Centre Français de Recherche sur le Renseignement NOTE HISTORIQUE ...
12 pages
Français

Centre Français de Recherche sur le Renseignement NOTE HISTORIQUE ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
12 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Centre Français de Recherche sur le Renseignement NOTE HISTORIQUE ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 150
Langue Français

Exrait

CentreFrançais deRecherche sur leRenseignement
NOTE HISTORIQUE N°15 LÉMERGENCE DUNE CRYPTOGRAPHIE MILITAIRE EN FRANCE Gérald Arboit  Lanecdote est connue : le 9 août 1870, lorsque le maréchal François Achille e Bazaine, nommé commandant du III de larmée du Rhin, se plaignit de ne pas disposer de moyens de chiffrement, létat-major de lArmée ne put lui fournir quun vieux code diplomatique, dont le principal inconvénient était de ne pas comporter de 1 vocabulaire militaire . Cette anecdote est autant révélatrice de létat de déclin de la cryptologie française depuis la Révolution que du poids pris par le bureau du Chiffre des ministère des Affaires étrangères depuis 1863 dans la protection des 2 communications gouvernementales et militaires . Elle est néanmoins confirmée par un autre épisode mettant en scène le maréchal Bazaine, enfermé dans Metz cette fois, et tentant den informer le gouvernement de la Défense nationale du général Trochu.  “Le 21[octobre 1870], le maréchal Bazaine tentait, pour la première fois, de correspondre avec le gouvernement de la Défense nationale dont il navait jusqualors jamais reconnu lexistence. La dépêche chiffrée, qui est parvenue au ministère de la Guerre par les mains de deux officiers de létat-major général, était conçue dans un chiffre inconnu aux divers départements de ladministration publique. Par un hasard étrange, sinon par une combinaison machiavélique du maréchal, le chiffre qui avait été employé fut reconnu pour être le chiffre dit impérial, dont la clef ne se trouve 3 quentre les mains de lEmpereur ou celles de ses anciens ministres ...” 4 En entendant ce passage du rapport, M. Crémieux particulièrement a dû ressentir quelque embarras. Je le vois encore se demandant comment on déchiffrera la dépêche du maréchal. Il se fait conduire chez la maréchale, espérant quelle avait la clef quil avait oublié de prendre en partant de Paris. La maréchale, qui ne peut le satisfaire, simagine que je trouverai un moyen de le faire. Elle
1  André Catthiew,  La cryptologie française », Pierre Lacoste (dir.),Le Renseignement à la française(Paris, Economica, 1998), p. 291. 2 Cf. Gérald Arboit,  La fin dun monde : le bureau du chiffre du Quai dOrsay en 1904 », CF2R,Notes historiques, janvier 2008, http://www.cf2r.org/fr/notes-historiques/la-fin-un-monde-le-bureau-du-chiffre-du-quai-orsay-en-1904.php. 3  Rapport du chevalier, vicomte de Valcourt, se présentant comme lofficier dordonnance du maréchal Bazaine (alors quil nétait quun interprète attaché du général Blanchard), à Gambetta, ministre de lIntérieur, du 28 octobre 1870. 4 Isaac-Jacob, dit Adolphe, Crémieux était ministre de la Justice, garde de Sceaux. Depuis le décret du 16 septembre 1870, il détenait la délégation du gouvernement de la Défense nationale, appelée à exercer les pouvoirs de ce gouvernement dans les départements non occupés par lennemi », depuis le siège du gouvernement à Tours. ___________________________________________________________________________17 Square Edouard VII, 75009 Paris - France Tél. : 33 1 53 43 92 44 Fax : 33 1 53 43 92 92 www.cf2r.org er Association régie par la loi du 1 juillet 1901 SIRET n° 453 441 602 000 19
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents