Archie 4

Documents
11 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

COURS D’ARCHITECTURE DES ORDINATEURS Chapitre 4   : Information et codage.   ­I) Les nombres    :CLVI, 156, «  cent cinquante six  ».Alphabets finis mais nombres infinies. Il faut les transmettre en 0 et en 1.On code avec autant de mots qu’il faut pour coder ce nombre. Mais on a alors un  problème de place quand on utilise des machines. Exemple 32bits.On utilise les symboles de 0  à 9. L’s on a alors un probl ème de place quand on utilise  des machines. Exemple 32bits.On utilise les symboles de 0  à 9. L’ensemble de ces symboles est appel é alphabet et le  regroupement de ces symboles est un mot. ­Diff érentes repr ésentations    :  ­ Base 10  : mot ordonn é de P+1 chiffres. ­Base quelconque S  :                  ­Base 16  : 0… 9 A B C D E F La base 2 n’est pas pratique pour les hommes , la base 16 est mieu appropri ée.­Passage d’une base  à une autre.Utilisation des divisions successives. ­De 10  à S   :Le reste de la division par S donne l’unit é b0Le reste de la division du quotient par S donne l’ élément de rang 1 (b1, …)EX : de 10  à 81 0(250)10  = … b 28² + b 18  + b 08  250/8= (31) 10  reste 2=b 031/8= (3) 10 reste 7=b 13/8=0 reste 3=b 2(250)10  = (372) 8   EX : de 10  à 16 (5298)10  = (14B2) 16EX : de 10  à 2 (26)10 = (11010) 2» ­Champs fixes      : possibilit é de repr ésentations. Champ fixe est le contraire de champ variable.Dans un ordinateur on repr ésente un nombre avec toujours le m ême nombre de bits.  ( Ex  :32bits) ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 191
Langue Français
Signaler un problème
COURS D’ARCHITECTURE DES ORDINATEURS Chapitre4codnetage.nI:mrofoita
-I)Lesnombres:CLVI, 156, « cent cinquante six ». Alphabets finis mais nombres infinies. Il faut les transmettre en 0 et en 1. On code avec autant de mots qu’il faut pour coder ce nombre. Mais on a alors un problème de place quand on utilise des machines. Exemple 32bits. On utilise les symboles de 0à9. L’s on a alors un problème de place quand on utilise des machines. Exemple 32bits. On utilise les symboles de 0à9. L’ensemble de ces symboles est appeléalphabet et le regroupement de ces symboles est un mot.
-Différentes représentations: - Base 10 : mot ordonnéde P+1 chiffres.
-Base quelconque S :
-Base 16 : 0… 9 A B C D E F La base 2 n’est pas pratique pour les hommes , la base 16 est mieu appropriée.
-Passage d’une baseàune autre. Utilisation des divisions successives. -De10àS:
Le reste de la division par S donne l’unitéb0 Le reste de la division du quotient par S donne l’élément de rang 1 (b1, …) EX : de 10à8 1 0 (250) = … b 8²+ b 8+ b 8 10 2 1 0 250/8= (31)10 reste 2=b0 31/8= (3)10reste 7=b1 3/8=0 reste 3=b2 (250)10 = (372)8
EX : de 10à16 (5298)10= (14B2)16
EX : de 10à2 (26)10= (11010)2