de transports et des horaires a pu être constatée sur les ramassages scolaires, notamment sur l’Arize et la Lèze. · Lacommission au cours de ses travaux a fait le constat d’une nécessaire coopération des opérateurs pour améliorer le service (Transport à la demande, SEMVAT, SNCF, etc…). - Lestransports routiers, -liaisons FOIX, TOULOUSE, etc… Les - Lestransports ferroviaires : TER et desserte banlieue Toulouse-Pamiers D – Les infrastructures E – Le ramassage scolaire F – « AUTO-PARTAGE » ou partage de la voiture 1-3- LECHIVA La partenaire privilégiée qu’est la SNCF a fait part de son intérêt particulier pour le dispositif suivant qu’il faudrait néanmoins valider par une étude des besoins. Le postulat est de concentrer sur la gare SNCF de Varilhes un point d’arrêt pour les trains de la SNCF mais aussi pour les bus de la ligne régulière autocar (SALT) qui pour l’heure font un détour via le CHIVA. Le projet consisterait dans la mise en place d’une navette bus qui selon un rotation très encadrée (2 à 3 rotations horaires) ferait un trajet en boucle Gare de Varilhes-CHIVA-Gare de Varilhes. Cela implique il va sans dire un examen dans le détails de l’adaptation des horaires pour tenir compte non seulement des personnels de l’établissement, des consultants mais aussi des visiteurs, plus particulièrement des personnes âgées. étant un tel dispositif multiplierait les rotations depuis la gare de PAMIERS notamment mais surtout Cela simplifierait et rendrait sans nul doute le service rendu beaucoup plus lisible.
 4 Développement du volume d’activité de la navette urbaine de PAMIERS. Pays des Portes d’Ariège-Pyrénées ne peut s’affranchir d’une nécessiare collaboration avec les autres Le territoires voisins (Pays de Foix –Haute Ariège) ne serait-ce que parce que des liaisons physiques existent déjà (chemin de fer – lignes régulières de bus) et parce que des accords de collaboration existent avec la ville de Foix dans le cadre du Pays.  Celaimplique que le schéma Navette-CHIVA doit passer par un montage institutionnel de type Syndicat Mixte associant Communautés de Communes – Communes et Conseil Général. II – LE DEVELOPPEMENT DURABLE DES TRANSPORTS / UN PAYS SOUCIEUX D’APPREHENDER SON DEVELOPPEMENT DANS LA DURABILITE Le concept de développement durable est une réponse difficile, mais appropriée au défi que doivent relever nos sociétés modernes pour faire face à la dégradation irréversible des ressources naturelles de la planète. Il s’agit de libérer les espaces, améliorer la sécurité, diminuer le bruit et la pollution et enfin favoriser l’accessibilité et augmenter la mobilité des habitants. 2-1- LA VALORISATION DE LACTIVITE VELO A– La ville et le vélo en place des aménagements pour les vélos dans le cadre d’itinéraires qui prennent en compte Mettre la découverte du patrimoine (itinéraires de découverte touristique). Ces itinéraires viendraient compléter un réseau d’itinéraires de déplacements beaucoup plus larges. Les cyclistes devront trouver un niveau de sécurité suffisant sur l’ensemble de ces parcours (bandes cyclables ou autres). faudra veiller à ce que le jalonnement soit conçu dans la continuité des itinéraires cyclables. Il faudra également entretenir fréquemment les bas-côtés de la chaussée, des pistes et des bandes Il cyclables. Terre, gravier, hydrocarbure rendent la chaussée glissante. Il en est de même pour certaines peintures de signalisation. Il faudra ralentir la vitesse des voitures première garantie d’amélioration du confort et de la sécurité des cyclistes.  Travaillerà une signalisation et à une signalétique spécifique au vélo et à la découverte du patrimoine à vélo. Ces jalonnements permettront aux cyclistes de découvrir les itinéraires les plus directs et les plus sûrs. des conditions de stationnement en différents points des centres villes et des sites à Prévoir découvrir. Les zones doivent être nombreuses, pas nécessairement très grandes, mais dimensionnées en fonction de l’attractivité du lieu pour les cyclistes. Elles doivent être sur des lieux de passage, bien en vue et éclairée.  Travaillerà l’image positive de la pratique du vélo = moyen de déplacement économique, bon pour la santé, écologique à travers une campagne de publicité auprès de la population locale. La concertation et la communication sont importantes, comme dans la plupart des projets urbains, pour expliquer la démarche aux habitants. un parc de vélos à louer ou mis à disposition gratuite en centre ville. Proposer  L’intermodalité: c’est la possibilité dans un même déplacement d’utiliser plusieurs modes de transport. L’intermodalité entre le vélo et les transports collectifs (trains, bus,...) est un vecteur de développement et d’augmentation de l’efficacité du réseau de transport. des circuits réservés. Prévoir
 5  B– La campagne et le vélo - Créationsd’itinéraires structurants en tenant compte des richesses culturelles et patrimoniales (ancienne, voies ferrées, le long des rivières,...). - Créationde circuits balisés et sécurisés sans chemins et routes secondaires. - développerla création d’hébergements labellisés adaptés à l’accueil des cyclistes. - Propositioncircuits à thème (culture, patrimoine, histoire, environnement, détente, gastronomie,...) selon les clientèles (famille, cyclotourisme, enfants,...). - Journéesans voiture (en agglomération ou hors agglomération), ou création de la fête du vélo qui permettra sur des circuits identifiés avec visites guidées de sites de découvrir notre patrimoine. - Travaillersur des liaisons sécurisées entre les villes comme Pamiers par exemple et les communes environnantes. - Miseen place de topoguides. - Locationou mise à disposition de vélos localement. - Jalonnementdes itinéraires par une signalisation et une signalétique de Pays. - Créationde stationnements dans les centres bourgs des commerces et à proximité des sites visités. - Créationd’aires de repos, et de sanitaires. - Concertationet communication auprès des populations locales. - S’intégrerdans une offre touristique départementale. 2-2- LES TRANSPORTS PROPRES, Etudes de faisabilité d’utilisation de carburant non fossile pour les véhicules de transport en commun. 2-3- LA PARTICIPATION, « L’Américain type consacre plus de 1500 heures par an à sa voiture : il y est assis, en marche ou à l’arrêt, il travaille pour la payer, pour payer l’essence, les pneus, les péages, l’assurance, les contraventions et les impôts. Il consacre quatre heures par jour à sa voiture, qu’il s’en serve, s’en occupe ou travaille pour elle.»observation d’Ivan Illich est peut-être, parmi toutes les idées Cette contestataires de la société industrielle qu’il a défendues, et elles furent nombreuses, celle qui s’est révélée la plus exacte : dans nos sociétés très urbanisées, la vitesse automobile est, pour une bonne part, un leurre. L’hypermobilité a fini par tuer la mobilité ! Energie et équité, l’opuscule de cinquante-huit pages surseuils d’énergie au-delà desquels « les s’exerce l’effet corrupteur »de l’automobile, marquera profondément la critique de la société termo-industrielle (celle des moteurs) que René Dumont appelaitsociété de la voiture personnelle»« la. Illich soutint qu’au-delà d’un certain seuil, la consommation d’énergie augmente au dépens de l’équité. Défiant la pensée dominante jusqu’à la provocation, le père du mouvement «cyclo-écologiste »écrit :des hommes libres, des rapports sociaux productifs vont à l’allure d’une« Entre bicyclette, et pas plus vite. »Extraits de «Cyclopolis, ville nouvelle» par Benoît LAMBERT paru dans « L’Etat de la planète ». 2-4- LA COMMUNICATIONLes commissions considèrent que l’usager est lui l’interlocuteur privilégié et qu’avant tout ce qui importe c’est la prise en compte de ses besoins (pas de ses souhaits) et qu’à ce titre toute étude préalable que ce soit devra l’associer en amont. Pour conclure ce volet les commissions «Action sociales » et « Culture/Patrimoine » ont également fait le constat au cours de leurs travaux que le service n’était pas toujours bien rendu ne serait-ce que parce que l’usager ne le connaissait pas. Ainsi une politique de communication et d’information bien pensée pour la vulgarisation des modalités de fonctionnement des services paraît-elle déterminante aux différentes commissions. Cette politique de communication consiste à mobiliser les moyens pour sensibiliser la population du Pays des Portes d’Ariège-Pyrénées à la situation critique de notre environnement, mais aussi aux diverses solutions envisageables pour assurer l’avenir des générations futures.
 6 La signalisation ou signalétique touristique (patrimoniale, site remarquable, etc...) est quasiment inexistante sur le territoire du Pays. Au-delà du transport ou des moyens de transport pour faire découvrir notre patrimoine, il sera nécessaire de mener une réflexion dans ce domaine. La mise en place de plan(s) vélo(s) nécessitera également des jalonnements d’itinéraires par une signalétique et une signalisation de Pays. 2-5- LE LIEN SOCIAL2-6- LES PERSONNES A MOBILITE REDUITE·des transports aux personnes en situation de handicap est un enjeu L’accessibilité majeur. Cela signifie en substance que le transport doit être adapté. Cela concerne il va sans dire le matériel (véhicules pour l’essentiel) mais aussi les infrastructures (ex: quai de gare-abribus, temps d’attente, etc…). · Leplan départemental des transports des personnes en situation de handicap est en préparation. 2-7- L’INTERCOMMUNALITELa commission environnement demande au Bureau des élus de consacrer dès à présent 10% du budget de la voirie de l’ensemble des communautés de communes du Pays, aux aménagements pour les non motorisés. III – LA CONTRIBUTION DES TRANSPORTS SUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DU TERRITOIRE / APPORT DES TRANSPORTS AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DU TERRITOIRE / L’APPORT ECONOMIQUE DES TRANSPORTS POUR LE DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE 3-1- LA ROUTE:RN20ET DEPARTEMENTALES3-2- LE RAIL:PASSAGERS+MARCHANDISES, 3-3- LEFERROUTAGE, 3-4- LE TRANSPORT AERIEN: L’aérodrome Pamiers – Les Pujols, * ème aéroport toulousain,Etude 2 * 3-5- INFRASTRUCTURES(EX:FORTECH,ACCES AUXZA) 3-6- NOUVELLESTECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LACOMMUNICATION(NTIC)HAUTDEBITPOUR MEMOIRE: * Etudes globales sur les transports dans le Pays (incluant les liaisons avec l’extérieur), * Les transports pour Tous: tout système de transport doit être mis en œuvre à destination de tous sans exclusivité. L’intégration des populations en difficulté passe par le sentiment d’être comme les autres. * Tarification : toute tarification d’un service public de transport doit avoir au moins les deux caractéristiques suivant : être à la fois simple et lisible. ·tarification est indispensable (risque de marginalisation et de déresponsabilisation de Une l’usager). · Letarif doit être modique · Lagratuité doit être automatiquement lorsqu’un usager en bénéficie déjà (ex: carte de transport gratuit du Conseil Général). * Rentabilité économique, * Subventions, * Mode de gestion
 7  *Favoriser la délocalisation des spectacles Souvent la délocalisation de certaines manifestations n’est pas envisagée pour des problèmes uniquement matériels : - sallesnon adaptées - matérielsono et autres non transportables ou adaptables sur les différents sites etc... Au-delà de la réflexion de comment transporter le public, les membres de la commission se sont intéressés à : -Comment transporter le matériel, et les spectacles des communes centres aux communes rurales ? Une proposition de mise en place d’une régie qui gèrerait du matériel qui serait mis à disposition des organisateurs de spectacle d’exposition, de conférence etc... a été évoquée. -Comment informer (circulation de l’information) le public des différentes manifestations organisées sur le territoire ? En effet, il est apparu que la faible mobilisation autour de certains spectacles est due à un déficit de communication sur ce qui existe. -Comment mettre en place une « programmation organisée » sur l’ensemble du territoire Pays afin d’élargir l’offre de spectacles, de conférences, d’expositions sur des périodes plus longues ? Proposition = élaborer une politique culturelle commune. -Comment recevoir sur un site « polyvalent » des spectacles venant d’ailleurs (Toulouse, Scène Nationale ou autre...) ? Proposition = création d’un équipement modulable qui pourrait s’adapter à l’organisation de différentes manifestations. Cet équipement ne devant pas obligatoirement être situé sur la commune de Pamiers.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents